Le printemps 2016 des j-dramas

Par , le 13 avril 2016

Pour être tout à fait honnête, j’ai un peu hésité avant de me lancer dans la rédaction ce récapitulatif. Je ne prends guère de plaisir à m’y atteler tant je trouve ça très rébarbatif et, surtout, extrêmement chronophage. Je compte peut-être essayer d’opter pour un compromis pour les prochaines fois.

Vous devez dorénavant connaître le principe de ces billets, à savoir que les productions m’intéressant le plus – pour des raisons parfois hautement discutables – disposent d’une petite étoile (★) à la fin de leur description. Comme d’habitude, seuls les renzoku sont abordés, les tanpatsu étant volontairement mis de côté.

(Si l’affiche, le lien vers le site officiel ou la page Drama Wiki ne sont pas indiqués ici, c’est qu’ils ne sont pas encore disponibles ; je les ajouterai dès que possible. Il en va de même en ce qui concerne le synopsis de certaines séries.)

99.9

Chaîne : TBS
Début : 17 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Pour son retour à l’écran après plus de deux ans d’absence, le Johnny’s Matsumoto Jun aurait tout de même pu trouver mieux qu’une énième fiction se contentant certainement d’une formule éprouvée jusqu’à la corde. Il endosse le costume d’un avocat aux méthodes peu usuelles n’hésitant jamais à prendre un dossier criminel même s’il ne lui apporte aucun gain financier. Maintenant qu’il a intégré un nouveau cabinet, il doit travailler avec des collègues incarnés par Kagawa Teruyuki et Eikura Nana. Les amateurs du genre apprécieront peut-être, surtout si le système judiciaire nippon est correctement exploité, mais pour ma part, je ne suis pas du tout dans la cible. À noter que le titre repose sur le fait qu’au Japon, le taux de condamnation des affaires pénales est de 99,9 %.

 

Asa ga Kuru

Chaîne : Fuji TV
Début : 4 juin 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Après de longues années d’espoir et de traitements pour pallier leur fertilité, un couple a enfin eu la chance de réussir à adopter un petit garçon. Par conséquent, quand une mystérieuse femme surgit clamant être la mère de l’enfant, les doutes et l’angoisse finissent par s’installer. Il s’agit là d’une adaptation d’un roman de Tsujimura Mizuki et si les thématiques s’avèrent susceptibles de plaire, je crains le mélodrame. Savoir que la médiocre Kawashima Umika détient l’un des premiers rôles ne rassure pas du tout. Sinon, comptez sur la présence de Yasuda Narumi et de Tanaka Naoki.

 

Boku no Yabai Tsuma

Chaîne : TBS
Début : 19 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

De l’extérieur, le héros campé par Itô Hideaki a tout ce qu’il faut pour être heureux. Sauf qu’il ne l’est pas du tout et souffre d’être étouffé par son épouse manipulatrice cachant d’ailleurs bien son jeu. Avec la complicité de sa maîtresse, il projette alors de l’assassiner, mais ses plans sont subitement contrecarrés quand elle est kidnappée par un inconnu lui demandant une forte rançon. La police s’en mêle et commence à croire que le mari y est pour quelque chose. Ce thriller psychologique pique ma curiosité, parce que j’apprécie le genre et que la distribution me plaît beaucoup. Effectivement, notons la présence de Kimura Yoshino, Aibu Saki, Takahashi Issei, Satô Ryûta, etc. (★)

 

Busujima Yuriko no Sekirara Nikki

Chaîne : TBS
Début : 20 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Les nombreux fans de Maeda Atsuko en auront peut-être pour leur argent avec cette histoire où l’héroïne a une drôle de conception des relations amoureuses. Depuis qu’elle a été abandonnée dans son enfance par son père, elle ne parvient pas à accorder sa confiance aux hommes et n’hésite donc pas à courir plusieurs lièvres à la fois. Quand elle rencontre un journaliste (Arai Hirofumi) d’un magazine concurrent du sien, elle perd un peu la tête et s’avère convaincue qu’il est celui qu’elle cherche, même s’il est marié. Le postulat de cette série paraît assez déconcertant et je doute sérieusement qu’il ose se montrer subversif vu son actrice principale. Mais je ne demande qu’à me tromper, car après tout, les épisodes passeront en plein milieu de la nuit.

