L’hiver 2017 des j-dramas

Par , le 18 janvier 2017

Qui dit nouvelle année signifie comme d’habitude renouvellement de la grille des programmes japonais. En revanche, comme je l’avais déjà évoqué il y a plusieurs saisons, j’ai décidé de changer un peu ces récapitulatifs qui, depuis le temps, ont fini par m’aliéner. C’est pourquoi, après avoir failli les arrêter totalement, j’ai choisi de reprendre le concept initial de ces billets, celui que j’utilisais vers 2009, et de l’améliorer sensiblement. Vous n’aurez donc plus une liste exhaustive des nouveautés, seulement celles que je juge les plus pertinentes à présenter. On verra si ce principe me plaît et s’il faut je l’adapterai en conséquence. Les productions m’intéressant le plus – pour des raisons parfois hautement discutables – disposent d’une petite étoile (★) à la fin de leur description. Comme d’habitude, seuls les renzoku sont abordés, les tanpatsu étant volontairement mis de côté.

(Si l’affiche, le lien vers le site officiel ou la page Drama Wiki ne sont pas indiqués ici, c’est qu’ils ne sont pas encore disponibles ; je les ajouterai dès que possible. Il en va de même en ce qui concerne le synopsis de certaines séries.)

A LIFE

Chaîne : TBS
Début : 15 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Après dix ans vécus aux États-Unis, un excellent chirurgien retourne au pays sur la demande de son mentor. Il y rejoint son ancienne petite-amie, désormais mariée à un homme qu’il a toujours tenu en haute estime, mais qui, en réalité, l’aurait poignardé dans le dos par le passé. Alors qu’il essaye d’effectuer correctement son travail, il se voit confronté à maintes manipulations. Kimura Takuya arrive dans son armure étincelante ! Le synopsis n’a rien d’affriolant, mais j’ai un faible pour les histoires médicales et les retrouvailles du dieu des audiences avec Takeuchi Yûko me tentent bien, j’avoue. Asano Tadanobu, Matsuyama Kenichi, Kimura Fumino et Oikawa Mitsuhiro répondent aussi présents. (★)

 

Byplayers

Chaîne : TV Tokyo
Début : 14 janvier 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Les vétérans que sont Endô Kenichi, Ôsugi Ren, Taguchi Tomorow, Terajima Susumu, Matsushige Yutaka et Mitsuishi Ken doivent cohabiter trois mois s’ils souhaitent obtenir un rôle dans une série de haute volée. Ce sont en tout cas les conditions imposées par la production. Sauf que rien ne va se passer comme prévu et que des inimitiés risquent d’apparaître. Au-delà de la distribution absolument géniale, cette comédie semble vouloir jouer la carte de l’autodérision, de la parodie et faire venir un tas d’invités. J’adhère totalement, en espérant qu’elle bénéficie de sous-titres. (★)

 

Daibinbô

Chaîne : Fuji TV
Début : 8 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Koyuki et Itô Atsushi se donnent la réplique dans cette comédie où une mère célibataire se retrouve bien en peine à gérer son chômage et ses deux enfants. Un ancien camarade de classe devenu un excellent avocat choisit de la contacter en apprenant sa situation, car il a toujours eu un faible pour elle. Il lui fait d’ailleurs remarquer que la banqueroute de son ex-entreprise n’est peut-être pas aussi anodine que ça. En dehors de l’humour, cette série semble vouloir ajouter quelques soupçons de mystère et de romance.

 

Dansui!

Chaîne : NTV
Début : 22 janvier 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Un club de natation est sacrément embêté quand plus aucun membre ne s’y inscrit. Heureusement, l’année scolaire arrive et devrait rafraîchir le collectif, étape importante pour pouvoir battre les lycées adverses. Les passionnés de séries de ce genre devraient être ravis, surtout ceux appréciant les garçons en petite tenue. La distribution comporte beaucoup d’acteurs surtout connus dans le milieu du théâtre musical.

