Une des agréables surprises de l’année télévisuelle précédente fut notamment Awkward. Bénéficiant à la fois d’audiences relativement correctes et de bonnes critiques, elle reçut la permission de revenir pour une seconde année. À l’instar de sa première saison, la deuxième se compose de douze épisodes de vingt minutes qui furent diffusés entre juin et septembre 2012 sur MTV. La chaîne a déjà commandé une troisième et celle-ci s’étalera sur vingt semaines. Aucun spoiler.

Jenna en a fait du chemin depuis que tout le monde a cru qu’elle avait tenté de se suicider. Désormais en couple stable avec Jake, elle essaye de continuer sa vie de lycéenne sans trop de remous. Bien évidemment, nous savons tous que cela n’est pas possible. Le fil rouge le plus important, celui qui persistera la totalité de la saison et qui trouvera une sorte de réponse dans le season finale, est le fameux triangle romantique entre Jenna, Jake et Matty. Si les deux premiers sont ainsi ensemble, il semble manifeste que leur supposée parfaite harmonie ne peut durer tant, de toute manière, les secrets parasitent l’adolescente de l’intérieur. Elle n’a effectivement pas avoué à Jake que son premier amour, celui qui lui a brisé le cœur et qui n’avait pas le cran de se montrer avec elle, n’est autre que son propre meilleur ami. On assiste alors à une vraie bombe à retardement, car il est facile de se douter qu’à un moment donné, ces mensonges par omission finiront bien par éclater, surtout quand certaines personnes malveillantes ne savent pas garder leur langue. Si Jenna apprécie le calme et la tendresse de Jake, elle ne paraît pas parfaitement heureuse, et les quelques regards en direction de Matty en disent souvent très long. Ce que l’on pourrait à juste titre craindre, c’est que cette romance tire en longueur et en devienne franchement usante. Honnêtement, elle aurait gagné à être raccourcie et à ne pas multiplier certains détours, mais au moins, elle est a priori arrivée à un semblant de conclusion parce que Jenna fait son choix en toute fin de parcours. Croisons les doigts pour que la suite ne remette pas les pieds dans le plat. C’est l’occasion de voir des détournements sarcastiques et des moqueries satiriques comme la fanfiction à la Twilight à mourir de rire, associés à un sacré côté autoréférentiel jouissif. Comme d’habitude, la saison ne se prend pas trop au sérieux, injecte une certaine dose de délires insolents quasi absurdes et n’hésite pas à jouer avec ses aspects plus caricaturaux. De la même manière, l’héroïne continue avec sa voix off, commentant à sa façon son blog et ses pensées. En outre, si Matty pouvait être autrefois assez désagréable, il ne l’est plus du tout. Beaucoup plus décontracté, résolument amusant et très amoureux, il gagne en assurance et en sex-appeal. Le point particulièrement intéressant est de mettre en parallèle l’histoire de Jenna avec les antécédents de sa mère, Lacey, et ses choix qui l’ont conduite à avoir un enfant si jeune. Elle avait également un Matt et un Jake… Alors, équipe Matty ou équipe Jake ?

Jenna n’est pas la seule Hamilton à voir ses aventures sentimentales bouleversées. Ses parents sont en effet en proie à plusieurs conflits liés à la fameuse lettre. Jenna a naturellement très mal digéré que sa mère en soit l’auteure et requiert du temps avant de lui pardonner. Et bien sûr, si son père attentif n’est pas aussi mature qu’il est supposé l’être, il ne peut non plus laisser passer cette méchante missive. Le couple se trouve alors en sérieuse difficulté et Jenna est quelque peu prise entre deux feux. Cette situation permet de creuser davantage la relation entre l’héroïne et Lacey, mais également de montrer que cette dernière se révèle un peu plus profonde qu’elle en a l’air, notamment parce qu’elle évolue pour se rapprocher d’une adulte – une vraie. Derrière cette excentricité et cette volonté inébranlable de rester jeune se cache tout de même une maman avec ses qualités comme ses défauts. Durant le mariage survolté d’une copine pas inconnue, elle retrouve son premier grand amour joué par Kristoffer Polaha (Ringer, Life Unexpected). Une autre bonne idée de cette année est d’allier Lacey à la farfelue Valerie. Lors de la saison passée, celle-ci était parfois à la limite de la surenchère, mais ce n’est pas du tout le cas au cours de cette année. Pétillante, délurée à souhait, extrêmement drôle et souvent à côté de la plaque, elle est tout simplement délicieuse. Associer ces deux femmes manquant de maturité donne des étincelles et de nombreux moments de rigolade assurés. Sans conteste, Valerie est un des principaux éléments comiques de ces douze épisodes.

À part retourner son cœur dans tous les sens à la recherche de celui qu’elle doit choisir, Jenna n’oublie pas ses camarades et ses ennemies. Ming et Tamara ont toutes les deux droit d’être un minimum exploitées et, sans surprise, le résultat est très appréciable. La mafia chinoise de laquelle Ming s’approche est à l’origine de séquences hilarantes et quelque peu terrorisantes grâce à cet amusant détournement de stéréotypes. Tamara, quant à elle, est vectrice d’un rebondissement imprévu dans le season finale qui devrait réserver de chouettes scènes l’année prochaine. Quoi qu’il en soit, l’amitié du trio est correctement retranscrite et ce sont systématiquement le naturel et l’authenticité qui en ressortent. Il en va de même pour la terrible Sadie qui n’est certes pas devenue un ange, mais qui montre une facette de sa personnalité romantique très inédite dirons-nous. Ajoutons-y la lunaire Lissa, d’autres visages plus secondaires comme le chaud lapin Ricky, le bizarre Kyle ou bien Clark, l’adorable gay, et l’on a là une galerie de protagonistes plutôt bigarrée et sincèrement attachante.

En définitive, la deuxième saison d’Awkward. réussit à être aussi sympathique que la précédente. Toujours fraîche, non consensuelle, drôle, sarcastique, voire satirique, elle amuse et fait rire tout en n’oubliant jamais de conserver une petite atmosphère quasi douce-amère lorsque la tension dramatique est plus prononcée. Le résultat se révèle par conséquent plus que pertinent, moderne et très divertissant. Pour résumer, si l’on a apprécié les aventures de 2011, il faut impérativement visionner celles-là tant elles s’avèrent encore plus insolentes et loufoques. Espérons maintenant qu’avec vingt épisodes, la série saura garder son rythme.