Quand y en a plus, y en a encore ! Cela devrait être l’adage de GARO tant cette franchise paraît désormais impossible à arrêter. Pour fêter ses dix ans d’existence, elle a proposé quelques petits cadeaux comme cette série intitulée Makai Retsuden jouant la carte nostalgique. Celle-ci se compose de douze épisodes de vingt-trois minutes diffusés sur TV Tokyo entre avril et juin 2016 et peut se regarder séparément du reste. Cependant, compte tenu de son caractère commémoratif, il s’avère préférable d’être au fait de l’univers pour l’apprécier à sa juste valeur. Aucun spoiler.

Ce cher majordome Gonza endosse un costume de narrateur et décide de relater à sa manière quelques histoires concernant des figures évoluant dans le microcosme Makai.

GARO: Makai Retsuden s’apparente à une suite de courtes vignettes indépendantes les unes des autres dont le but est clairement de rappeler de bons souvenirs aux téléspectateurs. L’idée est d’éclairer des personnages parfois laissés sur le bord de la route et n’ayant pas eu l’opportunité de rayonner, d’expliciter des situations peu majeures, bien qu’intéressantes, etc. Avec de nombreux clins d’œil et références à la presque totalité de ce monde tentaculaire, cette approche peu subtile, mais efficace, parvient sans mal à atteindre son objectif. Les épisodes ne se valent pas, qualitativement parlant, et n’approfondissent pas plus que de raison la production dans son ensemble si ce n’est que ce cadeau possède quelques atouts pour ravir les fans de la première heure comme de la plus récente. Se succèdent ainsi des évènements de la chronologie de Kôga et de Ryûga, avec des détours sur des chemins de traverse et à des périodes disparates. Mieux, des chapitres comme le dernier s’offre même une rencontre inattendue entre deux héroïnes n’ayant techniquement pas la possibilité de se croiser. Rekka, Rian, Jabi, Bikû, Leo, Mayuri et beaucoup d’autres répondent à l’appel, les surprises ne manquant pas. Ne nions pas que les récits en tant que tels n’ont rien de grandement palpitant et se contentent d’alimenter grossièrement la passion des amateurs du monde Makai, sans grand effort scénaristique. Beaucoup auront de quoi être assez déçus en constatant que les Saejima ne détiennent guère d’exploration alors que de nombreuses interrogations subsistent à leur sujet depuis Makai no Hana. De même, Rei ne nous gratifie pas de sa présence, mais une production à son effigie étant en prévision, cela s’excuse. Et puis de toute manière, l’idéal s’avère sûrement de favoriser les protagonistes plus discrets incapables de bénéficier dans le futur d’un développement. Parmi les réussites les plus notables se trouve le deuxième épisode avec la rencontre de Jinga et Amily de Gold Storm Shô.

Pour résumer, la courte série dérivée GARO: Makai Retsuden n’est autre qu’une fiction bonus célébrant les dix ans de la franchise. Elle se limite à de brèves histoires distinctes s’inscrivant à diverses périodes et continuités. Son absence de réelle originalité l’empêche de sortir du lot puisqu’elle se borne finalement à ramener sur le devant de la scène des figures secondaires. Malgré tout, elle s’y adonne consciencieusement et délivre une image parfois inédite de ces personnages. Le visionnage plaît pour ses multiples références surtout que la petite touche humoristique apportée par le toujours aussi sympathique Gonza plonge de suite dans l’ambiance de cette sorte de grande réunion intergénérationnelle et parallèle créée pour remercier les fans.