Neko Zamurai | 猫侍 (film)

Par , le 29 mars 2017

Il y a quinze jours nous discutions par ici de l’adorable première saison de la série japonaise Neko Zamurai. En sus de sa deuxième salve d’épisodes, elle se dote de deux films. Le premier d’entre eux, tout simplement intitulé Neko Zamurai (Samurai Cat à l’international), est sorti dans les salles nippones le 1er mars 2014 et dure cent minutes. Contre toute attente, il ne s’inscrit pas du tout à la suite du matériel télévisé, mais s’apparente à une sorte d’histoire parallèle et indépendante. Aucun spoiler. Avec son physique inspirant la crainte, Madarame Kyûtarô resplendissait autrefois en tant que samouraï. Désormais, il n’est plus qu’un rônin, un de ces épéistes sans maître. Puisqu’il a grandement besoin d’argent, il accepte la curieuse mission proposée par le fils héritier d’un clan amateur de chiens : assassiner le chat vénéré de leur grand ennemi. Or, arrivé devant l’animal en question, il ne peut s’y résoudre et sans même réfléchir, il maquille la scène et prend avec lui le joli félin, une femelle nommée Tamanojô. Ceux ayant regardé au préalable la série télévisée comprendront immédiatement à la lecture de ce synopsis que quelque chose cloche. Effectivement, […]

En lire plus...

Neko Zamurai | 猫侍 (saison 1)

Par , le 15 mars 2017

Malgré ce que je serine, comme quoi je me contente des séries japonaises traînant dans mes dossiers depuis trop longtemps, j’avoue en avoir récupéré quelques-unes en douce. Neko Zamurai fait partie du lot. Cette fiction comporte deux saisons télévisées, chacune étant suivie d’un film. Pour l’heure, discutons uniquement de la première, constituée de douze épisodes de vingt minutes diffusés entre octobre et décembre 2013 sur STV. À noter que neko signifie chat en japonais. Aucun spoiler. Avec sa mine sinistre, Madarame Kyûtarô effraye tout le monde, ce qui s’avère finalement souhaitable compte tenu de son statut de samouraï. Pour autant, il n’est plus qu’un rônin, un de ces guerriers sans maître cherchant vainement une nouvelle maison à laquelle se rattacher. En attendant, il accepte par désespoir les rares contrats susceptibles de lui être proposés, quitte à blesser son amour-propre. Sa mission du jour consiste cette fois à tuer le chat d’un puissant seigneur qui, aux dires de son fidèle serviteur, serait démoniaque et aurait corrompu l’esprit de son employeur. Bien que cette tâche répugne Kyûtarô, il se laisse attirer par son aspect financier. Sauf que le soir du supposé crime, […]

En lire plus...