Anna-san no Omame | アンナさんのおまめ

Par , le 28 octobre 2014
Anna-san no Omame

Après plusieurs j-dramas assez moroses ou abordant des sujets moyennement évidents, il me semblait nécessaire de me diriger vers une comédie débridée comme savent si bien le faire les Japonais. Anna-san no Omame se trouvant dans mes cartons depuis un petit bout de temps, c’était l’occasion ou jamais de lui donner sa chance. La meilleure amie de la belle Anna est composée de dix épisodes d’une quarantaine de minutes diffusés sur TV Asahi entre octobre et décembre 2006. Il s’agit d’une adaptation du manga en six volumes du même nom de Suzuki Yumiko. Aucun spoiler. Momoyama Riri est persuadée d’être une jeune femme magnifique attirant tous les hommes comme des mouches. Elle vit assez mal cette situation, car, comprenez, elle n’a aucune envie de blesser qui que ce soit en refusant toutes ces supposées avances. Lorsque sa meilleure amie, la belle et intelligente Saionji Anna, lui présente son petit copain, Sakagami Kyôtarô, elle s’aperçoit avec effroi que, lui aussi, craque totalement sur elle ! Or, en réalité, elle délire totalement tant personne n’en a rien à faire d’elle, voire ne la supporte pas. À deux doigts de l’étrangler en raison de ses interprétations ubuesques le mettant en mauvaise position, Kyôtarô tente du mieux qu’il peut d’écarter de son chemin cette rêveuse doucement allumée. Nous sommes d’accord, nombre de fictions nippones frisent le n’importe quoi et sombrent un peu trop régulièrement dans la surenchère. Si l’on y ajoute le cabotinage omniprésent, les réactions extrêmes, les idées abracadabrantes et les rebondissements sortis de […]

En lire plus...

Mahiru no Tsuki | 真昼の月

Par , le 22 octobre 2014
Mahiru no Tsuki

Rappelez-vous, j’expliquais il y a quelque temps m’être trompée sur la série que je souhaitais regarder. Pour ma défense, le titre dispose d’une structure grammaticale analogue et le héros est interprété par le même acteur ; il y a de quoi s’emmêler, non ? Non ? Bon, il n’empêche que j’ai rattrapé mon erreur d’aiguillage et que j’ai enfin testé Mahiru no Tsuki. Diffusée entre juillet et septembre 1996 sur TBS, cette production est composée de douze épisodes et de cinq spéciaux – ceux-ci demeurent introuvables et semblent s’apparenter à une sorte de remontage. Comme souvent, le premier épisode dure plus longtemps que les autres ; il dispose de presque trente minutes de plus que les quarante-cinq habituelles. À noter que le scénario a été écrit par Yukawa Kazuhiko, connu pour son travail sur Magerarenai Onna, Koi ga Shitai x3, Rebound, Kaseifu no Mita, etc. Aucun spoiler. La pétillante Yamashita Mae devait débuter une jolie romance avec Togashi Naoki, un homme maladroit. Tout du moins, c’est ce qu’elle s’imaginait en se dirigeant vers lui pour leur tout premier rendez-vous. Or, sur le chemin, elle se fait violer. Comment pourrait-elle envisager de construire une relation avec quelqu’un alors qu’elle a perdu toute confiance et qu’elle préfère souffrir en silence, taisant cette horrible violence ?       Mahiru no tsuki, soit la lune de midi, est une expression délicate symbolisant la blessure invisible de ces femmes violées. Physiquement, elles ont l’air de se porter comme un charme. Intérieurement, elles sont brisées. Dans les années 1990, la télévision japonaise […]

En lire plus...

99-nen no Ai | 99年の愛

Par , le 19 octobre 2014
99-nen no Ai ~ JAPANESE AMERICANS

Après lui être tournée autour depuis de nombreuses années – et alors qu’il détient une filmographie assez impressionnante –, ce n’est que récemment que mon chemin a rencontré celui du Johnny’s Tsuyoshi Kusanagi. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au vu du rôle qu’il possède au sein de la série de ce jour, je n’aurai pas lésiné sur les moyens. 99-nen no Ai est un tanpatsu composé de cinq longs épisodes durant chacun approximativement deux heures. Comme son titre l’indique, il s’étale sur 99 années d’amour et met en avant des Japonais ayant émigré aux États-Unis. La fiction fut diffusée sur TBS au cours de cinq soirées consécutives, soit du 3 au 7 novembre 2010. Aucun spoiler. Années 1910, Japon. Le pays souffre de la misère et, dans les campagnes, l’ambiance est morose. Alors que l’archipel s’est ouvert assez récemment sur le reste du monde, beaucoup de ses habitants rêvent du fameux eldorado que paraissent être les États-Unis. Ce n’est donc guère étonnant que plusieurs osent tenter de traverser le Pacifique afin de s’y installer. Hiramatsu Chôkichi est l’un d’entre eux. Les années s’écoulent, son existence et celle de ses descendants ne se révèlent pas aussi aisées que ce qu’ils espéraient tous. Outre la ségrégation, le racisme et les différences culturelles, la Seconde Guerre mondiale finit par frapper, ostracisant que davantage ces Japonais vivant sur le sol d’un pays contre lequel leurs représentants sont en guerre. Les chaînes nipponnes désirent régulièrement marquer leur anniversaire avec une production sortant sensiblement de l’ordinaire. En […]

En lire plus...