(Bilan) Mon année sériephile 2012

Par , le 3 janvier 2013

Voilà, 2012 ayant terminé sa course, il est de circonstance de souhaiter une excellente et heureuse année 2013 à toutes les lectrices et lecteurs de Luminophore. C’est aussi l’occasion pour vous remercier de continuer de suivre ce blog, voire de le faire s’animer à travers les commentaires.

Ne dérogeons pas aux vieilles habitudes et faisons la place au bilan des douze derniers mois venant de s’écouler. Comme je l’écris systématiquement, ce récapitulatif ne concerne que ma propre année sériephile et ne reflète en rien les productions ayant été diffusées au cours de cette période.

En dépit d’une excellente année 2011 du point de vue des séries, j’avais peur que 2012 soit équivalente à 2010 ; en d’autres termes, je craignais de ne pas avoir la chance de m’extasier devant ma télévision. Heureusement, ces appréhensions ne furent en aucun cas justifiées puisque j’ai passé une tout aussi bonne année. Cela fait plaisir de voir que la flamme ne s’étiole pas et que quoi qu’il arrive, quiconque finit toujours par trouver une pépite après avoir dû subir quelques douches froides. J’avoue être surtout satisfaite de ma nouvelle méthode de visionnage, car c’est probablement à elle que je dois cet apaisement et ces découvertes sans cesse renouvelées. Autre élément hautement important : ma récente télé moderne comme il faut. C’est peut-être tout bête, mais depuis son achat, en mai, j’ai vraiment l’impression de profiter du potentiel qu’offrent certaines séries grâce à son grand écran, ses superbes couleurs et des vidéos en HD/fullHD/Blu-ray. Games of Thrones fut, par exemple, une vraie expérience. Techniquement, c’est aussi bien plus pratique de seulement nécessiter une clé USB et de pouvoir se satisfaire de multiples formats et autres codecs. Jusque-là, je visionnais sur mon ancien poste, de taille tout à fait honorable, mais ce n’était pas toujours facile pour différentes raisons.

Parlons chiffres

Direction les statistiques en tous genres qui s’avèrent plutôt représentatives lorsque l’on se demande ce que l’on regarde le plus. Je m’étais déjà fait la réflexion en 2011 que j’étais allée bien plus souvent au Japon qu’auparavant. 2012 fut davantage marqué et le pays du Soleil-Levant semble bien décidé à truster la haute place du podium, ravissant cette première marche longtemps acquise aux États-Unis. Honnêtement, je ne m’en rends pas vraiment compte au quotidien tant j’alterne régulièrement entre les différentes nationalités. Ce n’est pas comme si je me mettais des contraintes, c’est juste automatique. Les séries japonaises et les étasuniennes ne m’apportent généralement pas des ressentis identiques et je n’ai d’ailleurs pas les mêmes attentes avec les unes ou les autres. Néanmoins, il convient de tempérer certains chiffres du côté japonais dans le sens où les tanpatsu sont comptabilisés et ne constituent parfois qu’un unique épisode.

 

Le premier camembert illustre par conséquent sans mal la suprématie nippone et les chiffres sont globalement analogues à ceux de 2011 (49-29 ; 44-31). En revanche, le changement le plus important pour 2012 est l’accroissement de la diversité. Déjà, j’ai visionné un certain nombre de coproductions. Mais surtout, je me suis aventurée sur des terrains jusque-là inconnus tels que l’Estonie, l’Islande, le Danemark et le Pays de Galles ; pour cela, je peux remercier chaudement Eurochannel. Je n’aurais jamais cru que j’achèterais un de ces jours un DVD estonien – celui de Klass : Elu Pärast. La France retrouve un semblant de couleur parmi mon programme puisque j’ai tout de même testé six séries provenant de chez nous ; ça change de l’année dernière où je m’étais contentée d’une seule. Sinon, l’Angleterre m’attire toujours beaucoup, mais je ne sais pourquoi, je ne traverse plus aussi régulièrement qu’avant la Manche. À l’opposé, deux pays manquent à l’appel alors qu’ils étaient présents depuis 2009 : la Corée du Sud et Taïwan. Je n’ai pas su insérer le DVD dans le lecteur. Plus sérieusement, j’ai vraiment eu un blocage à ce niveau, ce qui est assez étrange étant donné mon envie de me lancer dans quelques travaux de chez eux.

