(Guide) Les j-dramas : par quoi commencer ?

Par , le 29 novembre 2009

Ah, la fameuse interrogation à laquelle il est presque impossible de donner une réponse gravée dans le marbre. Tellement de critères entrent en compte que ce serait totalement ridicule de proclamer qu’il faut débuter par untel j-drama ou un autre. L’idée est de prendre son courage à deux mains et de se jeter à l’eau, quitte à être quelque peu échaudé, mais de persévérer et essayer divers titres dans des genres radicalement différents. Ce n’est pas en regardant une seule série japonaise que l’on pourra affirmer que les productions du pays ne sont pas faites pour soi. Rappelons effectivement que ce microcosme particulier est marqué par sa versatilité ; trouver chaussure à son pied n’est pas une tâche impossible, à condition de s’en donner les moyens. Le but de ce billet n’est en aucun cas d’offrir une solution clé en main, puisqu’il n’en existe pas. Il tente plutôt d’aiguiller sensiblement le public avide d’exotisme et d’un renouvellement de ses horizons.

Une des premières questions à se poser est de savoir si l’on est familier de la civilisation japonaise. Si l’on n’y connaît absolument rien, les premiers pas seront probablement un tantinet plus ardus et impressionnants. En revanche, pour peu que l’on ait déjà regardé un animé, lu un manga, testé un film, parcouru des romans ou, mieux, visité le pays et côtoyé ses habitants, le choc culturel devrait être moins prononcé. Ne nions effectivement pas que les différences d’avec les séries américaines auxquelles la majorité est habituée sont flagrantes et peuvent laisser circonspects. L’interprétation est peut-être l’élément le plus caractéristique tant, dans de nombreuses fictions, le surjeu est régulier. Tout y est amplifié, les mimiques et grimaces peuvent être de la partie, les comédiens gesticulent et, plusieurs y seront totalement hermétiques, voire irrités. Contrairement aux apparences, ce cabotinage n’est pas nécessairement un écueil, mais plus un style sur le fil du rasoir qui, associé au talent de l’acteur et à l’écriture des dialogues est capable de se révéler extraordinaire et transcendant littéralement l’ensemble. Il est toutefois indiscutable que les ratés sont plus nombreux que les réussites. Quoi qu’il en soit, ce surjeu est en grande partie présent dans les comédies et n’est pas une obligation. Ce sont ainsi les différences culturelles qui ont tous les risques de freiner le téléspectateur, ce qui signifie pourquoi il est certainement préférable de s’y plonger doucement et de ne pas opter de prime abord pour un j-drama disposant d’une identité trop connotée. Par exemple, des pépites de la trempe de Nodame Cantabile et Tiger & Dragon figurent parmi les succès qualitatifs, mais la première est une injection survitaminée proche de l’animé et la seconde aborde un divertissement traditionnel multipliant les jeux de mots et autres références à la culture populaire. En somme, dans l’idéal, ces séries devraient être regardées une fois quelques clés de décryptage maîtrisées.

 

Le deuxième critère important avant de choisir quoi que ce soit est de se rapporter à ses propres goûts. Si l’on déteste la romance, il est évident qu’il ne faut pas opter pour une série favorisant les histoires d’amour ; ce serait se tirer une balle dans le pied. C’est en partie pour cette raison que citer un j-drama en guise d’apéritif et d’ouverture ne se fait pas à la légère. Pour vous aider, voici quelques pistes :

