Samurai Sentai Shinkenger ~ Films et autres bonus | 侍戦隊シンケンジャー

Par , le 13 septembre 2014

Avant de se réduire à des fictions attirant grandement un jeune public avide d’aventures colorées, les tokusatsu – des séries nippones employant en masse les effets spéciaux – se résument surtout à ces mannes financières régulièrement chéries par les maisons de production. Outre les maints produits dérivés tels que les cartes à jouer, les figurines, les peluches et autres objets apparentés, les univers de ces histoires permettent effectivement de nombreuses collaborations matériellement rentables. Prenant les spectateurs pour des vaches à lait, les dirigeants n’hésitent pas à profiter au maximum du filon en proposant parfois à outrance des films ou des épisodes dérivés. Bien sûr, le Super Sentai Samurai Sentai Shinkenger ne déroge pas à cette règle et s’est vu octroyer plusieurs à-côtés dont nous allons parler aujourd’hui. Cela étant, il existe également quelques autres petits bonus, mais ils sont tellement anecdotiques que ce billet se focalise sur les plus importants d’entre eux. Sans grande surprise, il est indispensable d’avoir visionné auparavant le j-drama. En revanche, il est fort possible de se contenter de ce dernier étant donné que ces ajouts n’apportent rien de particulier, si ce n’est peut-être le plaisir de retrouver les protagonistes et l’ambiance. Autrement dit, tout ceci est à réserver aux amateurs et aux psychorigides comme moi souhaitant toujours aller au bout des choses.

Ces bonus sont présentés dans l’ordre chronologique de sortie.

 

Samurai Sentai Shinkenger Ginmakuban Tenkawakeme no Tatakai
  • Titre international : Samurai Sentai Shinkenger the Movie: The Fateful War
  • Date de sortie : 8 août 2009
  • Réalisateur : Nakazawa Shôjirô
  • Durée : 20 minutes
  • Place dans l’intrigue : se déroule entre les épisodes 22 et 23

Ce film – que l’on pourrait presque qualifier de court-métrage étant donné sa durée plus que restreinte – serait la première production japonaise à avoir été tournée en 3D. Excepté l’attrait technologique, il faut avouer que cet ajout ne paraît ici en aucun cas indispensable ou susceptible d’apporter quoi que ce soit de franchement intéressant.

La fine équipe de Shinkengers se retrouve piégée dans une guerre initiée par les Kusare Gedôshu, une vaste armée de Gedôshu plus féroces et puissants que ceux auxquels les amis sont régulièrement confrontés. Présents en masse, ces ennemis sont dirigés d’une main de fer par Manpuku Aburame qui dispose de plus d’un tour dans son sac tant il met à rude épreuve les gentils camarades. À bout de nerfs et presque défaitistes, Takeru et les autres se lancent sur la piste d’un disque secret provenant du tout premier Shinken Red et susceptible d’anéantir cet être maléfique. Comme le titre l’annonce, la bataille sera décisive.

Quand bien même on serait prêt à être conciliant, il est difficile de comprendre l’intérêt de Samurai Sentai Shinkenger Ginmakuban Tenkawakeme no Tatakai. Comment une histoire de cette trempe, se contentant en plus d’une petite vingtaine de minutes, a-t-elle pu sortir dans les salles obscures ? En voilà un drôle de mystère. Cette vignette ressemble plus à un épisode lambda et aurait mérité de passer à la télévision, si tant est qu’il faille absolument la montrer au public. Effectivement, le scénario est linéaire, prévisible et les rebondissements sonnent plus que déjà-vu. Les personnages doutent, sombrent un petit peu et, naturellement, reprennent du poil de la bête pour mieux vaincre l’adversaire forcément stupide et méchamment ridicule. En d’autres termes, il s’agit ni plus ni moins que d’un film anecdotique.

 

Samurai Sentai Shinkenger Hikari no Samurai Odoroki Henshin
  • Titre international : Samurai Sentai Shinkenger: The Light Samurai’s Surprise Transformation
  • Présent dans les bonus des DVD
  • Durée : 15 minutes
  • Place dans l’intrigue : se déroule après l’épisode 35

Ce bonus présent uniquement dans les DVD a pour principale mission de mettre en avant différents items de l’armurerie des Shinkengers. Seuls Takeru et Genta sont visibles, les autres Shinkengers étant aux abonnés absents.

