Bien que Luminophore fût momentanément en pause, cela ne signifie pas pour autant que le monde s’est arrêté de tourner et que les saisons télévisuelles japonaises ne se sont pas enchaînées. Depuis 2009, je veillais à toujours vous proposer un aperçu des nouveautés trimestrielles, mais ce hiatus est venu tout bouleverser. Je tiens à rattraper mon retard et c’est pourquoi je reviens quelques mois en arrière, comme si nous nous apprêtions à commencer l’hiver. Il se trouve que je n’ai rien visionné de 2014, donc je suis encore plutôt vierge de toute information. Les habitués remarqueront que j’ai légèrement changé la présentation, afin que cela me prenne moins de temps à rédiger et que le récapitulatif soit plus aisé à parcourir. Les séries m’intéressant le plus – pour des raisons parfois hautement discutables – disposent d’une petite étoile (★) à la fin de leur description. Comme d’habitude, seuls les renzoku sont abordés, les tanpatsu étant volontairement mis de côté.

Ashita, Mama ga Inai

Chaîne : NTV
Début : 15 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Quelle est la principale mission de la mignonne Ashida Mana et de ses confrères ? De faire pleurer dans les chaumières, évidemment ! Effectivement, cette fiction s’immerge dans l’univers gris et étouffant des orphelinats, là où les enfants sont délaissés pour une multitude de raisons souvent fort moroses. Ces petits êtres tentent d’y survivre, d’oublier pour certains une famille toxique, d’espérer une vie nouvelle ou, plus simplement, de se construire une identité. L’ambiance devrait être lourde et psychologiquement éprouvante. Le principal risque de ce genre de récit, c’est qu’il a toutes les chances de sombrer dans le pathos et la surenchère. Mais si l’ensemble se tient correctement, il peut au contraire s’avérer extraordinaire. Du côté des acteurs, outre les enfants, il y a Kimura Fumino, Shirota Yû, Miura Shôhei, Sakai Miki, etc. (★)

 

Boku no Ita Jikan

Chaîne : Fuji TV
Début : 8 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Sawada Takuto est un étudiant tout ce qu’il y a de plus banal. Convaincu de ne pouvoir être aimé comme il le souhaiterait, il ne s’attache guère aux autres pour ne pas être déçu. Lorsqu’il apprend qu’il souffre de la maladie de Charcot, une pathologie neurodégénérative incurable, et qu’il finira rapidement par devenir intégralement paralysé, il commence à voir les choses d’une manière différente. Ah, les Japonais et leur goût curieux pour ces histoires favorisant les larmes. Celle-ci semble se rapprocher sur plusieurs points d’1 Litre no Namida, ne serait-ce qu’avec la symptomatologie en question. Ayant un énorme faible pour tout ce qui est dégénératif et trouvant les affiches jolies comme tout, je ne nie pas être attirée par ce j-drama, surtout que le scénario est de Hashibe Atsuko, elle qui s’est occupée du sublime Fumô Chitai. Il n’empêche que je crains encore une fois l’effet mélodrame poussif, d’autant plus que le rôle principal est donné à Miura Haruma qui n’est pas l’acteur le plus subtil et convaincant qui soit. La distribution s’annonce agréable : Tabe Mikako, Saitô Takumi, Fukikoshi Mitsuru, Kazama Shunsuke… (★)

 

Chi no Shio

Chaîne : WOWOW
Début : 16 février 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Inoue Yumiko semble vouloir travailler dur cet hiver puisqu’elle scénarise également Kinkyû Torishirabeshitsu. Cela étant, cette production ne comporte que quatre épisodes. L’amatrice d’archéologie que je suis est très intéressée par cette série où un scientifique ayant fait une grande découverte dans ce domaine se voit accusé de mentir et falsifier des preuves. En continuant ses recherches, il déterre alors les os d’une fillette ayant disparu treize ans auparavant. Encore une fois, WOWOW privilégie les courts formats et les tonalités mystérieuses. En tout cas, l’ensemble me tente bien, surtout que les acteurs sympathiques répondent à l’appel : Ôizumi Yô, Matsuyuki Yasuko, Tanabe Seiichi, etc. (★)

 

