Gaiji Keisatsu

//Gaiji Keisatsu

Gaiji Keisatsu: Sono Otoko ni Damasareruna | 外事警察: その男に騙されるな (film)

Par , le 27 avril 2016

Certes, la patience est une vertu, mais dans le cas d’un peu trop de films japonais suivant une série télévisée, les sous-titres mettent vraiment beaucoup de temps à arriver jusqu’à nous. C’est donc après plusieurs années d’attente que j’ai pu regarder Gaiji Keisatsu: Sono Otoko ni Damasareruna, le long-métrage s’inscrivant après la fiction en six épisodes de 2009. Sorti dans les salles le 2 juin 2012, il dure cent vingt-huit minutes et est connu à l’international sous l’appellation Black Dawn. À noter que l’équipe créative s’avère presque totalement similaire à la production initiale adaptant le roman d’Asô Iku. Aucun spoiler. Peu après le séisme de mars 2011 dans le Tôhoku, les autorités japonaises apprennent que des documents militaires sur l’énergie nucléaire ont été dérobés. Presque simultanément, de l’uranium est volé en Corée du Sud et, selon la CIA, serait sur le point d’entrer sur le sol nippon. La menace atomique est plus que palpable et c’est pourquoi l’agent Sumimoto Kenji, spécialiste de l’antiterrorisme, est dépêché sur les lieux de l’affaire. Comme à son habitude, il est prêt à tout pour arriver à ses fins, même à manipuler ouvertement un scientifique proche de la mort et une mère de famille. Aride, troublante et ambiguë, Gaiji Keisatsu fait partie des séries télévisées japonaises d’espionnage les plus réussies. En plus de se montrer atypique, elle captive par sa fine intelligence, ses personnages énigmatiques, sa dimension humaine et son réalisme glaçant. Il me paraissait par conséquent indispensable de tester la suite. Il convient tout […]

En lire plus...

Gaiji Keisatsu | 外事警察

Par , le 21 octobre 2013

Difficile de prendre au sérieux les Japonais lorsqu’ils commettent des renzoku sur le terrorisme comme Bloody Monday. Heureusement, cela ne signifie normalement pas que toutes leurs histoires de ce genre s’avèrent aussi ridicules. Est-ce que Gaiji Keisatsu permet justement de changer la donne ? Adapté du roman du même nom d’Asô Iku, ce j-drama est composé de six épisodes d’une petite cinquantaine de minutes diffusés sur NHK entre novembre et décembre 2009. Notons qu’il existe également un film datant de 2012 et devant vraisemblablement faire suite à ce dernier ; malheureusement, aucun sous-titre n’est disponible pour l’instant. Sotogoto est apparemment l’intitulé utilisé à l’international. Aucun spoiler. Sumimoto Kenji dirige une équipe chargée de traquer les terroristes et les espions sévissant au Japon. Agissant sous couverture, il est obligé de systématiquement demeurer dans l’ombre et de ne pas créer de vagues. Cet homme obsédé par sa mission est prêt à tout pour la mener à bien, qu’importent les dommages collatéraux. Le jour où la jeune Matsuzawa Hina intègre les rangs de cette section, un grain de sable enraye la machine et entraîne une succession d’évènements incontrôlables.       Gaiji keisatsu est l’expression se rapportant aux forces de l’ordre nippones dédiées aux affaires étrangères. Ce terme est pourtant très large et susceptible de se référer à de multiples domaines aussi divers que variés. Après les attentats du 11 septembre 2001, le département de la police métropolitaine de Tôkyô a initié une division secrète dans le but de traquer les terroristes et de s’occuper d’espionnage. […]

En lire plus...