C’est assez marrant de voir un peu comme une série avec un énorme buzz comme Heroes en première saison est passée au statut de quasi invisible en saison quatre. Eh oui, la série vient de voir s’achever sa quatrième saison, dans une certaine discrétion. Est-ce bizarre ? Pas vraiment. Diffusée entre septembre 2009 et février 2010, toujours sur NBC, elle comporte 19 épisodes. Ils sont divisés en deux volumes, le 5ème : Redemption et le 6ème qui débute une minute avant la fin du season finale : Brave New World et qui donc amorce une hypothétique saison cinq. Pour le moment, Heroes n’est en effet toujours pas annulée. Concernant la diffusion française sur le hertzien, vous pouvez plus ou moins faire une croix dessus. En tout cas sur TF1 c’est cuit. Aucun spoiler.

La saison trois était nulle. Entre les personnages qui changent de caractère comme de chemise, les retournements de situations bidons et l’ennui mortel qui s’en suit, on avait de quoi faire. Comme je suis incapable d’arrêter une série, même si je suis à deux doigts du massacre de télé, la saison quatre de Heroes est passée par mon écran. Le début est à peu près correct. On retrouve une certaine atmosphère telle celle de la première saison. Ce n’est pas nécessairement du haut vol mais on ne s’ennuie pas vraiment. Il semble y avoir une certaine suite dans les idées et les personnages ne sont pas inintéressants. Malheureusement, l’arc sur Samuel et ses copains forains, a vite plombé l’ambiance. L’intrigue aurait pu être intéressante mais c’est juste pénible à suivre. Le rythme est très lent, il ne se passe pas grand chose. Ce fameux Samuel est interprété par Robert Knepper, T-Bag de Prison Break. Il est entouré de personnes ayant toutes des pouvoirs extraordinaires. Le gros problème est qu’on a l’impression que Samuel ne sait même pas ce qu’il veut et qu’il navigue en plein flou. Du coup, c’est pareil pour nous. La saison ne décolle jamais et on n’a aucune idée de là où les scénaristes veulent nous emmener. Côté acteurs on retrouve autrement Todd Stashwick (The Riches), Kate Vernon (Battlestar Galactica) ou encore Madeline Zima (Californication).

La fin de la saison trois se terminait sur la mort d’un personnage important. On le retrouve encore un petit peu en saison quatre mais il finit par disparaître complètement. Je ne l’aimais pas donc je m’en fiche totalement mais ça n’empêche pas que ce soit un peu bizarre de l’avoir écarté ainsi. De même, le traitement tout autour de ce qui lui arrive est, en plus d’être ridicule, totalement sorti de nulle part et pas crédible pour un sou.
Le season finale se termine dans l’indifférence la plus totale. Il pourrait passer pour un series finale sans trop de problème. Certes, ça ferait un dernier épisode du pauvre mais même s’il s’agit là d’un cliffhanger, il peut passer pour une fin ouverte.

Les lois télévisuelles sont impénétrables. Heroes ne mérite pas une cinquième saison. Elle ne méritait déjà clairement pas sa quatrième alors bon… Ce serait bien si on en avait terminé avec la série. Cette saison était encore une fois d’une médiocrité souvent affligeante. Il y a une volonté de simplifier les histoires mais l’action a disparu pour faire place à de la lenteur ennuyante. De nouveaux personnages sont de la partie et ne servent à rien. Qui a compris l’intérêt d’Emma ? Quant aux personnages déjà en place, leur massacre continue en bonne et due forme. Difficile de ne pas avoir un gros mal au cœur en voyant Sylar. Où est passé le meurtrier flippant de la saison une ? Claire est toujours aussi insupportable. On en revient toujours au même avec Noah. Le seul point marquant c’est lorsque Hiro se balade partout en passant pour un vrai geek et lorsqu’il retrouve une certaine personne dans un certain tribunal. Quelle joie de revoir cet acteur ^^ Au final, la saison est meilleure que la précédente mais elle est toujours au raz des pâquerettes. Elle m’aura juste donné envie de revoir Carnivàle. Allez zou, envoyez-la aux oubliettes !
Edit : La série est annulée. Merci.