Genta se prend d’affection pour un Nanashi ayant fui son monde, dépité de devoir toujours suivre les ordres des vindicatifs et brutaux monstres se trouvant en haut de la chaîne alimentaire. Afin de l’aider du mieux qu’il peut, Shinken Gold suggère à la créature plusieurs petits travaux et l’envoie même dans la maison de Takeru ! Naturellement, ce dernier ne voit pas d’un bon œil l’irruption de cet ennemi et souhaite que Genta comprenne qu’il se fait probablement berner… Qui a tort, qui a raison ?

Compte tenu de sa durée, il est évident que cet épisode n’a pas la possibilité de proposer un scénario étoffé. Qui plus est, il s’embourbe dans une prévisibilité assez irritante et franchement naïve. Heureusement, l’humour et la bonne humeur inaltérable de Genta contrebalancent les gros écueils de l’ensemble, même si son interprète en fait toujours beaucoup trop et cabotine perpétuellement. Ce bonus permet sinon d’entendre pour la toute première fois un Nanashi parler et de découvrir Hyper Shinken Gold.

 

Samurai Sentai Shinkenger Bui Esu Go-Onger Ginmaku BANG!!
  • Titre international : Samurai Sentai Shinkenger vs. Go-Onger: GinmakuBang!!
  • Date de sortie : 30 janvier 2010
  • Réalisateur : Nakazawa Shôjirô
  • Durée : 64 minutes
  • Place dans l’intrigue : se déroule grosso modo entre les épisodes 35 et 38

Bui Esu Go-Onger Ginmaku BANG!! a pour particularité de proposer l’incursion de l’univers d’un autre Super Sentai, à savoir Engine Sentai Go-Onger, dont les aventures furent diffusées sur TV Asahi l’année précédant celles de Samurai Sentai Shinkenger. Précisons également que les héros du Super Sentai suivant, Tensô Sentai Goseiger, apparaissent à la toute fin du film.

Suite à une sorte de mélimélo spatiotemporel, Sôsuke, le Go-Onger Red, tombe nez à nez avec les Shinkengers alors qu’il essaye de vaincre un adversaire. Malgré leurs similarités, Takeru et lui ne s’arrangent pas du tout et passent la journée à se chamailler, possédant certainement des caractères diamétralement opposés. Ils n’ont toutefois pas l’opportunité de continuer leurs disputes puisque les créatures monstrueuses de leur univers respectif se sont unies et s’apprêtent à faire ce qu’elles aiment : détruire le monde. En tentant de les combattre, les compères se retrouvent coincés dans des sortes de failles dimensionnelles et cherchent tant bien que mal à sauver Takeru et Sôsuke aux prises avec un grand vilain. C’est ainsi que les membres de ces deux escadrons de héros peuvent se rencontrer, s’apprécier et s’allier pour triompher du mal.

Ce film-ci relève sensiblement le niveau du précédent. Sa durée lui délivre un scénario somme toute plus étoffé bien que la complexité ne soit clairement pas maîtresse des lieux. Néanmoins, l’humour, la rafraîchissante opposition – certes assez caricaturale – entre Go-Ongers et Shinkengers et le rythme enlevé permettent globalement de passer un moment plutôt divertissant. Le fait que les personnages sautent d’une faille à une autre offre à l’ensemble un exotisme appréciable, d’autant plus que l’univers de Go-Onger n’a absolument rien à voir avec celui dont nous étions déjà familiers. Ce Super Sentai délivre des techniques et aspects bien plus modernes que ceux utilisés par les samouraïs. Les spectateurs ayant un faible pour la période de Noël seront également contents d’en avoir pour leur argent. Après, ne nions pas que le tout reste bien consensuel, mais pour peu que l’on ait accepté les lacunes de la série, cet ajout demeure fidèle aux anciennes habitudes. Faut-il avoir regardé Engine Sentai Go-Onger pour adhérer à cette production ? La réponse est non.

 

Kaettekita Samurai Sentai Shinkenger : Tokubetsu Maku
  • Titre international : The Return of Samurai Sentai Shinkenger: Special Act
  • Date de sortie : 11 juin 2010 ; directement en vidéo
  • Réalisateur : Shibasaki Takayuki
  • Durée : 48 minutes
  • Place dans l’intrigue : se déroule après le dernier épisode

Ce film, toujours aussi court que les précédents, n’a pas eu l’opportunité de profiter des salles obscures et a dû se contenter d’une sortie directement en vidéo – c’est le V-Cinema ; pour information, il faut savoir que cette pratique connotée plus que négativement pour les productions occidentales ne l’est pas forcément au Japon.