Pour détailler davantage, le second graphique prouve rapidement la multiplication des tanpatsu dans mon programme japonais. C’était quelque chose que je souhaitais mettre en place depuis un moment. En 2012, j’ai tâché d’intercaler un tanpatsu entre deux renzoku. J’avoue être loin d’être emballée par la majorité de ce que j’y découvre, mais je ne désespère pas. Je pense qu’il faut beaucoup trier et comme peu s’intéressent à ce pan de la production, je suis souvent obligée de partir plus ou moins en aveugle. Plusieurs essais ont vraiment été infructueux bien que d’autres aient réussi à remonter le niveau. Il était autrement prévu que je débute plusieurs séries sur cellulaires (keitai drama), mais j’ai échoué malgré quelques-unes déjà bien au chaud dans mes dossiers virtuels. Enfin, n’oublions pas ma première incursion dans les taiga, ces j-dramas de cinquante épisodes.

 

En Occident

À l’instar de 2011, j’ai profité de 2012 pour continuer de terminer toutes les séries occidentales débutées il y a parfois des années. Je suis encore à cent lieues du but, mais je m’en approche doucement. Loin de moi l’idée de m’y atteler de manière précipitée. Je suis ainsi arrivée au terme de Medium et de Xena : Warrior Princess ; j’ai poursuivi la route d’Everwood. De plus, c’est avec soulagement que j’ai dit au revoir à Gossip Girl qui a enfin tiré sa révérence il y a quelques semaines. Contre toute attente, je me suis investie dans plusieurs rediffusions aux qualités pourtant parfois très discutables. Je n’étais pas très sûre il y a un an, mais là, je le suis, donc je peux expliquer cette curieuse motivation. En fait, j’ai vraiment envie que Luminophore héberge toutes les critiques des séries que j’ai eu l’occasion de voir à un moment donné. Je suis consciente, c’est fou et/ou idiot ; je crois que c’est mon côté archiviste maniaque qui parle. Je dois avouer qu’il m’arrive d’oublier ce que j’ai pensé d’une production ou d’une autre (cf. Empire), ce qui fait que dans certains cas, je m’y remets histoire de savoir ce qu’il en est, maintenant. Cela dit, pour le moment je n’ai pas poussé le bouchon jusqu’à m’infliger des saisons à ne plus savoir qu’en faire ; je me suis astreinte à des séries avortées au bout d’un nombre limité d’épisodes. J’ai aussi repris Veronica Mars comme vous aviez voté pour elle lors d’un sondage. Et, j’ai lutté de toutes mes forces pour ne pas replonger dans Buffy the Vampire Slayer. Je me demande si je vais résister à 2013…

Le grand changement, c’est donc ma méthode de visionnage. 2012 est la première année où je n’ai absolument rien regardé en direct des États-Unis. Mais quand je dis rien, c’est vraiment rien. Je ne me suis pas non plus engagée dans une nouveauté du cru septembre/octobre 2012 et je n’envisage aucunement de le faire dans l’immédiat, à moins que la production soit annulée. Ayant déjà eu l’occasion d’expliquer mes choix, je ne vais pas m’étaler plus que de raison. J’ajouterai juste que ce fonctionnement me convient amplement, même si cela signifie ne pas pouvoir participer à certaines conversions ou frôler l’apoplexie à cause des spoilers présents en masse absolument partout. Je dois être une masochiste aimant vivre dangereusement. Il est indubitable que cette pratique semble probablement curieuse pour certains d’entre vous, d’autant plus que je me tiens vraiment au courant de l’actualité. Cependant, je ne veux plus me lancer dans des séries sans connaître un minimum leur devenir. Naturellement, je suis capable de faire des exceptions lorsqu’il s’agit de genres m’étant plus que favoris, tels que la science-fiction, la fantasy ou l’historique. Oui, je ne croule donc pas sur les dérogations de mon planning militaire – il me permet alors d’aller voir régulièrement ailleurs et de pallier certaines terribles lacunes sériephiles. De plus, après des années à me plaindre de ne plus prendre le temps pour donner leur chance à des mini-séries, j’ai réemprunté avec joie leur chemin.