 

Honjitsu wa, Ohigara mo Yoku

Chaîne : WOWOW
Début : 14 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Seulement quatre épisodes sont prévus pour cette adaptation d’un roman de Harada Maha s’attardant sur le métier de rédacteur de discours qu’apprend une jeune femme (Higa Manami) auprès d’une légende du domaine (Hasegawa Kyôko). Les séries japonaises n’étant clairement pas réputées pour leurs répliques ciselées, je suis assez curieuse de voir la teneur des monologues de celle-ci. Watanabe Dai et Hayami Mokomichi se trouvent dans les parages. (★)

 

Kimi wa Pet

Chaîne : Fuji TV
Début : 6 février 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Quatorze ans après la première adaptation de l’excellent josei manga d’Ogawa Yayoi, un remake arrive sur le marché. L’histoire ne change pas et raconte les aventures d’une carriériste (Iriyama Noriko) trouvant un jour sur le pas de sa porte un jeune homme (Shison Jun) dans une boîte en carton. Au lieu de ne pas s’en préoccuper, elle décide de le prendre sous son aile et, sur le ton de la blague, elle lui propose de le garder à condition qu’il devienne son animal de compagnie. Ce qu’il accepte. Je n’ai encore jamais osé regarder la version du début des années 2000, de crainte d’être déçue, car j’avais beaucoup apprécié le récit original à l’époque de sa sortie en France. On verra si je teste celle-ci. À noter que seize épisodes seraient prévus.

 

Kirawareru Yûki

Chaîne : Fuji TV
Début : 10 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Une saison ne serait pas normale si elle n’avait pas au moins une fiction policière ne sortant pas du tout des sentiers battus. En l’occurrence, Karina et le Johnny’s Katô Shigeaki font la paire de ce duo n’ayant que peu de similarités tentant de résoudre des enquêtes. Du réchauffé pour cette adaptation d’un livre de développement personnel, donc.

 

Onna Jôshu Naotora

Chaîne : NHK
Début : 8 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Shibasaki Kô a l’honneur de jouer le premier rôle du taiga annuel se déroulant, comme très régulièrement, à l’époque Sengoku. Alors que le contexte voudrait qu’elle se cantonne à une fonction mineure, elle exerce en tant que puissante gouverneure féodale. Les acteurs familiers se bousculent au portillon de cette production historique ambitieuse. (★)

 

Onna no Naka ni Iru Tanin

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 8 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Une femme au foyer décide de couvrir son mari venant d’assassiner sa maîtresse, l’épouse d’un de ses amis. Elle l’empêche d’aller se dénoncer à la police et choisit de tout mettre en œuvre pour protéger sa famille. Cette série ayant pour actrice principale Seto Asaka adapte le roman The Thin Line d’Edward Atiyah qui a déjà été transposé sur grand écran à deux reprises, la première au Japon en 1966 et la seconde avec le film franco-italien Juste avant la nuit de Claude Chabrol. Le ton semble à l’origine assez sombre donc espérons que cette production ne l’aseptise pas.

 

Quartet

Chaîne : TBS
Début : 17 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Comment ne pas noter à l’encre indélébile un scénario signé Sakamoto Yûji avec en sus à la distribution Matsuda Ryûhei, Mitsushima Hikari et Takahashi Issei ? Comment ?! (Il y a aussi Matsu Takako, mais honte sur moi, je ne crois pas l’avoir déjà réellement croisée quelque part.) Quatre musiciens trentenaires ayant le sentiment de n’avoir jamais réussi à atteindre leurs objectifs font connaissance et choisissent de passer l’hiver à Karuizawa, dans la préfecture de Nagano. Ils décident alors de former un quatuor à cordes, mais quelques mystères semblent entourer cette rencontre peut-être pas si fortuite. Cette série n’a rien à voir avec celle du même nom de 2011. (★)

