Bionic Woman, la soit-disant série évènement de l’année 2007 – 2008 ne fut pas à la hauteur des espérances. Si les audiences étaient relativement bonnes lors des premiers épisodes, elles se sont effondrées au fur et à mesure, devenant même ridicules lors de la diffusion du 1.08, Do no Disturb. Néanmoins, ce n’est pas parce que personne ou presque ne regarde une série que cela veut toujours dire que la série en question est nulle ? Bionic Woman fait-elle partie de ces séries incomprises par le public ? Hum… voyons cela. Aucun spoiler.

Le 31 août dernier j’ai déjà pu parler un petit peu du pilote, enfin du preair pour être tout à fait précise. Le moins que l’on puisse dire c’est que j’étais assez dubitative. Je n’ai pas vu la version définitive du pilote parce que ça ne m’intéressait pas vraiment de m’infliger encore une fois 45 minutes de ce genre mais les modifications sont assez légères. A vrai dire, je crois que seule la soeur de l’héroïne a été recastée et que son histoire n’a plus rien à voir. Avant elle était sourde, maintenant elle est juste… une ado on ne peut plus ordinaire.
Le statut de Bionic Woman est assez ambigu à l’heure d’aujourd’hui du fait de la grève des scénaristes. Il n’y a plus d’épisodes en stock, les audiences sont mauvaises, du coup est-ce que la série est annulée ? Apparemment non. Il est aussi bon de noter que les producteurs, scénaristes et que sais-je encore, partent, sont remplacés… En gros c’est le bordel.

Bionic Woman raconte l’histoire d’une fille, Jaimie, qui vivait une existence tranquille jusqu’à ce qu’une tarée lui fonce dedans avec son semi-remorque. A moitié morte, son fiancé siiii parfait, décide de lui implanter des nano-robots qui lui permettront de devenir Super Jaimie, la fille qui court plus vite que son ombre, qui dégomme les méchants avec son bras bionique, qui entend et voit à 10 km à la ronde. Bref, Super Jaimie elle est über cool. Sauf que son copain n’est pas aussi gentil que ça, il a une face cachée. En plus, son père est un grand méchant qui a fait des trucs louches avec la première bionic woman, à savoir Starbuck Sarah Corvus qui est devenue complètement dingue et tue tout ce qui la dérange. Sauf que vous l’avez aussi compris, ce n’est pas de sa faute. Elle aussi a des zones d’ombre dans sa vie. Ajoutez tout cela au fait que Jaimie est recrutée dans une branche non-officielle du gouvernement et peut donc officier sans avoir peur de s’embêter avec les conventions et que son instructeur (avec aussi un passé trouble, dingue !) n’est autre que le Dr Burke je ne sais plus son nom tellement il est passionnant.

Vous appréciez Battlestar Galactica et des acteurs tels que Katee Sackhoff ou Mark Sheppard et vous appréciez le boulot de David Eick sur la série ? Même si tout ce joli monde est dans l’aventure Bionic Woman, rayez ce souvenir de votre esprit. Ok, Katee est plutôt très classe dans ses vêtements sexy mais à part la regarder se battre sous la pluie, il n’y a pas grand chose à en tirer. D’autant plus que son rouge à lèvres très rouge, non merci, et qu’elle ne joue pas particulièrement bien ici. De toute manière, on ne la voit pas beaucoup. Bref, pas besoin de tester Bionic Woman parce qu’il y a quelques liens avec BSG.

La série manque de finesse, il n’y a tout simplement aucune subtilité dans le scénario, les personnages, etc. Ca manque de profondeur voilà tout. Si quelques éléments auraient pu être intéressants (comme le fait que le fiancé ait prévu depuis le début de rendre Jaimie bionique), ils sont écartés en un mouvement de bras. Justement, venons-en aux personnages. Ils sont très clichés lorsque l’on commence un petit peu à les développer. Pourquoi doivent-ils toujours avoir une zone d’ombre ? On peut avoir des personnages intéressants sans pour autant leur coller un passé si difficile. De plus, il n’y aucune fluidité, on passe d’un extrême à l’autre selon les épisodes. Tout cela donne des personnages totalement instables et en aucun cas réalistes. On ne change pas de caractère à tout bout de champ. Mais tout cela c’est si les protagonistes ont le droit à plus de 5 minutes de temps d’antenne. Effectivement, à part Jaimie, sa soeur et Beurk, on a pas grand chose à se mettre sous la dent.

D’un point de vue scénaristique, ça ressemble à un mélange des genres. Certes, il y a des soucis au niveau de l’écriture et de la production donc ils ne doivent pas savoir de quel pied danser. Néanmoins, ça se voit beaucoup trop à l’écran. Arrivé au huitième épisode, les bases de la série ne sont même pas posées et on a aucune idée du fil rouge ou de ce que la série a à nous offrir. Un peu inquiétant tout de même.

Bref, Bionic Woman n’a pas marché. Pour une fois, je suis d’accord avec les audiences. La question que je me pose est pourquoi je me suis infligée la série. Ce n’est pas une atrocité mais pour une série qui aurait dû cartonner il y a comme un problème. Il y a quelques moments pas trop mauvais, c’est assez rythmé par moment mais on accumule souvent les poncifs et c’est relativement caricatural. Même si la grève des scénaristes permet de commencer des séries auxquelles on n’aurait pas pensé, évitez Bionic Woman. Autant privilégier des séries qui valent vraiment la peine.
Edit : La série est finalement annulée.