Game of Thrones (saison 1)

Par , le 2 février 2012

Bien, bien, bien. Cela fait plusieurs mois que je repousse l’écriture de ce billet parce que je sais que j’aurai encore une fois du mal à mettre des mots sur ce que je pense. De toute manière, dès que j’apprécie un univers plus que de raison, je suis victime du syndrome de la page blanche. Je veux dire, encore plus que d’habitude. En outre, je suis persuadée que je vais m’étaler en superlatifs ne rimant à rien. Vous êtes prévenus. Vu que la saison deux approche, il est grand temps de me secouer les puces et de discuter de la première de Game of Thrones. Quiconque s’intéressant un minimum aux fictions télévisées en a forcément entendu parler. C’est une des séries de l’année 2011, tout simplement. Sous ce titre se cache l’adaptation du cycle A Song of Ice and Fire (Le Trône de Fer en VF) de George R. R. Martin. Game of Thrones est en réalité l’intitulé du premier volume de la saga. Actuellement composée de cinq romans, celle-ci est sortie sur le marché américain dès 1996. Elle devrait normalement comporter sept parties, mais tout ceci est susceptible d’évoluer et, surtout, il est impossible de dire quand elle sera entièrement publiée. L’édition française existe sous différents formats et je ne saurais que vous conseiller l’intégrale de J’ai Lu, même si le cinquième volet arrivera dans un petit moment. Si jamais vous désirez approfondir l’univers, le site La Garde de Nuit est une véritable pépite sur laquelle il convient de marcher toutefois sur la pointe des pieds. En effet, attention aux spoilers ! Pour information, notez que j’ai lu le premier volume en janvier 2011, soit avant la diffusion de la saison une. Je suis immédiatement tombée sous le charme et j’attendais la série de pied ferme. Depuis, j’ai dévoré les deux suivants, à mon grand désarroi, car j’espérais faire durer le plaisir un minimum. Je souhaite réussir à garder le quatrième intact jusqu’au moins le second semestre 2012. C’est déjà difficile, zut. Tout ceci pour vous dire que, oui, je suis complètement fascinée par A Song of Ice and Fire et je doute avoir envie d’être objective. Je vais quand même essayer d’être un petit peu réfléchie, mais je ne vous promets rien du tout. Je suis aussi vraiment désolée parce que je ne peux pas m’empêcher de parler des romans. Je sais que ça doit agacer certains, je prends donc le risque de vous énerver. Oups.

Game of Thrones est une série américaine dont la première saison, composée de dix épisodes de cinquante à soixante minutes chacun, fut diffusée entre avril et juin 2011 sur HBO. Le 1×08, The Pointy End, a été écrit par George R.R. Martin lui-même qui est très impliqué dans la production. La fiction a depuis reçu plusieurs récompenses. La saison deux est prévue sur la chaîne dès le 1er avril 2012. Aucun spoiler.

L’hiver vient. Après de longues années de printemps, la période du froid et de l’obscurité approche. Des murmures se font par ailleurs entendre. Il semblerait qu’au-delà du Mur, des créatures surnaturelles féroces, les Autres, aient été aperçues de nouveau. Cette muraille de glace est supposée protéger le reste du continent de ces menaces vieilles de milliers d’années. Toutefois, peu de personnes les prennent désormais au sérieux et chacun est davantage envahi par ses désirs propres et cette envie impérieuse que de s’asseoir sur le Trône de fer. Parallèlement, à Westeros, le souverain Robert Baratheon règne sur les Sept Couronnes depuis plusieurs années, suite à la chute d’Aerys II Targaryen, dit, à juste titre, le Fol. Son conseiller principal, la fameuse Main du roi, Jon Arryn, étant décédé, il part avec une grande partie de sa cour dans le Nord, à Winterfell, là où vit son ami de toujours, Eddard Stark. Il l’exhorte alors gentiment à retourner avec lui à Port-Réal afin d’occuper la place de la défunte Main et l’aider à gouverner. Qu’il fasse preuve de méfiance, rois et reines, chevaliers et renégats, menteurs, seigneurs et honnêtes hommes… tous participeront au jeu du trône.

Dans le cadre d’une adaptation, il s’avère systématiquement ardu de satisfaire à la fois les connaisseurs du matériel original et les néophytes. Rares sont les productions étant parvenues à allier les deux avec une réussite presque parfaitement orchestrée. Avant 2011, les amateurs de fantasy pensaient sûrement uniquement aux films de Peter Jackson avec The Lord of The Rings (Le Seigneur des Anneaux). Depuis, à l’exception d’une minuscule minorité, il y a de fortes chances que la plupart y ajoutent la transposition télévisée d’A Song of Ice and Fire. La première saison de Game of Thrones illustre à la lettre le premier volume du cycle. Il est vrai qu’en lisant une œuvre littéraire, chacun s’imagine les choses à sa manière. C’est d’ailleurs en partie pour cela que l’on peut être rapidement déçu en découvrant l’adaptation liée. Quand bien même Game of Thrones ne se calque pas à 100 % sur l’image que l’on aurait pu s’en faire, elle se veut la plus proche possible du roman. Certains dialogues sont identiques, la méthode de narration présente quelques similitudes, les paysages paraissent directement surgir des livres et il en ressort, tout simplement, une impression étrange de voir ce que n’importe qui a pu concevoir. Ceux qui n’avaient jamais entendu parler du cycle papier ou qui n’avaient pas eu le temps/le courage/l’envie/que sais-je de se lancer ne sont pas exclus. Il est toutefois vrai que l’univers est très touffu, qu’il y a une incroyable galerie de personnages, que le scénario est extrêmement ambitieux et qu’il se révèle donc complexe de s’en imprégner de but en blanc. Honnêtement, je serais incapable de spécifier si la fiction est difficile d’accès pour le néophyte. Il est plausible que oui, mais une chose est certaine, c’est qu’au bout de quelques épisodes, les rouages doivent sûrement être perceptibles et une fois les clés bien en main, le plaisir est probablement présent, surtout si l’on a un faible pour la fantasy.

De la fantasy ? Pourtant il y a n’a pas de magie, de créatures surnaturelles ou tout autre élément propice au genre ! Game of Thrones est une série de fantasy médiévale. Les chevaliers ne sont pas sur leur beau destrier blanc, avec leur armure étincelante et le cheveu au vent. Non, ils sont généralement sales, peuvent être extrêmement cruels, de véritables meurtriers sans foi ni loi et n’ayant aucune morale. L’univers dépeint un monde sombre s’apparentant principalement à un jeu de chaises musicales, de nombreux personnages cherchant à s’installer sur l’inconfortable Trône de fer. Les caractéristiques fantastiques et imaginaires sont au départ insidieuses et discrètes. Game of Thrones change ainsi la donne avec les productions de fantasy plus basiques qui reposent parfois un peu trop souvent sur le même schéma. Celle-ci est bien plus profonde et travaillée. C’est justement pour cela que l’adapter était un pari aussi risqué. Notons que si la fantasy est de prime abord légère, elle s’insère progressivement dans le récit. Le cadre de la série ne sort donc pas nécessairement de la norme, si ce n’est qu’il est particulièrement violent. D’ailleurs, les habitants eux-mêmes ne croient que peu à la magie et à toutes ces légendes anciennes qui seraient plutôt là pour faire peur aux enfants la nuit. Pour ces raisons, Game of Thrones peut être regardée – et évidemment appréciée – par ceux n’étant pas familiers ou réticents au genre. La fiction est avant tout une histoire de bataille pour le pouvoir se déroulant dans un environnement lointain ayant de fortes ressemblances avec notre propre Moyen Âge.

