Vous devez dorénavant connaître le principe de ces billets, à savoir que les productions m’intéressant le plus – pour des raisons parfois hautement discutables – disposent d’une petite étoile (★) à la fin de leur description. Comme d’habitude, seuls les renzoku sont abordés, les tanpatsu étant volontairement mis de côté.

(Si l’affiche, le lien vers le site officiel ou la page Drama Wiki ne sont pas indiqués ici, c’est qu’ils ne sont pas encore disponibles ; je les ajouterai dès que possible. Il en va de même en ce qui concerne le synopsis de certaines séries.)

Aogeba Tôtôshi

Chaîne : TBS
Début : 17 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Après un accident, un ancien joueur de saxophone (Terao Akira) décide de tourner le dos à la musique, mais pas trop tout de même puisqu’il travaille désormais dans un lycée où il s’occupe d’un brass band. Ce nouveau professeur essaye tant bien que mal de pousser ses élèves en marge de la société vers le haut. Cette série transposant les œuvres d’Ishikawa Takako intitulées Brass Band Kids Rhapsody et Brass Band Kids Odyssey semble répondre au cahier des charges habituel de ce type de fiction. En d’autres termes, chaque épisode devrait s’attarder sur un problème et progressivement, à force d’aider son prochain, le héros retrouvera goût en sa passion. Bref, sur le papier tout sonne réchauffé et seul change le cadre orchestral. Reste à voir si l’écriture favorise le naturel et si l’ensemble bénéficie d’une solide bande-son. Notons la présence de Tabe Mikako.

 

Crow’s Blood

Chaîne : Hulu
Début : 23 juillet 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Voilà une série 100 % AKB48. Elle adapte une histoire d’Akimoto Yasushi, le producteur de ce groupe d’idoles, et justement plusieurs des actrices ici présentes sont des membres de ladite formation. Une nouvelle lycéenne n’inspire pas grande confiance à ses camarades de classe en raison de son attitude peu avenante. Une curieuse découverte ne leur donne pas plus envie de s’en approcher puisque la jeune fille en question possède du sang noir ! Qui est-elle, en fait ?

 

Debusen

Chaîne : Hulu
Début : fin août 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

La plateforme de vidéo à la demande adapte en six épisodes le manga dérivé de Psychometrer Eiji, encore indisponible pour l’heure en France et toujours en cours au Japon. Un homme au physique peu avantageux est criblé de dettes en raison de son goût immodéré pour le cosplay. Suite à certaines circonstances, il tombe sur le cadavre de son sosie et qui, de surcroît, porte le même nom que lui. La seule différence réside dans le fait que ce fameux double est une femme très riche. Il décide de sauter sur l’occasion, endosse l’identité de cette personne travaillant comme professeure dans un établissement peuplé de délinquants. Il n’a pas d’autre choix que de faire de son mieux, en travesti, alors que ses hormones le tarabustent. Je crains un peu l’humour graveleux, mais le concept s’avère amusant sur le papier.

 

Denshichi Torimonochô

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 15 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

C’est un peu la mode que de proposer dorénavant des séries policières à la sauce jidaigeki. En l’occurrence, cette adaptation d’un roman de Jinde Tatsurô raconte les aventures d’un homme gentil et altruiste veillant à faire respecter la loi dans la ville.

 

Eigyô Buchô Kira Natsuko

Chaîne : Fuji TV
Début : 21 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Dans cette série écrite par Inoue Yumiko, Matsushima Nanako incarne une quarantenaire carriériste revenant dans son agence de publicité après un congé maternité de trois ans. Malheureusement pour elle, elle découvre qu’elle doit quitter le service créatif pour le commercial, ce qui ne lui plaît absolument pas. Frustrée et subissant les déboires financiers de son entreprise, elle est aussi débordée à la maison entre son enfant, son mari et la baby-sitter qu’elle vient d’engager. À mes yeux, cette scénariste n’est pas du tout synonyme de réussite donc je suis grandement sur la réserve. Pourtant, le sujet peut notamment offrir une critique intéressante de la place de la femme dans la société japonaise. Matsuda Ryûhei détient l’un des rôles principaux et rien que pour lui, je me laisserais bien tentée tant il se montre presque absent à la télévision. D’ailleurs, la distribution se veut plutôt sympathique avec Daigo et Okada Yoshinori. (★)