 

Contrail

Chaîne : NHK
Début : 15 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Seulement huit épisodes sont prévus pour cette romance mélodramatique à souhait où une femme rencontre un chauffeur routier et tombe amoureuse de lui. Jusque-là, rien d’exceptionnel, sauf que l’homme en question est le meurtrier de son mari ayant eu lieu six ans plus tôt. Je suis assez peu réceptive à ce style de scénario préfabriqué, mais pour peu que l’écriture soit suffisamment subtile, je dis pourquoi pas. Le trio d’acteurs généralement convaincants figure parmi les bons points de cette série, d’ailleurs : Ishida Yuriko, Arata et Harada Taizô.

 

Dias Police: Ihô Keisatsu

Chaîne : TBS
Début : 13 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Cette série précède la sortie d’un film, prévu pour l’été 2016, et adapte le seinen manga en quinze tomes scénarisé par Richard Woo. Environ cent cinquante mille immigrés clandestins vivraient à Tôkyô et comme ils ne peuvent prétendre à un statut de réfugiés pour la plupart, ils demeurent dans l’extrême pauvreté. Pour se protéger, plusieurs d’entre eux ont décidé de créer leur propre gouvernement, banque, hôpital et tout ce qu’il faut pour leur quotidien. Ils ont même embauché un policier pour les aider dans leur tâche. Si vous lisez Luminophore depuis un moment, vous savez exactement pourquoi je note cette production à l’encre indélébile sur ma liste. Ben oui, mon grand chouchou, Matsuda Shôta, y a le premier rôle. Autrement, j’avoue douter que je m’y sois intéressée. Beaucoup d’invités figurent au programme. (★)

 

Doctor Car

Chaîne : NTV
Début : 7 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

C’est bien connu, Gôriki Ayame ne doit pas être absente des grilles des programmes plus d’une saison, donc la voici de retour. Ce n’est pas encore cette fois que je lui laisserai le bénéfice du doute. Elle y joue une femme médecin travaillant dans une doctor car allant d’un endroit à un autre pour sauver des vies. Ces véhicules, apparemment non comparables à des ambulances, permettraient vraisemblablement de gagner du temps et par conséquent de donner plus de chance aux patients. L’héroïne élevant seule son enfant de cinq ans est enthousiaste, mais le fils peu amène du directeur de l’hôpital (Nakamura Shunsuke), ne voit en cette prise en charge qu’un gouffre financier. Il paraît clair qu’outre les clichés habituels, le sentimentalisme et la formule d’un cas par épisode seront favorisés.

 

Doctor Chôsahan

Chaîne : TV Tokyo
Début : 22 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Apparemment, mille trois cents à deux mille personnes décéderaient chaque année au Japon suite à une erreur médicale. Le protagoniste campé par le charmant Tanihara Shôsuke travaille pour une organisation enquêtant sur ces accidents souvent cachés. Pour cela, il n’hésite pas à agir sous couverture et intégrer les hôpitaux en tant que simple gastroentérologue. Ce qu’il découvre s’avère parfois effrayant… En dehors de son acteur principal pour qui j’ai beaucoup de sympathie, je suis plutôt intéressée par ce synopsis, sûrement parce que le cadre me plaît et me concerne quelque peu. Espérons maintenant qu’à l’instar de Shiroi Kyotô, l’écriture se dote d’une bonne dose critique et veille à pointer du doigt toutes les dérives du système. (★)

 

Fukigen na Kajitsu

Chaîne : TV Asahi
Début : 29 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Il faut bien un remake chaque saison et, cette fois, il s’agit d’une nouvelle adaptation du roman de Hayashi Mariko, déjà transposé à l’écran en 1997. Une femme mariée découvre le péché de l’adultère en tombant amoureuse d’un autre homme et, sans grande surprise, il y a de fortes chances pour qu’elle finisse par s’en mordre les doigts. Je n’ai jamais lu la version originale ou regardé la série des années 1990, mais je crois peut-être oser tester celle-ci ; j’attends les critiques avant de me décider. L’association que forment Kuriyama Chiaki et Ichihara Hayato pique ma curiosité et j’espère que le scénario se montrera plutôt sombre et pessimiste. Côté acteurs, notons la présence d’Inagaki Gorô dans le rôle de l’époux trompé, de Takanashi Rin et de Narimiya Hiroki.