L’univers de la première saison se focalise essentiellement sur Westeros, le continent du royaume des Sept Couronnes où vivent de grandes et plus minoritaires familles comme les Stark, les Lannister, les Tyrell, les Tully, etc. Ces maisons sont plus ou moins puissantes et indépendantes. Cependant, elles sont toutes sous l’égide du roi juché sur le Trône de fer, à Port-Réal. Sans surprise, il est donc question de complots, de manipulations et de lutte intestine. Plusieurs des clans souhaitent que l’un des leurs devienne souverain et pour cela, ils sont prêts à tout. Game of Thrones distille un climat oppressant de guerre froide ou bien plus franche. La société dispose de rouages politiques complexes et davantage subtils qu’ils ne pourraient l’être au premier abord. Une des forces de la saison, et a fortiori du cycle littéraire, est son aspect multidimensionnel. Les personnages ne sont pas manichéens et il se veut toujours difficile de savoir ce qui les motive réellement. Outre les Stark qui font office des plus gentils et des plus honnêtes, les membres d’autres familles sont loin d’être unilatéraux. Beaucoup d’entre eux donnent l’impression d’être pétris de vices et pourris jusqu’à la moelle, mais, oui, il y a un mais, ils sont tellement plus profonds qu’on ne peut les définir par un seul trait. Si les protagonistes provoquent le tournis tant ils s’avèrent nombreux – sans évoquer la quantité de décédés dont on nous parle –, ils sont tous travaillés. La série opte pour le même parti que l’auteur et leur offre les moyens d’être construits, compris et réalistes. C’est là où Game of Thrones fait fort, c’est que l’on finit rapidement par s’attacher à plusieurs d’entre eux. Et le moins que l’on peut dire, c’est qu’il est nécessaire de posséder un cœur bien accroché, car dans le jeu du Trône de fer, personne n’est épargné. La saison le prouve à maintes reprises, n’hésitant pas à tuer plusieurs personnages, dont certains que l’on aurait pu penser partis pour rester un sacré bout de temps parmi nous. S’il est donc effectivement question de complots et de manigances, l’émotion transpire à travers l’écran. Certaines scènes éprouvantes lues dans le roman en deviennent ainsi presque insupportables tant on pressent ce qui va se dérouler sous nos yeux.

La maison des Stark, basée dans le Nord, à Winterfell, est celle que l’on peut aisément apprécier de prime abord. Dirigée avec honneur et bravoure par Eddard Stark, campé par Sean Bean que je vous ne ferai pas l’affront de présenter, son emblème est le loup. La famille n’est pas parfaite, tant s’en faut, mais elle fait figure de la plus intègre et de la moins calculatrice. Eddark est un homme droit, trop loyal pour certains, et qui semble impossible à corrompre. Il est marié à Catelyn, née Tully, incarnée par Michelle Fairley que l’on a pu voir dernièrement dans Misfits. Bien que l’actrice fasse vraiment âgée comparativement à ce qu’on aurait pu imaginer dans le livre, elle interprète tout à fait convenablement cette femme ayant dû s’acclimater à la rude météo nordique et aimant plus que tout les siens. Leurs enfants ne dépareillent aucunement et les comédiens sont tout aussi compétents que le reste de la distribution. Les plus jeunes étant omniprésents dans l’univers, il était extrêmement important d’assurer de ce côté-là et, heureusement, nos craintes ont rapidement pu se dissiper. Difficile par exemple d’être négatif en parlant de Maisie Williams, parfaite en Arya, cette petite fille qui souhaite davantage apprendre à manier l’épée que virevolter dans une robe qu’elle ne voudra jamais porter, au grand contraire de Sansa (Sophie Turner). Les enfants ont tous été vieillis de quelques années, ce qui peut tout à fait se comprendre pour des raisons de crédibilité, mais également par rapport à certaines lois évidentes. Parmi les plus âgés, Richard Madden est un Robb Stark convaincant. Jeune et fougueux, mais devant supporter le poids d’un lourd fardeau sur ses épaules, l’héritier de Winterfell est obligé de mûrir plus vite que prévu et de montrer de l’aplomb. N’occultons pas le bâtard de la famille, Jon Snow (Kit Harington), ayant choisi de se consacrer à la Garde de nuit, celle qui veille nuit et jour, et cela, toute sa vie, sur le Mur.

Outre les Stark qui font quelque peu figure des héros de Game of Thrones, la saison s’attarde tout particulièrement sur les Lannister, dont l’emblème n’est autre que le lion et, accessoirement, leur blondeur. Tywin (Charles Dance) les dirige d’une main implacable du haut de Castral Roc. Ses trois enfants vivent quant à eux à Port-Réal. Cersei et Jaime sont les aînés, les jumeaux. La première est interprétée par Lena Headey qui propose le portrait d’une femme froide, rigide et sans aucune pitié pour ceux n’appartenant pas à sa progéniture ou à son frère adoré. Mariée à Robert Baratheon, elle est donc la reine, mais elle déteste son époux, la réciproque étant de mise. Au cours de la première année, à l’exception de l’exécrable et horripilant Joffrey (Jack Gleeson) que l’on a envie de voir souffrir les pires martyres, les deux plus jeunes enfants sont rapidement écartés. Leur mère manipulatrice hait du plus profond de son être son cadet, le nain Tyrion (Peter Dinklage – Nip/Tuck). Aussi intéressante que dans le roman, la personnalité de Tyrion est parfaitement valorisée. Intelligent, rusé, sarcastique et sachant se tourner en dérision pour mieux supporter les critiques acerbes dont il est victime, le Lutin, tel qu’il est surnommé, est un des atouts de la saison. Dernier membre du trio Lannister, impossible d’oublier Jaime, chevalier et faisant partie de la Garde Royale. Arrogant, sûr de lui et beau parleur, il est joué par Nikolaj Coster-Waldau qui lui offre toute la classe et le charisme nécessaires afin d’illustrer un individu assez ambivalent. Appelé le Régicide pour avoir assassiné son roi, Aerys II, il semble ne pas réussir à se défaire de cette image de traître que tout le monde souhaite lui coller. Sinon, à la cour de Port-Réal se côtoient de nombreuses figures importantes et intéressantes comme Petyr Baelish, dit, Littlefinger. Ambigu, amoureux de Catelyn Stark depuis toujours, il est vital de s’en méfier comme de la peste. Aidan Gillen (Queer as Folk UK) le dote à merveille d’un soupçon équivoque et fort douteux. L’eunuque Varys (Conleth Hill), maître en chuchotement et en murmures, Bronn (Jerome Flynn), le mercenaire assez caustique de Tyrion, Sandor Clegane (Rory McCann), l’effrayant chien de Joffrey ou encore son frère, la Montagne (Ian Whyte), forment une galerie de personnages secondaires ou tertiaires fascinants à leur propre manière. Un mot sur le roi, tout de même, qui est incarné par un parfait Mark Addy. Colérique, vorace, et ce, à tous points de vue, il s’est engraissé au fil des années et ne gouverne son territoire que d’un œil, laissant tout le travail à sa Main. Sinon, notons que Gendry, issu d’une certaine graine fort vigoureuse, porte les traits de Joe Dempsie (Skins).

La saison ne se déroule pas uniquement sur Westeros. La principale embûche, en découpant autant le scénario, est d’ennuyer le spectateur qui ne voit pas d’emblée le lien entre chacune de ces parties. Game of Thrones évite cet écueil et les points d’ancrage de l’histoire sont aussi intéressants les uns que les autres. En plus du déplacement de l’intrigue autour du Mur, avec Jon et son ami Sam (John Bradley), du passage aux Eyrié où la folie de Lysa Tully (Kate Dickie) et l’horreur de l’allaitement opèrent, ou bien des moments à Winterfell, l’ensemble part sur le continent est. S’y trouvent les derniers descendants de la famille Targaryen. N’étant plus que deux, leurs ascendants ayant été massacrés par le Régicide, l’Usurpateur et leurs armées, ils tentent de survivre dans cette contrée hostile et différente de Westeros. Harry Lloyd (Robin Hood) a parfaitement capté l’aliénation caractérisant Viserys Targaryen ; Emilia Clarke est une douce et craintive Daenerys qui se transforme au fil des épisodes en khaleesi ferme et se voulant parfois impitoyable. Ils sont notamment entourés de Khal Drogo (Jason Momoa – Stargate Atlantis), un guerrier incroyable à qui Viserys vend sa sœur comme épouse, ou encore de Jorah Mormont (Iain Glen), exilé dans cette région pour certaines actions répréhensibles. Les Targaryen sont quelque peu en marge de ce qui se déroule sur Westeros si ce n’est que leur destinée est étroitement liée avec ce qui s’y est déjà passé et ce qu’il adviendra dans le futur. Le continent oriental met en avant des paysages différents, plus exotiques, arides, mais aussi où les richesses peuvent couler à flots. L’ambiance y est électrique et la violence monnaie courante.