 

Furenaba Ochin

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 28 juin 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Avec cette adaptation du josei manga d’Oda Yûa, Hasegawa Kyôko endosse le costume d’une femme au foyer s’étant entièrement consacrée à sa vie de famille, perdant apparemment au passage sa féminité. Pour pallier cette situation, son mari décide de mettre en place un stratagème fort curieux puisqu’il demande à l’un de ses subordonnés de la séduire. À jouer avec le feu de la sorte, tout peut arriver… Si le scénario offre une vraie approche féministe et plutôt novatrice pour la télé nippone, je dis pourquoi pas, mais je crains le pire et je préfère ne pas oser m’y risquer de but en blanc.

 

Gu Ra Me!

Chaîne : TV Asahi
Début : 22 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Après le succès de Nobunaga no Chef, place à une nouvelle adaptation d’un autre manga scénarisé par Nishimura Mitsuru, pour l’heure indisponible en France. Direction les coulisses du cabinet du Premier ministre japonais où débute une chef jouée par Gôriki Ayame. L’actrice continue effectivement de nous gratifier de ses supposés talents chaque saison. Pour l’occasion, elle donne la réplique à Kohinata Fumiyô qui, lui, officie en homme politique. L’histoire s’inspire de faits réels puisque le mangaka a réellement travaillé comme cuisinier dans plusieurs ambassades nippones à l’étranger. Le concept n’est pas dénué d’intérêt et piquera peut-être la curiosité des amateurs de nourriture, mais je crains surtout tout ce qui tournera autour et qui n’y sera pas directement lié.

 

Hajimemashite, Aishiteimasu

Chaîne : TV Asahi
Début : 14 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Pour sa première série de l’année, Yukawa Kazuhiko raconte l’histoire d’une trentenaire rêvant de remporter une compétition internationale de piano. Il s’agit d’ailleurs probablement de sa dernière chance. Elle est mariée depuis dix ans à un homme joué par Eguchi Yôsuke – au visage horrible sur l’affiche –, mais pour diverses raisons, ils n’ont pas encore d’enfant. Alors quand un petit garçon sale et débraillé surgit dans leur jardin et revient constamment, l’époux en question commence à y voir un coup du destin. Malgré plusieurs ratés, j’aime assez les travaux de ce scénariste et j’ai bien envie de tenter l’aventure de ce drame familial. Les acteurs sympathiques comme Ono Machiko dans le rôle principal, Hayami Mokomichi et Yo Kimiko doivent également peser dans la balance, j’imagine. (★)

 

Hapimari: Happy Marriage!?

Chaîne : Amazon Prime
Début : 22 juin 2016
Site officielFiche Drama Wiki

À l’instar de Netflix, il faut certainement s’attendre à ce qu’Amazon mette en chantier de plus en plus de séries japonaises. Pour le coup, la plateforme de vidéo à la demande propose une adaptation du josei manga d’Enjôji Maki, disponible en France chez Kazé sous le titre Happy Marriage?!. Une jeune femme criblée de dettes travaille le jour dans des bureaux et la nuit, elle officie en tant qu’hôtesse. Un soir, elle se dispute avec un client très riche au physique avantageux et se retrouve immédiatement renvoyée de son établissement. Le lendemain, elle apprend avec surprise que l’homme en question lui suggère de l’épouser et elle n’a pas trop d’autre choix que d’accepter. À elle de découvrir les joies de la vie maritale. Seino Nana et Dean Fujioka se partagent l’affiche de ce qui s’apparente à une comédie romantique assez balisée.

