Qui ne connaît pas, sans forcément avoir lu le roman de Robert Louis Stevenson, l’histoire du Docteur Jekyll et de Mister Hyde ? Un homme respectable qui après avoir bu une potion se transforme en monstre. Un homme qui peu à peu ne parvient plus à contrôler ce monstre… Comme souvent avec cet exercice, les adaptations de cette oeuvre sont fréquentes et se ressemblent parfois un petit peu trop, sans être transcendantes. Oubliez tout ce que vous connaissez et passez à la vitesse supérieure avec Jekyll. Il s’agit d’une série anglaise d’une unique saison qui fut diffusée durant l’été 2007 sur la BBC. Elle comporte six épisodes d’environ 55 minutes. Elle arrive en France dès le 11 février prochain sur Canal +. Aucun spoiler.

Tom Jackman est un homme qui se transforme, sans le vouloir, en une version plus jeune, plus forte et plus animale de lui-même. Il découvre alors qu’il est le dernier descendant de Henry Jekyll, le célèbre docteur, et qu’ils se ressemblent beaucoup. Cependant, il n’échappe pas à Jackman que Jekyll n’avait pas de famille…
Jusqu’à présent, Jackman vivait en harmonie avec son double maléfique grâce à une technologie moderne. C’est alors qu’une organisation secrète commence à le poursuivre, souhaitant user de sa capacité pour servir ses propres intérêts.
Source : SériesLive

Le classique de la littérature est totalement revisité, ce qui fait que l’on est forcément surpris par la tournure des évènements quand même bien on ait lu 36 fois le livre. Certes, le Dr Jackman se transforme en un monstre mais la ressemblance avec le roman s’arrête plus ou moins là. Cela dit, tout n’est pas renié puisque durant un épisode une sorte d’hommage est rendu à Robert Louis Stevenson.
La série est un véritable mélange des genres. On passe du suspense au thriller puis à l’horreur ou encore au burlesque. Alors que l’on pourrait justement être déstabilisé, ne sachant pas sur quel pied danser, Jekyll parvient à captiver totalement le téléspectateur, le laissant la plupart du temps complètement pantois.

Un des points forts de la série est l’interprétation magistrale du Dr Jackman et de Mister Hyde par James Nesbitt. Il est tout simplement époustouflant. A dire vrai, je crois qu’il est assez difficile de trouver des superlatifs suffisamment appropriés pour décrire son travail. Il est tellement bon qu’on en vient même à se demander s’il ne s’agit pas de deux acteurs différents. Et ce n’est pas dû au fait que Mister Hyde est un tout petit peu différent physiquement mais vraiment parce que les deux personnages n’ont pas grand chose à voir du point de vue de la gestuelle, des expressions faciales, etc. James Nesbitt s’approprie les caractéristiques des deux héros et les exploite à leur maximum.
Les autres acteurs sonnent aussi très justes, même chez les deux enfants il n’y a pas de fausse note. Mention toute particulière à Gina Bellman qui offre une Madame Jackman juste et admirable. A noter la présence de Michelle Ryan qui offre ici une bien meilleure performance que dans Bionic Woman. Quand le scénario suit c’est déjà plus facile vous me direz.

Jekyll étant une adaptation moderne, certains éléments comme la génétique font leur apparition et lancent des pistes afin d’expliquer le pourquoi du comment de l’existence de Hyde. De plus, les moyens étant ce qu’ils sont à l’heure actuelle, les deux hommes partageant le même corps parviennent à communiquer entre eux et cela donne des moments extrêmement savoureux.
Les épisodes se ressemblent assez dans la forme dans le sens où chacun suit une narration plus ou moins différente, alternant entre celle du Dr Jackman et celle de Hyde. De nombreux flashbacks remplissent les épisodes mais apportent toujours quelque chose à l’histoire, sans embrouiller le téléspectateur. De ce fait, peu à peu, les personnages prennent de l’épaisseur et on commence à comprendre leur fonctionnement. Jackman si effacé et limite ennuyeux, Hyde si grandiloquent et sans aucune morale, cohabitent et bien qu’ils ne veuillent pas l’admettre, finissent quelque peu par déteindre l’un sur l’autre. La dynamique qui les lie est passionnante et explore parfaitement les tréfonds de la psychologie de l’être humain. Hyde est un véritable enfant qui voit en Dr Jackman son daddy. Même s’il est écrit comme un monstre, on est loin d’un personnage manichéen. D’ailleurs, que ce soit l’un ou l’autre, les défauts et les qualités des deux sont mis en avant.

Bien que la série soit assez angoissante par moment, des moments de répits sont offerts grâce à cet humour anglais si appréciable. Il s’agit là d’humour bien noir comme savent si bien le pratiquer les Anglais. A mon grand plaisir en tout cas. Hyde est forcément le chef de file et n’en rate pas une pour lancer quelques piques ou s’amuser d’une situation qui n’a pas grand chose de drôle. Néanmoins, les deux détectives privées sont pas mal dans le genre non plus.

Jekyll est une série extrêmement brillante, qui en seulement six épisodes réalise un énorme travail que certaines séries en de nombreuses saisons n’arriveront jamais. C’est très noir, drôle et enjoué. Les dialogues sont très bien écrits et sonnent vrai. Il y a du suspense, notamment grâce à cette conspiration qui se profile dès le premier épisode. Mais aussi parce qu’on ne peut que se demander comment et jusqu’à quand les deux personnages vont-ils bien pouvoir rester satisfaits de cette situation ? Une série efficace à l’atmosphère particulière qui n’hésite pas à prendre le téléspectateur à contre-pied. Tout simplement fascinante.