Les jonquilles, le soleil et les températures très douces ne trompent pas : le printemps est parmi nous depuis plusieurs semaines. Et donc cela signifie que de nouvelles séries japonaises s’annoncent. Comme pour l’hiver dernier, j’ai décidé de ne proposer qu’un récapitulatif plus succinct que d’habitude. Les productions m’intéressant le plus – pour des raisons parfois hautement discutables – disposent d’une petite étoile (★) à la fin de leur description. Comme d’habitude, seuls les renzoku sont abordés, les tanpatsu étant volontairement mis de côté.

(Si l’affiche, le lien vers le site officiel ou la page Drama Wiki ne sont pas indiqués ici, c’est qu’ils ne sont pas encore disponibles ; je les ajouterai dès que possible. Il en va de même en ce qui concerne le synopsis de certaines séries.)

4-go Keibi

Chaîne : NHK
Début : 8 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Ils ne se ressemblent absolument pas, mais doivent collaborer pour assurer la protection de leurs clients aux profils très variés. Deux gardes du corps n’ayant à l’origine aucune appétence pour ce travail se retrouvent dans des situations parfois compliquées, alimentées par l’insouciance du jeune et la couardise du plus âgé. Des scénarios de cette trempe pullulent depuis la nuit des temps et habituellement, je les fuis comme la peste. Mais je suis convaincue que le duo que forment Kubota Masataka et Kitamura Kazuki, deux acteurs pour qui j’ai beaucoup de sympathie, peut faire des étincelles, à condition que l’écriture suive. La série promet sur le papier action et vitamines, avec une dose féminine grâce à Abe Junko et Kimura Tae. (★)

 

Anata no Koto wa Sorehodo

Chaîne : TBS
Début : 18 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Dans cette adaptation d’un josei manga toujours en cours d’Ikuemi Ryô, une jeune femme tombe par hasard sur son premier amour de jeunesse qu’elle n’a jamais pu oublier malgré les années passées. Sauf qu’elle est mariée à un homme prévenant qu’elle aime et cet ex a aussi la bague au doigt. Cela ne les empêche nullement de se lancer dans une liaison adultère. Les amateurs de mélodrames et de romances tarabiscotés apprécieront peut-être cette série mettant à l’honneur Haru, Higashide Masahiro, Suzuki Nobuyuki et Naka Riisa.

 

Boku, Unmei no Hito desu

Chaîne : NTV
Début : 15 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Incroyable, mais vrai, les Johnny’s Kamenashi Kazuya et Yamashita Tomohisa remettent le couvert douze ans après Nobuta wo Produce. Pour l’occasion, ils reforment un petit tandem musical et interprètent la chanson phare. Le second endosse le costume d’un mystérieux individu annonçant au premier que la femme de sa vie (Kimura Fumino) se trouve dans le bureau d’à côté. Puisqu’il croit au destin, il adhère aux propos de cet homme décidément très curieux et se lance à la conquête de cette demoiselle ne se laissant guère apprivoiser. Les ressorts de cette comédie romantique n’ont à première vue rien d’exceptionnel, mais l’alchimie du couple principal, les personnages secondaires et peut-être la nostalgie du retour de ce duo de compères pallieront d’éventuelles lacunes. (★)

 

Chîsana Kyojin

Chaîne : TBS
Début : 16 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Suite à une erreur, un brillant et capable inspecteur de police se retrouve rétrogradé et propulsé dans une petite juridiction de bas étage. Alors qu’il donnait jadis des ordres, il doit maintenant les suivre. Malgré cette situation inconfortable à tous niveaux, il ne baisse pas les bras et rencontre de nouveaux collègues bataillant ferme pour que justice règne. Les éléments habituels des fictions nippones professionnelles et plus particulièrement policières devraient répondre à l’appel. Je passe volontiers mon tour, bien que quelques acteurs comme Hasegawa Hiroki puissent améliorer une trame narrative probablement peu originale.

