Eiga : Kurosagi | 映画 クロサギ (film)

Par , le 28 décembre 2011

Histoire de refermer rapidement cette histoire d’escrocs, j’ai regardé assez peu de temps après le renzoku, le film clôturant Kurosagi. Intitulé tout simplement Eiga : Kurosagi, soit Le film : Kurosagi, il est sorti au cinéma au Japon le 8 mars 2008 et dure approximativement 120 minutes. Aucun spoiler.

La série télévisée est dispensable car elle manque de relief, survole tous les sujets et se contente de présenter un escroc peu crédible qui fait tomber ses congénères comme des mouches. Le film est encore pire. Alors que l’on pouvait espérer des réponses ou une avancée assez significative quant à Kurosaki et son passé qui le ronge, il n’y a rien. Ceux qui désirent une romance entre le héros et Tsurara peuvent également hurler au désespoir car là aussi, il n’y a rien à se mettre sous la dent. Il s’est certes passé un certain temps entre la fin de la série et le début du film mais on dirait que rien n’a changé à part la longueur des cheveux de Horikita Maki.

Le film est vide. Totalement et entièrement vide. Bien sûr, lorsque l’on apprécie Takenaka Naoto (Nodame Cantabile, Water Boys, Taiyô no Uta), on est toujours content de le voir mais cela n’aide pas du tout à faire passer la pilule. Son personnage qui est le grand méchant à abattre est insipide. Oui parce que vous avez bien compris, l’histoire du film est toute simple : Kurosaki doit déjouer les plans d’un nouvel escroc. C’est tout. Autrement dit, on a l’impression de se retrouver devant l’épisode 12 du renzoku. Certes, il y a une sorte de bras de fer entre Kurosaki et Yamazaki mais c’est tellement minime et sans tension que l’on se fiche royalement de ce que l’on voit à l’écran. Pourtant, il y a de l’ambition, le film multipliant les références à la tragédie Jules César de Shakespeare. Rien que ça !

Eiga : Kurosagi est par conséquent un film médiocre qui ne mérite absolument pas que l’on s’y attarde. Quand bien même on aurait apprécié le j-drama, ce long-métrage ne peut qu’être davantage frustrant tant il ne répond à aucune question, que l’espèce de vengeance de Kurosaki est bien fade et qu’en dépit de la présence de toute la distribution, on ne ressente aucun liant. Bref, c’est juste à oublier et à laisser prendre la poussière.


11 Commentaires

  1. Minalapinou• 28 décembre 2011 à 12:50

    J’ai hésité à mettre ce film dans ma liste des pires que j’ai jamais vu, mais je crois qu’il ne mérite même pas la dénomination de « film ». C’est un SP déguisé. Kurosagi était mon tout premier Jdorama et j’avais bien aimé (quand on découvre, on est beaucoup plus tolérant) et encore noob et innocente je m’étais dis tiens ! une suite en film ! Quelle bonne nouvelle, nous allons enfin pouvoir en savoir plus sur l’histoire du héros et voir la romance aller quelque part ! (ça se passait avant que je ne découvre Innocent Love et je pouvais encore supporter HiroMaki) Pauvre de moi. Je suis allée de déconvenues en déconvenues, et si ça ressemble à un autre épisode lambda, il n’était même pas au niveau des précédents (déjà pas bien élevé). Je crois que le plus ridicule c’était cette scène sous la pluie quand son mentor se met à délirer et se prend pour César (mais ça fait trop longtemps j’ai oublié ce qu’ils se racontent).

    Cela dit je garde quand même un bon souvenir de Kurosagi. Ça doit être l’un des rares Jdoramas « populaires » que j’ai apprécié (de Nodame Cantabile à Gokusen, je n’ai jamais réussi à accrocher aux autres). Ça doit être mon penchant pour les histoires de justice et de vengeance.

    Répondre

    • Caroline• 30 décembre 2011 à 22:33

      J’ai malheureusement vu nettement pire ^^;. Tu as tout à fait raison quand tu dis qu’il s’agit d’un SP déguisé. N’empêche, je me demande de quelle manière j’aurais apprécié Kurosagi si je l’avais testé, comme un grand nombre d’entre vous, lorsque j’ai débuté les j-dramas. Je l’aurais peut-être également apprécié. Dur de dire maintenant. Avec un peu de bouteille, je ne vois pas comment on peut le trouver très bon. À la rigueur, qu’on ne s’ennuie pas devant je peux plus ou moins le comprendre mais de là à être dithyrambique… Je t’avoue que concernant le film, je ne me souviens même pas non plus de ce qu’ils se racontent sous la pluie. Pour ma défense, j’ai regardé le film en octobre :p

      Toi aussi tu as souffert devant Innocent Love ! ARGH. Je compatis. Rien que le fait d’y repenser me file des boutons.