À vrai dire, on pourrait écrire des lignes et des lignes sur les personnages, surtout lorsqu’en plus on connaît un minimum la suite. La tentation de s’attarder sur plusieurs autres est grande, mais puisqu’il est question de la série et de sa première année, il est évident que nous n’en sommes pas encore là. La saison prend de l’avance concernant certains protagonistes, en appuyant par exemple davantage ses propos ou la caméra. C’est notamment le cas de Theon Greyjoy (Alfie Allen) ou encore de Renly Baratheon (Gethin Anthony) et de son chevalier fleuri, Loras Tyrell (Finn Jones). Par contre, ce qu’il y a d’un petit peu décevant, si tant est que l’on puisse dire les choses de cette manière, c’est que l’on ne sait pas forcément ce que ressentent et pensent les figures. A Song of Ice and Fire possède une méthode de narration particulière, chaque chapitre étant écrit selon le point de vue d’un personnage (le point of view, PoV, c’est ça). De ce fait, en découvrant le roman, on comprend sans mal ce qui se déroule dans la tête des héros. Difficile à l’écran de retransmettre ces impressions si l’on veut rester un minimum naturel. Cet aspect est possiblement celui m’ayant le plus embêtée et qui fera certainement que je préférerai toujours –  et sans aucune hésitation – la lecture du cycle. Certaines scènes ont été ajoutées afin de pallier ce manque, mais elles ne peuvent le compenser comme il se faut. Les Tully ont majoritairement été écartés, Brynden et Edmure sont ainsi totalement absents, bien qu’il s’agisse probablement là d’une volonté de ne pas perdre le téléspectateur novice ; ces personnages seront vraisemblablement intégrés au cours de l’arc principal de la future saison deux.

Le rythme de l’ensemble est rapide, peut-être trop. À peine un élément a-t-il l’opportunité d’être assimilé que l’on passe déjà au suivant. Les rebondissements sont légion et s’ils ne se montrent pas tous incroyables, plusieurs le sont et proviennent généralement de l’esprit fourbe des individus. Il s’avère clair que la complexité et la densité des intrigues ont dû donner du fil à retordre aux scénaristes. La production essayant de se calquer au plus proche du roman, elle tente de tout balayer et il ne paraît pas facile de condenser près de neuf cents pages en dix petits épisodes. En définitive, cela permet à la saison de se révéler très vive et jamais ennuyante, si tant est que l’on ne puisse trouver passionnant ce jeu d’échecs grandeur nature. Après, les premiers scripts doivent d’abord installer le récit et les nombreux personnages. Comme écrit plus haut, il se veut compliqué de se mettre dans la peau de quelqu’un n’y connaissant rien lorsque l’on sait déjà ce qui va advenir. Avant même de commencer la série, j’avoue que mon avis était biaisé et, dans ma tête, j’ai du mal à différencier la fiction télévisée du cycle littéraire tant j’associe désormais instinctivement toutes les qualités du second à la première. Sur une note moins positive, les scènes de sexe sont souvent assez dispensables. Il n’est pas nécessaire de les accentuer de cette manière, surtout quand elles semblent totalement gratuites. C’est malheureusement un défaut un peu trop fréquent dans les productions de cet acabit, mais cela ne signifie pas pour autant que l’on doive s’y faire.

Au-delà du fond de Game of Thrones, qu’en est-il de la forme ? Les œuvres de fantasy n’ont jamais été privilégiées au sein du petit écran. D’aucuns diraient que c’est en raison d’un public absent, d’autres parce qu’il n’existe pas d’histoires convaincantes. Bref. D’une manière plus terre-à-terre, on pourrait plutôt penser que ce sont les contraintes budgétaires qui ont toujours fait frémir d’avance les financiers. Comment transposer l’univers du cycle littéraire si les fonds ne sont pas derrière ? Il fallait une chaîne comme HBO, avec l’argent, mais aussi avec toutes les compétences requises pour rendre cette expérience unique. Esthétiquement, la saison s’avère léchée et profite des minutieux détails apportés par le récit original. Que ce soient les vêtements, les bannerets, la langue dothraki ou le physique des personnages, il transpire une volonté d’être le plus pointu possible. Les lieux contrastés de l’histoire sont magnifiques et ne donnent pas l’impression de sortir d’un ordinateur. Aisément identifiables, ils se différencient par une architecture, des couleurs et une atmosphère distinctes. La caméra n’hésitant pas à voyager, elle prouve déjà les moyens mis à sa disposition. Le résultat est alors à la limite de la fantasmagorie et la photographie lui permet d’en être que davantage sublime. Naturellement, le budget n’est pas sans fond, mais la réalisation s’en accommode fort bien, limitant certaines séquences comme la bataille entre loups et lions vers la fin. La frustration semble légitime, mais ce n’est que peu à payer afin d’obtenir une forme aussi aboutie sur du long terme. Les effets spéciaux sont au final moindres, l’ensemble privilégiant le réel et lui offrant dès lors une authenticité plus qu’appréciable. L’unique point sur lequel j’oserai chipoter est la quasi-absence des loups-garous (les direwolves en VO ; rien à voir avec les loups-garous du folklore habituel). Certes, on ne dirige pas des chiens – ce sont ici des huskies – comme des humains, mais la dimension fusionnelle attachant ces créatures à leur maître n’est, à mon goût, pas suffisamment mise en avant. Cela dit, nous sommes d’accord qu’il vaut mieux moins les découvrir que d’être entouré de laids animaux en synthèse. Autrement, le générique extrêmement travaillé est rien qu’à lui seul une preuve de la bonne volonté de HBO. Il change quelque peu en fonction du lieu principal de l’intrigue. Il en va de même de la musique de Ramin Djawadi (Prison Break) qui, si elle ne m’avait pas particulièrement convaincue lors du premier épisode, m’a définitivement conquise au fil du temps. Toujours subtile, elle n’en fait pas trop et accompagne de manière délicate le visuel.

Pour conclure, en souhaitant adapter fidèlement le premier volume d’A Song of Ice and Fire, les débuts de Game of Thrones ressemblent à un franc succès. La série se donne les moyens de ses ambitions en possédant une écriture solide, une ambiance particulière de fantasy adulte médiévale, une distribution persuasive, des personnages ciselés ainsi qu’une forme aussi soignée que le fond. Elle ne peut alors que se montrer exaltante, non manichéenne et stimulante. Mieux, elle réussit à mettre au diapason les néophytes avec les passionnés ayant attendu une transposition de cette qualité et de cette ampleur depuis des années. S’il est vrai que certains choix scénaristiques sont discutables, elle fait office de merveille télévisuelle comme on aimerait en voir davantage. Ambivalente, intense, terrible et tragique, la saison se veut par ailleurs tour à tour amusante, caustique, émouvante et effrayante. Une chose est sûre et certaine, c’est qu’elle ne laisse pas indifférent et qu’elle insuffle une dimension épique fascinante dans cette lutte de pouvoir aux multiples facettes semblant n’avoir aucune limite, mais gardant un réalisme régulièrement inconfortable. Si vous ne l’avez pas encore débuté, il va de soi que ce stupéfiant voyage vous appelle furieusement !


41 Commentaires

  1. Nakayomi• 2 février 2012 à 17:23

    J’ai un peu lu en biais même s’il n’y a pas de spoiler, la série m’attend au chaud et je n’en entend que du bien en général… Mais justement, je ne peux m’empêcher d’avoir une appréhension sur cette série… Je ne sais pas si elle sera vraiment faite pour moi… Mais certaines choses peuvent donner envie (quoique d’autres, moins pour moi…). Bref, peut-être dans que dans quelques années je me serai enfin lancé ! :P

    Répondre

    • Caroline• 2 février 2012 à 21:57

      Hmmm. Je ne sais effectivement pas si c’est pour toi. Mais c’est bien, tu comptes la tester. Je pensais que tu la zapperais donc je suis agréablement surprise. Même s’il faut attendre quelques années, ce n’est pas grave, je serai normalement là pour savoir ce que tu en as pensé :D.