 

CRISIS

Chaîne : Fuji TV
Début : 11 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Après SP et BORDER, le scénariste Kaneshiro Kazuki continue d’explorer les univers riches en action et en suspense. Pour l’occasion, Oguri Shun et Nishijima Hidetoshi se donnent la réplique dans ce qui s’apparente à un thriller musclé jouant la carte des rebondissements et du drame. Les productions japonaises peinent souvent à la tâche dans ce domaine donc j’espère que cette fiction ne décevra pas et qu’elle réussira à allier à la fois la forme et le fond, que le sentimentalisme ne viendra pas tout gâcher et que les antagonistes ne finiront pas par être absous. En tout cas, je suis intriguée. (★)

 

Final Fantasy XIV: Hikari no Otôsan

Chaîne : TBS
Début : 19 avril 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Maintenant qu’il vient d’arriver en retraite, le soixantenaire campé par Ôsugi Ren décide de se consacrer aux jeux vidéo, et plus particulièrement à Final Fantasy XIV. En apprenant cette nouvelle, son fils (Chiba Yûdai), un salaryman, saute sur l’occasion de se rapprocher de son père et, sans l’avertir, essaye de l’aider à progresser avec son propre personnage. Ce concept plutôt original n’est pas totalement inédit, car il s’inspire des billets d’un blogueur existant réellement. À condition que la série ne ressemble pas à une publicité ostentatoire, elle possède des arguments pour divertir et émouvoir. (★)

 

Frankenstein no Koi

Chaîne : NTV
Début : 23 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Cela fait cent ans qu’une créature immortelle a été créée et se cache dans la forêt. Cet homme en apparence (Ayano Gô) n’en est pas un, mais les écoute à la radio, s’intéresse à eux et aimerait s’en approcher. Suite à certaines circonstances, il rencontre une jeune femme (Nikaidô Fumi) et tombe immédiatement amoureux. Contre toute attente, elle ne semble pas remarquer ses différences métaboliques, mais lui sait que sa monstruosité empêche toute relation… Le synopsis me plaît assez, mais je crains un peu que l’ambiance fantastique et le côté réflexion sur ce qui fait la nature humaine passent au second plan, au profit d’une romance.

 

Haha ni Naru

Chaîne : NTV
Début : 12 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Neuf ans après avoir été kidnappé, le fils d’un couple refait surface comme par enchantement. Maintenant qu’il est âgé de treize ans, difficile pour la mère de se positionner et d’élever cet enfant qu’elle ne connaît finalement que peu. Cette tragédie a d’ailleurs bouleversé de nombreux évènements dans sa vie et celle de celui qui était jadis son mari. L’intrigue semble vouloir jouer sur la thématique des liens maternels, avec le portrait de diverses femmes. Dans tous les cas, le drame sera au rendez-vous, avec peut-être une dose de mystère. Notons la présence dans des rôles principaux de Sawajiri Erika et de Fujiki Naohito.

 

Hanzai Shôkôgun (saisons 1 et 2)

Chaîne : Fuji TV + WOWOW
Début : 8 avril 2017 + 11 juin 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Plus ou moins à l’instar du tanpatsu Double Face en 2012, WOWOW propose une nouvelle collaboration dépassant les frontières un peu strictes des chaînes de télé concurrentes. Tamayama Tetsuji et Tanihara Shôsuke interprètent deux hommes, deux amis ayant perdu la lueur de leur vie : une sœur pour l’un, une compagne pour l’autre. L’assassin étant à l’époque mineur, il a rapidement été réinséré dans la société, situation qui trouble grandement les proches de la victime. La vengeance paraît être un terrain bien attrayant… La série se divise en deux saisons diffusées l’une à la suite de l’autre. Les deux montrent la même histoire, mais à travers le point de vue des deux personnages travaillant dans le monde policier. La distribution (Watabe Atsurô est également là), l’atmosphère probablement intense et l’originalité de la construction me tentent grandement. (★)

 

Hito wa Mitame ga 100 Percent

Chaîne : Fuji TV
Début : 13 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Encore une de ces histoires où des femmes trop occupées par leur travail réalisent qu’elles ne sont plus toutes jeunes, qu’elles se sont un peu trop laissées aller et qu’il faut qu’elles retrouvent fissa leur supposée féminité. Pouah. Il s’agit aussi, une fois de plus, d’une adaptation d’un josei manga en cours, d’Ôkubo Hiromi pour se montrer plus précis. L’humour et la subtilité seront peut-être de la partie, mais je redoute plutôt les clichés, le sexisme et autres traits répulsifs de cet acabit. Pourtant, les actrices comme Mizukawa Asami et Kiritani Mirei ne manquent pas de ressources.

