(Guide) Les j-dramas : Introduction

Par , le 3 novembre 2009

Après plusieurs mois où je ne faisais que me répéter qu’il fallait que je m’y mette, j’ai enfin pris mon courage à deux pour me lancer. Craintive devant l’ampleur de la tâche qui m’attendait, je reculais toujours le moment où je m’attablerais devant mon clavier. Au cours des prochaines semaines, Luminophore s’attardera avec plus ou moins de détails sur les séries japonaises dans leur globalité. Ce serait présomptueux de ma part que de penser que je m’y connais réellement en la matière, ou que je possède le recul et les compétences suffisantes sur le facteur socioculturel nippon ; mais, j’ose croire que ma passion pour le sujet me permettra malgré tout de l’aborder plutôt correctement. À ma connaissance, il n’existe pas de guide satisfaisant concernant les fictions télévisées nippones – en tout cas, pas en français. Tout naturellement, cette suite de billets ne s’annonce en aucun cas exhaustive et j’espère l’approfondir au fur et à mesure des années, tout en perfectionnant mes propres acquis au passage. N’hésitez vraiment pas à apporter des précisions ou m’aiguiller vers la bonne direction si vous constatez des erreurs. Je ne suis qu’une simple novice un tout petit peu plus éclairée que la moyenne, et ayant visiblement des idées de grandeur.

Pourquoi un guide ? Une des mes premières motivations est de faire un peu de publicité aux séries japonaises qui sont, avouons-le, méconnues ou, pire, raillées pour des raisons parfois fallacieuses. Si les mentalités envers les productions du petit écran commencent tout doucement à changer et à s’améliorer, le quidam ne pense guère tester des pays autres que les États-Unis. Du côté de l’Asie, la Corée du Sud a clairement le vent en poupe et peut se vanter de détenir un nombre conséquent de téléspectateurs et d’admirateurs. Au Japon, la situation est moins optimale. Il est indiscutable que se lancer dans une série japonaise peut effrayer plusieurs, surtout si l’on ne connaît absolument pas la culture de cette nation. Passer d’une œuvre britannique à une étasunienne s’avère moins complexe et ne choque généralement pas, à l’exception peut-être de l’accent et d’autres caractéristiques secondaires – comme le sens de circulation des voitures. En revanche, plonger dans un cadre typiquement nippon a de quoi surprendre, c’est certain. Outre l’interprétation des acteurs, l’humour plutôt particulier ou encore la réalisation et l’articulation du récit, subsiste une manière de penser et de se comporter radicalement différente de ce qui se déroule en France ou dans des pays occidentaux. L’jime – ces brimades parfois terribles qu’un groupe entier fait subir à un individu mis volontairement en marge de la société – en est un exemple concret, et il en existe beaucoup d’autres. Quoi qu’il en soit, il est toujours bon d’enlever ses œillères, de faire preuve de curiosité et d’essayer de s’ouvrir sur les richesses du monde. Ne pas regarder une fiction uniquement parce qu’elle japonaise est stupide. Inversement, acclamer son génie, car elle provient du pays du Soleil-Levant, est tout autant idiot. Comme d’habitude, et au risque d’émettre un énième truisme, l’important est de trouver un juste milieu et de tester avant de tenir des propos péremptoires. Et si l’on ne sait pas de quelle manière aborder cet univers quelque peu mystérieux pour le néophyte, ce modeste guide devrait délivrer des clés de décryptage.

Plus tard, j’aimerais aussi consacrer un article aux scénaristes à connaître, dresser un historique des séries depuis leur arrivée à l’écran, établir une liste de classiques, etc. Ce ne sont pas les idées qui manquent, il faut uniquement que je prenne le temps de m’y mettre. Dans tous les cas, si jamais d’autres sujets vous semblent pertinents/intéressants, n’hésitez pas à m’en faire part ici. De même, les commentaires sont là pour toute question ou demande de précisions ; si je peux y répondre, je le ferai avec grand plaisir.