      Répondre

  2. Asa• 2 février 2012 à 19:44

    Je suis un fanatique de ce cycle littéraire depuis sa parution et j’attends toujours impatiemment ses sorties successives. Autant dire que j’étais déjà convaincu sur le fond, mais que je m’inquiétais beaucoup de la forme que prendrait une adaptation télévisuelle. Je m’y suis risqué avec une réticence… qui a été balayée comme un fétu de paille! Comme tu l’écris, cette série est une pure merveille qui traduit en images, avec une exceptionnelle réussite, ce que l’œuvre littéraire laissait à l’imagination du lecteur. Pas une fois, je ne me suis senti « trahi » par cette adaptation. Je n’en suis pas encore totalement revenu d’ailleurs…

    Répondre

    • Caroline• 2 février 2012 à 22:01

      Comme je te comprends ! Je te rejoins sur toute la ligne. Dès le début du premier épisode, j’étais charmée et je savais que l’on ne s’était pas fichu de nous. Ça fait du bien de voir que malgré toutes les contraintes, il est toujours possible d’adapter quelque chose qui, pourtant, parait inadaptable. Du coup, j’ose espérer voir un jour en bonne et due forme d’autres cycles ayant mes faveurs ^^;.

      Répondre

  3. Darek• 20 février 2012 à 6:03

    Je ne connaissais rien, ni l’univers, ni les livres. Le bouche à oreille, quelques magnifiques images, ont tôt fait de me mettre sur le chemin de ce fabuleux cycle ! Pour le moment, je me contente (difficilement) de la saison 1. Bien trop peur de découvrir des choses que je ne devrais pas savoir dans les livres. Mais ils suivront bientôt ! Je me souviens encore des premières minutes de la série… une première claque visuelle. J’attendais fébrilement les premiers jeux d’acteurs. Et évidemment, re-claque. J’ai toujours trouvé l’acteur qui joue Ed Stark charismatique au possible, et emprunt d’une grande noblesse. Il ne pouvait en être autrement après son rôle parfait dans le Seigneur des Anneaux ! Dans un soupçon de faiblesse et par pur réflexe critique, j’ai pensé… voilà un univers très manichéen et je sais déjà qui sont les gentils ! La suite m’a appris le contraire. Tellement de maisons, de caractères, de personnages, de valeurs différentes, de buts… si la maison Stark peut se prévaloir de quelques qualités appréciables, que ne peut-on lui reprocher d’être si longue à la détente, de présenter le cou aux suceurs de sang et de faire montre de si peu d’anticipation sur les désidératas et intrigues des autres maisons ? De même si les jumeaux Lannister font figure de méchants… que penser de Tyrion ? Son intelligence semble cacher bien des qualités qui font défaut aux Lannister. (et son jeu d’acteur est purement merveilleux) Loin, très loin, de l’autre coté de la mer, nous assistons (avec délectation) aux rêves de grandeur des Targaryens, à la prétention et la violence d’un frère sur sa soeur… qui doucement mais sûrement va monter sur les devants de la scène et éclipser son frère. Là aussi, deux caractères très différents qui nous montre qu’au sein d’une même famille se côtoie, non pas le bien et le mal, mais différents caractères et façons d’arriver à ses fins !

    Bref. Point de blanc ni de noir. Que du gris, à l’instar des magnifiques paysages du Nord. Attention, si comme moi vous aimez les jeux d’acteurs et les intrigues passionnantes, cette série est faite pour vous ! Moi je vais acheter les livres. Ah non, je m’étais promis d’attendre. Zut. Tant pis ^^

    Merci Keridwen pour ton article passionnant qui m’a donné envie de revisionner la saison 1 ! En attendant avril… :)

    Répondre

    • Caroline• 20 février 2012 à 14:38

      Bienvenue sur Luminophore Darek et merci pour ton commentaire !

      C’est toujours avec un plaisir non dissimulé que je lis d’autres personnes qui, elles aussi, apprécient l’univers de Game of Thrones. Comme tu le notes si bien, il est tellement riche et nuancé qu’il est difficile de ne pas s’y attarder plus ou moins longuement. En débutant le premier volume, ce fut pour ma part un énorme coup de cœur qui n’est pas prêt de s’arrêter. Voir le roman prendre forme sur son écran est la cerise sur le gâteau tant tout semble presque parfait et surréaliste. Je ne peux que donc te conseiller très fortement la lecture des livres et si jamais tu réussis à résister à leur appel, eh bien, chapeau ! Pour ma part, je ne peux pas ^^;;. Je suis déjà en train de me battre avec le volume quatre posé sur mes étagères et qui est là, en train de me faire les yeux doux. Je sens que ça va être dur de lui résister alors que je ne veux pas y toucher avant au moins la fin de la saison deux, argh x.x.

      En tout cas, je te rejoins totalement sur Sean Bean. Ça me semble tellement évident qu’il était fait pour le rôle d’Eddark Stark, c’est fou. Comme tu l’écris, il dégage une certaine noblesse. Il est donc extraordinaire et on ne peut plus légitime dans ce genre de rôle. Boromir est effectivement un autre de ces personnages qu’il a su interpréter à merveille.

      Bref, je ne dirais pas mieux que toi, surtout en ce qui concerne Tyrion qui est probablement mon personnage favori, même si d’autres comme Brienne ont mes faveurs. Mais chut, elle n’est pas encore apparue dans la série donc je n’en dis pas plus :P.

      Répondre

      • Madclio• 21 février 2012 à 19:57

        Attention, le tome 4 est pour l’instant le moins passionnant…d’après mes souvenirs c’est à cause d’un mauvais conseil de l’agent littéraire de Martin…le 4° livre apparaissant énorme, il a conseillé à l’auteur de le couper en deux. Résultat : ce tome 4 laisse de côté de nombreux personnages importants et aimés des lecteurs de la saga, pour se consacrer à de nouveaux personnages ou à d’autres plus secondaires. Quant au tome 5, paru l’an dernier, je ne l’ai pas encore lu, n’étant pas encore traduit en français, mais d’après les réactions lues sur internet, il redresse la barre, les points de vue de nos héros favoris revenant à l’avant de la scène …mais les réactions des lecteurs restent mitigées : il semblerait que Martin ait terminé le tome 5 par plusieurs « cliffhangers » et donc qu’au final l’intrigue principale n’ait pas trop avancée.

        De nombreux fans sur internet semblent impatients de voir Brienne mais aussi Mélisandre…Pour Brienne, je comprend bien…Par contre pour Mélisandre, j’ai lu le tome 2 il y a de nombreuses années..j’avoue que je n’avais pas le souvenir d’un personnage très présent dans le livre (même si très important dans l’intrigue)…quelqu’un pourrait-il me le confirmer ?

        Répondre

        • Caroline• 25 février 2012 à 18:36

          Oui, c’est ce que j’ai cru comprendre. Je me plais à penser que même un volume moins passionnant reste quand même passionnant. Appelons ça de la naïveté bienheureuse de fan, haha ^^;;. Quoi qu’il en soit, merci pour ta mise en garde. Étant prévenue, je partirai avec une certaine réserve. Si c’est vraiment moins bon, je serai donc normalement moins déçue. Par contre, tu ne me rassures pas pour les cliffhangers du volume cinq. S’il faut en plus attendre plusieurs années avant d’avoir le suivant entre ses mains, ce sera de la torture. Il faut que je résiste et que je ne me lance pas dans la VO !

          Mélisandre n’est pas très présente dans le second volume, en effet. Enfin, disons que l’on entend souvent parler d’elle, de la crainte qu’elle inspire – notamment au chevalier Oignon –, mais elle n’est pas forcément « là ». Comme tu le dis, elle est très présente dans l’intrigue sans pour autant être physiquement présente. Du coup, dans la série télé, ils vont peut-être la montrer davantage histoire d’appuyer le propos ? La réponse dans quelque temps !