 

Hitoya no Toge

Chaîne : WOWOW
Début : 19 mars 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Décidément, Kubota Masataka a le vent en poupe depuis un an ou deux. Cette saison, il apparaît même sur l’affiche à deux reprises. Ici il se transforme en gardien dans une prison difficile où la corruption semble monnaie courante. Il suit les traces de son père, malheureusement décédé dans des circonstances potentiellement douteuses. Quand un nouveau directeur est nommé, les embûches se multiplient, avec des prisonniers en plus peu commodes. Assez rares sont les séries à s’immerger dans le milieu carcéral. Si celle-ci pouvait en profiter pour le faire avec talent et critique, ce serait très appréciable. Vu la chaîne aux commandes, l’espoir n’est pas naïf. Le reste de la distribution s’annonce solide. (★)

 

Hiyokko

Chaîne : NHK
Début : 3 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Okada Yoshikazu aime les asadora et que la chaîne le lui rend bien. Après Churasan et Ohisama, il s’attaque à une nouvelle série matinale hebdomadaire. La jolie Arimura Kasumi prend ses quartiers au milieu des années 1960, dans la préfecture d’Ibaraki. L’héroïne décide de partir à Tôkyô, à la recherche de son père ayant subitement disparu (Sawamura Ikki). Là, elle commence à travailler dans une usine et se voit vite confrontée à la dure réalité d’une vie pas toujours facile. Les thématiques propres aux fictions du genre seront bien sûr présentes, ce qui n’est pas forcément une tare, bien au contraire. J’ai déjà une partie des précédentes en stock, mais je note quand même celle-ci. (★)

 

Hokuto

Chaîne : WOWOW
Début : 25 mars 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Après Ikebukuro West Gate Park et Akihabara@Deep, un autre roman d’Ishida Ira obtient une déclinaison télévisée. Le Johnny’s Nakayama Yûma se transforme en meurtrier se trouvant déjà en prison et réclamant à son avocat commis d’office la peine de mort. Pourquoi ? Qu’a-t-il réellement fait ? Qu’est-ce qui a conduit ce jeune homme victime d’abus parentaux dans l’enfance à assassiner quelqu’un ? Le talent de l’auteur, le format raccourci avec seulement cinq épisodes et la diffusion sur WOWOW me donnent bien envie de lancer ce qui s’apparente à un thriller angoissant. (★)

 

Kinkyû Torishirabeshitsu (saison 2)

Chaîne : TV Asahi
Début : 20 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Un peu plus de trois ans après la première saison, Amami Yûki, qui a donc probablement dû se recouper les cheveux pour l’occasion, revient au sein du petit écran en tant qu’inspectrice entourée d’hommes. Elle continue de résoudre des enquêtes à sa manière et de ne jamais lâcher l’affaire. L’actrice doit exceller dans ce domaine, comme à son habitude, et satisfaire les amateurs du genre dont je ne fais clairement pas partie. Notons qu’un épisode spécial diffusé en 2015 est venu atténuer les attentes des téléspectateurs passionnés.

