Jue Dui Darling (絕對達令 ★ Absolute Boyfriend) – Épisode 02

Par , le 11 février 2013

Épisode 02
Première diffusion : 15 avril 2012 Durée : 71 minutes Captures d’écran 

Résumé

     

Pendant que Night est en train de faire la vaisselle, Xiao Fei se repose sur le canapé et lit les SMS envoyés par Zong Shi et Mei Jia. Chacun à sa manière, les deux essayent de lui remonter le moral depuis l’affaire Shi Guan. Si elle retrouve le sourire quelques secondes, elle replonge rapidement dans ses idées moroses. Son robot remarque qu’elle ne va pas très bien et cherche lui aussi à la remettre sur pied. Mine de rien, c’est que l’heure tourne et que la période d’essai arrive à son terme. Xiao Fei demande à Night s’il ne sera pas déçu ou en colère si elle décide de ne pas l’acheter. Forcément, ce dernier lui réplique que non, il n’est là que pour satisfaire ses envies et comme il est son petit-ami, il est d’accord avec tout ce qu’elle fait ou dit. Plus tard, dans son lit, Xiao Fei tourne en rond et pense à Night, tout seul dans le couloir en train de recharger ses batteries. Ayant besoin de présence, elle lui propose de dormir avec elle, à condition qu’il ne tente rien, évidemment ! Elle aimerait juste qu’il soit près d’elle. Il accepte sans se faire prier et les deux dorment ainsi ensemble, collés dans le lit de la jeune femme.

Le lendemain matin, lorsque Xiao Fei se réveille, elle est gênée de découvrir que Night a passé plusieurs heures à la regarder. Mais avant cela, elle est encore embrouillée par un rêve qu’elle a fait. Elle y revoyait l’homme qui lui avait expliqué quand elle était enfant à quoi servaient les doigts de la main, et pourquoi chaque personne a une âme sœur, quelque part. Ce qu’elle ne comprend en revanche pas, c’est pour quelle raison ce mystérieux garçon a les traits de Night. Elle ne se formalise pas trop puisqu’elle a des papillons dans le ventre en évoquant son robot, et celui-ci l’attend encore une fois pour un succulent petit-déjeuner. Ils sont malheureusement perturbés par Lei Wu Wu, toujours aussi excentrique. Qui plus est, son arrivée n’est clairement pas anodine étant donné qu’il vient chercher le paiement complet de Night. La surprise du couple est de taille. Après tout, la période d’essai est toujours en vigueur, non ? Pas du tout, elle vient de se terminer il y a… eh bien, juste à l’instant. À Kronos Heaven, la ponctualité est reine. En bref, si l’acheteur n’a pas ramené le produit au bout de 48 heures après avoir reçu l’objet, celui-ci est considéré comme vendu et doit donc être payé. La douche est terriblement froide pour Xiao Fei qui n’a pas d’autre choix que de se délester de la modique somme de 100 millions de nouveaux dollars de Taïwan (approximativement 2,5 millions d’euros). Naturellement, elle ne possède pas cet argent. Lei Wu Wu lui explique qu’elle n’avait pas qu’à formuler autant de spécificités pour Night, c’est ça qui a fait grimper l’addition. Comme il aime bien l’héroïne, il lui propose de lui faire crédit sur cinquante ans, ce qui ne marche toujours pas aux yeux de Xiao Fei. De colère et totalement dépitée, elle chasse de chez elle le commercial farfelu. Quoi qu’il en soit, elle a beau réfléchir, la seule solution semble être de devoir vendre son corps ! Mais si jamais ça venait à se savoir… ce serait la catastrophe assurée. Si en plus Night se met à utiliser les maigres billets qu’il trouve dans son portefeuille pour lui préparer à manger, elle n’est pas sortie de l’auberge. De toute manière, pour l’heure elle part au travail.