          Répondre

  4. Darek• 20 février 2012 à 21:58

    Hâte de savoir qui est cette fameuse Brienne. Sinon, j’aurais voulu savoir si certaines impressions de la série se reflètent dans le livre, qui comme tous les supports papiers, doit être plus « complexe » qu’une adaptation à l’écran. Ce ne sera pas du spoil, je pense, juste de l’approfondissement ! ^^

    1/ Les Stark sont-ils si… niais politiquement ? Ed va-t-il bêtement révéler à miss Lanistair qu’il connait la vérité et son secret ? Ils ont des valeurs certes, mais on a souvent envie de les « baffer » pour les réveiller.

    2/ Tyrion donne-t-il cette impression d’être plus humain que ses frères et soeurs ?

    3/ … (à venir ^^)

    Répondre

    • Caroline• 25 février 2012 à 18:23

      Brienne sera visible dès la seconde saison, mais elle prendra surtout de son ampleur dans la troisième, héhé.

      Les romans sont beaucoup plus approfondis que la série, ce qui se comprend vu la difficulté de retranscrire certains éléments à l’écran. C’est d’ailleurs pour cela que je pense toujours préférer les livres, même si voir « en vrai » est quelque chose d’assez phénoménal. Je ne sais pas si tu es au courant, mais le cycle est découpé en chapitres selon le point d’un vue d’un personnage. De ce fait, on sait très bien ce que celui-ci ressent et pense à certains moments. C’est beaucoup plus abstrait dans la série et c’est quelque chose qui me manque un peu.

      Alors, alors, je vais tâcher de répondre à tes questions.

      1. Oui, Eddard va voir Cersei, lui révèle qu’il a tout découvert et il lui propose le même marché que l’on voit dans la série. C’est fou, hein ? Il devrait réaliser qu’il court droit à sa perte et donc agir pour sauver sa peau et celle de sa famille – surtout après ce qui est arrivé à Bran – mais, non, il fait ce que l’honneur lui dicte. Comme tu le dis, ce sont les valeurs qui fichent les Stark dedans parce qu’ils sont entourés de requins qui n’en ont pas, de valeurs, ou alors elles sont drôlement particulières. C’est surtout valable pour Eddark qui est droit, noble au sens strict du terme et qui se tient à ses principes, même en sachant qu’ils le mènent droit dans le mur. Il est comme ça, rêche, assez sévère, mais extrêmement droit et loyal. Il n’est pas bête toutefois, il sait très bien ce qu’il risque en confrontant Cersei si ce n’est qu’il préfère agir selon sa morale, quitte à s’en mordre ensuite les doigts. Ses doutes sont très bien mis en avant dans le roman, d’ailleurs.
      Les autres Stark sont dans le même genre… ah…

      2. Que Cersei, oui :P. (Enfin, il y a pire qu’elle. Oui, Joffrey, je pense à toi.) Jaime est loin d’être le Régicide impitoyable que l’on nous montre dans le premier volume/saison une. Même si déjà, là, on sent quelques nuances. C’est encore une fois moins visible à la télé. Jaime prend tout son envol dans le volume trois et a depuis rejoint le rang de mes personnages favoris. Il est très humain et a beaucoup de souffrances intérieures. Normalement on ne le verra pas beaucoup dans la saison deux, mais j’ai cru comprendre que les scénaristes allaient essayer de le montrer plus régulièrement que dans le bouquin, histoire qu’on ne l’oublie pas.
      Si l’on se focalise uniquement sur le premier volume, c’est vrai que Tyrion paraît beaucoup plus humain que Cersei, Jaime et leur père. C’est probablement en partie dû à son handicap, lui qui a été malmené depuis tout petit. Il est certes Lannister, mais ne porte que le nom, tout le reste lui étant inaccessible. Il a moins ce côté pédant et cette arrogance qu’ont les jumeaux.

      Si jamais tu as d’autres questions, n’hésite pas. Je tâcherai d’y répondre (après je ne suis pas experte dans l’univers hein ^^’). Je suis toujours partante pour discuter du Trône de Fer :D.

      Répondre

  5. Saru• 23 février 2012 à 20:08

    J’ai aussi beaucoup aimé cette série et me suis malheureusement attaché à tous ses personnages…
    Ce que j’aime le plus lire, c’est l’avis qui ont lu les livres avant de voir la série et qui disent ne pas être déçus. Ca c’est génial, ça n’arrive vraiment pas si souvent !
    De mon côté, j’ai lu le premier livre après avoir vu la première saison, et j’avoue ne pas avoir été passionnée, probablement parce que la série étant très fidèle, je savais déjà tout… Du coup, je suis partagée entre l’idée de lire le deuxième livre dès maintenant, ou de découvrir la saison 2 d’un œil neuf… Choix difficile ! :)

    Répondre

    • Caroline• 25 février 2012 à 18:50

      Il ne faut pas s’attacher aux personnages dans Game of Thrones mais ça, je pense que tu l’as maintenant compris .____.

      Tu n’es pas la première que je lis qui dit ne pas avoir accroché plus que ça au roman parce que l’histoire était déjà connue. Pourtant, je trouve qu’il y a tout plein de petits éléments que l’on ne retrouve pas du tout dans la série. Il y a aussi des pans inédits, comme l’intrigue de Stannis que l’on verra dès avril. Après je suis totalement biaisée et pas objective pour un sou donc, bon, j’ai un peu de mal à réaliser que l’on ne soit pas autant charmée que moi, haha xD.

      Répondre

      • Saru• 9 mars 2012 à 19:07

        Bon, j’ai pris la décision de ne pas lire le tome 2 avant de voir la série. OK, je change d’avis tous les quarts d’heure, ou dès que je vois des gifs tirés des bandes annonces de la saison 2 avec comme des commentaires sur ce qui se passe dans le livre et ça me donne terriblement envie…
        Que penses-tu des aperçus qu’on a eu de la saison 2 ? :)

        Répondre

        • Caroline• 17 mars 2012 à 14:02

          J’en pense que j’ai super hâte d’être au 1er avril :D. Pour faire un peu plus dans le détail, j’ajouterai que tout ce que l’on a pu voir pour le moment (bandes-annonces, photos et autres joyeusetés) donne sacrément envie et semble encore une fois particulièrement proche de ce que l’on connaît du cycle. War is coming !

          Répondre

          • Saru• 19 mars 2012 à 19:30

            C’est affreux, j’ai à nouveau changé d’avis… Je veux lire le tome 2 !! :) Bon, à chaque fois que sortent de nouvelles photos, en fait… Et puis là j’ai carrément envie de m’acheter les Blu-ray. C’est très étrange, parce que quand j’ai regardé la série, j’ai beaucoup aimé, mais je n’étais pas non plus dingue ! Là, je crois que l’enthousiasme de tout le monde est complètement contagieux ! :D

          • Caroline• 21 mars 2012 à 17:10

            Et là aujourd’hui, tu es dans quelle phase ? :p Je pense que la série doit être divine en Blu-ray. Je n’ai toujours pas décidé si j’achetais maintenant la série où si j’attendais un hypothétique coffret intégral de la mort qui tue. C’est dur la vie de sériephile ^^.

          • Saru• 23 mars 2012 à 21:16

            Là je suis dans la phase « pourquoi les librairies ne sont pas ouvertes à cette heure-là, il me faut ce livre ! » Mais bon, je suis aussi dans la phase « je pars bientôt en voyage, j’ai pas d’argent, et je trouve que la médiathèque de ma ville se fout de ma gueule si elle n’a pas ce bouquin ! »^^

          • Caroline• 27 mars 2012 à 14:34

            C’est dans ces moments que les liseuses doivent être sympathiques puisque l’on peut acheter des livres et les recevoir en quelques secondes à n’importe quelle heure ;).
            Si tu n’es pas encore partie, bon voyage !