 

Good Partner

Chaîne : TV Asahi
Début : 21 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Matsuyuki Yasuko et Takenouchi Yutaka font la paire dans cette série se déroulant dans le milieu des avocats. Les deux sont excellents dans leur domaine et seraient capables de renverser des montagnes, mais ils ont pour principal défaut de travailler dans le même cabinet et d’être… divorcés ! S’ils parviennent tout de même à œuvrer de concert dans leurs affaires, dès que l’aspect professionnel est mis de côté, les disputes surgissent. Le duo pourrait fonctionner, mais je doute qu’il soit en mesure d’atténuer les probables lacunes de cette fiction qui s’annonce classique, voire répétitive. Kaku Kento est dans les parages.

 

Gû-gû Datte Neko de Aru (saison 2)

Chaîne : WOWOW
Début : 11 juin 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Il s’agit de la suite des quatre épisodes diffusés au cours de l’automne 2014 mettant en avant le deuil douloureux d’une mangaka après la mort de son chat. N’ayant pas encore regardé la première saison, je ne risque pas de tester celle-ci, mais je finirai sûrement par le faire. En tout cas, les avis sur cette adaptation d’un josei manga étaient plutôt positifs.

 

Hayako-sensei, Kekkon Surutte Hontô desu ka?

Chaîne : Fuji TV
Début : 14 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Ouaw, Matsushita Nao est presque méconnaissable sur cette affiche et ce n’est certainement pas parce qu’elle arbore des cheveux plus courts que d’habitude. Elle y incarne une professeure joviale, très enthousiaste et appréciée de ses élèves. Pourtant, dès qu’il est question de sa vie sentimentale, elle est tout l’inverse et peine à se sentir concernée malgré ses trente ans plus que révolus. Quand son père tombe malade, elle commence à changer d’avis et décide de chercher sérieusement un mari. Cette adaptation d’un manga en un tome de Tatsuki Hayako s’inspire de faits réels et semble même plus ou moins autobiographique. L’histoire paraît fort classique et peu engageante en dépit de la présence de Kanjiya Shihori.

 

Hibana

Chaîne : Netflix Japan
Début : 3 juin 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Deux comédiens de stand-up se rencontrent régulièrement pour améliorer leurs propres techniques, finissent par devenir amis et progressent, sans pour autant emprunter la même direction. Netflix commence à oser s’aventurer au Japon et il s’agit donc d’une bonne nouvelle pour nous, car cela signifie que le visionnage n’en est que plus aisé. En l’occurrence, voici ici une adaptation d’un roman de Matayoshi Naoki qui fut un vrai succès dès sa sortie en 2015 d’autant plus qu’il a remporté le prestigieux prix littéraire Akutagawa. Hayashi Kento et Namioka Kazuki se partagent l’affiche de cette plongée dans le divertissement nippon.

 

Hi no Ko

Chaîne : Fuji TV
Début : 2 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Avec cette adaptation d’un roman de Shizukui Shûsuke, Yûsuke Santamaria endosse le costume d’un ancien suspect pour un meurtre venant troubler la tranquillité d’un quartier résidentiel où vit notamment un juge à la retraite pas si inconnu que ça. Cet homme souriant, affable et bien sous tous rapports semble cacher son jeu. Tension, menaces et mystères devraient au menu de ce thriller qui m’intrigue assez. Ibu Masato, Yûka, Ôkura Kôji et Satô Ryûta sont également dans les parages. (★)

 

