Troisième journée de la semaine spéciale Noël donc troisième article-cadeau et cette fois-ci il est pour Nephthys qui a demandé la saison quatre de Stargate Atlantis.

A la base il était prévu que je visionne cette avant-dernière saison de Stargate Atlantis cette année mais bon, vous savez tous qu’on ne prend pas toujours le temps de faire tout ce que l’on veut. L’année dernière j’avais enfin recommencé la série, me disant que ça ne servait plus à rien d’attendre l’hypothétique diffusion sur M6. Je crois bien qu’on peut faire une croix dessus d’ailleurs. A l’instar des saisons passées, cette quatrième est composée de vingt épisodes. Elle fut diffusée entre septembre 2007 et mars 2008 sur Sci-Fi. Aucun spoiler.

Comme à chaque fois, je ne me souvenais plus très bien de ce qu’il s’était passé dans les épisodes précédents donc le petit récapitulatif n’était pas de refus. Atlantis étant en mauvaise posture suite à l’arrivée des Réplicateurs (encore eux oui…) avait décollé dans l’espace (!!) pour aller on ne sait-où, faire on ne sait quoi. Elizabeth semblait être en très mauvaise posture. Le season premiere redémarre de suite à ce moment-là. Il est plutôt réussi et est assez divertissant, notamment grâce à pas mal d’action. Bon sinon… eh bien, cette saison fut un véritable calvaire. Du fait de sa présence dans la semaine spéciale Noël, j’ai dû la regarder en quelques semaines et je peux vous dire que j’ai souffert. Regarder un épisode par-ci par-là ça va mais plusieurs, de rang, plusieurs fois dans la semaine, ce fut une abomination. Cette saison est d’une médiocrité affligeante. Les loners se suivent et se ressemblent. Je sais très bien qu’attendre de l’originalité de Stargate Atlantis c’est de l’utopie mais là, ce n’était même pas divertissant ou si peu. C’était encore les mêmes planètes, les mêmes enjeux, les même bla-bla, les mêmes blagues. Les personnages n’évoluent pas d’un pouce, limite ils sont identiques à ce qu’ils étaient lors de la première saison. Je ne parle même pas de Teyla qui est une vraie blague. A quoi sert-elle si ce n’est à énerver tant l’actrice joue mal ? Le pire c’est que les scénaristes se sont rappelés de son existence et lui offrent une vraie intrigue mais mauvaise et semblant sortie de nulle part. Même Sheppard m’a souvent ennuyée, c’est dire à quel point il y a quelque chose qui cloche. McKay est globalement agréable si ce n’est qu’il est totalement sous-exploité et toujours relégué au simple « sauveur d’Atlantis par on ne sait quel miracle ». Par contre, heureusement que Ronon est là, c’est le seul à sauver les meubles. Il ne dit pas grand chose mais au moins le regarder ne donne pas mal aux yeux et il ne tape pas sur les nerfs. A ce propos, l’épisode qui lui est dédié n’est pas trop mauvais et j’étais plutôt contente de revoir Mark Dacascos, mon chouchou quand j’étais ado ^^
Autre chose qui me dérange, ce sont les personnages qui meurent pour des raisons débiles, reviennent on ne sait comment mais sous formes diverses et variées et qui parfois ne servent à rien. Ça en devient usant. Un personnage prend de l’importance, il avait été juste présenté en saison trois, à savoir Jennifer Keller, le nouveau médecin de la base. J’aime bien Jewel Staite (Firefly) donc ça fait plaisir de la voir, elle a apporté une certaine fraîcheur à l’ensemble. Sinon, Samantha Carter devient régulière et… bah je ne vois même pas quoi dire là-dessus tant son personnage n’apporte rien.

La saison quatre alterne entre les Wraiths, Michael, les Réplicateurs et autres méchants du spin-off. Les Wraiths et Michael, aucun problème, j’aime assez. Toutefois, ça manque cruellement de profondeur. On n’en sait finalement que très peu sur eux et on ne les voit qu’au travers des humains. Là où le bas blesse, c’est avec les Réplicateurs. Dans Stargate : SG-1, ils commençaient déjà à me taper sérieusement sur les nerfs. Du coup, les voir débarquer en saison trois dans Stargate Atlantis ne m’avait pas enchantée. Encore une fois on a le droit à leur présence. Certes il y a une sorte de développement, tout du moins une tentative mais ça sonne tellement Battlestar Galactica du pauvre que ça en est désolant.

Cette avant-dernière saison de Stargate Atlantis est de qualité largement discutable. La plupart des épisodes sont vides de contenu et ne servent à rien. Ce n’est pas tant est qu’on s’ennuie réellement, c’est globalement divertissant, mais ça devient vite lassant. Les situations sont vues et revues et parfois les choix scénaristiques sont difficilement compréhensibles. Honnêtement, sur les vingt épisodes on peut jeter au moins la moitié à la poubelle. Ça fait quand même beaucoup. La fin rattrape un peu le tout, sauf que ce n’est pas suffisant. Bref, il est évident que la saison cinq passera par mes écrans car je ne vais pas m’arrêter avant la fin, espérons juste qu’elle sera meilleure.