Continuons la découverte des séries sud-coréennes avec un genre qui a la faveur des habitants : la comédie romantique. Pour cela, place à My Girl, diffusée durant l’hiver 2005/2006 sur SBS et composée de seize épisodes. Ce sont les soeurs Hong qui se sont chargées du scénario. Elles sont entre autres à l’origine du k-drama de l’année 2009 : You’re Beautiful. Attention à ne pas confondre avec le j-drama My Girl, ils n’ont de commun que leur titre. Aucun spoiler.

Joo Yoo Rin est une guide touristique qui passe son temps à inventer des mensonges pour sauver son père et rembourser les dettes de celui-ci. Un jour qu’elle est poursuivie par des hommes à qui son père doit une forte somme d’argent, elle rencontre Seol Gong Chan, l’héritier d’une importante chaîne d’hôtels. Son grand père est très malade et il désire retrouver sa petite fille (il avait dans le passé perdu sa fille de vue). Désespérant de la retrouver, Seol Gong Chan demande à Joo Yoo Rin de jouer son rôle pendant quelques jours afin que son grand père puisse partir en paix. Mais par miracle, il se rétablit et n’a pas l’intention de perdre de vue sa petite fille retrouvée…
Source : NewsAsia

Pour le moment, j’ai surtout eu l’occasion de regarder des k-dramas ne se déroulant pas à l’époque contemporaine. Même si je suis une aficionado de l’historique, ça fait du bien de voir du moderne. Ayant lu un peu partout de bonnes critiques concernant My Girl, j’étais assez intriguée, même si les photos ne me donnaient pas du tout envie. Ce fut une véritable bouffée d’air frais, pile poil ce dont j’avais besoin à ce moment-là. Il s’agit d’un condensé de vitamines, de bonne humeur, de personnages adorables pour la plupart, de romance et d’humour. Heureusement j’écris cet article plusieurs semaines après l’avoir terminé, ça me permet d’être un tant soit peu plus objective.
Commençons par vanter les talents d’écriture des soeurs Hong. L’histoire est originale sans l’être véritablement. Au-delà de la fausse identité endossée par l’héroïne, il s’agit avant toute chose d’une comédie romantique classique. Si l’on se demande si Gong Chan finira par trouver la véritable petite-fille, autrement dit sa cousine, c’est surtout sa liaison avec Yoo Rin qui prime. Forcément, on sait tous de quelle manière cela va se terminer mais il faut faire attention aux k-dramas qui peuvent aimer frustrer le téléspectateur… En seize épisodes, l’ennui ne pointe jamais réellement le bout de son nez. C’est divertissant, bien rythmé et riche en rebondissements. Si certains sont au final prévisibles, ils sont tout à fait acceptables en raison de la manière dont ils sont mis en avant. Les personnages se font tous des films sur la réaction d’untel, sur ce que l’autre a vraiment voulu dire, etc. Ces moments sont hilarants et souvent truffés de référence. Ca passe de The X-Files aux Parapluies de Cherbourg en faisant un détour par James Bond. De ce fait, l’ensemble est rafraîchissant et atténue quelque peu le côté classique de la série.

Le fameux carré amoureux coréen est de la partie ! Toutefois, deux de ses membres sont bien faiblards par rapport aux héros. Gong Chan et Yoo Rin sont incarnés par Lee Dong Wook (qui fait actuellement son service militaire) et Lee Da Hae. Il existe une réelle alchimie entre les deux et on se plaît à suivre leurs aventures souvent cocasses. Gong Chan est sérieux, un peu trop même, arrogant et passe son temps libre à travailler. Sa rencontre avec l’espiègle et farfelue Yoo Rin sera plus qu’explosive. Cette dernière insuffle de l’énergie et de la joie partout où elle passe. Son actrice est par ailleurs fort crédible et absolument adorable. Ces deux héros pensent n’avoir rien en commun mais finissent évidemment par comprendre qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Or la vie est toujours plus compliquée qu’elle n’en a l’air. Ces personnages ne sont pas figés dans le temps, tous deux évoluent au fil des épisodes.
Il existe donc deux rivaux, un féminin et un masculin. C’est Park Si Yeon qui interprète la tenniswoman Kim Seo Hyun (Story of a Man), ancien amour de Gong Chan. Son personnage est détestable, c’est bien le seul du drama d’ailleurs. Elle fait tout pour récupérer celui qu’elle considère comme l’homme de sa vie, manigance et manipule. Elle n’est pas assez développée et se révèle trop monolithique, dommage. Le constat n’est pas aussi négatif pour Seo Jung Woo, le cousin de Gong Chan, joué par le toujours aussi charmant Lee Jun Ki (Iljimae). Coureur de jupons, il est frivole et ne pense qu’à s’amuser. Il tombe vite amoureux de Yoo Rin mais elle ne voit absolument rien. Il est un petit peu trop mou et se laisse facilement battre par Gong Chan. Un peu plus de combativité aurait été bienvenue. Ceci dit, il m’a brisé le coeur à de très nombreuses reprises.

Un gros point fort de la série, au-delà de son humour pétillant, se trouve être sa galerie de seconds rôles. Quelle belle brochette de spécimens. Ils sont tous un brin allumés, voire même totalement. Il y a toute la famille de Gong Chan avec notamment sa tante et le chauffeur / que sais-je. D’ailleurs, quelle surprise de découvrir que cette dernière Choi Ran, est la scénariste d’Iljimae ! N’oublions pas la mère de Jung Woo, qui adore lancer des piques et tenter de déstabiliser sa fabuleuse meilleure ennemie adorée. Du côté de Yoo Rin, on retrouve sa copine et son frère qui passera une bonne partie de la série à faire la cour à une femme absolument magnifique *.* Bien sûr qu’il s’agit de l’assistante de Gong Chan, incarnée par Lee Eon Jeong. Quelle classe et quel charisme ! A chaque apparition j’étais comme envoûtée. Aussi bizarre que ça puisse paraître elle me fait penser à Lee Philip.

My Girl est une série codifiée en raison de son genre mais elle possède de nombreuses qualités qui la font sortir quelque peu du lot. L’ensemble est suffisamment convaincant pour offrir du bon temps, tout en faisant rire à s’en décrocher parfois la mâchoire. L’émotion est elle aussi de la partie, surtout en fin de série, mais il y a toujours des petits moments bien délirants pour ne pas plomber l’atmosphère. Encore une fois, les Coréens prouvent qu’ils savent gérer avec merveille leurs personnages, qu’ils soient secondaires ou non, en leur accordant de riches traits de caractère. Au final, il s’agit d’une comédie romantique de plutôt haut de gamme, mignonne et sincèrement entraînante.