7 Comments

  1. Caroline
    Nakayomi• 3 novembre 2009 at 12:34

    J’adore le gif « Nobutaaa Poweeer Chinyu ! »
    Sinon, ma foi… Ce sera toujours intéressant à prendre je pense… (Les Johnny’s… Et le Hello Project, non ?)

    Répondre

  2. Caroline
    Ageha• 5 novembre 2009 at 17:50

    C’est une bonne idée, j’avais fais aussi un petit article pour présenter un peu les dramas (tous pays) mais pas aussi complet que ça, vraiment un petit article pour donner une idée à ceux qui découvrent.
    Ce qui est bien, c’est que ton guide va être bien détaillé. Je serais donc au rdv chaque semaine!

    Pour des blogs qui parlent de dramas, tu peux jeter un p’tit coup d’oeil dans ma liste des blogs&sites préférés : http://dramas-and-co.eklablog.net/mes-sites-blogs-preferes-p19691 … il y en a pleins, tu trouveras surement ton bonheur.

    Les Johnny’s occupent une place tellement importante dans le monde des dramas, cette rubrique sera bien utile!

    Répondre

  3. Caroline
    Carole• 5 novembre 2009 at 19:02

    « Passer d’une œuvre britannique à une étasunienne s’avère moins complexe et ne choque généralement pas, à l’exception peut-être de l’accent et d’autres caractéristiques secondaires – comme le sens de circulation des voitures. »

    Je cite, hein, pour dire que… je ne suis pas d’accord. Il y a certes l’avantage de la langue, les britanniques parlent anglais, mais c’est donner bien peu de valeur aux particularités culturelles anglaises. Il ne faudrait à mon avis, déjà, ne pas oublier, que c’est juste à côté de chez nous, et qu’on a grandi un peu avec une certaine base télévisuelle anglaise (Merci M6, on dira). Et ça, forcément, ça joue. A l’époque, on ne faisait pas la différence entre un programme anglais et américain, et certaines choses sont insinués dans notre cerveau, c’est tout. Ensuite, les français s’intéressant à la fiction britannique – je veux dire au delà de 2-3 séries à l’occasion – ne sont pas non plus ultra nbx. Car au final, ils produisent peut être moins que les japonais, ou n’importe quel pays asiatique, mais il faut quand même avoir une bonne endurance. Les différences culturelles sont peut-être moins flagrantes, mais elles sont là et autant valables que pour un programme australien, français ou américain montrés à un étranger. La différence culturelle nous apparait moindre car c’est une culture occidentale, c’est tout. Mais, perso, je n’ai jamais été freiné par les différences avec la Corée, par contre, je n’ai jamais été attiré par l’Espagne, et c’est juste à côté de chez nous.

    « Quoi qu’il en soit, il est toujours bon d’enlever ses œillères, de faire preuve de curiosité et d’essayer de s’ouvrir sur les richesses du monde. »
    Là-dessus, je pense qu’on ne peut pas non plus aller contre nature. Je ne parle que de mon expérience, mais j’ai réussi à endurer une série japonaise, et même en connaissant la réputation de certaines, je ne peux pas en regarder… Et toi, d’un côté, on ne peut pas dire que tu es vraiment passer le cap rayon coréen ou tawain, alors qu’il se trouve que les deux seuls pays que j’aime vraiment sur ce plan là. Car, justement, je suis réceptive à leur culture, et pas du tout à l’univers japonais. Certes, je n’en regarde pas bcp, je n’ai pas franchement le temps, mais je vais naturellement vers eux, et je suis de près ce qui se passe en Corée, mais je n’arrive vraiment pas à m’intéresser à ce qui se passe au Japon. On peut s’y pencher, mais à la base, on ne peut pas forcer les autres à s’intéresser. Au delà du manque de curiosité et de fermeture d’esprit – je ne vais pas te contredire, cette espèce existe – il y a une autre espèce qu’on a tendance à sous-estimé : celle qui s’en fout! Simple consommatrice de base, on ne la convertira jamais. J’en suis un cobaye, et j’ai eu mes propres cobayes. Je me suis penché sur la série asiatique car j’avais une amie fan de japon, qui se trouve, apres des années et années, venait de découvrir sa premiere serie coreenne. J’ai tenté le coup, ça a pris (pas du tout avec Meteor Garden, qu’elle m’avait passé). J’ai passé – littéralement, j’ai fourni – une série asiatique a une amie qui a regardé. Elle n’est jamais allé plus loin. Comme je lui avait passé Spooks, et elle n’a jamais poursuivi. Il n’y avait plus personne pour l’alimenter. De même, j’avais passé un t-drama a une autre copine, et je crois qu’elle ne l’a jamais regardé (ou alors, elle ne me l’a jamais dit). Bref, tu vois le truc. On peut y mettre toute la bonne volonté du monde, il y a juste des gens qui sont totalement passifs.