          • Saru• 29 mars 2012 à 19:56

            Ouais, je suis carrément pour les liseuses, mais ça me semble très problématique, vu ma personnalité, de me donner la possibilité de craquer pour un livre à n’importe quelle heure du jour et de la nuit…^^
            Mais finalement, le lendemain, je suis allée l’acheter, ce foutu tome 2 ! J’en suis au premier POV de Theon, et pour l’instant je ne regrette pas.
            Je pars en voyage dans deux semaines, j’espère l’avoir fini, ce n’est pas le genre de livre qu’on emmène en voyage… :)

          • Caroline• 31 mars 2012 à 15:11

            Je n’ai pas encore trop d’avis sur les liseuses. J’essaye de ne plus les maudire parce que je suis attachée au côté papier, mais je me dis que j’aimerais bien en tester une un de ces jours. Le problème actuel est quand même le prix de ces livres numériques qui est du gros n’importe quoi.

            Ah Theon… je sais que beaucoup ne l’apprécient pas, mais moi, je l’aime beaucoup depuis le tome deux ^^.

  6. Miaow• 27 février 2012 à 2:37

    Il y quelques mois, à mon travail, j’avais pu discuter littérature avec un gars qui m’avait suggéré très fortement ce roman et cette série. Malheureusement, j’avais complètement oublié le titre. Je n’ai pas revu cette personne et je trouvais bien dommage de ne pas m’en rappeler. J’ai été contente de voir ta critique puisqu’en lisant le titre, je me suis dit : C’est ça!

    Je me rappelle qu’on m’en avait parlé comme d’une série passionnante et très différente de ce qui se fait (par exemple, comme tu le mentionnes, qu’on n’hésitait pas à sacrifier des personnages importants). Ce que j’avais entendu me plaisait déjà. Ta critique confirme tout ça. J’hésite maintenant entre lire le livre ou regarder la série en premier…

    Répondre

    • Caroline• 28 février 2012 à 22:48

      Si tu aimes lire et que tu n’es pas effrayée par les gros pavés, je te conseille les livres. À mon avis, il n’y a pas photo. Le roman est plus approfondi que la série et une fois commencé, il est difficile de s’arrêter. Il est par contre vrai que le début peut être assez hermétique car il y a beaucoup, beaucoup de personnages. Je ne peux pas dire avoir été embêtée parce que je suis tombée sous le charme dès le prologue mais je sais que certains ont eu du mal.

      Si tu n’aimes pas trop lire, teste la série. Et si ça te plaît, rien ne t’empêche d’embrayer ensuite sur le roman puis d’entamer le second avant le début de la nouvelle saison. Il te reste un mois pour faire tout ça puisqu’elle débute le 1er avril :p.

      Répondre

      • Miaow• 3 mars 2012 à 0:21

        Finalement, j’ai testé le premier épisode. Ça commence fort. Je pense que je vais bien aimer.

        Je n’ai aucun problème à lire des briques (comme on dit par chez nous ;-)). La lecture a été ma première passion bien avant d’être une passionnée de séries télés. Malheureusement, je n’ai lu presque aucun livre ces 2 dernières années. Ce serait peut-être le temps de m’y remettre. À l’exception d’une fois, j’ai toujours préféré les romans aux adaptations.

        La seule chose qui me freine c’est que les romans ne sont pas encore tous publiés. Comme j’ai tendance à me refaire tous les livres précédents quand un nouveau est publié, c’est long… Habituellement, j’attends la fin des parutions avant de me lancer. En espérant, que les derniers tomes ne se feront pas trop attendre.

        Eh bien, je pense que je vais passer bientôt à la librairie. :-)

        Répondre

        • Caroline• 5 mars 2012 à 15:47

          Je suis contente d’apprendre que le premier épisode t’ait fait de l’effet.

          Ah, je comprends tes réserves du coup. Malheureusement, il est impossible de prédire lorsque la fin sera publiée. Quand on sait depuis quand le cycle traîne les pattes, on a de quoi avoir peur. Et il faut aussi espérer que l’auteur ne meurt pas entretemps. Je ne le souhaite pas mais ça c’est déjà vu et ce serait HORRIBLE (pour lui et sa famille d’abord, évidemment, mais pour nous aussi :p).

          Répondre

          • Miaow• 29 mars 2012 à 6:25

            J’ai fini la semaine dernière ma lecture de l’intégrale 1 et j’ai regardé la saison 1 cette semaine. Je me suis payé le luxe d’acheter livre et DVDs :-). Quel plaisir de replonger dans la lecture avec un si bon bouquin. Je suis finalement bien contente d’avoir commencé par le livre. Intéressant de voir que la série a présenté plus en profondeur certains personnages pour lesquels je n’avais pas beaucoup porter attention dans le roman. Ça me donne envie de relire quelques chapitres.

            J’ai adoré la scène finale. J’imagine qu’elle figure dans le deuxième livre… J’ai hâte de lire la suite, mais là mon budget ne me le permet plus. Il va falloir que je renouvelle mon abonnement à la bibliothèque ;-).

          • Caroline• 31 mars 2012 à 15:09

            Héhé, contente aussi d’apprendre que tu as finalement commencé par le roman et que tu ne regrettes donc pas ton choix :D. Je te rejoins totalement sur le fait que la série s’attarde plus sur certains personnages au final peu étudiés dans la version papier, ou sur lesquels le lecteur ne va pas forcément se focaliser. On en vient à les découvrir sous un nouveau jour. Personnellement, je n’avais pas trop fait attention à Robb, par exemple, alors qu’à la télé, je n’ai pas pu l’occulter.

            La scène finale ? Avec Daenerys et ses nouveaux compagnons ? Elle est dans le premier volume. Ou alors tu parles d’une autre scène ?

          • Miaow• 2 avril 2012 à 4:36

            O_o Je viens de me rendre compte que je n’avais pas lu le dernier chapitre… Je ne sais pas comment j’ai pu passer tout droit… Du coup, je me sens un peu stupide. J’étais certaine que le chapitre avec Catelyn était le dernier. Ça finissait tout de même bien le livre, non? Hahaha C’est ce qui arrive quand on lit jusqu’à tomber de sommeil. ;) En regardant la série, j’ai cru qu’on me refaisait le coup de la fin du premier film du Seigneur des anneaux (qui se terminait par un événement du début du second livre).

            De mon côté, Robb m’avait fait bonne impression dans le livre. C’est plutôt Renly et Theon Greyjoy pour lesquels je n’avais pas vraiment porté attention.

            J’ai commencé l’intégrale 2 :D

          • Caroline• 2 avril 2012 à 14:43

            Haha ! Je me disais aussi que c’était bizarre, il me semblait bien que le premier volume se terminait sur Daenerys. La fin est d’ailleurs particulièrement épique et la voir « en vrai » a quelque chose d’extraordinaire.

            Bonne lecture du coup. Pour ma part, c’est la saison deux qui m’attend :D.

          • Miaow• 2 avril 2012 à 18:49

            ouais, je ne sais pas si je vais résister à la tentation de ne pas écouter les nouveaux épisodes avant d’avoir fini le livre. Il est fort probable que ma lecture et mon visionnement se chevauchent un peu pour les 2-3 prochaines semaines (selon le temps que j’aurai pour lire) ;)
            Je confirme, après avoir lu le dernier chapitre, que je préfère lire le livre avant de regarder la série. J’ai plaisir à voir à l’écran ce que j’ai lu, mais je ne sais pas si j’y trouverais autant de plaisir en faisant l’inverse.

  7. Haruka• 28 mars 2012 à 11:00

    Je viens de finir la 1ère saison hier soir !! Je n’aurai pas à attendre trop longtemps avant le début de la 2ème :p
    Et franchement, j’adore !
    Je suis néophyte et je te confirme que j’ai eu du mal à comprendre au début. Du mal à comprendre qui était qui, les liens entre les différents personnages, mémoriser les lieux, qui possède quoi etc. Mais comme tu dis, on finit par comprendre les rouages. Et puis, c’est tellement beau, bien joué, passionnant qu’on ne peut qu’aimer !! :D
    Ca m’a drôlement donné envie de commencer les bouquins en tout cas !

    Les personnages sont supra attachants. Enfin pas tous hein… Je HAIS Joffrey T__T. Mais j’aime beaucoup Bran et Arya <3. Ainsi que Jon Snow (<3), Daenerys, Drogo et Eddard <3<3.

