Archives pour la catégorie “Séries japonaises”

Omohinotama Nenju | オモヒノタマ 念珠 (Prayer Beads)

Par , le 23 février 2013

Omohinotama Nenju

Malheureusement pour les amateurs, le genre horrifique n’est pas très régulièrement mis à l’honneur dans les productions télévisées. C’est d’ailleurs peut-être encore moins le cas au Japon sur le circuit habituel. Il y a quelques années nous avions déjà parlé du passable Tajû Jinkaku Tantei Psycho et aujourd’hui, c’est au tour d’Omohinotama Nenju. Également connu sous le titre anglais Prayer Beads, ce j-drama aurait été diffusé en 2003 (cf. Wikipedia) mais impossible de savoir sur quelle chaîne. En tout cas, il est sorti en DVD en 2004. Il s’agit d’une anthologie réalisée et écrite en grande partie par Okano Masahiro qui travaille en règle générale du côté des effets spéciaux. Cette série comporte neuf épisodes indépendants de trente minutes. Sur le papier, elle ressemble quelque peu à Masters of Horror et Tales from the Crypt. À noter que le titre fait référence au nenju, le rosaire bouddhiste contenant normalement 108 perles. Aucun spoiler. Ayant depuis toujours un grand faible pour les histoires d’horreur, d’angoisse et tout ce qu’il y a de surnaturel, il va de soi que ce sont des ambiances que je cherche à retrouver dans les séries. C’est donc presque normal que ce Omohinotama Nenju m’ait intriguée. Ne sachant absolument pas à quoi m’attendre, je n’avais aucune idée de ce que j’allais y trouver. Sans grande surprise, le budget a dû être plus que minimaliste et ces contraintes se ressentent forcément sur la forme. Les maquillages, effets spéciaux et autres ajouts sont moyennement engageants, et la réalisation n’a vraiment rien d’exceptionnel. Étant donné qu’elle est loin d’être dénuée de défauts, elle fait plus sourire qu’autre chose. Malgré tout, bien que l’ensemble possède un côté kitsch, il ne devrait pas déranger ceux habitués aux productions de ce genre capable de se dépasser et de réaliser des séries intéressantes avec […]

En lire plus...

Wagaya no Rekishi | わが家の歴史

Par , le 17 février 2013

Wagaya no Rekishi

Ce qu’il y a de particulièrement sympathique dans les productions télévisées nipponnes, c’est qu’elles n’hésitent jamais à mettre les petits plats dans les grands. Il n’est effectivement pas rare que pour des occasions spéciales, des acteurs connus se retrouvent tous ensemble et que chacun y mette du sien. Le tanpatsu Wagaya no Rekishi est un exemple parmi tant d’autres. Composé de trois épisodes d’une durée variant de deux heures à deux heures et demie, il fut diffusé sur Fuji TV les 9, 10 et 11 avril 2010. Mitani Kôki (Shinsengumi!) s’est occupé du scénario de cette série écrite pour fêter les cinquante ans de la chaîne japonaise. Le titre peut être approximativement traduit par l’histoire de ma famille. À noter que les audiences furent plutôt excellentes avec 20 % de téléspectateurs en moyenne. Aucun spoiler. Se déroulant sur une trentaine d’années, Wagayaka no Rekishi illustre la vie des Yame, une famille banale et ordinaire comme il y en a eu et aura encore des milliers. Difficile de ne pas être curieux devant ce tanpatsu quand on voit la distribution. Impressionnante serait l’épithète la qualifiant le mieux, cela va s’en dire. Entre les comédiens plus jeunes mais qui n’ont de cesse de monter, les plus âgés déjà bien installés dans le paysage télévisuel et les vétérans, il y en a pour tous les goûts. Certains acteurs pourtant plutôt connus comme Oguri Shun, Yamada Takyuki, Kohinata Fumiyo dont les dents ont changé momentanément, ne sont parfois là que pour un simple caméo. De ce point de vue, le visionnage est alors extrêmement enthousiasmant lorsque l’on connaît un minimum cet univers. C’est bien simple, à chaque fois qu’un nouveau personnage apparaît à l’écran, il porte le visage d’une personnalité. Le résultat est alors très drôle. Le risque dans ce genre de situation est […]

En lire plus...

Bunshin | 分身

Par , le 5 février 2013

Bunshin

Après avoir surtout regardé des fictions plus anciennes, il est temps de revenir à de la nouveauté avec un j-drama datant de 2012. Pour diverses raisons, j’ai décidé de donner sa chance en début d’année à Bunshin. Composé de cinq épisodes de cinquante minutes, il fut diffusé sur WOWOW entre février et mars 2012. Son titre peut se traduire approximativement par alter ego. Il s’agit d’une adaptation du roman du même nom, publié en 1996 et écrit par Higashino Keigo, auteur dont nous avons déjà pu parler grâce à Byakuyakô, Shukumei ou encore Meitantei no Okite. Aucun spoiler. Ujiie Mariko et Kobayashi Futaba ne se connaissent pas ; elles ne devraient avoir aucune raison de se rencontrer un jour, d’autant plus qu’elles vivent à plusieurs centaines de kilomètres l’une de l’autre. Pourtant, suite à certaines circonstances, elles finissent par découvrir leur existence et la surprise est plus que de taille puisqu’elles partagent toutes deux le même physique.       Comme le prouve la récente anthologie Higashino Keigo Mysteries, les romans de l’écrivain ont une bonne réputation au Japon, voire même dans d’autres pays occidentaux étant donné qu’il est possible d’en acheter en France. Si les ambiances de ses histoires sont parfois différentes, il est régulièrement question de mystères, de secrets, de thématiques scientifiques et de tension sous-jacente. Sans grande surprise, Bunshin en fait la part belle. Les deux héroïnes, Ujie Mariko et Kobayashi Futaba se ressemblent comme deux gouttes d’eau mais n’ont jamais eu l’occasion d’entendre parler l’une de l’autre. Si  leurs caractères sont distincts, les similitudes ne se limitent malgré tout pas à la simple apparence. Par exemple, elles sont friandes de citrons qu’elles mangent tels quels, appréciant leur goût très acide et piquant. Bien que l’on dise que chacun aurait un sosie, quelque part, dans le monde, […]

En lire plus...