Archives pour la catégorie “Séries japonaises”

Tôkyô Ghost Trip | 東京ゴーストトリップ

Par , le 15 août 2012

Tôkyô Ghost Trip

Comme le fantastique n’est pas monnaie courante parmi les séries télévisées japonaises, on peut avoir tendance à tester un peu tout ce qui nous tombe sous la main quand on aime le genre, même si cela nous tente moyennement. C’est dans ces conditions assez particulières que Tôkyô Ghost Trip a atterri dernièrement sur mon écran. Comme souvent, à l’origine il y a un manga et dans ce cas précis, un boy’s love de sept tomes écrits par Hashiba Maki entre 2005 et 2008. Ne l’ayant pas lu, je ne pourrai pas émettre de comparaison. À noter qu’il n’est pas disponible en France. La série fut quant à elle diffusée entre avril et juin 2008 sur Tôkyô MX. Elle comporte treize épisodes de 23 minutes. Aucun spoiler. Setsu et Sôwa appartiennent à la famille Inui, descendante des itako, les fameux shamans ayant supposément la possibilité de communiquer avec les esprits de l’au-delà. Suite à certaines circonstances, ils se retrouvent obligés de reprendre l’affaire familiale et sont aidés par leur grand frère, Kai, prêtre catholique. Tôkyô Ghost Trip est certes rangé dans les boy’s love en raison de son magazine de prépublication mais il ne semblerait pas que le manga comporte les scènes habituelles au genre. Il serait apparemment davantage à rapprocher du shônen-ai. En tout cas, dans le j-drama il n’y aucune connotation homosexuelle ou même sexuelle et les relations ne sont pas ambiguës pour un sou. Instinctivement, on rapproche ce renzoku de RH Plus car là aussi, à l’origine c’est un boys’s love probablement assez aseptisé par rapport à l’œuvre d’origine. Pour la petite anecdote, Tôkyô Ghost Trip reprend justement le créneau horaire de RH Plus. La comparaison ne donne pas envie, nous sommes d’accord, mais cela ne veut pas dire que ces histoires de fantômes sont moins bien mises en […]

En lire plus...

Tsukahara Bokuden | 塚原卜伝

Par , le 9 août 2012

Tsukahara Bokuden

À chaque saison, NHK propose un jidaigeki en plus de son taiga drama habituel. Après Tempest au cours de l’été 2011, ce fut Tsukahara Bokuden qui prit place sur la chaîne nippone et aussi incroyable que cela puisse paraître, des sous-titres, d’excellente qualité en plus, sont arrivés en très peu de temps. Derrière ce titre se cache donc un j-drama constitué de sept épisodes dont seul le premier comporte vingt-cinq minutes de plus que la quarantaine habituelle. Il fut diffusé entre octobre et novembre 2011 sur NHK-BS Premium. Aucun spoiler. Début du XVIè siècle, au Japon, Tsukahara Bokuden n’est pas encore le grand maître de sabre à l’origine de multiples légendes. Il n’est pour le moment que Tsukahara Shinemon, un jeune homme de seize ans bien décidé à parcourir le Japon afin de propager la technique du sabre de Kashima tout en parfaisant sa propre maîtrise.     À l’inverse de nombreux jidaigeki, ce Tsukahara Bokuden ne nécessite pas vraiment d’avoir un minimum de connaissances sur son sujet. Ce n’est effectivement pas le cadre historique qui importe ici, quand bien même il y ait une certaine volonté de ne pas occulter les troubles de cette période. Le but de la série est en réalité de mettre en avant un important personnage historique de la culture japonaise qui a inspiré et qui inspire toujours la population. Le parti pris est de poser les bases en montrant de quelle manière cet adolescent a fini par devenir celui qui s’est inscrit dans les mythes au même titre qu’un Miyamoto Musashi. Le j-drama ne raconte donc en aucun cas la totalité de l’existence de Tsukaraha puisqu’on le découvre à ses seize ans, lorsqu’il décide de quitter sa famille, et on le laisse plusieurs années plus tard, quand il prend le nom de Bokuden. En somme, il […]

En lire plus...

Shukumei | 宿命

Par , le 3 août 2012

Shukumei

Si vous aussi vous pensez à Suna no Utsuwa dès que vous entendez le mot shukumei (destin en français), c’est que vous avez été bien trop marqué par cette série (et cela se comprend !). Ce n’est donc pas de cette symphonie en série dont nous allons parler aujourd’hui mais d’un tanpatsu intitulé Shukumei. Durant 113 minutes et diffusé le 26 décembre 2004 sur WOWOW, il est adapté du roman du même nom de Higashino Keigo (Byakuyakô, Meitantei no Okite, Bunshin, Genya, Ryûsei no Kizuna, Galileo, etc.), auteur normalement connu par les j-dramaphiles en herbe. Aucun spoiler. Wakura Yûsaku et Uryû Akihiko partagent une certaine inimitié depuis leur enfance sans qu’il n’y ait de réelles raisons pour l’expliquer. Alors que leurs chemins ne se sont pas croisés depuis de nombreuses années, ils se retrouvent dans des circonstances dramatiques. Uryû exerce désormais en tant que neurochirurgien malgré la demande pressante de son entourage de diriger l’entreprise familiale et Wakura est devenu policier, reprenant la route tracée par son défunt père. Lorsque le meurtre d’un homme d’affaires est perpétré et qu’Uryû est vu comme le principal suspect, Wakura décide de diriger l’enquête. En se revoyant, plusieurs souvenirs font surface comme ceux concernant la femme qu’ils ont côtoyée à l’hôpital alors qu’ils n’étaient qu’enfants. Bien qu’ils n’aient jamais fait quoi que ce soit pour, ils réalisent que leurs existences sont étrangement liées. Or, lever le voile sur les multiples mystères les entourant pourra provoquer un vent douloureux et imprévisible. Pour une fois ce n’est pas la chaîne, WOWOW, qui m’aura donné envie de regarder ce tanpatsu mais plus le fait que Higashino Keigo soit derrière l’histoire. Il réussit généralement à distiller un climat particulier alternant entre le suspense, le drame et les mystères. Techniquement, Shukumei ne rompt pas avec les sujets favoris de […]

En lire plus...