    Tu peux peut-être m'éclairer sur une chose ?
    Là, j'ai compris qu'il y avait 7 tomes en tout et que 5 étaient déjà sortis. Mais ces tomes… ne sont-il pas des "compils" de plusieurs livres lors des premières éditions ? Je veux dire, il me semble que le 1er tome rassemble 2 ou 3 livres des premières éditions non ? Mais sinon, il y aurait 12 tomes (voire plus ?), c'est ça ? Le truc, c'est que je sais pas si je préfère avoir les intégrales ou les romans "normaux" :s

    Répondre

    • Caroline• 31 mars 2012 à 15:06

      Ouaaais~ Je suis contente d’apprendre que toi aussi tu adores :D.

      Oui, je me doute que pour qui ne connait pas l’univers, la série ne doit pas être super facile. Quand on n’est pas novice, c’est forcément clair donc ce n’est pas évident de savoir si ça l’est pour les autres ou pas.
      Joffrey est impossible à apprécier ou alors, il faudra m’expliquer comment on peut en venir à le trouver intéressant, haha. Quelle abomination. J’ai envie d’en faire des confettis.

      Alors, il y a actuellement cinq volumes aux États-Unis. L’auteur a dit il y a quelques années qu’il envisageait d’en écrire sept mais comme tu le sais, ceci peut évidemment évoluer.

      En France, il y a deux éditions (Pygmalion/J’ai Lu). Il y a celle qui est sortie en premier et qui est découpée. Elle ne respecte donc pas la tomaison originale. Pour le premier volume, elle est par exemple divisée en trois. Elle sort d’abord en grand format (Pygmalion) avant le poche (J’ai Lu), comme n’importe quel livre normal. Au moment où j’écris ce commentaire, il y a treize volumes sortis sous ce découpage. Le volume treize est la première partie du volume cinq US sorti en juillet 2010. Ce volume treize est sorti il y a quelques jours en grand format et est prévu en poche d’ici quelques mois. Le volume cinq US sera divisé en France en trois, la seconde partie est donc prévue pour septembre 2012 (tome 14) et la troisième pour mars 2013 (tome 15) – ceci en grand format.

      Autrement, il y a l’édition intégrale, identique à l’originale et uniquement sortie en moyen format chez J’ai Lu. Pour le moment, seuls quatre volumes sont sortis. Le plus récent, le cinquième, ne sera publié qu’en juin 2014, soit après la sortie de l’édition découpée. C’est la version pour laquelle j’ai opté car je préfère toujours une copie de l’identique et ne pas être prise pour un pigeon. Les couvertures sont jolies en plus. C’est largement moins cher, chaque volume coûte dans les 15-16 € si je ne me trompe pas. Par contre, il est vrai que si on attend cette édition, il va falloir être patient pour la suite… Pour ma part, je suis désormais quasi persuadée de me lancer dans l’édition US et de de continuer quand même à acheter les tomes en VF lorsqu’ils sortiront, hum ^^;;;.

      Un des avantages pour l’édition découpée est qu’elle est moins imposante et lourde, du moins pour la version poche. Par exemple, je sais que beaucoup lisent dans les transports en commun et trimballer un pavé n’est pas facile. C’est aussi peut-être moins effrayant de se lancer dans plein de petits volumes que dans un grand pour ceux qui ne sont pas habitués à lire. Bref, chacun ses goûts, quoi ;).

      Répondre

      • Haruka• 20 avril 2012 à 16:11

        Merci énormément pour toutes ces précisions sur les livres !
        Les couvertures des intégrales sont magnifiques *o* ! J’ai vu qu’ils avaient réédité la couverture du 1er tome pour mettre Eddard sur le trône (comme pour la série) mais je trouve ça dommage. Je préfère toujours les couvertures originales et j’ai du mal à supporter qu’on puisse changer les couvertures originales des livres juste à cause de la sortie du film ou de la série. (En parlant de réédition, les couvertures d’Harry Potter ont été rééditées O___O ! Et c’est d’une laideur !!! Il n’y a même plus la police « Harry Potter » Pfff…..)

        Pour ma part, j’ai finalement opté pour l’édition découpée. C’est vrai que les couvertures sont moins jolies, qu’il y a plus de tome et donc ça va me revenir drôlement plus cher…. Mais oui, je lis dans les transports alors c’est plus facile ainsi et je risque moins de l’abîmer. Vu que j’ai presque 2h de transport par jour (aller-retour), j’ai vraiment besoin de m’occuper ^^;;;.

        Répondre

        • Caroline• 21 avril 2012 à 14:26

          Oui, ils ont réédité la couverture du volume un et je crois avoir lu qu’ils envisageaient de faire de même pour le suivant (et ainsi de suite, j’imagine). Je te rejoins totalement sur ce principe que je n’aime pas du tout. Surtout en plus quand à l’origine, les illustrations sont aussi belles. Bah, c’est plus vendeur donc on a notre explication…
          Non, je n’étais pas au courant pour Harry Potter. Je viens d’aller voir et ce que c’est laid ! Moi qui me disais qu’il faudrait que je complète ma collection de poche un de ces jours (j’ai les trois derniers volumes en VO), histoire d’avoir au moins l’intégrale en VF, eh bien je vais finalement passer mon tour.

          Bonne lecture alors :).

          Répondre

          • Haruka• 22 avril 2012 à 12:35

            Pour Harry Potter, tu peux toujours les commander sur Amazon. Je n’avais que les 3 premiers tomes avant et j’ai complété ma collection en achetant le reste sur Amazon, en occasion bien sûr. Ils sont arrivés en très bon état. Je voulais vite le faire avant qu’il ne reste que les couvertures moches…

            Merci :D ! Ca se lit tellement facilement et je suis surprise de voir à quel point la série peut être fidèle aux livres O_o ! Agréablement surprise :)

          • Caroline• 28 avril 2012 à 15:23

            Oui, je me doute bien qu’il y a la solution de l’occasion, mais bon, je n’aime pas trop ça pour les livres. Je verrai bien.

            La série suit effectivement très bien les romans ; pour le moment en tout cas, car en raison de quelques changements mineurs, il semblerait qu’elle finisse inévitablement par s’en détacher quelque peu.

  8. Laikanou• 10 avril 2012 à 22:03

    Hey there !
    Je découvre à l’instant ton blog et mazette (ah le charme de ces expressions vieille France !) quelle mine d’or pour tous les amoureux du petit écran ! Je viens de mettre ton index de séries en favoris histoire de savoir que tester une fois que ma liste de « must-see » sera épuisée (ce qui n’est pourtant pas pour tout de suite… c’est marrant, elle ne diminue jamais cette liste… par contre, se rallonger, ça, pas de problème. Un peu trop à mon goût d’ailleurs !).
    Anyway, puisque l’article porte sur Game of Thrones, autant parler de Game of Thrones, non ?
    Fan dévoreuse de fantasy, je lis les bouquins depuis que j’ai 13 ou 14 ans alors quand j’ai su qu’HBO allait adapter l’univers de Westeros, j’étais comment dire ? Euphorique ? Ouais, on va dire ça. Restait qu’adaptation n’implique pas toujours réussite. J’avais donc un peu peur de commencer la série, d’être déçue et de n’avoir plus que l’adaptation en tête quand j’aurais continué la lecture des livres. Tu sais genre « rendez-moi mon image de Jon et de Dany et Tyrion etc. ! » Ça m’aurait bien gâché la lecture de ne plus tout retrouver comme je l’avais en tête. Pourtant il a suffi du pilote pour me convaincre qu’HBO avait parfaitement réussi à recréer l’univers que je m’imaginais depuis près de 10 ans. Quelle réussite franchement ! Les personnages, les décors grandioses, les intrigues, et même l’attachement qu’on a pour certains protagonistes des bouquins… tout est tellement similaire ! A croire que les gars d’HBO sont rentrés dans ma tête hehe !

