Nip/Tuck (saison 5, partie 1) – Miami est mort. Vive Los Angeles !

Par , le 5 mars 2008

On continue dans les séries qui viennent de se terminer avec la première partie de la cinquième saison de Nip/Tuck. Après avoir totalement perdu les pédales durant les deux dernières saisons, la série de FX a-elle retrouvé une raison en essayant de limiter toute cette surenchère durant ces quinze nouveaux épisodes ?
Je dois dire que la fin de la saison quatee me plaisait assez dans le sens où tout redémarrait à zéro, ailleurs. Terminer la série sur cette note me semblait être une excellente idée d’autant plus que Nip/Tuck frisait souvent le ridicule. Sauf qu’il n’était pas question de s’arrêter là. Aucun spoiler.

A dire vrai, je ne sais même pas trop quoi dire sur cette première partie de saison cinq. C’est du pur Nip/Tuck c’est certain. Des névrosés en tout genre défilent dans le cabinet de McNamara et Troy, ces derniers les rendent plus beaux (ou tout du moins essayent) tout en couchant à droite et à gauche ou faisant des choses totalement irréalistes. Quoique peut-être pas vu que le monde surexcité de Los Angeles doit parfois ressembler pas mal à celui décrit dans la série.
Les personnages retombent toujours dans leurs pires travers, comme s’ils étaient aspirés dans un cercle vicieux infernal. Certains comme Liz ou Annie (mais siiii, la fille de Sean et Julia) sont à peine effleurés. Au bout de cinq années on pourrait espérer en savoir davantage sur l’anesthésiste du cabinet. Mais à part le fait qu’elle aime lancer des piques à Christian, conseiller les deux amis et qu’elle est lesbienne, que sait-on de plus ? Bah rien… Par ailleurs, pourquoi changer de cadre si tous les personnages restent là ? D’autant plus que cette saison ne suivra pas de réel fil rouge. A un moment on aurait pu penser que le grand méchant serait le Dr George, le scatophile. Mais non. Il est passé où d’ailleurs ? Ce n’est pas l’arrivée d’Eden, cette bitch en puissance qui donnera l’impression d’une réelle continuité.

Côté exagération, la série fait fort encore une fois. Le point d’orgue est probablement le mid-season finale qui accumule des scènes dignes d’un vrai soap opera. Mais Nip/Tuck n’est-elle pas finalement devenue un soap ? Ce n’est pas mauvais mais à trop vouloir en faire, ça en devient limite risible. Ceci étant dit, ce ne sont pas forcément des scènes totalement frapadingues (comme la révélation sur un élément manquant de l’anatomie du Carver dans la saison trois) mais plutôt un enchaînement de situations qui font too much. Certaines idées sont intéressantes, notamment quelques débuts de réflexion grâce à Rachel, mais elles sont vite écartées car trop rapidement expédiées ou pas suffisamment développées. Bien sûr que si l’on aime la série c’est pour son côté provocateur mais pas grotesque. Nip/Tuck ne parvient plus -ou trop rarement- à trouver le juste milieu.

La première partie de  la saison cinq était plutôt attendue pour ma part car elle allait peut-être permettre de recommencer sur des bases plus saines. Le constat après quinze épisodes est ce que ce ne fut pas le cas. Toujours aussi racoleuse que dans les dernières saisons, Nip/Tuck n’arrive pas à remonter au niveau des deux premières saisons. Ce n’est pas si mauvais que ça mais décevant dans le sens où on pouvait en espérer davantage surtout lorsque l’on sait que la série a du potentiel. Quelques épisodes sortent du lot mais d’autres comme celui sur la télé-réalité sont assez affligeants. Les guest stars nombreuses (Bradley Cooper –Alias-, Portia de Rossi –Ally McBeal-, John Schneider –Smallville– ou encore Leslie Grossman –Popular– par exemple), les répliques piquantes et les acteurs sont des atouts majeurs mais il est encore une fois, grand temps de se ressaisir.


3 Commentaires

  1. Nakayomi• 6 mars 2008 à 15:08

    J’ai lu en diagonale (j’aime pas trop avoir d’indices… :P Mais je lis parfois quand même… Va comprendre ! :D) et je dois dire que c’est pas très encourageant pour mon futur visionnage sur M6… :P En tout cas, c’est ce à quoi je m’attendais… Un statu quo… Dommage.

    Répondre

  2. Nephthys• 7 mars 2008 à 18:04

    Comme Naka je vais attendre la diffusion sur M6 (ou si une âme charitable veut bien m’enregistrer sur Paris Premiere j’suis pas contre LOL ^^)… Mais j’avoue que contrairement à toi je suis assez sceptique quant au changement de décor… C’était certes qq peu nécessaire après le cafouillage de la copine de Christian et du trafic d’organes, mais est-ce que la série saura suffisamment se renouveler? je n’en suis pas sure et d’après ce que tu en dis ils n’ont pas su relever le niveau concrètement ! Dommage !

    Répondre

  3. Caroline• 7 mars 2008 à 21:09

    @ Nakayomi ~ J’essaye généralement de ne pas trop faire d’allusion à ce qui pourrait se passer mais je comprends tout à fait que tu lises en diagonale :)
    Peut-être que tu aimeras mais j’ai des doutes que tu trouves ça fantastique si les dernières saisons ne t’ont pas plu.

    @ Nephthys ~ Le fait que la ville change pouvait laisser espérer que l’on verrait davantage de plans extérieurs mais ce n’est pas le cas. En fait, le départ pour Los Angeles ne change presque rien. On voit juste le panneau d’Hollywood à un moment et point barre. C’est un petit peu triste… J’espérais plus personnellement.

    Répondre

Laisser un commentaire