Beaucoup se sont lancés dans les j-dramas via Nobuta wo Produce et Hana Yori Dango. Le premier est, à mon sens, un excellent choix et je serais d’ailleurs tenté de le proposer à presque tout le monde. Il s’agit d’une jolie amitié distillant une ambiance japonaise, sans trop en faire, et se voulant attendrissante, drôle et mouvementée. Par contre, Hana Yori Dango commence à prendre de l’âge et, malgré son incroyable statut à travers toute l’Asie, illustre une histoire d’amour assez fleur bleue, très kitsch par moments ; elle ne devrait être essayée que par les indécrottables romantiques ayant gardé un cœur d’adolescente. Autrement, Orange Days, 1 Litre no Namida ou encore Pride font office de fictions assez faciles d’accès pour la bonne raison qu’elles abordent des thématiques humaines universelles et fédératrices. Vous l’avez compris, à mon avis, le point d’entrée se doit d’être un feuilleton relativement proche de ce qui peut se faire en Occident, mais possédant tout de même plusieurs facettes de l’identité culturelle du Japon, de manière à immerger progressivement le téléspectateur.

 

N’hésitez surtout pas dans les commentaires – ou par mail –, à demander des suggestions et conseils plus ou moins personnalisés. Cette proposition est valable pour le choix premier j-drama, mais aussi pour n’importe quelle autre série à tester. Bien sûr, je n’ai pas la prétention d’avoir réponse à tout, si ce n’est que ma modeste expérience en la matière peut probablement aider quelques-uns d’entre vous.[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]


10 Commentaires

  1. Nakayomi• 30 novembre 2009 à 11:44

    J’aurai peut-être évoqué Long Love Letter dis donc… Ni trop romance, ni trop scolaire, et à mon avis, une histoire assez universelle… Même si c’est sans doute assez à part dans la masse de la production nippone… Mais à la rigueur, ça peut donner envie d’aller voir ailleurs (après, y’a le risque d’être déçu par le reste, ok…).
    Sinon, Nobuta wo Produce, c’est clair que ça me semble être un bon truc pour commencer… (J’dis pas ça parce que moi aussi j’ai commencé comme ça, hein…)

    Répondre

  2. Saru• 30 novembre 2009 à 19:03

    Le premier épisode de drama que j’ai vu, c’était le premier de Kimi wa petto : j’avais trouvé ça étrange mais très marrant. Mais peut-être que si je n’avais pas déjà un pied dans la culture japonaise, j’aurais déguerpi vite fait, parce que pour commencer, une série avec un sujet pareil… :D
    En même temps, je n’avais pas la suite, et le deuxième épisode de drama que j’ai vu, c’est le premier de Nobuta, et j’ai détesté ! :) Je ne comprenais rien aux motivations des personnages, et (ça doit être lié) tous m’étaient antipathiques…
    Le premier que j’ai vu en entier, je crois que c’est Hana Yori Dango (je ne sais plus trop, entre ça et Gokusen…) En fait, je crois que ma porte d’entrée dans les dramas, c’était Matsumoto Jun. Je crois que peu importe l’univers dans lequel on veut me faire entrer, il faut choisir le bon représentant ! :D

    Répondre

  3. Caroline• 1 décembre 2009 à 21:59

    @ Nakayomi ~ Ah oui, je n’ai même pas pensé à Long Love Letter, honte sur moi. C’est pourtant une série que j’ai adorée ; ce serait bien qu’il y en ait plus de ce genre.

    @ Saru ~ Je n’ai jamais vu le drama, mais j’ai lu – et adoré – le manga. J’hésite d’ailleurs à regarder la série parce qu’il y a Koyuki, et elle a tendance à me gonfler. Pourtant il y a Eita et Matsujun donc, bon…
    Haaan, tu as détesté Nobuta wo Produce, je suis choquée :P.

    Répondre

  4. Haruka• 2 décembre 2009 à 18:28

    Bon choix ! Je pense que les dramas scolaires sont assez faciles à démarrer. Ca permet en plus de se cultiver un peu :p.
    Le traitement de tes images est très joli dans ce post :3. On pourrait croire que Gokusen est un drama génial avec cette image XD

    Répondre

  5. Ageha• 3 décembre 2009 à 23:04

    J’ai vu Pride (enfin!) la semaine dernière et j’ai beaucoup aimé, le lui ai même mis 9/10! C’est un bien de l’avoir cité.