Chi no Wadachi

Chaîne : WOWOW
Début : 19 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Seulement quatre épisodes pour ce thriller adaptant un roman d’Aiba Hideo où Tanihara Shôsuke et Harada Taizô sont d’anciens amis et collègues. Un meurtre est commis, les mystères s’amoncellent et chacun essaye de tirer au clair la vérité. Si ce registre ne m’attire pas spécialement, la distribution et le fait que la chaîne soit WOWOW me donneraient envie de donner sa chance à cette série, sans qu’elle soit toutefois en haut de mes tablettes. Espérons qu’elle réussisse à distiller un climat digne de ce nom. (★)

 

Dai Tôkyô Toy Box

Chaîne : TV Tokyo
Début : 4 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Ce j-drama fait plus ou moins office de suite à Tôkyô Toy Box, déjà diffusé lors de la saison passée. Il semblerait toutefois que les personnages principaux soient sensiblement différents. Dans tous les cas, il est toujours question de l’univers de la conception des jeux vidéo, adapté d’un manga et, ici, plus précisément d’une histoire bonus annexe.

 

Dark System

Chaîne : TBS
Début : 20 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Timide, égoïste et peu attirant, Kagami sait qu’il n’a pas beaucoup de chance auprès de celle qu’il aime. Malgré tout, il se bat à la loyale afin d’espérer remporter son cœur, même si l’un de ses amis se lance également dans la bataille. Aussi, lorsqu’il apprend que ce dernier est parvenu à ses fins, plutôt que de capituler, il décide de fabriquer une sorte de robot capable d’espionner en toute impunité les tourtereaux. Pire, cette invention diabolique serait en mesure de détruire les corps humains. Ce scénario aurait techniquement toutes les cartes en main pour instaurer un climat délétère et inquiétant, mais il est légitime de douter que ce ne sera pas le cas. Effectivement, rien que de savoir que l’antihéros est incarné par Yaotome Hikaru, un Johnny’s jeune et encore novice en tant qu’acteur, ne rassure pas. Cela étant, il n’empêche que cette série adaptant un film du même nom attire un minimum, et peut se révéler bizarre et réussie. À surveiller de près, donc.

 

Dr. DMAT

Chaîne : TBS
Début : 9 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Allons, il faut bien changer quelque peu des habituels médecins et, pour cette fois, pourquoi ne pas s’intéresser à ceux exerçant lors de catastrophes et autres désastres apparentés ? Forcément, les conditions de travail sont complexes et les situations obligent à réfléchir et agir extrêmement vite. Le Johnny’s Ôkura Tadayoshi endosse le costume d’un de ces urgentistes bravant tous les dangers. Bref, oui, le synopsis est certainement révélateur de l’ensemble qui devrait être mécanique, cliché et bourré de bons sentiments. Katô Ai, Takimoto Miori et Kunimura Jun se partagent également l’affiche de cette adaptation d’un seinen manga disponible en France chez Kazé Manga.

 

Fukuie Keibuho no Aisatsu

Chaîne : Fuji TV
Début : 14 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Dan Rei interprète une inspectrice de police aux méthodes peu habituelles, mais sachant qu’elle parvient toujours à résoudre ses enquêtes, son supérieur hiérarchique (Inagaki Gorô) accepte ses excentricités. Voilà une fiction de plus à ranger dans les adaptations d’un roman – en l’occurrence, un d’Ôkura Takahiro – utilisant une formule éprouvée depuis maintes décennies. Pour peu que l’on ne s’intéresse absolument pas au genre, celle-ci ne donne pas une seule seconde envie de s’y pencher. La longue liste d’invités pourrait toutefois amener un tant soit peu de piquant.

 

Gunshi Kanbee

Chaîne : NHK
Début : 5 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Le taiga de 2014 met le sympathique Okada Junichi à l’honneur, lui qui doit incarner Kuroda Kanbee, un excellent stratège militaire ayant vécu au XVIè siècle. Comme d’habitude, la distribution s’annonce prestigieuse et source de ravissement. Il va de soi que cette fiction historique passera à un moment donné sur mes écrans, surtout que les sous-titres semblent sortir régulièrement. Rappelons par ailleurs que la série sera diffusée tout au long de l’année. (★)

 

Hanasaku Ashita

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 5 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Une jeune femme vit avec quatre autres de ses frères et sœurs dans leur village natal. Lorsque leur mère qu’ils n’ont pas vue depuis vingt ans ressurgit dans leur vie, tout change du jour au lendemain. Cette comédie familiale de seulement huit épisodes pourrait être assez sympathique si elle parvient à appuyer sur les bons ressorts et ne se montre pas trop consensuelle. Koike Eiko se partage l’affiche avec Natsuki Mari, Yamada Yû et quelques autres.