 

Kizoku Tantei

Chaîne : Fuji TV
Début : 17 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Pour fêter les trente ans de son getsuku, sa case horaire la plus populaire et réputée, Fuji TV décide non pas de passer une comédie romantique, mais une policière adaptant une série de romans de Maya Yutaka. Le Johnny’s Aiba Masaki endosse le premier rôle et se transforme en aristocrate ayant pour loisir d’enquêter à sa manière, peu conventionnelle et un peu trop tournée vers la gent féminine. Personne ne sait finalement grand-chose de lui si ce n’est qu’il se montre prévenant, affable et bien sous tous rapports. Les travaux domestiques sont laissés aux bons soins de ces employés incarnés par Matsushige Yutaka, Nakayama Miho et Takitô Kenichi, qui doivent en sus rattraper les erreurs de leur supérieur. Un véritable inspecteur (Namase Katsuhisa) et une débutante (Takei Emi) sont souvent confrontés à ce noble tiré à quatre épingles. La distribution assez prestigieuse et l’humour ont de quoi attirer un public et, souhaitons-le, de le conserver au long cours.

 

Koi ga Heta demo Ikitemasu

Chaîne : NTV
Début : 6 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Encore une adaptation d’un josei manga pour cette saison, à savoir un de Fujiwara Akira, mais il a fini sa publication donc la série devrait proposer une conclusion plus ou moins fidèle. L’ambitieuse héroïne (Takanashi Rin) travaille d’arrache-pied dans sa compagnie qu’elle espère un jour diriger, idée qui ne paraît pas si fantasque que ça. En revanche, sa vie privée demeure à la peine, car elle n’a jamais réussi à vivre une relation amoureuse plus de deux mois consécutifs. Alors qu’elle s’apprête enfin à embrasser le summum de sa carrière, elle se voit ravir cette opportunité par un homme (Tanaka Kei) qui, sur le papier, a tout pour être le compagnon idéal. Comme toujours avec les comédies romantiques, tout repose sur l’alchimie du couple principal, de l’écriture et des personnages secondaires.

 

Kono yo ni Tayasui Shigoto wa nai

Chaîne : NHK BS Premium
Début : 6 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Une ancienne institutrice ayant été obligée de mettre un terme à sa carrière qu’elle affectionnait pourtant en raison de son trop-plein d’enthousiasme se lance dans une succession d’emplois improbables. Elle y découvre la saveur du travail et commence à réfléchir sur ses ambitions et ses désirs. Avec un peu de chance, le ton restera bienveillant et ne prêchera pas la morale habituelle sur ce sujet. Huit épisodes sont prévus pour cette adaptation d’un roman de Tsumura Kikuko avec Mano Erina dans le rôle-titre et Tsukamoto Takashi dans les parages.

 

Massage Tantei Joe

Chaîne : TV Tokyo
Début : 8 avril 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Avec cette production, le Japon prouve une fois de plus son attrait pour les mélanges bizarres, voire improbables. Le Johnny’s Nakamura Yûichi incarne un masseur souvent bien embêté parce que s’il a beau être talentueux, il souffre d’anxiété lorsqu’il se trouve en compagnie d’inconnus. Par malchance, il est un jour accusé à tort du meurtre du mari d’un de ses clients, mais grâce à ses compétences et son sens aiguisé de l’observation, il démontre son innocence. Il semble d’ailleurs attirer les crimes puisqu’il se retrouve régulièrement confronté à des assassinats et, à l’aide de ses techniques de massage, aide les inspecteurs à résoudre ces affaires. Comédie, police et idées abracadabrantesques risquent de côtoyer le surjeu.

 

Reverse

Chaîne : TBS
Début : 14 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Ceux ayant apprécié Shokuzai ou N no Tame ni se jetteront peut-être sur l’occasion de tester une autre adaptation d’un roman de Minato Kanae. D’ailleurs, les thématiques favorites de l’auteure sautent aux yeux avec cette histoire de retrouvailles d’un groupe d’individus, dix ans après le tragique décès d’un de leurs amis à la montagne. Mystères, mensonges, non-dits et romance s’entremêlent dans ce drame aux vastes ramifications. Fujiwara Tatsuya, Toda Erika, Koike Teppei et Ichihara Hayato répondent à l’appel. (Rien à voir avec le tanpatsu Reverse de 2013 de NTV.) (★)

 

Sakurako-san no Ashimoto ni wa Shitai ga Umatte Iru

Chaîne : Fuji TV
Début : 23 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Ah, les séries japonaises et les titres à rallonge… La light novel d’Ôta Shiori n’ayant pas encore bénéficié d’une adaptation avec des acteurs en chair et en os, il fallait bien que ça arrive un jour ou l’autre. En effet, il existe déjà un animé et un manga. La protagoniste, une experte en ostéologie n’ayant pas son pareil pour asséner des remarques piquantes et excentriques, résout des enquêtes policières avec l’aide d’un nouvel employé de musée. Les ressemblances avec Bones transpirent dans cette énième fiction du genre avec Mizuki Arisa et le Johnny’s Fujigaya Taisuke.

