Grey’s Anatomy (saison 11)

Par , le 15 septembre 2015

Les années ont beau passer, une série semble résister vaillamment au couperet fatidique et, visiblement, celui-ci est encore loin de souhaiter s’abattre. Alors que la douzième saison de Grey’s Anatomy s’approche à grands pas aux États-Unis, il est l’heure de discuter de la onzième. Constituée de vingt-quatre épisodes, elle fut diffusée sur ABC entre septembre 2014 et mai 2015 ; à noter que le vingt-deuxième a vu sa durée exceptionnellement doublée. Aucun spoiler.

Malgré une certaine redondance et une recette désormais quelque peu éculée, la précédente année de ce mastodonte étasunien demeurait relativement satisfaisante. La logique aurait donc voulu de démarrer ces aventures inédites plutôt rasséréné. Or, ce n’était pas du tout mon cas. Le départ de l’un des personnages les plus intéressants, l’écartement de deux internes susceptibles de dynamiser la fiction et le rebondissement ridicule du season finale laissaient plus que perplexe. Comment la série allait-elle réussir à convaincre ? Contre toute attente, elle sort brillamment vainqueur de nombreux obstacles s’étant retrouvés sur son chemin et l’effort est d’autant plus louable que les bouleversements en coulisse n’ont sûrement pas été de tout repos. Cela étant, Grey’s Anatomy souffre de manière assez notable de sa grande galerie de protagonistes et peine à de trop régulières reprises à tous les mettre sur un pied d’égalité. Si la saison arrive à associer avec efficacité affaires médicales et problèmes intimes, elle oublie par moments de traiter tout le monde de la même façon, provoquant dès lors des disparités frustrantes. Des figures comme Owen en pâtissent plus que d’autres, ce qui est toujours assez dommage. Il n’empêche que pour la première fois depuis longtemps, la série décide de s’orienter dans une direction inédite et de rompre avec sa structure ronronnante, comme si elle s’armait progressivement pour se construire un nouveau visage et une sorte de retour aux sources. Si cette transition vers du changement est salvatrice, c’est parce qu’elle favorise un regain d’intérêt pour une production sur la pente descendante.

Plus que jamais, cette onzième année est celle de sa principale héroïne, Meredith. Ce personnage ne se situe probablement pas en tête de liste des préférés du public, mais il possède une extraordinaire évolution sur la durée et ces épisodes le démontrent encore une fois. Alors qu’elle vient de perdre sa meilleure amie partie vivre en Suisse, voilà qu’elle apprend l’existence d’une demi-sœur. Pire, cette dernière occupe dorénavant le poste de Cristina et officie donc en tant que chef de chirurgie cardiaque. Meredith a le droit de craquer sauf qu’elle tente de résister et doit combattre le comportement exécrable de son mari, Derek, à qui le président des États-Unis fait la cour. Psychologiquement à bout, elle ne sait plus que faire et craint de se transformer inexorablement en Ellis Grey. Le parallèle avec cette mère acariâtre est perpétuel au sein de cette année et celle-ci n’a jamais été autant au centre des propos. En dehors de sa fille avec Richard, c’est aussi une plongée dans ses pensées et son parcours que l’intrigue délivre, notamment à travers plusieurs flashbacks pas toujours très fins, mais globalement éclairants. Quoi qu’il en soit, la jeune Grey rabaisse tout le monde et, en plus de ses relations conflictuelles avec ses pairs, vit une crise conjugale larvée. Derek est d’une incroyable condescendance et il l’irrite plus que de raison, même si elle l’aime plus que tout. Le seul ayant encore grâce à ses yeux est Alex qui devient, sans nul doute, son nouveau Cristina ; leur dynamique amicale est joliment croquée à l’écran. Ainsi, les doutes et craintes de Meredith sont parfaitement retranscrits et touchent en plein cœur le téléspectateur. Le point d’orgue est tout naturellement la fin de saison en raison d’un évènement dramatique explosant littéralement l’univers de cette femme sachant rester digne malgré les circonstances. Si l’ensemble demeure satisfaisant, l’irruption de Maggie Pierce a pourtant dès le départ de quoi provoquer des sueurs froides.

