(Bilan) Mon année sériephile 2014

Par , le 2 janvier 2015

Comme d’habitude pour un début de janvier, Luminophore ne déroge pas à la règle. Vous vous en doutez, il est l’heure de passer au bilan des douze derniers mois venant de s’écouler. Je rappelle qu’il ne s’agit que d’un récapitulatif personnel et il ne reflète donc clairement pas les séries diffusées durant cette période – loin de là, même ! Avant d’entrer dans le vif du sujet, je profite de ce billet pour vous souhaiter à toutes et à tous une excellente année 2015, en espérant qu’elle vous sera avantageuse et saura répondre à vos aspirations.

À l’instar de 2013, 2014 fut de mon côté assez étrange. Je ne peux pas dire avoir passé une mauvaise année du côté des séries, mais ce serait mentir que d’affirmer qu’elle fut pour autant merveilleuse. En fait, je n’ai pas l’impression d’avoir ressenti une quelconque exaltation ou de m’être retrouvée dans une phase de franc enthousiasme. Bien sûr, quelques productions m’ont davantage plu que d’autres, ce qui ne signifie malheureusement pas qu’elles se sont définitivement inscrites dans mon esprit. Je ne saurais trop expliquer le pourquoi de ce sentiment mitigé. Je me demande si ce n’est pas lié à mon mode de fonctionnement actuel qui est de vider mes stocks envers et contre tout et non pas de favoriser mes envies du moment. Je suis assez déconnectée depuis ces derniers mois de ce qui se passe à la télévision, qu’elle soit française, américaine ou japonaise. Je fabrique mon propre emploi du temps dans mon coin, veillant à faire diminuer cette horrible pile virtuelle – ou non – d’épisodes n’attendant que d’être regardés. Je pense que je pourrai reprendre un chemin moins schématique d’ici le second semestre de 2015 puisque j’ai mis pas mal d’ordre là-dedans. Quoi qu’il en soit, je ne me plains de rien, c’est seulement qu’arrivée en bout de course, je réalise que j’ai un peu la sensation de suivre une routine un peu trop mécanique et balisée.

 

Parlons chiffres

Je n’y peux rien, j’adore jeter un œil sur toutes ces statistiques qui pourraient en effrayer plus d’un. Elles sont moins impressionnantes que par le passé, probablement parce qu’au final, j’ai assez peu regardé mon petit écran au cours de 2014. Sans le faire volontairement, je crois m’être surtout orientée du côté des films.

Si je ne me trompe pas, il faut remonter à 2010 pour retrouver les États-Unis à la première place du podium. Certes, le Japon n’est qu’à une fiction de moins, mais si l’on se penche réellement sur le détail des productions, on constate rapidement que le score est faussé. Effectivement, sur les vingt-six œuvres nippones, il n’y a que huit renzoku ! Tout le reste se compose de tanpatsu, autrement dit les sortes de téléfilms ou mini-séries. Que s’est-il passé ? Me suis-je désintéressée des j-dramas ? Non, du tout. Comme je l’ai écrit un peu plus haut, je tâche de vider mes stocks et il se trouve que j’avais une multitude de tanpatsu traînant dans le coin. J’ai voulu m’en occuper sérieusement et ça m’a pris beaucoup plus de temps que prévu, uniquement parce que j’en possédais bien plus que ce que j’imaginais. La deuxième circonstance notable, c’est que je me suis lancée dans deux taiga, ces séries-fleuves durant environ cinquante épisodes. Je les ai toutes deux terminées et les billets les concernant ne devraient pas trop tarder. Sinon, j’ai un peu boudé les autres pays, mais je me suis aventurée pour la première fois en Norvège.

 

En Occident

Je réalise en baragouinant que je pourrais reprendre exactement les mêmes termes que dans mon précédent bilan pour celui-ci. Je n’ai effectivement pas découvert grand-chose, j’ai mené mon petit trafic en terminant des séries et… c’est à peu près tout. En plus, je suis un petit peu embêtée parce que la majorité des articles n’ont pas encore été publiés ici donc je ne peux pas trop m’étaler au risque de me montrer redondante. Voilà ce que c’est que d’avoir effectué une pause au niveau du blog : tout est désormais décalé ! Mine de rien, je suis venue à bout de maintes fictions comme Desperate Housewives, House, In Treatment, Lie to Me, Misfits, Oz, Psych, That ’70s Show, True Blood ou bien la version originale de V. Naturellement, j’ai poursuivi mes quelques rares séries américaines qui sont toujours en cours de diffusion telles que Grey’s Anatomy, The Vampire Diaries et Supernatural. À une époque, j’avais un emploi du temps extrêmement chargé qui ne faisait que s’amplifier tant je me lançais à l’aveuglette dans n’importe quelle production. Ajoutons-y mon incapacité à couper les ponts et c’est ainsi que je me suis retrouvée prisonnière d’un tas de travaux télévisés. Maintenant, ce serait plutôt l’inverse puisque je n’ai presque plus rien encore en cours. Cela étant, malgré mes dires et mes souhaits d’arrêter de faire n’importe quoi, j’avoue avoir récupéré quelques-unes me tentant pas mal : Black Sails, Dominion, Gotham, Penny Dreadful, The Musketeers, The Strain… Je doute les lancer dans les mois à venir ; je préfère continuer mon mode psychorigide un petit bout de temps. Je suis comme un écureuil, je ne peux m’empêcher de faire des réserves. Outlander m’attire également plutôt d’autant plus que j’ai lu tout au long de 2014 les neuf premiers tomes du cycle l’adaptant, Le chardon et le tartan, de Diana Gabaldon. J’ai trouvé ces romans parfaitement calibrés pour ravir les indécrottables romantiques et je déplore la surenchère de drames ainsi que le délitement effroyable de l’intrigue, mais je pense que les ingrédients sont présents pour fournir une superbe série, en espérant que les écueils soient habilement évités. Autrement, j’ai repris Spooks et The Wire que j’avais mises en pause trop longtemps. Concernant la seconde, j’avais moyennement accroché à la première saison et, contre toute attente, sa deuxième m’a totalement subjuguée. La vieillerie I, Claudius m’a beaucoup plu, sinon. Je n’évoquerai pas les quelques rares productions françaises que j’ai regardées tant aucune ne m’a intéressée.

