Les séries pour adolescents fonctionnant à peu près correctement sur The CW, Gossip Girl s’est vue octroyer une saison trois de vingt-deux épisodes diffusés entre septembre 2009 et mai 2010. Une quatrième est d’ores et déjà d’actualité. Aucun spoiler.

Sans être indispensable, la deuxième saison se laissait plus ou moins regarder. Malheureusement, ce n’est pas du tout le cas de la troisième. Durant la totalité de ses épisodes, elle change plusieurs fois de ton, ne donnant pas l’impression de savoir où elle se dirige. En dépit de son intérêt jusque-là plus que discutable, cette fiction parvenait au moins à divertir grâce à des dialogues souvent bien sentis et un côté assez sarcastique. Cette année, ce n’est pas du tout le cas. Les intrigues sont poussives en plus d’être totalement ridicules. La médiocrité est telle qu’il devient difficile de préciser quel choix scénaristique est le pire de tous. Entre Jenny continuant sa crise d’adolescence et provoquant des envies de meurtre sanglant, Serena qui ne fait absolument rien de ses journées, ou encore Dan concoctant des plans à trois, le public ne sait plus où donner de la tête. Hilary Duff est présente le temps de quelques épisodes et, à ma grande surprise, n’est pas des plus mauvaises. Par contre, le cliffhanger avec Georgina est ridicule au possible. Au cours des précédentes saisons, les personnages permettant à l’ensemble de se montrer moins prévisible et plus agréable étaient Blair et Chuck. Même si cette dernière est toujours aussi classe et bitchy, elle n’est pas gâtée au niveau du scénario. Elle entre à la fac – on ne l’y voit jamais, d’ailleurs –, mais elle s’intègre assez difficilement. Point. On ne la découvre plus qu’à travers Chuck, ce qui est bien dommage, d’autant plus que celui-ci se révèle assez fade. Par ailleurs, les adultes s’y mettent également puisque leurs histoires sont tout autant inintéressantes que celles des jeunes. Pour la première fois, le père de Serena, interprété par William Baldwin, apparaît à l’écran et ne sert strictement à rien tant l’arc s’en suivant est ennuyant et très mal écrit.

En résumé, il n’y a finalement rien à dire sur la saison trois de Gossip Girl qui s’avère d’une grande nullité. Creuse et banale, elle n’est même pas capable de divertir convenablement. Les intrigues sont plates et dénaturent par moments totalement les personnages. Restent les répliques qui, sporadiquement, se révèlent piquantes, mais c’est bien peu de chose face aux multiples problèmes. Serai-je de la partie pour la suite ? Hmm… on verra !