Les téléspectateurs auront dû attendre un an avant d’avoir un nouvel épisode de Doctor Who à se mettre sous la dent. Effectivement, alors que le dernier en date, The Husbands of River Song, remonte à Noël 2016, nous voici déjà à l’année suivante, à la même période. Cette fois, place à The Return of Doctor Mysterio, scénarisé par Steven Moffat et diffusé sur BBC One le 25 décembre 2016 le temps d’une heure. Aucun spoiler.

New York, 1992, tandis qu’il est coincé sur Terre par un de ses propres pièges, le Docteur rencontre un petit garçon prénommé Grant, grand amateur de comics. Suite à de rocambolesques circonstances, cet enfant reçoit de fantastiques pouvoirs qu’il promet de ne pas utiliser. Plusieurs décennies défilent et le Seigneur du Temps revient en 2016 dans la Grosse Pomme et y découvre l’existence d’un superhéros masqué pourchassant les méchants. Cela tombe à pic puisque de vils extraterrestres semblent vouloir s’approprier la planète.

Bien qu’il s’agisse dans les faits d’un épisode de Noël, The Return of Doctor Mysterio n’emploie guère ce contexte en dehors de quelques rares décorations. Quand on le regarde à une autre période, cela ne gêne pas du tout, mais ceux qui espèrent justement retrouver la magie de ces fêtes seront peut-être déçus. Il n’empêche que cet unitaire ressemble aux précédents en proposant surtout une histoire divertissante, familiale et sachant appuyer sur les bons boutons pour simultanément amuser et émouvoir. Difficile de ne pas non plus y voir une sorte d’hommage, voire de pastiche de l’univers des superhéros et plus particulièrement de Superman. Les clins d’œil foisonnent, autant sur le plan du scénario que du visuel. Entre les lunettes, la romance avec une journaliste, la double identité, le type de capacités, il y a de quoi remarquer de sympathiques similitudes. Même si son récit s’avère indépendant de l’intrigue principale de la série, il n’oublie pas non plus ce qui s’est déjà passé, avec de nombreuses références aux récentes pérégrinations et probablement à ce qui nous attend dans la prochaine saison. Et cerise sur le gâteau, l’épisode veille par moments à détourner les clichés et stéréotypes, quitte à mettre de côté un Docteur davantage spectateur. D’aucuns regretteront toutefois peut-être l’absence de franche densité scénaristique au profit de rebondissements classiques, presque anecdotiques.

The Return of Doctor Mysterio, c’est surtout l’histoire de Grant (Justin Chatwin). Aux yeux de tous, il est doux, tranquille et ne ferait pas de mal à une mouche. Mais en vrai, il est en mesure de voler, d’aller très vite ou encore de se montrer indestructible, ce qui l’amène à endosser les nuits un costume un peu ridicule. Il travaille comme nounou pour Lucy (Charity Wakefield) dont il garde la fille et rêve en secret de la conquérir. L’irruption inopinée du Docteur dans sa vie lui offre l’occasion de sortir de sa zone de confort. Dans l’ombre, Harmony Shoals, une mystérieuse multinationale scientifique, mène des opérations discutables et réussit à prendre contrôle du corps de certains humains. Sans aucune surprise, leurs intentions sont mauvaises et Twelve tente d’enrayer cette menace avec l’aide de Nardole, rencontré lors des aventures avec River Song. En dépit de quelques touches plus nostalgiques, légitimes compte tenu du décès de la flamboyante rousse, le ton est à la rigolade et à la romance, quitte à se contenter d’une formule mécanique, bien que parfaitement rodée. Comme les personnages du jour ne manquent pas de sympathie, à défaut de se révéler mémorables, l’heure défile à toute vitesse.

En bref, cet épisode de Noël de Doctor Who n’en est pas vraiment un, mais il atteint son objectif de divertissement léger avec des protagonistes ravis d’être là et d’évoluer au sein d’un univers coloré fourmillant de détails à la culture populaire.