(Comic) The Middleman : The Doomsday Armageddon Apocalypse

Par , le 16 mars 2013

Après avoir adoré la série The Middleman, il était évident que je n’allais pas vouloir laisser tomber l’univers comme une vieille chaussette sale. Rappelons brièvement que cette fiction étasunienne est inspirée du comic book du même nom créé par Javier Grillo-Marxuach. C’est d’ailleurs lui qui s’est aussi occupé de la version télévisée. Malheureusement, après douze petits épisodes diffusés sur ABC Family courant 2008, elle a été annulée. De manière à satisfaire les fans et parce qu’il avait encore un script non produit sous la main, Grillo-Marsuach a publié sous forme d’un comic un épisode inédit, soit le treizième et dernier de la première saison. Il s’agit de The Middleman : The Doomsday Armageddon Apocalypse ; l’ouvrage semble introuvable à l’heure actuelle, sauf si l’on est prêt à se délester d’une somme très conséquente en occasion ; les petits malins penseront à opter pour une autre solution de manière à pouvoir tout de même lire les ultimes aventures de Dub-Dub et les autres. Sorti aux États-Unis le 31 juillet 2009, il comporte 72 pages et a été dessiné par Armando M. Zanker. Puisqu’il s’agit de la suite de la série, le physique des personnages se base sur celui des acteurs ; à noter que les comics antérieurs à la production télé sont illustrés par Les Mcclaine et les visages y sont donc quelque peu différents. En 2009, lors du Comic Con, les acteurs ont lu le script original et par chance, il est possible d’écouter tout ça sur Youtube. Bien que cela paraisse évident, il vaut mieux le préciser : la BD est à lire après avoir regardé la série. Aucun spoiler.

The Middleman et Wendy se retrouvent lancés dans une nouvelle aventure haute en couleur où un être maléfique semble, encore une fois, vouloir conquérir le monde entier. Naturellement, leur vie personnelle vient également s’en mêler et compliquer une situation déjà fortement explosive.

Bien qu’à l’origine The Middleman ait été couché sur papier, il est probable que beaucoup de ceux ayant découvert cette fiction l’ait connue à travers la télévision. Pour cette raison, il est légitime d’être quelque peu anxieux en débutant ce comic. Tout le monde sait parfaitement que la narration et les principaux codes de ces deux médias sont différents et requièrent un travail d’adaptation assez pointu. L’esprit vivant et délicieusement décalé va-il parvenir à se montrer convaincant ? Le scénario arrivera-il à être solide et intéressant ? La première page étant à peine lue que toutes les craintes tombent rapidement. The Doomsday Armageddon Apocalypse possède indiscutablement cette identité propre à The Middleman. Les références à la culture populaire foisonnent à n’en plus savoir qu’en faire, l’humour est pétillant et plutôt extraordinaire, il y a une sacrée dose d’action, et les dialogues sont très bavards et truffés de répliques colorées. De même, il existe toujours ces informations cocasses sur les lieux ou sur ce que font les personnages et qui étaient affichées à l’écran dans la série télé. L’histoire continue en fait sur la lancée amorcée par les douze épisodes précédents. Comme d’habitude, The Middleman et Dub-Dub doivent ainsi sauver la planète d’un mégalomane pas si inconnu que ça et dont on se doutait déjà qu’il allait donner du fil à retordre aux héros. Sur leur chemin, ils rencontrent à nouveau la succube Roxy et, aussi incroyable que cela puisse être, le vrai nom du Middleman, l’origine de sa mission et l’identité de la mystérieuse femme dont il serait amoureux sont révélés. En d’autres termes, le comic répond à plusieurs questions bien qu’il soit au final assez dommage que l’on ne saura jamais ce qu’il en est du père de Wendy. Il paraît assez évident qu’il n’est pas qu’un simple parent démissionnaire. Dans tous les cas, si l’atmosphère est survitaminée et que le rythme est endiablé, les planches n’oublient absolument pas d’y injecter de la romance, de l’amitié et une forte teneur émotionnelle. La conclusion est effectivement très douce-amère et fait beaucoup de mal au cœur. Enfin, quid des illustrations ? Le trait de crayon d’Armando M. Zanker n’est pas du tout désagréable et il est très facile de reconnaître les acteurs derrière ces dessins en deux dimensions ; Matt Keeslar y a tout de même un visage trop carré. Les couleurs et le découpage des planches sont très sympathiques et permettent sans aucun problème de rappeler au lecteur l’univers chatoyant.