Au bureau, quand personne ne la regarde, Xiao Fei ose parcourir les magazines contenant des offres d’emploi peu amènes. Évidemment, elle se fait rapidement surprendre par Mei Jia qui tombe des nues en voyant que son amie a à ce point besoin d’argent. Histoire de ne pas passer pour quelqu’un de psychologiquement instable, Xiao Fei ment en lui disant qu’elle doit rembourser un sac à main qu’elle vient de s’offrir. Comme Mei Jia connaît un club qui paye correctement et qui n’est pas trop malfamé, elle conseille à sa collègue de s’y rendre dans la soirée. Le moral remonté à bloc, Xiao Fei se sent de suite plus légère et arbore un sourire le reste de la journée. Dans le couloir, elle croise Zong Shi qui essaye de discuter avec elle. Posant ses questions maladroitement, il se prend surtout des réflexions assez méchantes de la part de sa voisine.

Le soir venu, Xiao Fei se rend par conséquent dans le fameux club recommandé par Mei Jia. La personne chargée des recrutements accepte immédiatement de l’employer mais ne veut d’elle que comme serveuse. Xiao Fei, sachant pertinemment que c’est surtout exercer comme hôtesse qui paye, essaye par tous les moyens d’obtenir le précieux Graal. Elle se lance dans une opération de séduction qui ne fonctionne pas du tout. Il faut dire que les mimiques et gesticuler ne rendent pas charmante. Alors qu’elle se ridiculise en beauté, Night débarque comme si de rien n’était et réclame lui aussi du travail. Après tout, c’est pour le payer qu’elle est obligée de s’abaisser de cette manière. L’employé du club, visiblement fasciné par le robot, désire à tout prix l’embaucher. Tout du moins, ce qu’il souhaite c’est que Night s’habille en femme et il sera alors payé double. Le robot accepte, à l’unique condition que Xiao Fei soit aussi des rangs. Voici alors le couple prêt à entrer en scène ! Évidemment, tout tourne à la catastrophe avec des clients enivrés et un Night ne supportant pas que l’on touche à celle qu’il protège. Il ne peut en effet voir Xiao Fei aussi mal à l’aise et dérangée par d’autres hommes, donc il ne trouve pas mieux que de casser la figure à tout le monde. Résultat : Xiao Fei et lui sont jetés dehors du club, sans avoir été payés.

Dans la rue, Night est dépité et cherche à s’excuser auprès de Xiao Fei. Bizarrement, celle-ci ne lui en veut pas trop et lui assure de ne pas s’inquiéter. Elle ne sait pas de quelle manière elle va trouver l’argent mais elle y arrivera bien d’une façon ou d’une autre. Assis sur un banc, le robot lui prend la main et la pierre de la bague qu’il porte commence à se teinter de rose. La jeune femme, elle, sent son cœur battre à tout rompre et fond sous l’attention que lui porte Night. Elle en vient à se demander si elle avait aussi inséré cette caractéristique lors de son achat. Le moment étant plus que propice en raison du romantisme ambiant, Night se penche doucement pour embrasser Xiao Fei, ce dont elle n’a pas l’air contre, mais voilà Lei Wu Wu qui arrive encore une fois comme un cheveu sur la soupe. Toutefois, il apporte une plutôt bonne nouvelle puisqu’il a réussi à changer les termes du contrat requérant 100 millions de dollars de Taîwan. Pour leur expliquer tout ça, le trio se rend chez le commercial. En fait, Kronos Heaven accepte d’oublier la somme due. Xiao Fei va juste devoir verser une somme tout à fait correcte tous les mois afin de subvenir à la maintenance de son robot. Mais, ce n’est bien sûr pas tout. La compagnie réclame l’aide de Xiao Fei et tout ce qu’elle peut apprendre à Night. À travers sa bague, l’androïde collecte de multiples informations sur les femmes dans le but de devenir de plus en plus réaliste et d’être capable de répondre aux besoins de celle qu’il sert. L’héroïne, en s’occupant ainsi de Night, devrait pouvoir lui offrir toutes les données nécessaires pour mener à bien son développement. Grâce à un algorithme et plusieurs formules, la bague, qui a nécessité sept longues années de réflexion chez Kronos Heaven, est reliée à l’humeur de Xiao Fei mais aussi à celles de toutes les femmes à portée de Night. Lorsque la femme en question est calme, la pierre demeure blanche ; quand elle excitée, elle est rouge ; au contraire, quand elle est triste, elle devient bleue ; la couleur mauve représente une humeur craintive ; si la femme est en colère, c’est le noir qui prime ; ou encore, si elle sent son cœur battre la chamade, la pierre se teinte alors de rose. L’ordinateur dirigeant le robot gère toutes ces informations et finit par découvrir quelle est la bonne solution pour amener sa maîtresse au septième ciel. Night, ne souhaitant pas que Xiao Fei soit liée toute sa vie à Kronos Heaven, désire savoir quand est-ce qu’elle sera libérée de cette collecte de données. Lei Wu Wu lui répond que techniquement, le contrat s’arrêtera dès qu’ils auront mis sur le marché l’androïde numéro deux et le troisième ; Night est le tout premier du genre. Enfin, la condition ultime est de ne jamais piper mot à quiconque de la véritable nature du robot et de leur arrangement. Sinon…