 

Rakuen

Chaîne : WOWOW
Début : 14 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Miyabe Miyuki continue de voir ses romans transposés à l’écran avec cette nouveauté portée par Nakama Yukie. Au cours de ces six épisodes, une affaire sordide fait la une des journaux, celle d’un couple ayant tué leur adolescente de fille avant de cacher le cadavre sous leur maison pendant seize ans. Meurtres, mystères et suspense semblent vouloir se tailler la part du lion de ce thriller avec notamment Kuroki Hitomi, Kaho, Kaneko Nobuaki, Matsuda Miyuki et Kobayashi Kaoru.

 

Seirei no Moribito (saison 2)

Chaîne : NHK
Début : 21 janvier 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Après la première saison diffusée en 2016, Ayase Haruka reprend le chemin de cette adaptation d’un roman de fantasy, déjà transposé en animé à la fin des années 2000. Aventures, drames et imaginaire se côtoient dans un univers vraisemblablement riche. Les débuts me tentaient bien donc je pense tester cette suite au moment opportun. La série devrait effectuer une pause avant de revenir en fin d’année. (★)

 

Shikaku Tantei Higurashi Tabito

Chaîne : NTV
Début : 22 janvier 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Le détective privé de tous ses sens à l’exception de la vue revient à l’antenne après un unitaire en novembre 2015. Toujours accompagné de son équipe, il enquête à sa manière. Bref, rien de nouveau sous le soleil pour cette adaptation d’une série de romans de Yamaguchi Kôzaburô. La distribution se veut toutefois assez sympa avec Matsuzaka Tôri, Tabe Mikako, Hamada Gaku et Kitaôji Kinya. Le Johnny’s Ueda Tatsuya devrait attirer quelques fans.

 

Super Salaryman Saenai-shi

Chaîne : NTV
Début : 14 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Tsutsumi Shinichi interprète un salaryman tout ce qu’il y a de plus ordinaire, partageant sa vie entre son travail et sa famille, jusqu’au jour où il reçoit comme par magie des pouvoirs de superhéros. La comédie et un soupçon de fantastique s’entremêlent dans cette série adaptant un manga de Fujiko F. Fujio.

 

Tôkyô Tarareba Musume

Chaîne : NTV
Début : 18 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Dans cette adaptation d’un josei manga de Higashimura Akiko, déjà connue pour Kurage Hime (Princess Jellyfish), trois trentenaires encore célibataires espèrent bien pouvoir rapidement changer cet état de fait. Au lieu de passer toutes leurs soirées au bar à se plaindre, il ne tient qu’à elles de se reprendre en main. Les amies sont interprétées par Yoshitaka Yuriko, Eikura Nana et Ôshima Yûko tandis que côté masculin, Sakaguchi Kentarô, Hiraoka Yûta et Suzuki Ryôhei répondent à l’appel.

 

Totsuzen Desu ga, Ashita Kekkon Shimasu

Chaîne : Fuji TV
Début : 23 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Une vingtenaire (Nishiuchi Mariya) exerçant comme office lady dans une banque n’attend qu’une chose : se marier et devenir une femme au foyer. Malheureusement pour elle, son petit ami avec qui elle entretenait une relation depuis cinq ans vient de la quitter. Elle n’a donc pas le choix que de partir en quête d’un futur époux, mais l’élu de son cœur, un populaire présentateur de télé (Yamamura Ryûta), s’avère totalement opposé à cette institution. Le getsuku de la chaîne se rapporte comme d’habitude à une romance, adaptant pour le coup un josei manga de Miyazono Izumi. La tendance actuelle est plutôt de vanter les mérites du travail féminin donc que cette série ose commencer par le cliché inverse se montre assez intrigant, à condition de ne pas tourner à la caricature moralisatrice.