 

HOPE

Chaîne : Fuji TV
Début : 17 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Fait suffisamment rare pour être noté, il s’agit là d’un remake de la série sud-coréenne Misaeng de 2014 adaptant déjà elle-même le manhwa de Yun Tae Ho. Les nombreux fans du Johnny’s Nakajima Yûto seront sûrement ravis de l’y retrouver. Il y incarne un jeune homme rêvant de devenir joueur professionnel de shôgi, mais trébuche depuis plusieurs années aux tests. Il ne lui reste plus qu’un unique essai sauf que, encore une fois, ses ennuis familiaux l’empêchent de tout donner. Sa seule chance d’un futur rayonnant réside peut-être dans ce stage qu’il vient d’obtenir dans une grande entreprise. Les amateurs d’ambiance corporatiste devraient être enchantés avec cette fiction qui, souhaitons-le, remportera autant de succès que la version originale. Endô Kenichi, Seto Kôji et beaucoup d’autres se trouvent dans les parages.

 

Ie Uru Onna

Chaîne : NTV
Début : 13 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

La sympathique Kitagawa Keiko se transforme en belle célibataire ayant pour principe de ne jamais sourire devant ses clients, mais réussissant toujours à conclure ses affaires. En tant qu’agente immobilière, elle est persuadée de pouvoir vendre n’importe quelle maison et, cerise sur le gâteau, elle en profite pour régler les problèmes personnels de ces familles, quitte à se mêler de ce qui ne la regarde pas. Le Japon démontre encore une fois son appétence pour tous les métiers et je crois que cette profession n’avait encore jamais été choyée. Le concept paraît hautement classique, schématique et probablement sentimental à souhait. Il semblerait que le contexte des Jeux olympiques à venir et des répercussions sur le parc urbain soit esquissé, ce qui pourrait apporter une plus value intéressante. Évidemment, une ribambelle d’invités est déjà prévue.

 

Isan Sôzoku Bengoshi Kakizaki Shinichi

Chaîne : NTV
Début : 7 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Après avoir perdu toute sa crédibilité d’avocat dans une affaire, un homme (Mikami Hiroshi) cumule les dettes et peine à regagner la confiance de ses clients. Suite à certaines circonstances, il décide de se spécialiser dans des problèmes d’héritage. Avec ce scénario signé Hayashi Makoto (Strawberry Night), le protagoniste fait partie de ces énièmes héros non conventionnels, brillants, etc. Bref, la formule est éprouvée depuis maintes années.

 

Juken no Cinderella

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 10 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Le roman de Wada Hideki a déjà été adapté au cinéma en 2008. Un presque quarantenaire apprend qu’il ne lui reste plus qu’une année à vivre. Bien qu’il ne ressente plus aucun goût pour enseigner, il accepte d’aider une lycéenne peinant à joindre les deux bouts. Son but est de lui offrir son billet d’entrée pour Tôdai, la prestigieuse université de Tôkyô. Koizumi Kôtarô et Kawaguchi Haruna s’y donnent la réplique.

 

Kami no Shita wo Motsu Otoko

Chaîne : TBS
Début : 8 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Place à une histoire fantasque mêlant mystères et périple à travers le pays. Un trio d’individus ne se connaissant pas plus que ça embarque dans une voiture à la recherche d’une femme travaillant apparemment comme geisha dans une source chaude. Mukai Osamu, Kimura Fumino et Satô Jirô participent à ce qui s’annonce comme une série délurée au scénario improbable comme savent si bien le faire les Japonais. Je suis assez partante et j’espère que l’humour et les énigmes trouveront un juste milieu sympathique. (★)

 

Keiji 7-nin (saison 2)

Chaîne : TV Asahi
Début : 13 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Un an après ses débuts en tant qu’inspecteur excentrique accompagné de son équipe de bras cassés, il est déjà de retour pour de nouvelles aventures.

 

Kenja no Ai

Chaîne : WOWOW
Début : 20 août 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Cette adaptation d’un roman de Yamada Eimi illustre la vengeance très particulière d’une femme jouée par Nakayama Miho. Quand elle était une adolescente, elle a eu l’impression de s’être fait voler son amoureux par une amie et voisine. Les deux se sont ensuite mariés et ont eu un enfant. De nombreuses années se sont écoulées, tous sont adultes et bien que l’héroïne continue de fréquenter le couple, taisant ses inimitiés et son désespoir, elle prépare un plan machiavélique. Elle s’approche du fils de ses supposés camarades d’enfance et veille à le séduire… Quatre épisodes sont prévus pour cette série au scénario plutôt tordu, mais non dénué d’intérêt si bien mené.