 

Samurai Gourmet

Chaîne : Netflix
Début : 17 mars 2017
Site officiel – Fiche Drama Wiki

Kusumi Masayuki n’a pas fini d’alimenter l’univers culturel, car revoici une adaptation d’une de ses histoires, Nobushi no Gourmet, disponible dans un manga dessiné par Tsuchiyama Shigeru. Les similarités avec Kodoku no Gourmet ne manquent pas puisqu’il est encore une fois question d’un amateur de nourriture passant ses journées à déguster de bons petits plats (Takenaka Naoto). Pour varier, il est ici retraité et tente de rattraper le temps perdu. En lâchant prise, il réveille le rônin sommeillant en lui, joué par Tamayama Tetsuji. Comme j’aime généralement beaucoup ce que concocte ce scénariste, j’envisage de regarder cette nouveauté. (★)

 

Tsubaki Bunguten

Chaîne : NHK
Début : 14 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Huit ans après avoir quitté Kamakura, sa ville natale, une jeune femme (Tabe Mikako) est obligée de reprendre le commerce de sa grand-mère. Alors qu’elle croit s’occuper d’un magasin de papeterie, elle découvre qu’il n’en est rien. Non, des clients viennent la voir en lui demandant d’écrire, à leur place et en leur nom, de jolies lettres, parfaitement calligraphiées et remplies de compliments. Ce style d’histoire reposante peut facilement toucher en plein cœur, surtout avec une distribution plutôt sympathique. Il s’agit d’une adaptation d’un roman d’Ogawa Ito.

 

Yasuragi no Sato

Chaîne : TV Asahi
Début : 3 avril 2017
Site officielFiche Drama Wiki

Le pouvoir aux octogénaires ! La télévision s’empêtre souvent dans une course au jeunisme, mais quelques irréductibles tentent de montrer que les plus âgés en ont encore en réserve. TV Asahi lance avec cette série écrite par un vétéran une nouvelle case horaire hebdomadaire, dès 12 h 30, exclusivement dédiée à cette tranche de la population possédant un poids considérable allant crescendo. Et pour l’occasion, elle choisit une tonalité quelque peu ironique avec le récit de résidents d’une maison de retraite, tous anciens comédiens, scénaristes ou ayant travaillé dans le milieu du divertissement. Humour, autodérision et bonne humeur semblent vouloir s’annoncer et je dois dire que je suis extrêmement intriguée, en espérant voir des sous-titres. Deux saisons sont prévues. En plus, les acteurs ont déjà prouvé à maintes reprises leurs compétences. (★)

Cette saison me plaît assez, en tout cas sur le papier, malgré des marronniers et moult récits à première vue génériques. La thématique de la femme carriériste paniquée à l’idée de finir seule perdure… À cette sélection s’ajoutent beaucoup d’autres séries comme le retour de quelques-unes telles que le mastodonte Keishichô Sôsa Ikka 9 Gakari, Tachibana Noboru Seishun Tebikae avec Mizobata Junpei, Tsuribaka Nisshi ou Kodoku no Gourmet pour, déjà, la sixième saison. Il y a quelques jidaigeki de NHK qui ne seront jamais sous-titrés, une sorte de plagiat du film Trois hommes et un couffin avec 3-nin no Papa, Gôriki Ayame qui continue de truster le haut de l’affiche avec cette fois Joshû Seven se déroulant en prison, des productions 100 % idoles, etc. Bref, rien de bien nouveau sous le soleil.