 

Ubai Ai, Fuyu

Chaîne : TV Asahi
Début : 20 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

L’héroïne (Kurashina Kana) a techniquement tout pour être heureuse entre un travail qui lui plaît et un petit ami attentionné (Miura Shôhei). Malheureusement, le retour sur le devant de la scène d’un ex qu’elle n’a jamais pu oublier bouleverse la donne. Bien qu’il soit marié, elle ne peut s’empêcher d’être attiré par lui, attisant par la même occasion la jalousie maladie de son compagnon. Les amateurs de mélodrames et de romances torturées devraient en avoir pour leur argent.

 

Uso no Sensô

Chaîne : Fuji TV
Début : 10 janvier 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Le Johnny’s Kusanagi Tsuyoshi incarne un trentenaire expert en mensonges, autant pour les détecter que pour en produire. Depuis que sa famille a été tuée quand il était plus jeune, il rêve de se venger de l’assassin et commence enfin à s’approcher du but. Ce n’est pas la première fois que l’acteur joue dans ce registre puisque cette série est à mettre en parallèle avec Zeni no Sensô. J’avoue m’attendre à une version édulcorée malgré un potentiel évident, donc ne guère être intéressée. Pourtant, la distribution secondaire se révèle sympathique avec notamment Fujiki Naohito et Ichimura Masachika.

Étonnamment, cette saison ne fait pas trop la part belle aux séries policières ou au retour de mastodontes du genre. Elle semble plutôt favoriser la romance, qu’elle s’illustre sous la forme humoristique, dramatique ou un mélange des deux. À cette sélection s’ajoutent sinon le retour pour la troisième fois des petits vieux de Sanbiki no Ossan qu’il faudra que je teste à un moment donné, un énième truc probablement insipide avec Gôriki Ayame (Rental no Koi), une comédie familiale associant Abe Sadao à Fukada Kyôko (Gekokujô Juken), des jidaigeki qui ne seront pas sous-titrés, une sorte de docufiction s’annonçant hilarante montrant Yamada Takayuki au Festival de Cannes (Yamada Takayuki no Cannes Eigasai)…


2 Commentaires

  1. makichan• 24 janvier 2017 à 22:22

    Je n’ai toujours pas revu de dramas depuis des lustres. De temps en temps, certaines annonces me tentent, mais pas suffisamment pour me les mater. Cette saison, Kimi wa pet me dit bien. J’aime énormément le manga, et il m’arrive d’ouvrir un tome à l’occasion. J’avais eu un léger aperçu du premier drama et je n’avais pas vraiment apprécié ce que j’avais vu à l’époque (la Sumiré ne me semblait pas convaincante, et MatsuJun qui était l’un des rares acteurs japonais que je connaissais ne collait pas trop avec le Momo que j’avais en tête). Dans ce remake, le Momo n’est autre que Shison Jun. Etant un DBoys (ancien D2 plus précisément), je le connais depuis longtemps, et j’ai pu voir ses débuts. Pour dire vrai, je ne l’ai pas vu dans beaucoup de rôles, mais à chaque fois, je me suis surprise à me dire qu’il était vraiment bon. Ca doit faire plus de 3 ans maintenant, je me dis qu’il a du s’améliorer encore, et je suis donc assez confiante dans son interprétation. Et ce ne sont pas les quelques vidéos promotionnelles qui me font penser le contraire ^^

    Répondre

    • Kerydwen• 29 janvier 2017 à 10:39

      Ça fait un moment que j’ai envie de relire le manga et je pense peut-être craquer cette année. On verra si j’ose ensuite regarder une de ces adaptations. La plus ancienne ne me dit justement trop rien parce que comme toi, MatsuJun ne colle pas du tout à la vision que j’ai de Momo. Et ne parlons même pas de Koyuki en Sumire… Après, je ne demande qu’à être contredite. Tout ce que je sais, c’est que la version sud-coréenne ne finira probablement jamais sur mon écran ^^;. Merci pour toutes tes infos~

      Répondre

Laisser un commentaire