Eh bien, il serait sacrément temps de parler de la saison trois de Psych (Enquêteur Malgré Lui en VF) sur Luminophore. Sachant qu’elle s’est terminée en février dernier, on peut préciser que cet article arrive bien tardivement. C’est d’autant plus vrai que la quatrième débarque très prochainement sur USA Network. Le 4×01 est prévu pour le 4 août, c’est dire à quel point c’est bientôt. Quant à la troisième, elle est constituée de seize épisodes diffusés en deux passages. La première partie (juillet/septembre 2008) en comporte huit ; on retrouve une aventure dédiée à Noël fin novembre ; et la seconde salve (janvier/février 2009) est composée de sept épisodes. La politique des fictions de TF1 étant toujours identique à elle-même, n’attendez pas trop cette saison. Procurez-la-vous plutôt d’une autre manière. Aucun spoiler.

Tous les ans, j’entretiens un discours similaire concernant Psych. La production est effectivement drôle et bourrée de références. Rien que le titre des épisodes le laisse paraître. Encore une fois, la série parvient à trouver un juste milieu entre les enquêtes et le côté humoristique. Les relations entre les personnages n’évoluent guère, même si le season finale passé pouvait faire supposer un changement qui n’aura donc pas – encore – lieu. Durant cette saison, Gus prend un peu plus d’importance, ce qui n’est pas pour me déplaire. C’est mon chouchou, au cas où vous ne l’auriez pas compris. On apprend quand même pas mal de petites choses sur les protagonistes. Ainsi, on voit enfin la mère de Shawn, incarnée par Cybill Shepherd, la sœur de la chef interprétée par la toujours aussi délicieuse Jane Lynch, etc. En y réfléchissant, on rencontre un certain nombre de visages en lien avec les figures principales.

Au final, malgré ses qualités évidentes (dialogues, humour, bonne humeur constante), j’ai trouvé cette année un tantinet plus faible que les précédentes. J’irai même jusqu’à admettre que durant certains épisodes, je me suis ennuyée. Je ne crois pas que ça m’était arrivé auparavant. Il est vrai que Psych n’est pas la série du siècle, mais elle fait partie de cette catégorie à me plaire beaucoup parce qu’elle ne se prend pas la tête et propose de chouettes moments. Si j’avais écrit ce billet un peu plus tôt, j’aurais pu détailler davantage, mais là, mes impressions sont assez nébuleuses. Cela dit, il me semble me rappeler que le 3×08, Gus Walks into a Bank est vraiment solide. Je me souviens en tout cas d’un énorme fou rire lors de l’irruption du chef du SWAT. Bref, voici une saison légèrement en demi-teinte, mais devant laquelle on passe quand même dans son ensemble du bon temps.