      Répondre

      • Minalapinou• 30 décembre 2011 à 23:28

        Je n’ose même pas relire ma vielle critique de Kurosagi, c’était du temps où tout était merveilleux et sublime au pays des dramas, où tous les acteurs étaient « débordants de charisme » (har har) et où tous les scénarios méritaient d’être comparés à des chefs-d’œuvre de la littérature (je n’ai compris qu’après en avoir vu plusieurs qu’en effet ils recyclent indéfiniment les mêmes classiques). Mais curieusement, Innocent Love n’est pas passé à travers les mailles du filet. Je crois que je lui doit ma première critique un peu sensée (extrait) :
        « Malgré son scénario tarabiscoté, ce drama reste désespérément prévisible, à tel point que parfois je me suis demandé si les scénaristes ne nous prenaient pas pour des idiots en nous laissant deviner tout ce qui s’est passé dès les premiers épisodes » (j’étais encore très gentille, je disais encore « parfois je me suis demandée si… » au lieu de dire « ils nous prennent pour des attardés »).
        Et et ça aussi : « La prochaine fois que HiroMaki s’exclame « Oiishiiii », je hurle. »
        Toute mon innocence et ma niaiserie n’ont pas suffit pour gober « Innocent Love » sans broncher. Bravo drama, tu as réussit l’exploit de me préparer à passer du côté obscur de la critique.
        Tu n’a pas fait de revue de ce drama au fait ?

        Répondre

        • Caroline• 31 décembre 2011 à 1:26

          Je te comprends. Moi aussi mes critiques du début sont bien plus sympas. Je pense que c’est pareil pour tout le monde. Enfin, j’essaye de me convaincre de ça ^^;. D’ailleurs, je viens de relire celle sur Innocent Love (elle est là) et je me rends compte que j’ai été très gentille. Je pense qu’à l’heure actuelle, je serais plus sarcastique et j’enlèverais un demi-point. C’est là que j’ai compris qu’entre Maki et moi, ça ne pourrait jamais coller. À ce moment-là je ne l’avais vue que dans Nobuta wo Produce. Dans le même rayon, il y a Umareru., diffusée au printemps 2011, qui est une horreur sans nom. Maki y est encore pire que dans Innocent Love. Je te jure que c’est possible.

          Répondre

          • Minalapinou• 31 décembre 2011 à 15:05

            Ah ok je ne l’avais pas vue à côté, merci ^^ (pas douée) je vais lire tout ça =)

  2. Saru• 30 décembre 2011 à 19:21

    Oh, moi aussi je l’avais vu, ce pseudo-film, je ne m’en souvenais plus !
    Pareil que Minalapinou, j’avais bien aimé la série, à mes débuts drama, mais ce film, argh, complètement affreux !

    Répondre

    • Caroline• 30 décembre 2011 à 22:34

      Je vois que nous sommes tous d’accord. En plus, il se termine plus ou moins sur un cliffhanger. Ils avaient prévu quoi ? De faire une saison deux ? Haha.

      Répondre

  3. Hiroto• 12 janvier 2012 à 17:45

    Haha, mais rie que l’affiche me dissuade de le voir ! XD
    En tous cas, je m’en tiendrais au drama.
    Merci bien pour ta mise en garde x)

    Répondre

    • Caroline• 14 janvier 2012 à 21:47

      C’est sûr que niveau affiche, on a vu largement mieux ^^;.
      Mais je t’en prie. Néanmoins, je me serais bien gardée de voir cette horreur, haha.

      Répondre

  4. xfire• 15 janvier 2012 à 18:39

    Comme beaucoup de monde, Kurosagi fait parti des premiers dramas que j’ai regardés et à l’époque j’avais bien aimé (pas sûr que ce soit le cas maintenant). Mais par contre j’avais aussi regardé ce film à la suite du drama et déjà là je l’avais trouvé vraiment mauvais. Ce qui est un peu souvent le cas avec les SP, films, dérivés de dramas.

    Répondre

    • Caroline• 22 janvier 2012 à 11:19

      Oui voilà, c’est ça le souci. C’est assez rare qu’un SP ou un ajout ultérieur soit réellement aussi bon que la série originale. Je ne comprends vraiment pas l’intérêt de ces épisodes spéciaux ou de ces films si l’intrigue a déjà été entièrement traitée. On ne peut pas faire quelque chose avec simplement le sympathique moment des retrouvailles.

      Répondre

Laisser un commentaire