Les Shinkengers sont piégés par l’Ayakashi Demebakuto qui, lors de sa seconde vie, les propulse dans des univers parallèles appartenant à des films de genre. Tour à tout plongés dans un jidaigeki, un polar ou encore dans une comédie romantique, les amis doivent se surpasser pour ne pas périr de la main de cet affreux et vicieux monstre.

Ce semblant de suite du j-drama a la bonne idée de jouer la carte de l’humour et de mettre en retrait les histoires d’Ayakashi et autres viles créatures. Bien sûr, elles ne sont pas oubliées, mais le scénario cherche surtout à s’amuser des diverses situations que rencontrent les personnages. Résultat, le spectateur prend un certain plaisir à voir les amis dans des rôles parfois à contre-emplois. En effet, s’ils sont bel et bien dans des mondes parallèles, ils ne savent pas sur le moment qui ils sont et disposent d’une personnalité répondant aux caractéristiques de l’univers en question. Découvrir plusieurs d’entre eux en fille a quelque chose d’amusant, par exemple. Ce côté assumé et sans prise de tête se révèle distrayant et rappelle le charme du Super Sentai. Ajoutons les valeurs de l’amitié, un petit peu de romance, de l’action et une bonne humeur constante, et ce film remplit comme il faut le cahier des charges.

 

Tensô Sentai Goseiger tai Shinkenger Epic on Ginmaku
  • Titre international : Tensô Sentai Goseiger vs. Shinkenger: Epic on Ginmaku
  • Date de sortie : 22 janvier 2011
  • Réalisateur : Takemoto Noboru
  • Durée : 62 minutes
  • Place dans l’intrigue : se déroule après la fin de Samurai Sentai Shinkenger, et entre épisodes 32 et 33 de Tensô Sentai Goseiger

Les « films versus » sont très connus dans le monde des tokusatsu puisqu’il existe de nombreuses incursions entre les différentes séries. Après avoir mis en avant la rencontre avec les Go-Ongers, ce film-ci s’attarde sur les héros de Tensô Sentai Goseiger, préalablement aperçus dans Samurai Sentai Shinkenger Bui Esu Go-Onger Ginmaku BANG!!. Qui plus est, les personnages principaux de Kaizoku Sentai Gokaiger, le Super Sentai datant de 2011/2012, disposent eux aussi d’une brève apparition.

Alors qu’il revient de faire des courses pour ses amis Goseigers, Arata (Chiba Yûdai) découvre avec stupeur des Nanashi dirigés par l’Ayakashi Madakodama. Bien qu’il ne comprenne pas immédiatement d’où sortent ces monstres, il se transforme et tente de les combattre du mieux qu’il peut. C’est alors qu’apparaît Shinken Red, Takeru. Certaines circonstances amènent le jeune maître à croire que Dôkoku est bel et bien de retour et s’apprête à mener une bataille de grande envergure. Le samouraï moderne accepte de ce fait l’aide des Goseigers, mais, rapidement, tout tourne au désastre. Takeru perd effectivement le contrôle de son propre corps et Arata n’a pas d’autre choix que d’essayer de faire venir les Shinkengers et de les convaincre de s’allier à lui pour sauver Takeru des griffes d’un Ayakashi.

Avouons que les Goseigers sont plutôt sympathiques grâce à leur énergie couplée à une certaine candeur, eux qui se montrent fascinés à l’idée de rencontrer les samouraïs. Pour information, ce Super Sentai s’amuse des thématiques en lien avec les anges. Cependant, le film se révèle assez insipide en raison d’un scénario toujours aussi peu recherché et ressemblant de beaucoup trop près aux histoires narrées précédemment. Un des personnages est possédé, tout le monde craint pour lui, chacun est poussé dans ses retranchements et, naturellement, tout finit bien puisque la camaraderie et l’entraide prévalent. S’il s’agit des codes propres aux Super Sentai, ces bonus méritent plus d’ambition du fait de leur format particulier. Proposer des incursions dans les différentes séries de la franchise ne suffit clairement pas !


Laisser un commentaire