Hiru no Sentozake

Chaîne : TV Tokyo
Début : 10 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Le protagoniste n’arrive à rien dans son travail, notamment parce qu’il ne réussit jamais à s’exprimer convenablement. La seule chose qui le motive, c’est de se rendre dans les bains publics (les sentô) et de boire ensuite une bonne bière. Sa passion est telle qu’il a du mal à ne pas s’y adonner sur ses heures de boulot. Honnêtement, ce scénario semble au demeurant plutôt peu engageant, mais quand on sait qu’il adapte un manga écrit par Kusumi Masayuki (Kodoku no Gourmet), il y a de quoi être assez intrigué. Les épisodes ne disposeront que d’une petite vingtaine de minutes et Totsugi Shigeyuki détient le premier rôle.

 

I Am a Hero

Chaîne : dTV
Début : 9 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Avant un film prévu à la fin du mois d’avril, cette web-série lance les festivités. Il s’agit d’un adaptation du seinen manga de Hanazawa Kengo, toujours en cours de publication au Japon et disponible en France chez Kana. Direction un univers post-apocalyptique où des humains contaminés par un virus se transforment en zombies, les ZQN. Les épisodes se déroulent au moment où peu de personnes se sont encore rendu compte de ce qui se passait. Nagasawa Masami y joue une infirmière commençant vraisemblablement à découvrir ce qui se cache derrière cette future pandémie. J’apprécie le genre horrifique donc je suis assez tentée malgré l’actrice principale, mais je pense plutôt tester le film et non pas cette courte fiction s’apparentant sûrement à une simple mise en bouche.

 

Jûhan Shuttai!

Chaîne : TBS
Début : 12 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Si les adaptations de mangas ne manquent pas à la télévision, assez rares sont les fictions s’attardant réellement sur cet univers. Ça tombe bien, celle-ci compte le faire. Naturellement, il s’agit justement d’une transposition à l’écran du seinen manga de Matsuda Naoko, toujours en cours à l’heure actuelle. L’idée est d’illustrer le quotidien d’un magazine prépubliant ces fameuses bandes dessinées à travers les différents postes en place. L’héroïne (Kuroki Haru) venant d’intégrer ce nouvel emploi est rapidement aidée par ses collègues, dont un incarné par Odagiri Joe. Je ne demande qu’à découvrir le monde de l’édition des mangas et j’espère bien en apprendre beaucoup ici, tout en me divertissant, surtout que les acteurs sympathiques s’y bousculent. (★)

 

Kakkô no Tamago wa Dare no Mono

Chaîne : WOWOW
Début : 27 mars 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Décidément, c’est à croire que toutes, absolument toutes les œuvres de l’écrivain Higashino Keigo seront un jour ou l’autre adaptées à l’écran. Ça ne me dérange pas du tout puisque j’apprécie en règle générale son univers mêlant mystères, sciences et tension psychologique. Une jeune femme incarnée par Tsuchiya Tao rêve de devenir une skieuse accomplie, à l’instar de son père (Ihara Tsuyoshi). Quand elle découvre qu’elle est dotée d’un gène très particulier que seuls quelques athlètes possèdent, elle souhaite en savoir plus. C’est pourquoi elle prend contact avec un scientifique spécialiste du domaine (Totsugi Shigeyuki), mais il refuse de s’atteler à la tâche, traumatisé par la tragique perte de son épouse et le kidnapping simultané de son enfant. Toutes les thématiques chères à l’auteur sont donc de la partie. Hongô Kanata qui a clairement la cote depuis quelque temps complète la distribution principale. (★)

 

Keishichô Sôsa Ikka 9 Gakari (saison 11)

Chaîne : TV Asahi
Début : 6 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Comme tous les ans – ou presque –, cette série policière ayant son petit succès est de retour à l’antenne. Le sens de la justice prévaut, les inspecteurs cherchent à mener de front vie personnelle et professionnelle et… oui, tout ceci est fort classique et probablement redondant.