 

Kibôgaoka no Hitobito

Chaîne : WOWOW
Début : 16 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Pour une fois, Okada Yoshikazu ne propose pas un scénario original, mais adapte le roman de Shigematsu Kiyoshi dans lequel un père de famille se retrouve veuf après le décès rapide de sa femme des suites d’un cancer. Accompagné de ses deux enfants, il décide de partir dans la ville natale de son épouse. Si le récit réussit à ne pas trop jouer la carte misérabiliste, il peut se montrer touchant, naturel et très beau à regarder. Voilà typiquement le genre d’histoire capable du pire comme du meilleur, mais vu la chaîne et le nombre réduit d’épisodes, j’ai bien envie d’y croire. Sawamura Ikki et Wakui Emi incarnent le couple soumis à rude épreuve.

 

Koe Koi

Chaîne : TV Tokyo
Début : 9 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Alors que le shôjo manga de Doruru commence à peine sa publication, il est déjà adapté à la télévision. Coincée au lit par un gros rhume, une lycéenne (Nagano Mei) reçoit un appel du délégué des élèves. Elle tombe immédiatement sous le charme de sa voix sauf que quand elle cherche à le voir, elle découvre qu’il arbore constamment un sac en papier sur la tête ! Encore un de ces postulats totalement invraisemblables, mais un peu d’humour absurde ne peut pas faire de mal s’il est bien dosé et que l’ambiance écolière ne vient pas tout plomber.

 

Non Mama Hakusho

Chaîne : Fuji TV
Début : 13 août 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Une quasi cinquantenaire (Suzuki Honami) doit batailler pour atteindre les sommets de sa carrière dans son agence publicitaire. Cette adaptation d’un roman de Kayama Rika s’attarde sur les non mama, ces femmes d’un âge avancé n’ayant pas encore enfanté. Décidément, cette thématique semble grandement préoccuper les scénaristes japonais cette saison ! Comme d’habitude, l’écriture devrait peser grandement dans la balance en ce qui concerne la qualité de cette série au demeurant moyennement engageante.

 

ON

Chaîne : Fuji TV
Début : 12 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Une jeune inspectrice de police jouée par Haru vient d’intégrer une équipe composée d’esprits individuels. Elle tente d’y résoudre diverses enquêtes et peut compter sur ses multiples talents, dont une incroyable mémoire. Toutefois, derrière son attitude assez enjouée se cachent plusieurs secrets et noirceurs. Bah, voilà encore une énième série policière reposant sur un canevas narratif peu original. Des héros extraordinaires au lourd passé pullulent beaucoup trop et l’on n’a malheureusement pas fini d’en souper. Notons la présence de Yokoyama Yû, Kaname Jun, Hayashi Kento et Watabe Atsurô.

 

Onnatachi no Tokusô Saizensen

Chaîne : TV Asahi
Début : 21 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Après un tanpatsu diffusé courant décembre 2015, la chaîne remet le couvert avec une série hebdomadaire. Trois femmes d’un certain âge travaillant dans une station de police ont beau ne pas être des inspectrices, elles réussissent toujours à aiguiller les professionnels dans la bonne direction en récupérant ni vu ni connu des informations. Takashima Reiko, Miyazaki Yoshiko et Takahata Atsuko reprennent leurs rôles.

 

Otoko Meshi

Chaîne : TV Tokyo
Début : 16 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Malgré ce que le look du protagoniste joué par le sympathique Namase Katsuhisa laisse penser, cette série met bien à l’honneur la nourriture. Dans cette adaptation d’un roman de Fukuzawa Tetsuzô, un étudiant (Emoto Tokio) commence à préparer des petits plats au chef d’un clan de yakuzas. Le ton semble être plutôt à la comédie.