    (J’espère que je n’ai pas fait trop long!)

    Répondre

  4. Caroline
    Caroline• 1 décembre 2009 at 21:43

    @ Nakayomi ~ Moi aussi j’adore ce petit gif. Akira est trop chou dessus. Le Hello Project, ce sera sans moi, car je n’y connais rien ! Les Johnny’s appartiennent davantage à mon domaine et sont, à mon avis, davantage visibles dans les séries.

    @ Ageha ~ Merci pour les liens. Là, j’avoue être méga débordée, donc je n’ai pas trop le temps de regarder ça, mais je le ferai d’ici la fin de l’année.

    @ Carole ~ Ah mais je suis d’accord avec toi ^^. Je sais que des contrastes s’inscrivent entre les productions américaines et britanniques, mais ils sont quand même moins apparents. Je souhaitais surtout écrire que la différence est moins flagrante – pour un Occidental, j’entends – qu’entre une fiction américaine et une japonaise. Je pense qu’il existe tout de même une sorte de choc culturel quand on n’y connaît rien, surtout au niveau de la manière de jouer, des thèmes abordés et parfois de la réalisation. Bref, j’ai l’impression de ne pas être claire, mais c’est pour préciser que je n’ai jamais voulu dire qu’il n’y avait pas de différences notables, seulement qu’elles étaient moins visibles pour un Occidental comme les lecteurs de ce blog (a priori !). Donc, je suis d’accord ^^;.

    Et toi, d’un côté, on ne peut pas dire que tu es vraiment passer le cap rayon coréen ou tawain
    Eh bien, là, je suis obligée de te contredire. J’ai déjà regardé un k-drama en fait, l’article est prévu pour jeudi d’ailleurs. J’y explique pourquoi j’ai mis autant de temps pour me lancer dans les séries sud-coréennes. Ce n’est pas du tout une question de goût ou d’attirance, mais une question de temps. Même si je ne cache pas que je resterai une fan du Japon devant l’Éternel, j’ai toujours été fascinée par l’Asie, et non pas que par le Japon. Mon problème est que j’aime connaître un truc à fond avant de passer à autre chose. Du coup, j’attendais d’avoir vu une grande partie des j-dramas qui m’intéressent. On se comprend, c’est stupide parce que la liste augmente limite tous les jours.

    Pour les tw-dramas, j’ai la quasi-totalité d’une série (Devil Beside You) et je devais la commencer, mais comme je n’avais pas Internet en octobre et novembre 2013, je n’ai pas eu la fin et, donc, je ne me suis pas lancée. Je ne regarde que quand j’ai l’intégralité du drama en ma possession. Bref, non, je m’y lance, c’est juste qu’il faut du temps et j’en manque un peu. Beaucoup même. Comme un tas de monde en fait.

    Ceci dit, c’est vrai que je n’ai pas pensé à la catégorie qui se fiche des séries autres qu’américaines… Je suis quelqu’un de très curieux de nature et j’aime découvrir un tas de nouvelles choses donc, pour moi, aller voir ailleurs me paraît normal.