Avec Lexie, Grey’s Anatomy avait déjà joué la carte de la sœur sortant d’un chapeau de magie. C’est pourquoi voir le scénario s’y adonner n’augurait pas grand-chose de bon malgré une logique presque évidente. Effectivement, cette fille n’est pas n’importe qui puisqu’elle est l’enfant de Richard Webber et d’Ellis Grey. Leur relation est connue depuis maintes années et cette naissance deux décennies auparavant ne paraît pas si incongrue que ça. Maggie (Kelly McCreary) arrive au Seattle Grace dans l’espoir de côtoyer sa grande sœur et ne cherche absolument pas ses racines ou une vraie affection. Elle aime sa famille adoptive, n’est pas malheureuse et a pleinement conscience d’avoir été choyée. Elle ne sait pas que Richard est son père et, forcément, celui-ci tombe des nues en découvrant de lui-même le pot aux roses. Finalement, la nouvelle chef de cardiologie plaît d’emblée et réussit sans difficulté à s’intégrer à la distribution. Les épisodes choisissent d’explorer immédiatement sa personnalité afin de l’asseoir aux yeux de l’audience qui ne peut que la trouver sympathique. Fraîche, rigolote et talentueuse, elle ne démérite absolument pas face aux autres. Ses interactions avec Meredith sont tout aussi abouties et alimentent de solides scènes. Maggie n’est pas la seule à s’introduire dans l’équipe, car la sœur de Derek, transfuge de Private Practice, doit également s’installer. En revanche, le constat se veut moins positif pour Amelia. Si son développement n’est aucunement à remettre en cause tant l’écriture soigne cette neurochirurgienne déterminée, elle n’est que rarement agréable et, donc, assez peu attachante. Sinon, les médecins ayant rejoint la série depuis peu comme Stephanie ou même Jo finissent par s’intégrer. En effet, la seconde se détache de l’ombre d’Alex tandis que la première jouit de ressorts scénaristiques heureusement non liés à ses aventures passées avec Jackson. Progressivement, Grey’s Anatomy renouvelle par conséquent sa galerie bien qu’il se révèle toujours compliqué de s’intéresser à tous.

Si l’intrigue de fin de parcours avec Meredith et Derek reste probablement celle en mémoire tant elle dispose d’une parfaite maîtrise alliant émotions, intimité et, étonnamment, optimisme, d’autres nécessitent plusieurs louanges. Par exemple, malgré la relation franchement rébarbative entre Callie et Arizona, l’arc avec Nicole Herman jouée par Geena Davis (Commander in Chief) est fort plaisant, ne serait-ce que parce que cette femme s’impose sans mal. Le constat se veut aussi plutôt positif pour la gestion pudique d’une perte douloureuse de Jackson et d’April même si, là également, tout n’est pas parfait en raison d’une dynamique parfois menée trop abruptement. Les autres personnages doivent se contenter de miettes scénaristiques et, encore une fois, Miranda en pâtit, car avouons-le, ses tentatives de prise en main avec consommation de kale et sport sont ridicules ! À l’instar de Meredith, Owen cherche à aller de l’avant face au départ de Cristina et ne dispose guère de plus de matériel que ça. La saison démontre dans tous les cas que les protagonistes ne sont, au bout du compte, pas forcément indispensables et que la disparition de n’importe lequel d’entre eux a beau être tantôt triste, elle n’impacte pas le reste. Cristina le symbolise à merveille, mais elle n’est pas la seule. Quoi qu’il en soit, en dehors de la vie plus intime de ses héros ponctuée de séquences plus légères et amusantes, la production continue de leur offrir des challenges médicaux un peu trop réguliers et époustouflants, mais il s’agit là d’une de ses marques de fabrique. Voir les médecins aussi exceptionnels agace parfois un peu, car il n’est pas nécessaire qu’ils découvrent des techniques miracles pour les rendre compétents. Pour l’anecdote, des invités comme Megan Gallagher (MillenniuM), Debra Mooney (Everwood) et Kevin Alejandro (True Blood) sont dans les parages.

Au final, cette onzième année de Grey’s Anatomy s’apparente presque à une cure de jouvence pour la série malgré quelques lacunes dispensables. Les épisodes redistribuent les cartes, assimilent aisément de nouveaux visages et cherchent à progressivement modifier les forces en place, sans ne jamais oublier leur identité au passage. Ce dynamisme est dès lors assez rafraîchissant et pousse à penser que la fiction détient encore de solides atouts pour perdurer, à condition de parvenir à garder cet équilibre. Car pour être homogène, la saison l’est tant elle associe avec efficacité la médecine, les drames et joies de ses protagonistes avec, bien sûr, tout un panel d’émotions. La très belle évolution de Meredith et de tout ce qui la concerne représente certainement le maillon le plus notable de cet ensemble, mais l’héroïne n’est pas la seule à tirer son épingle du jeu. Il ne reste plus qu’à espérer que la suite continue sur cette lancée et ne retombe pas dans la routine mécanique.


Laisser un commentaire