 

Seisei Suruhodo, Aishiteru

Chaîne : TBS
Début : 12 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Encore une adaptation d’un manga avec cette série employant un shôjo terminé de Kitagawa Miyuki. Takei Emi et le Johnny’s Takizawa Hideaki se lancent dans une romance compliquée. Et pour cause, l’héroïne découvre que l’homme pour qui elle vient d’avoir un coup de foudre n’est autre que le vice-président de son entreprise et, de surcroît, il s’avère marié. Ayant déjà eu l’occasion de lire une partie du médiocre Tsumi ni Nureta Futari (Forbidden Love en France) de cette mangaka, je serais tentée de fuir à toute vitesse, surtout que le duo de tête ne m’inspire vraiment rien du tout si ce n’est une envie de dormir.

 

Shihei: Death Cash

Chaîne : TBS
Début : 14 juillet 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Comme l’affiche le montre, l’épouvante devrait être à l’honneur dans cette série passant en plein milieu de la nuit. Une légende urbaine dit que des personnes cupides peuvent recevoir un jour une coquette somme d’argent, sauf que ce pécule en question s’avère maudit. Une fois qu’elles ont tout dépensé, elles meurent dans des circonstances souvent cruelles. Une étudiante (Matsui Jurina) ne croyait absolument pas à cette histoire jusqu’à ce qu’elle se retrouve confrontée à plusieurs disparitions fort étranges. Avec un inspecteur, elle commence à lever le voile sur cette affaire. Étant une amatrice d’horreurs, ma curiosité est piquée par le postulat, mais le côté investigation m’irrite déjà et savoir que l’héroïne est une ancienne AKB48 me fait définitivement fuir. Dommage.

 

Soshite, Dare mo Inakunatta

Chaîne : NTV
Début : 17 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Après deux ans d’absence dans une série, Fujiwara Tatsuya est de retour dans un récit à suspense. Il y joue un brillant ingénieur système à qui tout réussit jusqu’au jour où il se fait voler son identité. Il ne peut alors compter que sur lui-même pour récupérer ce qui lui appartient. Cette thématique pourtant malheureusement plus fréquente qu’à première vue n’a pas été, à ma connaissance, traitée à la télé japonaise. En tout cas, je réponds présente en espérant que la tension sera palpable. Tamayama Tetsuji se trouve dans les parages, ce qui devrait faire plaisir à plusieurs. (★)

 

Suizokukan Girl

Chaîne : NHK
Début : 17 juin 2016
Site officielFiche Drama Wiki

La suite de romans de Mokumiya Jôtarô a déjà été adaptée en manga et pour le coup, elle arrive maintenant dans le petit écran nippon. Après maintes bourdes, une jeune employée de bureau (Matsuoka Mayu) est mutée dans un aquarium. Le contact des animaux ne l’intéresse pas particulièrement, mais elle finit par y prendre goût surtout qu’elle se familiarise rapidement avec ses collègues. En revanche, son supérieur (Kiritani Kenta) se montre beaucoup plus froid. Cette série a la double tâche que de mettre en avant une profession tout en proposant certainement en filigrane une romance. Bien sûr, nous aurons sûrement le droit à une bonne dose de sentimentalisme. Et si l’on ajoute l’utilisation de dauphins dans ces prisons, je passe volontiers mon tour. Je suis peut-être mauvaise langue, car après tout, la fiction pourrait en profiter pour délivrer une critique de ces lieux plus que discutables.

 

Suki na Hito ga Iru Koto

Chaîne : Fuji TV
Début : 11 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Comme souvent, le getsuku est une comédie romantique. La jolie Kiritani Mirei y incarne une jeune pâtissière tellement absorbée par son métier qu’elle en a oublié comment embrasser. Quand elle perd son emploi et tombe sur un ancien camarade de lycée (Miura Shôhei), elle décide de le suivre sur la côte, car il lui propose de travailler dans son restaurant. Là, elle y rencontre ses deux frères, dont le deuxième exerçant en tant que chef (Yamazaki Kento). La voilà à devoir passer l’été en compagnie de ces trois hommes fort charmants… En tout cas, le scénario semble parfaitement calibré pour cette période et si les critiques sont bonnes, je lui donnerai volontiers sa chance.