Au final, difficile de trop en dire sans dévoiler l’intrigue de The Doomsday Armageddon Apocalypse. Ce qu’il faut retenir est que ce comic réussit parfaitement à utiliser la recette de la série télévisée en y associant de l’humour cocasse, des références, de l’aventure, de personnages attachants, des émotions et une sacrée dose de dynamisme. En d’autres termes, la lecture est extrêmement plaisante et il va de soi que si l’on a apprécié les douze épisodes précédents, il est plus que conseillé de tester cet ouvrage permettant de prolonger l’expérience et de répondre à quelques questions laissées en suspens.


6 Commentaires

  1. Kerydwen
    ecl75• 17 mars 2013 à 21:50

    Merci pour cette critique très alléchante.
    A l’heure du film Veronica Mars, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Middleman…

    Répondre

    • Kerydwen
      Kerydwen• 18 mars 2013 à 21:46

      C’est vrai que tout ce qui se passe actuellement autour de Veronica Mars fait rêver. Après tout, même Bryan Fuller y pense pour Pushing Daisies ! Ceci étant, je ne peux m’empêcher de faire ma rabat-joie car The Middleman n’a sûrement pas une base de fans suffisamment importante. Ah, comme j’aimerais me tromper ^^;.

      Répondre

  2. Kerydwen
    Carole• 22 mars 2013 à 20:50

    Tu as réussi a te le dégoter, finalement. Je ne l’ai pas relu depuis que je me le suis procurée, ce qui fait fort longtemps, alors je ne me souviens plus de sa qualité, ni de ce que j’en avais pensé. (c’était donc un commentaire purement inutile).

    Répondre

    • Kerydwen
      Kerydwen• 23 mars 2013 à 12:59

      Oui et non ^^;;. En fait, je n’ai pas réussi à obtenir une version physique. Il est en rupture de stock depuis longtemps sur Amazon et je n’ai trouvé aucun endroit où l’acheter à un prix normal. Je refuse de mettre 70 $ dans une occasion, surtout pour un comic d’une soixantaine de pages. Du coup, j’ai récupéré une version immatérielle d’une manière quelque peu douteuse :P. Pareil, j’aurais voulu me procurer le comic antérieur à la série mais là aussi, en rupture. J’ose espérer un jour pouvoir acheter tout ça à un prix normal.

      Répondre

      • Kerydwen
        Carole• 23 mars 2013 à 16:17

        Ah, je me disais en lisant le texte, c’était contradictoire ! Ceci explique cela. Je suis étonnée en fait que cela coûte si cher, je me demande si des gens arrivent à vendre leurs exemplaires. Pour le comic antérieur à la série, je l’ai aussi et c’est plus ou moins la série (des épisodes spécifiques) mais les différences sont peu nombreuses. (il y en a plus sur la fin, mais je ne pourrais pas entrer dans les détails, là aussi, trop longtemps que je l’ai lu).

        Répondre

        • Kerydwen
          Kerydwen• 28 mars 2013 à 23:10

          Merci de l’info ! J’étais persuadée que les histoires étaient totalement différentes entre le comic antérieur à la série et la fiction télé. D’une certaine manière ça me fait presque plaisir puisque ça me frustre moins de ne pas y avoir accès ^^;.

          Répondre

Laisser un commentaire