 

Inpei Sôsa

Chaîne : TBS
Début : 13 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Hanchô fonctionnant plus que correctement à la télévision, il n’est guère étonnant que d’autres œuvres de l’écrivain, Konno Bin, soient également transposées sur le petit écran. Sans grande surprise, cette fiction s’attarde de nouveau sur l’univers policier et, plus précisément, sur un duo marqué par des contrastes. D’un côté se trouve effectivement un professionnel aimable et flexible, et, à l’opposé, un homme ne faisant guère cas de tact et prônant envers et contre tout l’importance d’assumer ses responsabilités. En bref, voilà un scénario plus que classique et multipliant de prime abord les ressorts éculés. La distribution demeure malgré tout plutôt solide puisque Sugimoto Tetta, Furuta Arata et Namase Katsuhisa se partagent l’affiche.

 

Iryû (saison 4)

Chaîne : Fuji TV
Début : 9 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Sakaguchi Kenji, Inamori Izumi, Koike Teppei et Abe Sadao sont de retour pour des aventures médicales en tous genres. Mine de rien, c’est que cela faisait un peu plus de trois ans qu’ils avaient disparu de l’antenne, donc il était vraisemblablement le moment de ressusciter cette série à succès. Ne l’ayant jamais testée, je ne serai pas en mesure d’émettre une quelconque opinion à son sujet, mais il semblerait que la première saison soit diaboliquement efficace et propose notamment le portrait d’un brillant chirurgien atypique.

 

Isharyô Bengoshi

Chaîne : NTV
Début : 9 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Une nouvelle saison télévisuelle ne serait pas complète sans au moins une série sur le milieu judiciaire. Tanaka Naoki se prend pour un avocat irritant régulièrement ses clients avec ses propos cinglants, mais veillant malgré tout à leur bien-être. Oui, vous aussi vous bâillez déjà devant cette histoire peu affriolante transposant à l’écran un roman d’Uemi Ayumi sorti en 2013.

 

Kami no Tsuki

Chaîne : NHK
Début : 7 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Rika (Harada Tomoyo) vivait jadis tranquillement avec son mari. Afin d’occuper ses journées, elle travaillait alors dans une banque et ses clients s’avéraient être essentiellement des personnes âgées. En se rendant à leur domicile, il lui arrivait parfois de les aider dans les tâches quotidiennes, ce qui fait que beaucoup lui accordaient une confiance aveugle, voire éprouvaient des sentiments amoureux pour elle. Toutefois, quand elle aperçut un petit-fils demandant à son grand-père de l’argent, elle changea radicalement. Subitement, elle vola cent millions de yens à son entreprise et disparut. Deux ans après cet incident, des anciens camarades de classe tentent de découvrir ce qui s’est réellement passé. Décidément, le roman de Kakuta Mitsuyo semble attirer les producteurs puisqu’outre cette adaptation télé, une autre version – pour le cinéma cette fois – est prévue courant 2015. Quoi qu’il en soit, le renzoku en question ne comporte que cinq épisodes et s’annonce plutôt intrigant, en plus de posséder une jolie affiche fort sombre. (★)

 

Kinkyû Torishirabeshitsu

Chaîne : TV Asahi
Début : 9 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Amami Yûki endosse de nouveau l’uniforme d’une inspectrice de police dans cette série s’attardant sur une unité d’élite axée sur les crimes brutaux. Brillante, cette dernière apprécie surtout jouer avec l’esprit de ceux qu’elle pourchasse, tout en cherchant à connaître la vérité cachée derrière le meurtre de son mari, huit ans auparavant. Bien que ce j-drama dispose d’une distribution agréable – avec, entres autres, Ôsugi Ren, Kohinata Fumiyo, Hayami Mokomichi et Suzuki Kôsuke –, il est clair qu’il ne donne pas spécialement envie en raison d’une absence totale d’originalité. Le seul élément ayant apparemment fait parler les médias, c’est qu’Amami Yûki a dû couper ses cheveux de plus de vingt centimètres pour le rôle. Passionnant tout ça.