    Au fait, j’ai regardé la saison une de Spooks il y a quelques mois. C’est surtout grâce à toi, Fabien et Heather. Mais bon… j’en parlerai plus quand j’écrirai l’article ^^;;.

    Pas de problème pour la longueur, j’aime bien quand c’est intéressant.

    Répondre

  5. Caroline
    Carole• 1 décembre 2009 at 22:40

    Tu me tiens rigueur pour quelque chose que je ne peux savoir, et qui a mis du temps à venir, quand même. Donc pas de véritable excuse durant tout le temps d’avant. Perso, je ne pense pas qu’il s’agisse de maitriser ou non un domaine – la série japonaise en l’occurence – car, comme tu le dis toi même, il y en a toujours qui se rajoute. Franchement, entre les américains et les anglais, personnellement, je suis déjà complètement débordée. Je pense alors qu’intervient un ordre de priorité que l’on s’impose soi même. Tu choisis volontairement le Japon aux autres pays, et il n’y a rien de mal à cela. Perso, j’ai choisi l’Amérique et l’Angleterre, et à l’occasion, je fais un petit arrêt côté Corée. C’est tout. Est-ce que je n’aurais pas envie de mieux me pencher sur le dit pays ? Bien sûr que si! Mais, là, comme tu le dis, le temps entre jeu, et il faut faire des sélections. Après, je comprends l’envie de maitriser à fond le sujet, je ne vais pas te contredire, mais bon, entre nous, c’est juste impossible, car si tu es un peu comme moi, cela implique d’avoir tout vu (et là dessus, t’as pas idée comment est Fabien, c’est inquiétant!). Tu vois mon point de vue ? C’est comme cela que je le vois, perso. La culture, c’est un peu ce qui me fait avancer (t’as du le remarquer hein), et je me suis retrouvé a un point ou il a fallu choisir, et je me suis rendu compte qu’il fallait sacrifier des choses au passages… (D’ailleurs, tu as vu, j’ai emprunté le tome 1 de Gunnm, t’es fière de moi, hein)

    Devil Beside You, pour moi, cela avait été une belle surprise, je ne m’attendais pas à autant aimé (punaise, cela me donne envie de me plonger de nouveau dans la série asiat’ rggghhhh, j’ai pas le temps lol!)

    C’est cool pour Spooks. C’est un incontournable de la télévision britannique! J’espère que cela t’as plu!

    Répondre

  6. Caroline
    Haruka• 2 décembre 2009 at 18:39

    Youpla… ne vois pas ça comme du plagiat mais je comptais aussi faire un lexique. Beaucoup moins complet que le tien mais je comptais parler de la définition d’un drama, du lexique des termes japonais et des acteurs et actrices phares. Par conte, je parlerai de la musique des drama dans le post lui correspondant. Je comptais aussi montrer dans chaque post les génériques de début et fin :s. C’est juste que je mets du temps à faire tout ce que je veux faire. Du coup, je prends du retard et au final, tu les postes avant moi XD ! Mais vraiment, je comptais aussi en parler.

    Répondre

  7. Caroline
    Caroline• 4 décembre 2009 at 23:02

    @ Carole ~ Ah bah oui, évidemment, il y a un ordre de priorité. Pour la maîtrise du sujet, j’ai fait une croix dessus, mais c’est d’un frustrant.
    Oui j’ai vu pour Gunnm, c’est bien ! J’espère qu’il va te plaire. C’est un des premiers mangas que j’ai lu et, à l’époque, j’avais adoré.
    Pour Spooks, tu auras la réponse en 2010 j’imagine.

    @ Haruka ~ Ouh là, pas d’inquiétude ! Si on veut expliciter un minimum les j-dramas, on est bien obligé de parler des mêmes choses. J’ai hâte de voir ton site lorsqu’il sera mis en ligne.

    Répondre

Laisser un commentaire