 

Keishichô Sôsa Ikkachô

Chaîne : TV Asahi
Début : 14 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Pour une fois, le protagoniste (Naitô Takashi) de cette énième série policière n’est pas doté d’un talent particulier. Pourtant, d’importantes responsabilités lui sont confiées alors qu’il doit s’occuper de plus de quatre cents policiers. Il s’apparente à un vrai chef, un inspecteur hors pair et réussit toujours à trouver le mot juste pour mener à bien ses missions. Humble, il sait ne pas être un super-héros et fait seulement ce qu’il peut, avec ses propres moyens. Après tout, les scénarios jouent plutôt rarement la carte de la fausse modestie donc s’y adonner permet d’apporter un minimum d’originalité. Ah non, ce n’est pas le cas ? Bref, rien de nouveau ici.

 

Kiseki no Hito

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 24 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Un bon à rien n’ayant aucune ambition (Mineta Kazunobu) tombe amoureux d’une femme énergique élevant seule son enfant aveugle et sourde. Il décide d’aider celle faisant battre son cœur en enseignant tout ce qu’il peut à cette fille en situation de handicap. Le scénariste Okada Yoshikazu est à l’origine de jolies histoires, mais plusieurs pêchent cruellement. Ce postulat ne me dit rien qui vaille avec son ton affreusement misérabiliste. Pourtant, la distribution me plaît bien avec Asô Kumiko et Katsuji Ryô. Précisons que cette série n’a rien à voir avec celle du même nom de 1998.

 

Love Song

Chaîne : Fuji TV
Début : 11 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Il y a vingt ans, le héros côtoyait le succès grâce à une chanson. Sauf qu’il n’a jamais réussi à accomplir ce miracle une seconde fois. Dorénavant, il travaille dans un tout autre domaine, mais n’a pas oublié sa passion pour la musique. Alors quand il rencontre une jeune femme assez désespérée au magnifique grain de voix, il lui vient une idée. Pour le getsuku de la saison, la chaîne propose encore une romance et semble occulter toute originalité. Les clichés se multiplient dans le synopsis, mais souhaitons que l’écriture atténue ces lacunes. N’ayant pas spécialement de sympathie pour Fukuyama Masaharu comme acteur ou chanteur, et ne connaissant pas la comédienne principale, Fujiwara Sakura, je passe volontiers mon tour. Suda Masaki et Kaho jouent aussi dans cette série parfaitement calibrée pour vendre maints CD.

 

Makanai-sô

Chaîne : Nagoya TV
Début : 18 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

À la suite d’une relation amoureuse s’étant mal terminée, une jeune femme (Seino Nana) rêvant de devenir un chef de cuisine italienne accepte un travail au sein de l’établissement Makanai-sô. Il s’agit là d’une sorte de pension où les repas sont entièrement compris dans la formule des clients. À elle de s’adapter aux demandes de ces derniers tout en apprenant à vivre avec sa sœur (Kikuchi Akiko) après quinze longues années où elles furent séparées. Comme d’habitude, cette comédie devrait surtout vanter les mérites et particularités de Nagoya.

 

Nezumi, Edo wo Hashiru (saison 2)

Chaîne : NHK
Début : 14 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Les débuts de ce jidaigeki racontant les aventures d’une sorte de Robin des Bois remontent déjà à l’hiver 2014. Probablement alors que personne ne l’attendait, voici une suite. Les fans du Johnny’s Takizawa Hideaki seront sûrement ravis de le retrouver dans cette adaptation d’un roman.

 

Night Hero Naoto

Chaîne : TV Tokyo
Début : 16 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

On va vraiment finir par croire que toutes les saisons doivent au moins mettre en avant un membre d’EXILE. Ici, c’est au tour de Naoto qui n’aura sûrement pas trop à se forcer en jouant un artiste devenant malgré lui un justicier de l’ombre. Arborant un masque, il combat le crime à sa manière la nuit. Nous sommes d’accord que le scénario n’est qu’un prétexte pour attirer des fans.

 

Omukae desu.