Pour terminer du côté de l’Occident, place à une courte liste des séries ou saisons vues au cours de 2012 qui m’auront le plus satisfaite :

 

En Asie

Au moins, cette année est très simple, car seul le Japon est concerné. J’avais dans l’idée de tenter d’approfondir mes connaissances en regardant des genres différents, des époques diverses et de ne pas me contenter des nouveautés. Maintenant que j’y pense, je réalise que je n’ai même pas attaqué un seul renzoku ou tanpatsu de 2012. Je ne vais pas le nier, je suis très fière d’avoir enfin sauté le pas et d’avoir dorénavant un taiga à mon actif. Honnêtement, je l’aurais fait plus tôt si plusieurs données techniques n’étaient pas entrées en compte ; la preuve, dès que j’ai pu regarder Fûrin Kazan dans une qualité raisonnable, je me suis jetée à l’eau. Ce ne sont que cinquante épisodes et quand on est habitué aux séries à rallonge provenant des États-Unis, je ne pense pas que l’on puisse s’effrayer de leur longueur. En revanche, je n’ai pas essayé de nouvel asadora ; tant pis, on ne peut pas être partout à la fois. Là où je suis aussi assez contente, c’est que j’ai tâché de dépasser plusieurs de mes préjugés en ne négligeant pas de continuer de m’aventurer parmi les tokusatsu. Je n’en reviens toujours pas d’avoir vu un Super Sentai tellement ça me paraît improbable.

Si les tanpatsu ne m’ont pas forcément marquée de manière positive plus que de raison, ce ne fut pas le cas de plusieurs renzoku. Sans conteste, Soredemo, Ikite Yuku fut la plus belle découverte. Elle a été d’autant plus magique que je m’attendais à un mélodrame moyennement engageant. J’en suis même au stade où je me demande s’il n’est pas devenu mon j-drama préféré. Rien que d’y repenser, j’ai encore l’impression de ressentir toutes les émotions que l’ensemble insuffle. Il s’agit là d’une véritable expérience marquant au fer blanc. Pas si loin de lui, je placerai dorénavant le gracieux et tout aussi pénétrant Fumô Chitai. Dans des registres radicalement opposés, Keitai Sôsakan 7 et Arakawa Under the Bridge m’ont énormément plu et figurent désormais parmi mes favoris du petit écran nippon. Mine de rien, je réalise maintenant qu’en 2012, je n’ai pas été avare du côté des notes pour les j-dramas. Je ne peux pas non plus ne pas citer l’envoûtante Warui Yatsura, le thriller intense Soratobu Tire ou, naturellement, mon tout premier taiga.

En bref, au milieu d’horreurs parfois innommables, j’ai réussi à trouver chaussure à mon pied et j’en suis la première ravie. Pourtant, tout n’est plus aussi facile que jadis depuis la fermeture en janvier 2012 du grand fournisseur commençant par un M. Après moult hésitations, les rivières rapides sont réapparues dans ma vie (sans courrier pour l’instant *touche du bois*), mais ce n’est pas pareil. Il est très difficile de récupérer certaines séries, qui plus est lorsque l’on ne veut plus que de la HD. Enfin bon, c’est déjà mieux que rien, n’est-ce pas ?

 

Luminophore durant 2012

En 2012, Luminophore a fêté sa cinquième bougie et s’est doté de nouveaux vêtements. J’en suis la première étonnée, il n’y a eu aucune pause dans la publication des billets pour la première fois depuis son arrivée sur le Net. Je crois avoir trouvé un rythme convenable avec une actualisation tous les trois jours. Si je ne me suis pas trompée, il y a eu 128 entrées, ce qui me paraît assez respectable compte tenu de leur longueur parfois exagérée (oups). J’alterne méthodiquement histoire de satisfaire à la fois ceux venant ici pour les j-dramas et ceux pour l’aspect occidental. Ceux étant plus ouverts n’ont pas de souci puisqu’ils doivent toujours avoir quelque chose à se mettre sous la dent. Pour la petite information, l’article le plus lu – et de très loin – a été celui dédié à Malcolm in the Middle.

Autrement, je bûche depuis plusieurs mois dans l’ombre, en relisant tous mes anciens billets souvent bourrés de coquilles et en hébergeant toutes les images sur mon domaine. C’est un exercice fastidieux et je n’avance malheureusement pas aussi vite que ce que je voudrais. J’essaye de rendre le blog plus propre et plus agréable à parcourir.