    J’ai vu les deux premiers épisodes de la saison 2 y a un ou deux jours, et cette saison me semble partie pour suivre les pas de la précédente ! (et puis y a Stannis et Melissandre qui entrent dans le bal et j’avais hâte de voir qui allait les incarner.) Enfin, il y a tellement d’évènements qu’il me tarde de voir à l’écran ! Tellement de personnages que j’ai hâte de découvrir… vite vite vite, je veux la suite ! :)

    En attendant ladite suite, je lis le tome 4, je crois que ça correspond au tome 11 version française, et j’essaie de faire durer le plaisir, tout comme toi, d’après ce que j’ai pu comprendre. ^^ J’ai vu le tome 5 en librairie et j’en ai l’eau à la bouche alors même que je n’ai pas fini le 4 XD

    Maintenant à quand une adaptation de L’Assassin royal de Robin Hobb ? *_*

    Bon allez je file, j’ai vu que tu discutais aussi de dramas asiatiques alors je repasserai certainement dans le coin, c’est mon péché mignon, surtout les K-dramas ;)
    Bonne continuation et bonne soirée !

    Répondre

    • Caroline• 11 avril 2012 à 22:08

      Bienvenue sur Luminophore Laikanou :D. Je connaissais ton blog et avais déjà croisé ton pseudo un peu partout sur le Net (chez Milady notamment – je crois, je ne sais plus trop). Bref, merci. Tu auras peut-être remarqué que je ne suis pas très branchée k-dramas. Je préfère de beaucoup les j-dramas qui sont plus, mon rayon mais je ne désespère pas.

      Pour en revenir à Game of Thrones, j’imagine qu’on était tous un peu stressés de voir cette adaptation arriver sur le petit écran. Il y a eu tellement de ratages, surtout en fantasy, qu’il était difficile de ne pas être inquiet. Il est vrai qu’ici le budget aide, bien qu’il ne soit en aucun cas sans fond, mais toute l’équipe créative a su recréer le monde des livres « en vrai » et rien que pour ça, on ne peut que leur tirer notre chapeau. D’ailleurs, je ne pense pas avoir lu quelqu’un critiquer négativement cette transposition à l’écran. Il faudrait quand même avoir un petit souci ^^;.

      Finalement, pour ma part je ne regarde pas encore la saison deux. J’en meurs d’envie, mais je la récupère pour la première fois en 720p afin d’augmenter la magie et l’émerveillement. Or, comme je n’ai pas – encore – l’équipement pour en profiter (c’est rare, je sais), je reste patiente. Oui, je suis un peu maso sur les bords. Heureusement pour moi, j’ai prévu d’acheter prochainement une nouvelle télé, héhé. Et là, ce ne sera que du bonheur. Enfin, j’espère, mais je ne me fais pas trop de souci.

      En effet, j’essaye de faire durer le plaisir. Je n’ai même pas encore commencé le volume quatre. Je m’étonne moi-même. Je doute y résister après la fin de la saison deux par contre… ^^;. Bon courage pour prolonger le plaisir !

      Concernant les adaptations de fantasy, si, certes il n’y a rien au sujet de L’Assassin Royal, il y a normalement La Romance de Ténébreuse de Marion Zimmer Bradley qui devrait arriver en série tv. Personnellement, ce dont je rêve surtout, c’est la Ballade de Pern d’Anne McCaffrey. Cela fait un sacré moment qu’il y a des rumeurs pour une sortie en films, mais tout est plus ou moins en stand-by. Une série ce serait chouette autrement, même si je suis consciente que côté budget, ce serait galère en raison des multiples dragons. Allez, je ne vais pas faire ma fine bouche parce que c’est déjà énorme d’avoir une série de fantasy extraordinaire à la télé actuellement. C’est tellement inédit que j’ai parfois l’impression de rêver éveillée.

      Répondre

  9. Darek• 19 avril 2012 à 2:05

    Bon, je suis définitivement accroc à la série TV (je garde les livres pour bientôt, quand l’attente de la saison 3 sera trop grande…) ! Avez vous commencé le visionnage des trois premiers épisodes de la saison 2 (en VOST bien entendu..) et qu’en pensez vous ?

    Pourquoi dire que je suis accroc ? Plusieurs raisons :
    – Je fais durer le plaisir. Quand j’arrive à me procurer la dernière perle en date, je ne la regarde pas de suite. J’attends le bon moment en rongeant mon frein.
    – Je jette des coups d’œil inquiets sur la barre du temps et l’avancement de l’épisode, et plus elle progresse, plus je hurle intérieurement.
    – Je viens régulièrement sur ce blog pour voir les commentaires, j’ai besoin de savoir, de sentir que je ne suis pas le seul ^^ (et je goute à vos débuts de spoil avec un plaisir mesquin… vous semblez tous tellement mordus de Brienne que je ne comprends pas vraiment encore le rôle qu’elle aura à jouer ! Mince quoi, une simple chevalier, assez fanatique de surcroit !)

    Répondre

    • Caroline• 21 avril 2012 à 14:22

      Non, pas encore commencé la saison deux. Je sais, c’est fou. En fait, je pense que si je résiste aussi bien, c’est parce que je connais l’histoire. J’ai certes hâte de la voir sur mon écran de télé, mais je suis moins dans la folie furieuse que quand je lisais les romans. Si j’attends ce n’est pas parce que je suis masochiste (quoique, moi aussi j’aime bien faire durer l’attente ^^), mais parce que je veux visionner la saison en HD. Je récupère les épisodes dans ce format maintenant, même si ça prend plus de temps (et de place sur mon DDE !). Je n’ai pas encore d’équipement adapté (je sais, je suis à la traîne technologique ^^) sauf que d’ici la fin du mois, je devrais rattraper cette erreur. Je suis en plein épluchage de sites sur les écrans LCD/LED afin de faire le bon choix quant à ma nouvelle futur super télé. Je pense que Game of Thrones doit être encore plus magnifique en HD, donc je me dis que je peux bien patienter quelques semaines histoire d’en avoir plein les yeux :).

      Quoi qu’il en soit, je suis toujours ravie de voir que nous sommes de plus en plus à être sous le charme de cette magnifique histoire. Concernant Brienne, ce n’est pas tant son rôle dans les évènements qui m’a plu (quoique, dans le volume trois, avec un certain chevalier… hmmm, chut :D), mais davantage sa manière d’être, ses valeurs ou encore son côté atypique.

      En tout cas, excellent visionnage :).

      Répondre

  10. Hiroto• 4 avril 2013 à 14:37

    Je viens à l’instant de finir la saison 1 (d’ailleurs je crois que j’ai lâchée un gros « OH PUTAIN » sur la dernière scène… KHALEESI, QUELLE CLASSE !!!)
    En fait j’ai juré plus ou moins tout au long des épisodes, héhé.
    J’ai adoré tous les personnages, leurs complexité, leurs esprits tordus… leur humanités. Je propose d’élever leurs acteurs au rang de demi-dieux, d’ailleurs. Haaa, les interactions entre Littlefinger/Varys, Tyrion/Bronn, Bran/la sauvage (j’ai mangé son nom…) du bonheur ! Et Arya, forte mais si petite Arya… (j’ai hurlé aussi quand j’ai vu Joe Dempsie)
    Et puis mince! l’histoire !
    Et puis zut! les décors !
    Pas une seule fois je me suis dit que c’était une série TV (chose que je fais d’habitude…) Là, j’ai littéralement été captivée par cet univers. Vivant ces aventures à côté de ces personnages. C’est un monde cohérent et cruel

    Bref, je suis actuellement en train de chercher la saison 2en format BR, tandisque la 3 va bientôt débarquée sur les écrans…

    Répondre

    • Caroline• 7 avril 2013 à 21:18

      Je suis toujours ravie de voir que de nouvelles personnes tombent dans la marmite et succombent elles aussi au charme de Game of Thrones ^^. Comme tu le notes, la série marque vraiment par son humanité et la richesse de ses personnages. Ceux-ci surprennent régulièrement et il est vraiment difficile d’avoir la même opinion les concernant au long cours. Je crois que c’est cette pluridimensionnalité qui m’a le plus plu à la lecture du cycle. Il s’agit d’ailleurs d’un des points forts et c’est peut-être pour cela que la série est aussi capable de plaire à ceux réfractaires aux récits de l’imaginaire.

      En tout cas, j’espère que tu adhéreras autant à la suite. Bon visionnage~ La troisième saison a justement déjà démarré la semaine dernière aux États-Unis ;).

      Répondre

Laisser un commentaire