Chaîne : NTV
Début : 16 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Cette adaptation du shôjo manga de Tanaka Meca est aussi connue sous l’intitulé Omukae Death. D’ailleurs, précisons que la version papier est techniquement terminée depuis 2002, mais la mangaka a récemment repris ses crayons et propose actuellement une suite. Et la série télé sort maintenant. Coïncidence ? Bien sûr que non. Un lycéen (Fukushi Sôta) rencontre un jour un homme dans un costume de lapin lui suggérant de travailler avec lui. Cet emploi s’avère fort particulier puisque, avec une collègue jouée par Tsuchiya Tao, il aide les morts à régler leurs derniers regrets.

 

OUR HOUSE

Chaîne : Fuji TV
Début : 17 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Oh, un visage occidental ! L’héroïne interprétée par Charlotte Kate Fox, découverte dans Massan, se retrouve confrontée à d’importantes difficultés. Effectivement, elle doit réussir à s’adapter à la famille de son tout nouveau mari (Yamamoto Kôji) qu’elle a épousé à peine après l’avoir rencontré. Ce dernier, ancien veuf, a quatre enfants, dont une aînée très coriace voyant d’un mauvais œil l’irruption d’une femme dans son univers. Les ficelles de cette comédie familiale scénarisées par Nojima Shinji sont grossières et joueront sûrement sur les contrastes culturels, mais l’affiche me fait peur. Je n’ai pas approché Ashida Mana depuis un bon moment et je me demande un peu si elle conserve de son côté attendrissant maintenant qu’elle a bien grandi.

 

Saigo no Restaurant

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 26 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Le Heaven’s Door n’est pas un restaurant atypique. Et pour cause, il accueille en son sein des figures historiques décédées violemment. Le chef (Tanabe Seiichi), spécialiste de la cuisine française, veille à contenter ces personnes avant qu’elles se dirigent définitivement vers l’au-delà. Le concept totalement ubuesque de cette adaptation du seinen manga en cours de Tôei Michihiko me plaît bien, surtout que je suis une grande amatrice d’Histoire. Les héros du jour seront apparemment aussi divers que variés, que ce soit au niveau de la nationalité comme de l’époque. Attendons-nous à pas mal d’invités. (★)

 

Sekai Ichi Muzukashî Koi

Chaîne : NTV
Début : 13 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

À l’instar de son collègue Matsumoto Jun, le Johnny’s Ôno Satoshi est de retour après environ deux ans d’absence. Il s’entoure ici de Haru, Koike Eiko et de Kimura Kazuki. Le protagoniste, trentenaire et riche héritier, cumule les conquêtes sans jamais réussir à les garder. Et pour cause, il est imbuvable et immature. Quand il rencontre une femme assez mystérieuse, il s’en entiche et essaye de faire ce qu’il peut pour qu’elle aussi tombe amoureuse de lui. Comme souvent avec les comédies romantiques, tout dépend de l’alchimie du couple phare et de l’écriture. Sachant que les acteurs principaux ne me plaisent pas énormément et que je ne les vois pas du tout ensemble, je passe volontiers mon tour.

 

Shizumanu Taiyô

Chaîne : WOWOW
Début : 8 mai 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Pour fêter ses vingt-cinq ans, la chaîne décide de mettre les petits plats dans les grands avec cette adaptation en vingt épisodes d’un roman de Yamasaki Toyoko. Quand on se souvient des fresques que furent déjà Fumô Chitai, Karei Naru Ichizoku et Shiroi Kyotô, il y a de quoi être sérieusement intrigué. Kamikawa Takaya et Watabe Atsurô s’opposent dans ce qui s’annonce comme une lutte aux multiples ramifications sous fond d’aviation. L’impressionnante distribution est alléchante et l’on se doute que, outre une dimension humaine prédominante, les thématiques seront bien plus riches qu’à première vue. (★)

 

Sono “Okodawari”, Watashi ni mo Kure yo!!

Chaîne : TV Tokyo
Début : 8 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Matsuoka Mayu et Itô Sairi prennent les commandes de ce documentaire parodique où elles interviewent des personnes sur leurs manies culinaires. Apparemment, le but de cette adaptation assez libre d’un manga de Seino Tôru est de croquer les obsessions japonaises. La formule est plutôt atypique pour la télé nippone.