Certains me l’ont fait remarquer, il n’y a pas eu d’animation de Noël. J’ai longtemps hésité puis je me suis rappelé le travail titanesque que ça me demandait. Je ne sais pas si elle reviendra ou si elle changera de forme. Nous verrons bien.

 

Qu’est-ce que 2013 nous réserve ?

Eh bien, la même chose qu’en 2012 ! Du côté de l’Occident, je continue mon calendrier tranquillement dans mon coin. J’ai dans l’idée d’écrire un dossier sur un sujet bien particulier (qui pourrait peut-être être deviné par rapport à certaines séries traitées dernièrement… – chut, je n’en dis pas plus !), mais je doute m’y mettre tout de suite ; non, en fait, il y a aussi un autre dossier qui me trotte dans la tête si ce n’est que celui-là, ce ne sera clairement pas en 2013. Bref, quoi qu’il en soit, il y a au programme des vieilles séries, des mini-séries et tout ce qui est habituel sur Luminophore. En outre, d’autres pays apparaîtront dans la colonne.

En Asie, il y aura quelques modifications par rapport à 2012. Déjà, Taïwan devrait arriver en force et se montrer très présent plusieurs mois. Vous verrez de quoi il en retourne sous peu, si je ne change pas encore d’avis. Je vais aussi reprendre la route de la Corée du Sud et me diriger vers un territoire voisin. Quant au Japon, je pense lancer prochainement un nouveau taiga ; j’en ai plusieurs sous le coude, dans une excellente qualité (HD). À part ça, il y aura des renzoku plus ou moins anciens, des tanpatsu à la pelle, peut-être un asadora, des tokusatsu et les sélections habituelles des saisons. J’avais écrit dans le bilan précédent que j’allais remettre au goût du jour le guide qui n’est pas actualisé et franchement pauvre ; je ne l’ai visiblement pas fait. J’espère essayer de me m’y plonger dans les mois à venir.

Pour définitivement conclure, n’hésitez pas à me partager vos impressions quant à ce que vous aimeriez voir ici. Je peux écouter toutes vos demandes et peut-être y répondre. Dans tous les cas, à très bientôt pour de nouveaux billets~


15 Comments

  1. Caroline
    Nephthys• 3 janvier 2013 at 10:41

    Tout d’abord je te souhaite une très bonne année 2013 remplie de bonnes séries et de belles découvertes.

    Concernant ton visionnage, j’aimerais l’adopter mais j’ai beaucoup de mal. Par exemple, j’ai mis entre parenthèses Castle et Supernatural, mais cette année j’ai une saison et demi de retard pour Supernatural. Je n’arrive pas à gérer mon temps et mes séries.
    Il faut que je m’y mette sérieusement.
    J’ai pris la résolution pour cette année 2013 de ralentir les séries en direct des US et de me concentrer sur les séries à terminer. Et je pense que le Challenge Séries 2013 va beaucoup m’aider.
    J’espère aussi me lancer dans plus de doramas cette année. 2012 n’aura pas été l’année des séries asiatiques :(

    49 séries japonaises, c’est un chiffre imposant. J’espère que ca m’inspirera pour choisir mon prochain jdrama. Côté Kdrama j’ai tout ce qu’il faut (et bien plus encore) et je me suis même offert un abonnement DramaPassion grâce à une opération. C’est plus agréable que le streaming gratuit et entrecoupé de pubs. Bref c’est un autre débat.

    Je suis triste que tu n’aies pas refait l’animation de Noël, cela dit je comprends tout à fait l’investissement que cela te demande est énorme. Je comprends. Mais je dois dire que -égoïstement- j’adore cette période et tes petits cadeaux.

    Répondre

    • Caroline
      Caroline• 8 janvier 2013 at 15:52

      J’ai un peu de mal à parler de retard dans les séries, car à mon sens, on a toujours tout notre temps. Qu’on visionne quelque chose tout de suite ou dans un an, le résultat sera a priori le même, et chacun peut aller tranquillement à son rythme. Les seuls risques, justement, sont de se faire spoiler et de ne pas pouvoir participer à certaines discussions. Après, ayant au final assez peu de séries en cours, j’arrive à maintenir ce programme où je ne continue pour l’instant que celles ayant régulièrement de l’inédit, en plus d’aller voir ailleurs. Je crois n’avoir que huit séries US encore diffusées – et d’ailleurs, elles sont loin de passer toute l’année, comme par exemple Dexter, Spartacus, Psych, etc. Ça me laisse énormément de temps libre pour tester d’autres productions. Dans tous les cas, puisque nous sommes des passionnés, il est évident que lorsque l’on termine quelque chose, dix autres se rajoutent sur notre liste ; donc, d’une certaine manière, on ne viendra jamais à bout de quoi que ce soit ;). J’espère que tu vas finir par trouver un mode de fonctionnement qui te convienne !