 

En Asie

Oui, je sais, l’Asie ne se limite pas qu’au Japon. Pourtant, c’est le seul pays ayant bénéficié de mes faveurs en 2014. Je l’ai rédigé plus haut, je me suis contentée récemment de tenter de vider mes réserves ce qui explique le nombre de vieilles fictions à être passées sur mon écran. Je fais de toute manière partie de cette tranche de la population ayant envie de découvrir le monde télévisuel japonais comme il faut et je pars du principe qu’il convient pour cela de pousser plus loin que les dernières nouveautés. Dans tous les cas, j’ai surtout essayé maints tanpatsu et, pour être honnête, peu sont mémorables. J’ai comme projet d’écrire un de ces jours un billet détaillant ce format de production et mettant en lumière quelques-uns méritant le détour. Je dis ça, mais je n’ai aucune idée de quand je m’y attellerai. Il n’empêche que je commence à avoir pas mal de bouteille puisque si je ne me trompe pas, j’en ai regardé pour l’heure plus de soixante-dix. C’est que, mine de rien, je ne chôme pas ! Outre ces tanpatsu, les renzoku ne m’ont guère passionnée, preuve qu’il faut que j’opère mieux mes choix pour les mois à venir au risque de finir déçue.

 

Luminophore durant 2014

Le blog a traversé une longue pause et n’est revenu à la vie que courant août. Depuis, il a repris sa routine habituelle. Dans l’ombre, j’ai travaillé ces derniers mois sur les galeries de photos d’acteurs qui faisaient quelque peu office de bonus lors des anciennes animations de Noël. Les images étaient hébergées un peu à droite et à gauche ; j’ai tout rapatrié proprement sur mon hébergement. J’essaye autrement de continuer mon nettoyage de vieux articles avec des liens/visuels morts, mais ça demande beaucoup de temps et ce n’est franchement pas marrant. Rien ne m’oblige à m’y mettre, à l’exception de mon côté maniaque fou souhaitant tout contrôler. Les audiences ont diminué de moitié, ce que j’explique principalement par l’absence de nouveautés jusqu’à l’été. Cela ne me chagrine pas plus que ça parce qu’avant tout, Luminophore représente mes archives personnelles. Depuis mon retour, la nationalité des séries traitées ne respectait pas mon ratio tant choyé qui est d’alterner scrupuleusement l’Occident et l’Orient. Depuis décembre, ce problème est résolu. J’ai été obligée de vous abrutir de billets nippons pour la bonne et simple raison qu’ils étaient présents en masse. Si je n’avais pas agi de la sorte, nous serions encore en train de discuter de certaines fictions que j’ai regardées un an plus tôt, alors…

 

Qu’est-ce que 2015 nous réserve ?

Déjà, Luminophore va changer un petit peu de rythme de publication. J’ai décidé de ne plus poster une fois tous les trois jours, mais de me limiter à deux billets hebdomadaires. J’ai largement de la matière pour continuer comme avant puisque j’ai plus d’une vingtaine d’écrits en stock, sauf que je tiens à ne pas me retrouver à un moment donné le bec dans l’eau. Personne ne m’empêche de favoriser un rythme anarchique, mais je sais que si je ne m’impose pas des règles, c’est là que je décroche. Bref. Il devrait donc y avoir un article le mardi et un autre le vendredi. Dans les faits, ça ne changera pas grand-chose pour vous, car cela fera uniquement un ou deux de moins par mois.

Quant au contenu, eh bien, j’imagine que nous repartons sur des bases identiques aux années passées. Je connais déjà quelque peu le programme des prochains mois à venir et il y aura encore pas mal de tanpatsu, deux taiga et des séries américaines vieilles comme un peu plus récentes. Ensuite, nous verrons bien ; ce sera la surprise pour vous comme pour moi. Naturellement, je suis toujours ouverte à toute suggestion. Merci pour votre fidélité~


4 Commentaires

  1. Kerydwen
    Nephthys• 2 janvier 2015 à 13:42

    Je te souhaite une merveilleuse année 2015, remplie de belles découvertes sériphiles et plein de bonheur dans ta vie personnelle.
    Je n’ai pas encore eu le temps de rattraper toute la lecture que j’ai mis de côté sur ton blog mais je ne désespère pas.
    En tout cas, c’est chouette de retrouver ton blog après la pause.
    Bonne année ♥

    Répondre

  2. Kerydwen
    tanukibzh• 2 janvier 2015 à 15:15

    Pour ce qui est des séries américaines, Outlander s’est sympa à regarder. The strain ça se regarde sans plus ;-)
    Bonne année Kerydwen.

    Répondre

  3. Kerydwen
    makichan• 4 janvier 2015 à 1:22

    Bonne année 2015!
    J’espère que tu trouveras de bonnes séries au cours de tes visionnages!!!

    Répondre

  4. Kerydwen
    Kerydwen• 10 janvier 2015 à 21:22

    Merci à tous les trois !

    Répondre

Laisser un commentaire