Churasan 4 | ちゅらさん 4

Par , le 22 mai 2015
Churasan 4

Quatre ans après m’être lancée, j’ai enfin terminé Churasan. Rares sont les asadora à s’être autant installés dans le paysage télévisuel, car habituellement, ces séries matinales se contentent justement de leur case horaire et n’en débordent pas. Qui plus est, celle-ci n’a pas fait les choses qu’à moitié puisqu’elle s’est octroyé trois bonus ! Après la deuxième et la troisième saison, il est l’heure de passer à la quatrième qui, cette fois, ne comporte que deux épisodes diffusés sur NHK les 13 et 20 janvier 2004, et durant une heure chacun. Naturellement, Okada Yoshikazu a scénarisé ce final. Aucun spoiler. Eri et Fumiya sont définitivement retournés vivre à Kohamajima. Tandis que la première poursuit sa carrière d’infirmière à domicile, le second officie comme le seul médecin de l’île. Avec leur fils, Kazuya, ils semblent mener une existence tranquille. À Naha, un séisme s’apprête à bousculer les Kohagura puisque Keibun a dérobé une importante somme d’argent pour une raison encore inconnue. D’ailleurs, les secrets et mystères s’amoncellent autour de ce microcosme parce que du côté d’Ippukan, Yôko arbore un visage triste et paraît rongée par des doutes. Déjà que les précédentes salves d’épisodes souffraient du rallongement de la durée, que dire de cette quatrième ? Churasan n’est pas faite pour s’installer soixante minutes à l’écran. Les personnages ont beau être adorables, la mécanique de la série est bien trop formatée pour ne pas finir par devenir profondément redondante. Sans aucune surprise, ces deux parties manquent donc de rythme et ne parviennent pas à suffisamment capter […]

En lire plus...

Churasan 3 | ちゅらさん 3

Par , le 8 mai 2015
Churasan 3

Comme prévu, je n’ai pas laissé traîner de nouveau les choses en mettant de côté des années la suite de Churasan. Effectivement, après la deuxième saison, j’ai lancé récemment la troisième. Cette fois, elle comporte cinq épisodes d’une petite quarantaine de minutes diffusés sur NHK en septembre et octobre 2004. L’ensemble est toujours écrit par Okada Yoshikazu. La quatrième année sera traitée d’ici quelques semaines, je pense. Rappelons rapidement qu’à l’origine se trouve le charmant asadora datant de 2001. Aucun spoiler. Ce serait mentir que de dire que la qualité de cette troisième salve d’épisodes surprend. Si les contre-exemples existent, les productions reprenant le flambeau quelque temps après la supposée fin ne parviennent que rarement à convaincre de bout en bout. C’est un peu comme si les scénaristes jouaient la carte de la facilité en usant uniquement de la nostalgie et de la joie de retrouver des personnages attachants, oubliant d’insuffler une vraie substance. Churasan 2 l’avait déjà prouvé tant cette saison souffre d’un aspect schématique et d’une absence de réelle histoire à raconter. Le constat est similaire ici et le récit illustre de nouveau cette impression de tourner en rond et d’en revenir systématiquement à la même chose. Le format plus long des épisodes, presque quadruplé par rapport à l’asadora, ne fait qu’accentuer les lacunes. Encore une fois, les défauts ne se veulent pas spécialement omniprésents, mais la fraîcheur d’antan se transforme sensiblement en une torpeur regrettable. Par moments, on en viendrait presque à juger quelques-unes de ces figures agaçantes, […]

En lire plus...

Churasan 2 | ちゅらさん 2

Par , le 17 avril 2015
Churasan 2

C’est assez curieux de terminer la première saison d’une série en ayant grandement hâte de découvrir la suite, mais d’attendre malgré tout quatre ans avant de la lancer. Ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, d’ailleurs. Bref. Après avoir été enchantée par l’asadora Churasan en 2011, j’ai décidé de reprendre la route d’Okinawa avec Churasan 2. Le format change radicalement puisque la fiction n’est pas passée en matinée comme précédemment et détient un nombre d’épisodes bien plus restreint. Effectivement, ce qui s’apparente à une sorte de deuxième saison en comporte six de quarante-cinq minutes et elle fut diffusée sur NHK en mars et avril 2003. Les aventures d’Eri ne s’arrêtent pas là et je pense regarder la conclusion assez prochainement, histoire de mettre un point final à ce sympathique univers. Aucun spoiler. Sans aucune surprise vu ma mémoire, je ne me souvenais plus très bien de quelle manière Churasan se terminait. Ce dont je me rappelais, en revanche, c’est que la chaleur humaine prédominait dans ce microcosme haut en couleur. J’admets, je craignais grandement de tester cette suite, probablement en raison de sa structure différente. Il est évident que l’écriture doit effectuer de sérieuses mises au point afin de réussir à passer d’une douzaine de minutes à plus de quarante. Le rythme tranquille de l’asadora ne gêne nullement dans un petit quart d’heure, mais si l’on multiplie ce temps d’antenne par quatre, il s’avère naturel d’être perplexe. Malheureusement, cette deuxième saison ne parvient pas à enrayer cet écueil presque […]

En lire plus...

Page 1 sur 212