 

Tachibana Noboru Seishun Tebikae

Chaîne : NHK
Début : 13 mai 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Avec cette adaptation d’un roman de Fujisawa Shûhei, Mizobata Junpei plonge en plein jidaigeki. Il y joue un jeune homme quittant sa ville natale pour rejoindre un oncle exerçant comme médecin à Edo. Là-bas, il réussit à obtenir un travail dans une prison où il y soigne des marginaux et des personnes dans une grande misère tout en résolvant quelques affaires grâce à ses brillants talents de déduction et de jujitsu. Eh bien, ce héros en a des compétences !

 

Terra Formars: Aratanaru Kibô

Chaîne : dTV
Début : 24 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Cette web-série n’est qu’une petite mise en bouche avant la sortie le 29 avril du film du même nom adaptant le seinen manga scénarisé par Sasuga Yû. L’idée est donc plutôt de s’attarder sur le long-métrage si l’on apprécie les univers de science-fiction, car cette courte production ne devrait proposer que de simples vignettes officiant comme de banals bonus.

 

Toto Nê-chan

Chaîne : NHK
Début : 4 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Asa ga Kita venant de se terminer, il est logique qu’un nouvel asadora prenne sa place. Takahata Mitsuki endosse le premier rôle de cette longue série se déroulant lors de la première moitié du XXè siècle, dans la préfecture de Shizuoka. L’héroïne se lance dans la création d’un magazine féminin qui finit par rapidement et durablement s’installer dans le paysage nippon. Droits des femmes, période d’après-guerre et cheminement personnel seront notamment au programme. (★)

 

Totto Terebi

Chaîne : NHK
Début : 30 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Kuroyanagi Tetsuko est l’auteure d’une autobiographie adaptée ici sur le petit écran. Cette femme n’est pas du tout inconnue dans son pays et, en plus d’être la première actrice de la télévision, elle a marqué maintes générations par ses multiples talents. Mitsushima Hikari incarne cette héroïne encore en vie à l’heure actuelle et sa tâche s’annonce donc sûrement assez ardue. La comédienne sera aidée par Nakamura Shidô, Mimura et Hamada Gaku.

 

Watashi Kekkon Dekinai Janakute, Shinai desu

Chaîne : TBS
Début : 15 avril 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Les Japonais semblent avoir une appétence toute particulière pour ces récits de célibataires endurcis ne voulant pas se marier. Il est quand dommage que dans la majeure partie des histoires, ils finissent par se voir passer la bague au doigt. Dans cette adaptation d’un roman, les personnages joués par Nakatani Miki et Fujiki Naohito se lancent des piques sur les relations amoureuses. Il s’agit donc encore une fois d’une comédie romantique, mais l’alchimie du duo principal devrait être présente et, espérons-le, le discours quelque peu moderne et novateur. J’attends les premiers échos pour me décider.

 

Yutori desuga Nani ka

Chaîne : NTV
Début : 17 avril 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Kudô Kankurô est de retour avec ce scénario où il met en avant trois hommes nés en 1987. Cette génération nommée yutori est décriée au Japon, car c’est à partir d’elle que quelques changements éducatifs eurent lieu, l’idée étant d’ôter un minimum de pression sur les élèves. Sauf que le gouvernement finit par rétropédaler, décidant que ces mesures étaient trop souples et peu favorables au monde de l’entreprise. Okada Masaki, Matsuzaka Tôri, Yagira Yûya incarnent les héros et amis de cette série cherchant à apporter une certaine critique sociétale et faire cheminer ses protagonistes. Le tout sûrement avec une bonne dose d’humour, bien sûr ! (★)

Étonnamment, cette saison met surtout à l’honneur des créations originales. Bien sûr, les adaptations ne manquent pas, mais elles sont peut-être un peu moins nombreuses que d’habitude. De même, les thématiques se révèlent davantage variées et l’on ne se contente pas que d’histoires médicales, policières ou romantiques.


Laisser un commentaire