LIAR GAME étant une histoire ayant plutôt la cote au Japon, il n’est pas étonnant qu’elle ait été adaptée à de multiples reprises et sous divers formats. LIAR GAME : Episode Zero est un keitai drama, autrement dit une série diffusée sur téléphone portable. Comportant douze épisodes de deux minutes, elle fut diffusée entre octobre 2009 et janvier 2010 via Fuji TV, soit lors du passage de la saison deux sur la même chaîne. Il ne s’agit pas d’une suite mais d’histoires annexes sur le passé de trois importantes figures de la fiction : Kanzaki Nao, Akiyami Shinichi et Yokoya Norihiko. Aucun spoiler.

 

LIAR GAME : Episode Zero est en fait divisé en trois parties de huit minutes bien distinctes, chacune d’entre elle étant dédiée à un personnage. Dans un premier temps, il est donc question de Nao, jouée par Fukuda Mayuko (Byakuyakô), alors qu’elle n’a qu’une dizaine d’années. Tandis qu’elle se trouve dans un parc, elle rencontre un guitariste qui a des ennuis d’argent. La petite fille n’ayant pas grand-chose d’intéressant à raconter, l’accent est davantage mis sur cet homme qui n’est pas si inconnu que ça. Effectivement, ce n’est autre qu’Etô Kôichi que l’on avait déjà vu dans la saison une du j-drama. C’est aussi l’occasion de mettre en avant la grande confiance qu’a Nao envers les êtres humains.

Du côté d’Akiyama, Matsuda Shôta ne reprend pas non plus son rôle car c’est Furukawa Yûta (BECK) qui endosse les traits de l’escroc. Ou plutôt, de l’apprenti escroc parce qu’Akiyama est étudiant et vit avec sa mère, victime d’un arnaqueur incarné par Kyô Nobuo. Eh oui, c’est l’occasion de revoir encore un participant du liar game et plus particulièrement de la seconde session. On assiste au début de la longue période noire et difficile d’Akiyama et on comprend pourquoi sa mère s’est jetée du haut d’un hôpital.

Enfin, dans la partie consacrée à Yokoya, ce dernier est évidemment en train de manigancer des arnaques mais pour la première fois de sa vie, il n’arrive pas à ses fins puisqu’il est neutralisé par… Akiyama. On y découvre donc les prémices de leur future inimitié.

En d’autres termes, ces histoires se déroulant sept ans avant le premier renzoku se ressemblent sur de nombreux points car elles traitent toutes de mensonges, d’arnaques et de tout ce qui fait le sel de LIAR GAME. Elles prouvent également que les personnages principaux de l’univers s’étaient plus ou moins rencontrés à un moment donné et que le monde est par conséquent minuscule.

Au final, l’intérêt de ce LIAR GAME : Episode Zero est très limité quand bien même on y apprenne quelques informations non désagréables concernant le passé de Nao, Akiyama et Yokoya. Ce n’est pas tant le fait que Toda Erika et Matsuda Shôta ne soient pas là qui soit un problème, mais davantage que le format soit peu heureux. Puisque cette très courte série se déroule sept ans dans le passé, il est normal que les personnages soient plus jeunes ; donc, que l’on ait choisi de nouveaux acteurs se justifie. C’est d’autant plus valable qu’ils ressemblent sur certains points à leur homologue plus âgé. En revanche – et c’est un défaut inhérent aux keitai dramas –, comme un épisode dure seulement deux minutes, le rythme est coupé dans son élan et il n’y a pas de réel développement. Si la réalisation est toujours effrénée et aussi découpée, ou encore que la musique soit tout particulièrement rapide, cela ne suffit pas. En plus, pour le moment il n’y a que des vidéos de qualité très médiocre qui circulent et seuls les épisode sur Akiyama et Nao sont sous-titrés. En définitive, le tout n’est pas mauvais mais définitivement dispensable, à moins d’être un passionné de LIAR GAME désirant absolument tout voir. Ce LIAR GAME : Episode Zero fait dès lors plus office de petit bonus.