Ce n’est pas possible, ce jour est enfin arrivé ? Je suis venue à bout de Gokusen ? C’est vrai de vrai ? J’ai du mal à y croire… Il n’y a donc plus rien après ? Enfin ! Cela m’aura quand même pris trois ans. Entre les renzoku, les tanpatsu et le film, on avait de quoi ne jamais oublier cette fichue série. C’est avec un grand soulagement que je lui ai donc dit au revoir avec son film intitulé Gokusen : The Movie. D’une durée de deux heures environ, il est sorti en salles au Japon le 11 juillet 2009 et a très bien fonctionné. Aucun spoiler.

Yamaguchi Kumiko, alias Yankumi, est maintenant la prof des nouveaux élèves de la classe 3-D de Akado High School. Pendant ce temps, la police court après Ren, un ancien élève de Yakumi ayant terminé ses études, accusé d’avoir participé à un trafic de drogue. Kumiko essaie de le retrouver avec les autres anciens étudiants de la 3-D…
Source : Nautiljon

Gokusen : The Movie démarre quelques mois après la fin du SP associé à la saison trois. La rentrée scolaire débute et Yankumi est chargée de la nouvelle 3-D. Ces élèves ne sont pas totalement inconnus puisqu’on les avait en partie vus lors du SP. Ils s’étaient effectivement bagarrés avec la 3-D de l’époque. A l’instar des renzoku, Yankumi se charge de remettre sur le droit chemin ses nouveaux élèves mais cela se passe en deux-trois mouvements et l’on ne sait absolument rien d’eux. Le film est surtout l’occasion de retrouver de nombreux visages connus.

L’histoire est totalement tirée par les cheveux et si cela a toujours été un peu le cas, là, c’est le summum du n’importe quoi. La séquence du début, avec le détournement d’avion, est consternante. On sent que le budget est plus important que pour la série télévisée mais il aurait peut-être fallu l’investir d’une autre manière. C’est d’un ridicule incroyable. Yankumi se trouve effectivement face à des terroristes interprétés n’importe comment et résout la solution tendue en deux secondes. Évidemment, elle trouve toujours le moyen de passer pour une idiote et se faire remarquer devant tout le monde. S’il y a une volonté humoristique derrière, elle est totalement ratée. De même, le fil rouge du long-métrage qui est cette histoire de drogue, est usante car déjà vue, incohérente et ennuyante. On ne sent jamais aucune tension, ce n’est pas drôle et puis au bout de trois saisons, on en a vraiment marre.

Yankumi est toujours égale à elle-même et si l’on se doute qu’elle ne va pas changer arrivée maintenant, on ne peut s’empêcher d’espérer en vain qu’il y aura une quelconque évolution. Non, elle reste toujours aussi stupidement bête. Le film débute avec l’arrivée d’un professeur stagiaire, Odagiri Ryû, qui était un des élèves dans la saison 2. Toujours incarné par Kamenashi Kazuya, Ryû est juste pénible. Il semble s’ennuyer tout du long et n’apporte rien de particulier. C’est un vrai ratage de de côté-là. Sinon, Gokusen : The Movie ne lésine pas sur les retours. Si tous ceux de la 3-D de la saison trois sont là et intégrés correctement à l’intrigue, ce n’est pas du tout le cas des anciens. Le scénariste ne s’est pas foulé. Yankumi se promène et croise par hasard tous les protagonistes d’autrefois. Même si l’on apprécie Koide Keisuke, Oguri Shun, Narimiya Hiroki, Ishigaki Yûma, Hayami Mokomichi et Koike Teppei, un petit peu de subtilité n’aurait tué personne. Par ailleurs, celui que l’on espérait probablement tous, celui incarné par Matsumoto Jun, n’est même pas là. Quel dommage. Sawamura Ikki est également de retour mais en tant que personnage différent !

Gokusen : The Movie est plus que médiocre. Si la série n’a jamais brillé par son intelligence, le film est encore pire que ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Le scénario tient sur un timbre poste et est truffé d’incohérences. Les blagues tombent toujours à plat, la morale est lourde et on en revient au final à la même chose. Si les guest stars avaient la possibilité de le sauver, ce n’est même pas le cas tant elles sont insérées de manière banale. Au final, c’est avec un très grand plaisir que je laisse cette franchise de côté, en espérant qu’elle ne remonte JAMAIS à la surface.