 

Koibumi Biyori

Chaîne : NTV
Début : 7 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Dix épisodes de trente minutes pour dix histoires différentes dépeignant une romance où une lettre d’amour se trouve au centre des propos. Le principal écueil de ce genre de fiction se situe régulièrement au niveau de son absence d’homogénéité, certains récits étant bien moins réussis que d’autres. De nouveau, cette série s’inspire d’un shôjo manga, à savoir celui créé par Asakura George et ayant déjà été adapté au cinéma en 2004. Si le cadre du lycée n’est pas si attirant que ça, le format particulier de l’ensemble pourrait se révéler agréable.

 

Konya wa Kokoro Dake Daite

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 8 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Place à une énième fiction utilisant le principe de l’échange de corps ! L’adaptation du roman de Yuikawa Kei se focalise sur la relation entre une mère et son adolescente de fille qui ne se sont pas vues depuis plus de douze ans. Suite à un concours de circonstances, elles ont leur esprit propulsé dans le corps de l’autre et doivent donc cohabiter. Il est clair que ce principe est désormais usé jusqu’à la corde, ce qui fait que pour être un minimum intéressant, le scénario se doit d’offrir une approche sensiblement originale ou être sacrément bien écrit. Pour cela, il faudra probablement le tester pour s’en rendre compte, en souhaitant que la dynamique principale sera menée correctement par Tanaka Misako et Tsuchiya Tao.

 

Lost Days

Chaîne : Fuji TV
Début : 11 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Un groupe d’étudiants part en vacances à la neige. Alors qu’ils semblent tous amis, ils cachent en réalité plusieurs secrets. Et quand l’un d’entre eux est assassiné, tout s’écroule. Seto Kôji obtient le premier rôle de ce qui s’apparente à un thriller aux multiples ramifications. Espérons que le scénario saura se montrer convaincant et faire monter la pression. En tout cas, je pense tenter l’aventure, en croisant les doigts pour que les mystères en question ne soient pas trop ridicules ou rapidement éventés. (★)

 

Nazo no Tenkôsei

Chaîne : TV Tokyo
Début : 10 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Difficile de ne pas être attiré par cette fiction scénarisée et produite par Iwai Shunji, à qui l’on doit plusieurs films comme Love Letter, Hana to Alice et Lily Chou-Chou no Subete. Il travaille tellement peu souvent pour la télévision qu’il y a de quoi être intrigué. L’histoire se base sur le roman du même nom de Mayumura Taku, déjà adapté à plusieurs reprises. En rentrant chez eux, deux lycéens aperçoivent dans le ciel une drôle d’étoile filante qui, bizarrement, semble s’éloigner de la Terre au lieu de s’en rapprocher. Le lendemain matin, un nouvel élève apparaît mystérieusement et, dès qu’il se trouve dans les environs, de curieux évènements se produisent. Nakamura Aoi n’a plus l’âge de jouer un adolescent, mais cela ne m’empêchera de regarder ce j-drama paraissant favoriser le fantastique. Fait assez rare pour être noté, les épisodes durent à peine trente minutes. (★)

 

Nezumi, Edo wo Hashiru

Chaîne : NHK
Début : 9 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Après une pause de quelques années, le Johnny’s Takizawa Hideaki paraît vouloir revenir sur le devant de la scène des j-dramas. Pour l’heure, il se transforme en une sorte de Robin des Bois du temps des samouraïs où, son personnage, s’évertue à aider les plus faibles qui souffrent des actes des riches. L’amatrice de jidaigeki que je suis se dit intéressée et pense tester cette adaptation d’un roman d’Akagawa Jirô. Autour du héros graviteront des figures jouées par Katase Nana et Kutsuna Shiori. (★)

 

Okufô-san

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 7 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