      Répondre

      • Caroline
        Nephthys• 1 février 2013 at 11:54

        Tu as sans doute raison, je me mets la pression toute seule.
        Justement côté spoilers je m’en suis mangée une paire et c’est vraiment désagréable.
        En ce mois de Janvier j’ai plus regardé des fictions que j’avais envie de voir plutôt que les séries US en cours et j’ai beaucoup apprécié.

        Répondre

        • Caroline
          Caroline• 2 février 2013 at 23:32

          C’est chouette ça (pas les spoilers hein, ta dernière phrase ^^), j’espère que ça va continuer de cette manière.

          Répondre

  2. Caroline
    Gatien• 3 janvier 2013 at 12:24

    À mon tour, je te souhaite une très belle année 2013 !

    Eh bien, ce fut encore une année riche en visionnages ! Rien que pour les jdramas, tu en as vu à peu près autant en un an que moi en une demi-décennie ^^

    Pour ma part, si je ne devais retenir qu’un jdrama parmi ceux que j’ai vus en 2012, ce serait « Long Love Letter ». Il a quelques imperfections, mais c’est celui qui m’a le plus marqué.
    Et parmi les séries américaines, une fois encore, j’ai vraiment accroché aux saisons de Dexter vues cette année, série parvenant à se maintenir à très haut niveau malgré le nombre de saisons s’allongeant. Quand j’y pense, j’ai visionné pas mal de trucs sympas cette année, côté américain… Mais pour moi, « Dexter » reste au-dessus, y a pas photo !

    Répondre

    • Caroline
      Caroline• 8 janvier 2013 at 15:56

      Je partage ton point de vue sur Long Love Letter qui m’avait énormément plu à l’époque. Son côté atypique est en plus un point particulièrement positif.

      Par rapport à Dexter, je n’ai pas encore terminé la septième saison, mais c’est prévu d’ici quelque temps. Je ne serais pas aussi élogieux que toi concernant la série, car je la trouve tout de même un peu en perte de vitesse. Ou, plutôt, j’ai l’impression que l’on s’est bien trop détaché du sociopathe du début qui n’a, en définitive, plus grand-chose à voir avec un être profondément déviant. Ceci dit, je suis toujours aussi assidûment les épisodes ^^.

      Répondre

  3. Caroline
    ecl75• 3 janvier 2013 at 16:46

    Bonne année 2013 !
    Je profite de ces quelques instants de pause dans ces journées stressantes pour te remercier, une fois encore, du fantastique travail que tu effectues ici de manière régulière.
    On en a déjà parlé, j’aurai du mal à suivre ta manière de visionner (car vivre en fonction de l’actualité a ses avantages : les annonces, l’attente, les spoilers évités, la possibilité de discuter/réagir sur un sujet brûlant,…) mais je t’envie aussi, car ton choix te permet réellement de satisfaire tes envies, sans pression, selon ton calendrier. Combien de projets d’articles, de visionnages ai-je du repousser à cause de ma consommation télévisuelle actuelle !!
    J’aime tes statistiques, je n’en ai pas fait autant pour cette fin d’année mais on se ressemble sur cette compulsion, ce besoin de savoir précisément où on en est.
    A chaque fois que je viens sur ton blog, tu me donnes envie de voir d’autres séries, et il va bien falloir que je craque à un moment ou à un autre (ça fait partie de mes projets) ! Je te remercie encore pour ton article sur Marumo no okite, qui m’a poussé à voir ce drama magnifique, tendre, drôle, parfait pour relâcher le stress.
    Un grand bravo, donc. Et si jamais tu es tenté par certains dramas coréens, ne résiste pas ;)

    Répondre

    • Caroline
      Caroline• 8 janvier 2013 at 16:01

      Merci, et je t’en prie. C’est toujours un plaisir de discuter de séries par ici – heureusement d’ailleurs vu que c’est mon chez moi ^^;.