 

Toki wo Kakeru Shôjo

Chaîne : NTV
Début : 9 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

À l’origine se trouve une nouvelle de Tsutsui Yasutaka datant de 1965. Par le passé, elle a bénéficié de multiples adaptations, dont certaines à la télé, sur grand écran en animation et avec de vrais acteurs, ou encore encore en manga. En France, cette histoire est disponible à chaque fois sous le titre La Traversée du temps. Il s’agit donc ici d’une énième transposition. Une lycéenne (Kuroshima Yuina) se découvre un jour la capacité de naviguer dans le temps et prend un immense plaisir à s’y adonner, sans forcément prêter attention à ce qu’elle pourrait modifier. Qui plus est, un de ses amis proches est peut-être directement lié à cette habileté tombée de nulle part. Seulement cinq épisodes sont prévus pour cette série de science-fiction m’attirant grandement, en souhaitant qu’elle ne se perde pas dans les écueils habituels du genre. (★)

 

Tokuyama Daigorô wo Dare ga Koroshitaka?

Chaîne : TV Tokyo
Début : 16 juillet 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Le groupe d’idoles Keyakizaka46 a le droit à sa propre série dont le scénario repose sur un timbre poste. Des lycéennes trouvent le cadavre d’un professeur et décident de le cacher dans un casier. Bref, l’occasion sera sûrement de montrer ces jeunes femmes dans diverses situations factices susceptibles de mettre leurs attributs en valeur.

 

Yamikin Ushijima-kun (saison 3)

Chaîne : TBS
Début : 20 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Un peu plus de deux ans après la deuxième saison, cette adaptation du manga de Manabe Shôhei continue tranquillement sa route. Yamada Takayuki rendosse le costume de cet usurier prêt à tout pour récupérer l’argent emprunté par ses clients. Ayant beaucoup apprécié les débuts de cette série, j’envisage bien sûr de tester cette suite à un moment donné. (★)

 

Yassan

Chaîne : TV Tokyo
Début : 22 juillet 2016
Site officielFiche Drama Wiki

Dans cette adaptation d’un roman de Hara Kôichi, un SDF (Ihara Tsuyoshi) se fait payer par des chefs de grands restaurants en leur donnant plusieurs conseils sur la nourriture et la cuisine. Un jeune homme (Emoto Tasuku) lui demande de devenir son disciple et progressivement, alors qu’ils se battent pour que la qualité remporte le dessus sur la médiocrité, le passé du protagoniste se dévoile. C’est quand même drôlement amusant que les frères Emoto jouent tous les deux cette saison dans une série culinaire. Rappelons effectivement que Tokio fait partie de la distribution d’Otoko Meshi.

 

Yowamushi Pedal

Chaîne : BS Skyperfect
Début : 26 août 2016
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Après plusieurs adaptations, le shônen manga toujours en cours de de Watanabe Wataru connaît une transposition en série avec de vrais acteurs. Il est très partiellement disponible en France en numérique chez YouToo Manga en tant que Pédaleur né ; l’animé porte dans nos vertes contrées le titre En selle, Sakamichi. En arrivant au lycée, un otaku espère bien intégrer le club de sa passion pour s’y faire des amis, mais suite à certaines circonstances, il se retrouve dans celui de cyclisme. Et contre toute attente, il excelle dans le domaine !

Cet été s’avère un peu moins prolifique que le printemps, ce qui n’est peut-être pas un mal. Cela ne sert à rien de multiplier les séries si c’est pour produire presque exclusivement du dispensable. Cependant, cette saison ne se révèle pas des plus enthousiasmantes. Si les policiers ne sont pas trop présents, les femmes d’un âge assez avancé semblent avoir la cote et sinon, tout sonne cliché ou peu inventif. Allons, comme d’habitude, les synopsis très succincts ne sont pas forcément indicatifs de la qualité générale.