La pétillante Kanjiya Shihori joue une femme s’approchant probablement de la définition d’un vrai chat noir. C’est bien simple, elle attire la malchance et, le pire, c’est qu’elle embarque dans cette galère tous ceux se trouvant autour d’elle. Afin de ne pas davantage ennuyer ses proches à qui elle fait involontairement vivre un calvaire, elle part à Tôkyô où elle espère finir par lever cette horrible malédiction. Elle intègre alors une nouvelle compagnie dont le dirigeant prône l’optimisme à toute épreuve. Bien évidemment, ce n’est pas parce qu’elle a déménagé qu’elle est subitement devenue chanceuse ! Cette comédie plutôt courte de huit épisodes ne se veut de prime abord guère enthousiasmante, mais le charme de son interprète principale pourrait faire basculer la tendance. (★)

 

S

Chaîne : TBS
Début : 12 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Ce n’est pas le titre de cette production qui indique de quoi il en retourne, c’est certain. Encore une fois, il s’agit d’une adaptation, à savoir celle d’un seinen manga créé par Tôdô Yutaka et Komori Yôichi. Mukai Osamu et Ayano Gô se prennent pour des membres d’une unité d’assaut ; l’un est cool, l’autre héroïque. Moui, ce scénario n’est pas très encourageant et ne fait qu’alimenter l’impression que cette saison télévisuelle est fort moribonde et peu originale. Bon, sinon, côté acteurs il sera possible d’y voir Fukiishi Kazue, Tsuchiya Anna, Ômori Nao et Ikeuchi Hiroyuki.

 

Sanbiki no Ossan

Chaîne : TV Tokyo
Début : 17 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Dans cette adaptation d’un roman d’Arikawa Hiro, Kitaôji Kinya, Izumiya Shigeru et Shiga Kôtarô incarnent trois soixantenaires faisant partie d’une patrouille de surveillance du voisinage. Cette comédie s’annonce plutôt drôle et devrait changer radicalement de ce que l’on voit régulièrement à la télévision japonaise. Effectivement, il est rare que la caméra se focalise sur les retraités ! En prime, la distribution est très chouette et s’échine à montrer de vieux roublards ayant plus d’un tour dans leur sac. (★)

 

Senryokugai Sôsakan

Chaîne : NTV
Début : 11 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Il ne faudrait quand même pas que Takei Emi ne soit pas présente cette saison, elle qui depuis quelques années se voit absolument partout. Avec TAKAHIRO, un membre d’EXILE souhaitant visiblement suivre le chemin initié par AKIRA, elle se prend pour une policière d’élite résolvant de multiples crimes. L’affiche laisse comprendre que le ton sera à la comédie dans cette adaptation d’une série de romans de Nitadori Kei. Arf, encore un j-drama préformaté de plus.

 

SHARK

Chaîne : NTV
Début : 11 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Alors que les membres du groupe SHARK s’apprêtent à signer un gros contrat, un de leurs vocalistes meurt dans un accident de voiture. Bien sûr, ils ne baissent pas les bras malgré les adversités. Savoir que cette série place en première ligne une multitude de Johnny’s Junior et des filles d’AKB48 est clairement un argument ne donnant pas du tout envie de la regarder. En tout cas, ce n’est pas pour moi, sauf disparition momentanée de mon cerveau.

 

Shitamachi Bobsleigh

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 1er mars 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Avec seulement trois petits épisodes, cette série illustre la vie d’une entreprise familiale essayant de construire un bobsleigh, à la demande d’une sportive professionnelle. Peu importe que l’on s’intéresse ou non à ce j-drama, il ne sera certainement pas sous-titré tant il semble totalement passer en dessous des radars.

 

Shitsuren Chocolatier

Chaîne : Fuji TV
Début : 13 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Après s’être fait rejeter par son grand amour ayant un énorme faible pour ce qui est à base de cacao, un jeune homme décide de tout plaquer et de partir vivre à Paris. Il espère pouvoir y devenir chocolatier, dans le but de finir par attirer l’attention et l’intérêt de celle qu’il aime. À son retour au Japon, il constate que, malheureusement, elle est désormais mariée. Plutôt que de se résigner, il met tout en œuvre pour créer le parfait chocolat, surtout qu’elle ne semble au final pas si insensible que ça à ses avances… Pour démarrer l’année, Fuji TV offre un getsuku adaptant le shôjo manga de Mizushiro Setona, en cours d’édition et disponible en France chez Kazé Manga sous le titre Heartbroken Chocolatier. Le résultat pourrait s’avérer fort agréable, même s’il faudra probablement ne pas s’attendre à une transposition si fidèle que ça du travail original puisque celui-ci n’est toujours pas terminé. Quoi qu’il en soit, Matsumoto Jun campe le personnage principal et est entouré d’Ishihara Satomi, Mizukawa Asami, Mizobata Junpei, Katô Shigeaki, Satô Ryûta, Takenaka Naoto et quelques autres acteurs tout aussi sympathiques. (★)

