Après une plus que sympathique première saison, GRΣΣK est revenue pour une seconde. A-t-elle réussi à maintenir le cap ? Toujours diffusée sur ABC Family, cette saison fut encore une fois découpée en deux parties. Dans cet article il est donc bien question de la seconde saison, autrement dit des volumes 3 et 4.  La première partie, composée de dix épisodes, est passée entre août et octobre 2008. Quant à la seconde salve d’épisodes, au nombre cette fois-ci de douze, elle a repris fin mars 2009 pour se conclure mi-juin. C’est un peu compliqué lorsque l’on ne suit pas la série, et même lorsqu’on la regarde en fait. Tout le monde se mélange les pinceaux. Certains parlent de seconde saison pour la deuxième partie de la saison une par exemple. Si l’on se base sur ce genre de considération, cet article traite alors des saisons trois et quatre. Ce qui n’est pas le cas puisqu’elles n’ont pas été diffusées. Bref. Tout ça pour dire pas grand chose. Aujourd’hui on parle sans spoiler des 22 derniers épisodes de GRΣΣK diffusés aux Etats-Unis, point barre.

Le rythme de la série étant assez particulier, on a l’impression que cela fait une éternité que les évènements du début de saison se sont déroulés. Alors qu’en réalité, absolument pas. A vrai dire, lors de la première saison on suit l’arrivée de Rusty à la fac, lors de sa première année. On le quitte en fin de saison, après le Spring Break. Du coup, lorsque l’on démarre la seconde saison, on est toujours dans la même année scolaire. Année scolaire qui se termine alors à la fin de la première partie de la seconde saison. Par conséquent, on est toujours dans la seconde année universitaire de Rusty, Dale, Calvin et tous les autres. C’est bon, vous suivez ? GRΣΣK est une série qui n’avance pas très vite dans le temps, ce qui est un bon point pour nous. Effectivement, il paraît évident que l’on ne reste pas toute sa vie à la fac. Cappie, Casey et Evan sont déjà étudiants depuis un petit moment donc ils devraient être les premiers à partir. Or, si ça se fait au bout d’une saison, ça le fait assez moyen. Cela dit, un personnage ayant terminé ses études universitaires quitte la série à la fin de la saison. C’est une bonne idée dans le sens où on avait fait le tour de ce personnage depuis un petit moment, il est temps de passer à autre chose.

Que se passe-t-il donc durant ces 22 épisodes ? Plein de choses ! Mais pas trop. Au programme : toujours des fêtes, encore plus de fêtes mais pas que. On voit davantage les personnages en cours. Rusty, Dale et Calvin s’inscrivent ainsi dans un cours d’Histoire de l’Art, Casey et Cappie se retrouve dans un cours sur les femmes, le sexe et le pouvoir (ou quelque chose dans ces eaux-là, moi et ma mémoire de poisson rouge…), etc. Toutefois, c’est évidemment plus le système grec qui a les faveurs de la série. Ce qui se comprend aisément vu son titre. Sont traités des sujets comme l’élection de la présidente des ZBZ qui a un dénouement absolument savoureux, les fameuses sociétés secrètes, le rush week que l’on voit cette fois-ci d’une manière bien différente de celle du début de saison une… Il y a un perpétuel renouvellement dans les évènements socio-culturels abordés. Si la série est d’un prime abord légère, il n’en demeure pas moins que l’on s’attarde souvent assez en profondeur sur des sujets importants. Encore une fois on peut ainsi parler de la sexualité, avec par exemple la découverte de la possibilité d’une bisexualité chez un personnage. Je le redis, je suis toujours aussi étonnée du ton parfois impertinent de GRΣΣK alors qu’elle est diffusée sur ABC Family. Comme quoi il ne faut pas toujours se fier à la chaîne.

Cette saison est du même acabit que la précédente, sans aucune baisse de régime. Si l’on a apprécié la première, je ne pense pas me tromper en disant qu’on aimera celle-ci. En tout cas, regarder les épisodes me mettait à chaque fois de bonne humeur. La série parvient toujours à faire rire et à donner une pêche pas possible. Les personnages et les dialogues sont en grande partie la raison de ce succès. Cappie est assurément le moteur de la série mais d’autres protagonistes tirent leur épingle du jeu. Je pense à Rusty, toujours aussi sympa malgré son côté maladroit (ah son discours de départ du camp de Scout ^^;;), ou encore à Ashleigh et Rebecca. La première, en plus d’être très jolie, a plus d’une corde à son arc comme elle le montre tout au long de la saison. Quant à Rebecca, j’ai envie de tout simplement dire « quelle évolution ». Mais n’oublions pas non plus Dale, le fameux réfractaire à tout ce qui est grec mais qui met quand même les pieds bien dedans. Bref, la série propose une chouette galerie de personnages, la plupart super attachants. Quelques guests viennent comme d’habitude dire bonjour le temps d’un ou plusieurs épisodes. On peut citer Charisma Carpenter (Buffy the Vampire Slayer) ou encore Ken Marino (Veronica Mars).

Pour répondre à la question du départ, oui la saison deux de GRΣΣK tient le cap. Haut la main en plus. Fort heureusement, une saison trois est prévue. Elle démarre d’ailleurs dans quelques temps, à savoir à la fin du mois d’août. Quelques pistes ont été lancées sur son contenu et cela donne envie d’y être. Drôle, rafraîchissante, remplie de références à la pop culture mais sachant être touchante quand il le faut et n’hésitant pas à faire réfléchir un minimum, GRΣΣK ne s’est pas du tout essoufflée durant cette seconde saison. Au contraire. De quoi être totalement confiant quant à la suite.