Malgré le fait que je n’ai pas du tout apprécié le pilote de Legend of the Seeker, j’ai continué l’aventure dans sa totalité. La saison une, composée de 22 épisodes, fut diffusée entre novembre 2008 et mai 2009 en syndication. Une saison deux est déjà d’actualité puisqu’elle est en cours de tournage, toujours en Nouvelle-Zélande. Ayant présenté la série lors de l’article du pilote, je ne vais pas me répéter. Vous pouvez aller le lire là-bas. Aucun spoiler.

Le début de saison fut assez difficile. Il est vrai qu’ayant le livre en tête, je ne pouvais pas m’empêcher d’être agacée par certains changements radicaux. Changements que je ne comprenais pas du tout, et que je ne comprends toujours pas vraiment d’ailleurs. Cela dit, le problème ne vient pas que de moi. La série met un peu de temps à trouver ses marques, ce que l’on peut à peu près accepter vu qu’elle débute. Certains épisodes sont largement dispensables et ne servent à rien. Il y en a beaucoup qui se déroulent uniquement le temps d’un épisode, il n’y a pas de fil rouge. On sait qu’il y a la menace Darken Rahl mais ça n’avance pas des masses. Il faut un petit moment avant que ça ne commence sérieusement à se faire sentir. C’est justement à ce moment-là que c’est plus intéressant. Legend of the Seeker développe sa mythologie et donne presque envie de voir la suite. Presque parce que ce n’est pas encore tout à fait le cas. Je ne saurai trop dire quand est-ce que j’ai vraiment eu envie de regarder l’épisode dès sa diffusion, vers les 5-6 derniers de la saison probablement. Les enjeux sont perceptibles et on s’est attaché aux personnages donc on veut savoir ce qu’il va advenir. Même en ayant lu le roman on peut être surpris car il y a pas mal de différences.

Justement, qu’en est-il réellement de l’adaptation ? La série prend ce qui l’arrange dans le cycle et laisse tomber ce qui lui plaît moins. Certains passages sont donc totalement laissés de côté, d’autres sont réécrits mais d’autres encore sont adaptés à la lettre. C’est par exemple le cas de l’épisode 1×08, Denna, qui comme son nom l’indique met en avant la Mord-Sith. Ceux qui ont lu le livre savent à quel point ce passage est difficile, à la limite (voire complètement en fait) du malsain. Eh bien, ce n’est pas aussi détaillé que dans le livre, ce qui est normal vu la durée de l’épisode, mais c’est pas mal du tout. J’avoue avoir été très agréablement surprise à ce sujet. Pour apprécier pleinement la série, je pense qu’il est nécessaire d’oublier le livre. Plus facile à dire qu’à faire, on est d’accord.

Les personnages sont dans l’ensemble plutôt bien travaillés. Ils sont assez caricaturaux pour certains mais là, il faut blâmer le matériel d’origine… L’accent est mis sur Richard, Kahlan, Zedd et Darken Rahl. Les autres font plus figure de plantes vertes. Alors que je ne m’y attendais pas, je me suis assez vite prise d’affection pour Richard et Kahlan. Les deux acteurs dégagent beaucoup d’alchimie et ont souvent l’air de s’amuser. En fait, je les trouve très mignons tous les deux. Ils vont bien ensemble et on a envie de les voir réussir. Mon côté tordu me fait apprécier grandement Darken Rahl mais de toute manière, j’ai toujours eu un faible pour les personnages déséquilibrés. Quant à Zedd, il est parfait en tant que sorcier doux-dingue. En bref, les personnages principaux sont sympathiques. L’interprétation est tout à fait correcte.

La saison une de Legend of the Seeker n’est pas exempte de défauts. Elle est assez inégale comme dit plus haut. Et puis il faut le dire, ça manque d’humour. Pourtant il est clair que la série sait ne pas se prendre la tête. Elle le prouve haut-la-main dans plusieurs épisodes. Effectivement, le 1×18, Mirror, est absolument tordant. Dommage qu’il n’y ait pas plus d’humour dans ce genre dans le reste de la saison, cela aurait été plus qu’agréable.

Alors que la série partait avec moi sur de mauvais rails, elle s’est révélée fort plaisante à suivre. Le début fut assez laborieux mais une fois lancé, ça allait bien mieux. Il est clair que Legend of the Seeker n’est pas indispensable. Toutefois, si l’on a un faible pour la fantasy, elle vaut le coup d’oeil. On ne peut pas dire que l’on soit submergé par le genre du côté de la télévision. C’est vrai, c’est assez kitsch par moment, pas toujours très subtil et c’est parfois bien gentillet mais dans l’ensemble, ça divertit. Ce qui est déjà pas mal. De plus, les paysages sont fantastiques. On ne se trouve pas en Nouvelle-Zélande pour rien. Les Mord-Siths devraient plaire à de nombreux téléspectateurs du fait de leurs vêtements ^^ Sinon, il y a Kahlan qui arbore un décolleté plutôt plongeant dirons-nous. Quant aux amateurs de jolis garçons, ne vous inquiétez pas, il y a Richard, souvent torse nu, qui aura de quoi plaire. Ne parlons pas du brun ténébreux Darken Rahl. Legend of the Seeker a tout compris au système, vous voyez bien ^.^ En tout cas, pour ma part, j’ai très hâte de voir la saison deux, prévue pour novembre 2009.