 

Team Batista (saison 4)

Chaîne : Fuji TV
Début : 7 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Deux ans après la troisième saison, Itô Atsushi et Nakamura Tôru renfilent la blouse blanche et arpentent les murs de l’hôpital. Le principe est identique à celui martelé précédemment, donc les fans seront peut-être ravis de retrouver cet univers ne sortant malheureusement guère des chemins battus. On peut tout de se même s’interroger sur la politique de Fuji TV qui, avec Iryû, diffuse simultanément deux de ses fictions médicales.

 

Tenchû

Chaîne : Fuji TV
Début : 24 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Une femme ninja (Ono Yuriko) vivant durant la période Sengoku est subitement propulsée en 2014. Alors qu’elle essaye de s’adapter à la modernité, elle est accueillie par une personne assez âgée qui l’aide à éradiquer le Mal de la surface de la Terre. Du mystère, de l’action et un voyage dans le temps figurent parmi des ingrédients susceptibles de me donner envie de tenter l’aventure. En plus, avec seulement huit épisodes, ce j-drama devrait aller directement à l’essentiel. (★)

 

Watashi no Kirai na Tantei

Chaîne : TV Asahi
Début : 17 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Il faut bien que Gôriki Ayame continue de truster le haut de l’affiche. À l’instar de la saison passée avec Kurokôchi, elle persévère dans le monde de la police et de l’investigation. En revanche, cette fois elle s’associe à Tamaki Hiroshi. La première est une étudiante plutôt farfelue, et le second un détective privé préférant favoriser les affaires d’infidélité que les meurtres, car elles sont financièrement plus rentables. Cette série s’attarde sur les aventures écrites par Higashigawa Tokuya dans un cycle de romans et pourrait s’avérer amusante, notamment à condition que le duo d’acteurs fonctionne correctement. Toutefois, j’admets ne pas en être spécialement intéressée.

 

Yamikin Ushijima-kun (saison 2)

Chaîne : Fuji TV
Début : 17 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Après une première saison et un film, Yamada Takayuki reprend son rôle d’usurier n’hésitant pas à faire tout ce qui est en possible pour récupérer l’argent qu’il a prêté à ses débiteurs. Le ton de cette adaptation du manga du même nom devrait encore une fois être assez amer, cynique et diaboliquement jouissif. Katase Nana ne revient pas, mais la majorité des autres acteurs sont présents. De plus, Ayano Gô est désormais de la partie. (★)

 

Yoru no Sensei

Chaîne : TBS
Début : 17 janvier 2014
Site officielFiche Drama Wiki

Mizuki Arisa se prend pour une prof proche de la quarantaine qui, en fait, n’en est pas vraiment une puisqu’elle était encore récemment propriétaire d’un bar. La classe dans laquelle elle exerce est assez particulière, car tous ses élèves ont suivi un parcours plutôt atypique, mais elle parvient à les aider de son mieux. Il faut bien une série de ce genre à chaque fois, et comme dans la majorité des cas, celle-ci ne semble aucunement intéressante.

Eh bien, cette saison d’hiver n’est clairement pas passionnante si l’on se fie aux quelques informations divulguées par les chaînes. Où sont passées la créativité et l’originalité ? Entre les suites, les fictions policières employant une recette éprouvée jusqu’à l’os, le milieu médical et les adaptations de romans, il n’y a pas grand-chose de novateur. Tout y s’annonce profondément classique, voire stéréotypé et d’une fadeur à faire peur. Nous sommes d’accord, les surprises existent, mais il n’empêche que ce récapitulatif ne se veut guère rassurant sur l’état de santé des séries japonaises actuelles.