En rentrant chez elle, Night ne peut cacher sa joie de réaliser qu’il va bientôt pouvoir appartenir à Xiao Fei à 100 %. Ravi, il la prend dans ses bras. La jeune femme, elle, paraît assez distraite car Zong Shi passant par là la snobe totalement et ne la salue même pas. Arrivée dans son appartement, elle est très songeuse en prenant son bain. De l’autre côté du mur, Zong Shi n’est pas plus joyeux et passe son temps à disputer son petit frère qui a bien compris que le problème venait de la jolie voisine. Il sait depuis longtemps qu’en réalité, son grand frère en pince pour Xiao Fei. Se prenant pour Cupidon, il décide d’employer les grands moyens et invite l’héroïne à dîner, en avertissant qu’à la dernière minute Zong Shi. Bien qu’elle doive laisser seul Night, Xiao Fei accepte la proposition et se rend donc manger chez son voisin. L’ambiance y est très froide. Zong Shi lui demande qui diable est Night et qu’est-ce qu’il fabrique chez elle. Demeurant très évasive, elle agace profondément le jeune homme et les deux finissent inévitablement par ne plus pouvoir se parler. Après avoir fini de manger, Xiao Fei se lève mais, en se battant plus ou moins avec Zong Shi, elle fait tomber son bol qui se casse en la blessant légèrement. Vexée et irritée, elle s’apprête à partir mais le voilà qui l’enlace ! À peine ont-ils le temps de réfléchir à ce geste que Night transperce le mur séparant les deux appartements ! Il a senti que Xiao Fei avait été blessée et vient donc la sauver. Il neutralise Zong Shi, soulève sa chérie et retourne entre leurs murs comme si de rien n’était, laissant Zong Shi et son frère totalement hébétés. De manière tout aussi rapide, Lei Wu Wu et plusieurs employés de Kronos Heaven apparaissent instantanément et réparent le mur. Et ce n’est pas tout puisque Wu Wu efface en même temps la mémoire des frères Yan. Sauf que tout ne passe pas si inaperçu que ça car en faisant du ménage, Zong Shi découvre un morceau du bol cassé et sent que quelque chose n’est pas très net.

Xiao Fei, elle, essaye d’expliquer à Night qu’il doit se comporter plus normalement s’il ne veut pas que son identité soit découverte. Accessoirement, il pourrait aussi tomber en panne à force d’abuser ainsi de son corps. Le robot paraît assez troublé par la relation que Zong Shi entretient avec sa voisine. Le fait qu’il soit à la fois son collègue, son voisin et un ancien camarade le gêne quelque peu. Xiao Fei ne se formalise pas de cette réflexion, suffisamment perturbée par tous ces évènements et ne comprenant absolument pas pourquoi elle vient de se faire enlacer. Le lendemain, elle réalise que les bouleversements sont loin de s’arrêter puisque Zong Shi fait comme si rien ne s’était passé – normal, sa mémoire a été effacée ! – et surtout, parce qu’un nouvel employé vient d’être embauché dans sa compagnie. C’est Night !