      Je suis curieuse de savoir sur quelles séries tu craqueras en premier. En tout cas, je suis toujours aussi contente de voir que Marumo no Okite t’a définitivement marqué. Il faut dire, comment le contraire pourrait-il être possible ? J’ai un faible pour ces fictions mettant du baume au cœur tout en évitant avec adresse le pathos ou le sentimentalisme excessif.

      Et ne t’inquiète pas, je devrais donner sa chance à au moins un k-drama en 2013 *teasing*.

      Répondre

  4. Caroline
    Ageha• 6 janvier 2013 at 13:37

    Je te souhaite une bonne année 2013 avec un peu de retard. Quelle année tu as eu, les jdrama à l’honneur, ça fait vraiment plaisir. J’aimerais aussi voir comme toi plus de tanpatsu, je l’avais dis pour 2012 et finalement par manque de temps j’ai visionné très peu de drama. J’ai même pas terminé Ohisama entamé il y a plusieurs mois de ça!
    Il y a plein de séries qui me font envie dans celles que tu as vu en 2012, les journées sont trop courtes…il faut que je revois mon organisation. Tu es super bien organisée !!!
    Courage, lance toi dans les twdrama! il y en a qui sont vraiment uniques, faut juste chercher autre chose que les habituelles comédies romantiques déjantées (qui, c’est vrai occupent une place très importante). Tu en as déjà peut-être repéré?
    Que ton année 2013 soit encore plus riche en découvertes et coup de coeur que la précédente, bonne continuation!

    Répondre

    • Caroline
      Caroline• 8 janvier 2013 at 16:05

      Les tanpatsu, je ne m’y suis vraiment mise qu’en 2012. Jusque-là, j’en regardais, évidemment, mais quasi exclusivement ceux étant en lien avec un renzoku. Pourtant, chaque saison il y a beaucoup d’indépendants qui sortent et qui doivent probablement valoir le coup d’œil. J’en ai encore pas mal en stock donc je devrais en parler un petit moment par ici ^^.

      Je me suis justement lancée dans un tw-drama il y a quelques jours, mais je n’en dis pas plus… Tu en sauras davantage d’ici très peu de temps.

      Répondre

  5. Caroline
    Ageha• 10 janvier 2013 at 12:36

    Oh super! j’ai hâte de découvrir ton article :)
    Il faudrait que je me fasse une liste de tanpatsu à voir, ton blog va bien m’aider à choisir!

    Répondre

  6. Caroline
    Dramafana• 14 janvier 2013 at 12:36

    J’ai du retard dans la lecture de mes blogs favoris depuis quelques semaines, alors je viens seulement maintenant te souhaiter une très bonne année 2013 et te remercier pour ces articles de qualité que tu offres à ton lectorat et pour le temps que tu consacres à faire vivre ton blog.

    Répondre

    • Caroline
      Caroline• 15 janvier 2013 at 13:30

      C’est toujours un plaisir de partager mes multiples découvertes par ici :).
      Merci !

      Répondre

  7. Caroline
    Saru• 17 janvier 2013 at 20:06

    Je suis toujours autant admirative de ta méthode de visionnage, et j’aimerais avoir ta discipline, puisque je suis convaincue que c’est celle qu’il me faudrait : abandonner une série m’est moins facile quand j’ai tous les épisodes à ma disposition. Mais je ne résiste jamais à la novueauté !^^
    Donc franchement, bon palmarès de l’année, et félicitations pour le rythme !
    Tu as piqué ma curiosité, avec tes indices sur de futurs dossiers pour 2013… Taïwan, donc ? Cool !

    (PS : je suis pour le retour de l’animation de Noël, même si elle change de forme !^^)

    Répondre

    • Caroline
      Caroline• 23 janvier 2013 at 16:03

      C’est sûr que lorsque l’on a déjà tout en stock, on s’arrête moins facilement. Personnellement, si je pouvais stopper des séries comme on change de chaussettes, j’en serais la première ravie. Je me suis certes améliorée mais il y a encore du boulot ^^;;.

      Tu sauras ce qu’il en est concernant Taïwan dès demain. Quant aux dossiers, j’ajouterai juste que c’est en rapport avec les séries occidentales.

      Répondre

Laisser un commentaire