Mars n’est même pas arrivé que certaines séries prévues jusqu’à fin mai se terminent déjà. Malgré la grève, certaines auront la chance de voir s’ajouter de nouveaux épisodes mais d’autres non. Prison Break est dans ce cas-là. La troisième saison s’est conclue le 18 février dernier en toute discrétion aux États-Unis. Effectivement l’audience n’était alors que de 7 millions et des poussières. Bientôt les Français seront plus nombreux devant la série que les Américains ! A l’heure actuelle, les rumeurs concernant Prison Break vont bon train. Y aura-t-il une saison 4 ?

Lors de la pause, j’étais plutôt enthousiaste quant à cette saison 3. Il serait tout à fait possible de reprendre mon précédent article et il collerait toujours à ce que je pense. Cette saison fut prenante avec un rythme toujours effréné et où la tension est plus que présente. On est assez loin des frayeurs de la saison 1 mais la série sait toujours comment malmener le spectateur et c’est toujours appréciable.

Il faut avouer que plus les épisodes passent et moins c’est crédible mais est-ce quelqu’un cherche encore quelque chose de réaliste dans Prison Break ? Vraiment ? Certaines situations sont assez risibles et ceci est accentué lorsque les personnages sont en plus pathétiques. Je pense tout particulièrement à ce cher Brad Bellick qui est ridiculement drôle. Son accoutrement à Sona est déjà pas mal dans le genre mais lorsque tous ces défauts telles la couardise ou la lâcheté sont mis en exergue, c’est encore plus hilarant.
Les autres ne dépareillent pas toujours non plus… Lincoln a bizarrement un cerveau dans cette saison mais décide de dégommer tout ce qui bouge. Il est du coup plus insupportable et boulet que d’habitude. Évidemment son fils n’est pas en reste et donne toujours l’impression d’avoir 12 ans.
Michael sauve les meubles encore une fois et propose des plans plutôt pas mal et rarement prévisibles. De ce point de vue là, la série est plutôt douée et sait utiliser les contre-pieds.

Bref, pas grand chose à dire sur cette saison si ce n’est ce que j’ai déjà pu dire. Personnellement j’aime le côté survolté de la série, l’ambiance lourde et limite « au secours j’ai 22 de tension ». Ça m’embêterait énormément qu’il n’y ait pas de saison 4 parce que je veux savoir ce qui se cache derrière Whistler le pêcheur, Susan B. que j’aimerais désintégrer à la machette, le vilain pas beau que l’on voit tous les 12 épisodes, etc. Le twist du season finale laisse forcément songeur et ce serait bête de ne pas donner quelques épisodes histoire de conclure correctement la série. Néanmoins, pour une saison complète de 22 épisodes je ne suis pas très partante. Prison Break n’a pas le profil pour s’étaler dans le temps, l’histoire de base n’est pas faite pour ça. Autant essayer maintenant de limiter la casse.