 

Commentaires

Du point de vue de l’adaptation, Jue Dui Darling suit toujours de façon assez précise la trame du manga. Cette fois-ci, ce sont les chapitres trois à cinq qui sont repris. Cependant, quelques différences devraient assez rapidement prendre de l’importance. Outre la séquence dans le passé avec les mains et doigts de la bague, la principale est sans conteste la perte de mémoire de Zong Shi et de son frère qui n’a pas lieu dans la version papier. Difficile de savoir pourquoi le tw-drama a ajouté ce rebondissement, à part peut-être pour ralentir la véritable arrivée du triangle amoureux, mais il a au moins le mérite de densifier les avancées technologiques de Kronos Heaven. La compagnie apparaît effectivement comme très futuriste et prête à tout pour que son objet phare ne subisse aucune concurrence ou que son secret ne soit jamais éventé. Cela laisse facilement imaginer que les évènements risquent d’aller crescendo et que les réactions de l’entreprise devraient peut-être prendre des proportions bien plus incroyables et certainement peu éthiques.

L’actrice Gu Hye Seon est encore une fois mauvaise avec toutes ses mimiques et, sans grande surprise, le doublage n’arrange strictement rien à cette affaire. Bien que sa caractérisation rende Xiao Fei assez potiche, il n’est peut-être pas obligé qu’elle soit aussi lente au démarrage. Elle ne comprend absolument pas pourquoi Zong Shi se vexe en la voyant avec un autre homme et pourquoi il l’enlace par la suite. Bien sûr, ce n’est tellement pas évident. C’est vraiment dommage d’avoir une héroïne de cette trempe parce qu’au final, ce second épisode est bien plus réussi que le premier et pourrait même se révéler divertissant comme il faut en dépit de flashbacks parfois envahissants. Pour cela, il est possible de remercier l’humour présent en force et qui faisait quelque peu défaut jusque-là. Plusieurs blagues tombent à plat mais dans l’ensemble, les rires arrivent enfin et les dix dernières minutes sont tout simplement excellentes. Le fait de voir Night traverser le mur, suivi de l’équipe de Lei Wu Wu arrivant pour réparer les dégâts, amène une dose de kitsch, certes, mais le résultat est franchement enthousiasmant car décalé. D’ailleurs, le personnage de Lei Wu Wu est plutôt génial dans son genre et colle parfaitement à l’idée que l’on pouvait se faire de Namikiri Gaku dans le manga. Night/Jiro Wang en femme est assez particulier autrement. D’une manière générale, la bande-son est réussie, qu’elle concerne la musique de fond ou les chansons insérées ; Ming ming d’Olivia Ong, dans la jolie séquence où Xiao Fei suggère à Night de venir dormir avec elle est, par exemple, douce et plaisante.

En définitive, le second épisode de Jue Dui Darling est encore loin de s’approcher d’une franche réussite. Le doublage, l’héroïne tête à claques ne comprenant rien et ne faisant que des grimaces ou encore les flashbacks présents en trop grand nombre empêchent de pleinement être satisfait. Malgré tout, la série paraît commencer à trouver son ton et adapter à sa manière le manga. Par ailleurs, Night, Zong Shi et Wu Wu forment un trio très sympathique qui pourrait rapidement devenir attachant. Bien sûr, il ne faut pas être tatillon face aux tics des productions taïwanaises mais si le reste continue sur cette lancée, le visionnage devrait pouvoir ne pas être trop désagréable.


2 Comments

  1. Caroline
    Ageha• 19 février 2013 at 20:57

    Ah super, ça s’améliore un peu :) En fait, si je comprends, le problème principal c’est l’actrice et le doublage. Parfois, les twdrama sont lents à démarrer et au final tout ce qui était agaçant au début devient très drôle^^. J’ai seulement lu ton avis et pas le résumé de l’épisode, car j’espère voir la version japonaise.

    Répondre

    • Caroline
      Caroline• 21 février 2013 at 21:12

      Non, le problème principal n’est pas forcément lié au doublage et à l’actrice. C’est plus un ensemble d’éléments qui rend facilement le tout stupide et extrêmement mal écrit. Je ne m’étale pas trop parce que je déverse suffisamment ma bile dans le billet consacré au troisième épisode – il sera publié la semaine prochaine. Là, je suis au cinquième et je dois avouer avoir toujours du mal. J’ai vu pire mais quand on voit la différence de qualité abyssale entre le tw-drama et le j-drama, il y a de quoi se demander si les deux adaptent vraiment le même manga.

      Répondre

Laisser un commentaire