    J’ai découvert les dramas par hasard sur un site de streaming et je suis tombée sur Ichi rittoru no namida, j’ai donc commencé par celui-ci…donc du lourd parce que j’en pleuré, trop triste! Puis j’ai enchaîné avec Majo no jouken et My boss my hero … après je sais plus, j’ai continué à en voir plein.
    Je pense que Nobuta wo produce fait partit aussi de mes 1er dramas et j’ai adoré.

    En fait ça dépend des personnes pour le « 1er drama », parce que j’ai voulu faire découvrir un drama à une amie qui adore les séries et elle n’a même pas voulu en voir un extrait.
    Alors j’ai testé les dramas sur ma famille qui n’y connaissent rien à la culture japonaise et pourtant!!! J’ai fais découvrir à mon père My boss my hero et Nodame Cantabile et surprise il adore et maintenant je lui prête régulièrement des films asiatiques.

    Je suis d’accord aussi pour Orange Days, c’est le genre de drama plus « mature » avec des personnages peut-être plus accessibles comme Pride.

    Je crois que je ne verrais jamais Gokusen et de même pour Densha Otoko, ça ne me dit vraiment rien.

    En fait au début quand j’ai vu My boss my hero, tellement les acteurs surjouaient, comment c’était déjanté, je me suis dis « ils sont dingues ces japonais »^^. J’aime bien.

    Répondre

  6. Caroline• 6 décembre 2009 à 21:30

    @ Haruka ~ Mais voyons, Yankumi, jouée par la délicieuse Nakama Yukie, est une perle. LE personnage ultime même. Comment ça, je ne suis pas crédible ?

    @ Ageha ~ Ouaw, en effet, tu as commencé par du lourd ! Je n’ai pas regardé 1 Litre no Namida, mais j’en ai entendu parler. Il est sur mon programme ; or, je n’aime pas Sawajiri Erika et je traîne en conséquence les pattes.

    C’est sûr que l’appréciation dépend des gens. Il y en a forcément chez qui ça va marcher de suite, alors que pour d’autres, ce sera les cris. Mais, honnêtement, j’aurais trop peur de faire commencer quelqu’un par un drama assez farfelu comme Nodame Cantabile, et de limite le terroriser ^^;;;. Mes connaissances sont plutôt du genre à dire que les trucs japonais c’est débile, alors les mettre en face d’une série très manga, eh bien, c’est casse-gueule dans ce cas.

    Pour Gokusen et Densha Otoko, tu ne rates rien.

    Répondre

  7. kid007• 9 avril 2011 à 1:11

    Salut je suis encore nouveau en drama et apres nobuta o produce comme tu l’avait conseiller qui est super bien j’ai regarder hana yori dango;bambino zettai kareshi proposal daisakusen gto kimi wa petto . Je suis bloquer .Peut tu me conseiller un j-dramas SVP

    Répondre

  8. tanukibzh• 11 octobre 2014 à 17:39

    Hana Yori Dango ou Nodame Candide ce sont de beaux dramas pour commencer, j’ai adoré les deux :-)
    J’ai commencé à regarder des dramas en débutant par Nobuta wo Produce, je l’ai détesté et je le recommande pas. A mon avis, Life serait un meilleur choix pour commencer que « Nobuta wo produce » pour évoquer le thème de « ijime ». Après tout dépends des goût de chacun…

    Répondre

    • Caroline• 12 octobre 2014 à 11:07

      J’ai bien aimé LIFE quand je l’ai regardé, mais je ne le recommanderais franchement pas pour débuter les j-dramas, excepté peut-être si l’on connaît déjà plutôt bien la culture japonaise. Le phénomène d’ijime n’est quand même pas facile à appréhender, alors mettre les pieds dans le plat par là, je trouverais assez peu judicieux. Mais c’est certain que si l’on souhaite approfondir ces thématiques de persécution, ce n’est pas Nobuta wo Produce qui est le plus adapté ^^.

      Répondre

Laisser un commentaire