Oh! My Girl!! | オー!マイ・ガール!!

Comme je venais de terminer l’éprouvant Sora Kara Furu Ichioku no Hoshi, il me fallait quelque chose de bien plus léger histoire de ne pas avoir envie de sauter d’un pont. C’est pourquoi j’ai voulu tenter un j-drama paraissant drôle et pas trop prise de tête. Mon choix s’est porté sur Oh! My Girl!! qui traînait dans mes dossiers depuis un petit moment. Composée de neuf épisodes, cette série japonaise fut diffusée sur NTV entre octobre et décembre 2008. Seul le premier épisode comporte un quart d’heure de plus que les quarante-cinq minutes habituelles. Les audiences n’auraient apparemment pas été suffisantes pour la chaîne (pourtant dans les 7,5% en moyenne) ce qui fait que l’histoire aurait été amputée de quelques épisodes. Que l’on se rassure de suite, les Japonais ne sont pas du tout du genre à ne pas produire de fin donc il en existe bien une ici, et cette coupure ne se sent pas au visionnage. Aucun spoiler.

Yamashita Kôtarô menait une vie globalement paisible jusqu’à ce que sa sœur lui demande de s’occuper de sa fille, Sakurai An, jeune actrice à succès. Peu habitué aux enfants et n’ayant aucune envie de gérer en même temps sa nièce et sa manager, il n’a pourtant pas d’autre choix que de cohabiter avec elles !

   

Bien que le synopsis de Oh! My Girl!! laisse supposer une comédie pure et dure, ce n’est pas du tout le cas. Loin de là même. La série est effectivement quelque peu dramatique et se révèle à la fois émouvante et touchante. Certes, ce ne sont pas les grandes eaux, là n’est d’ailleurs pas du tout le but, mais les personnages sont suffisamment développés pour finir par marquer et intéresser ; ce qui est en soit un excellent point. Il ressort une atmosphère presque nostalgique de ces épisodes d’ailleurs. Le héros, Kôtarô, est un jeune homme appréciant grandement sa tranquillité de célibataire n’ayant de compte à rendre à personne. Passionné par l’écriture de ses romans cellulaires ne fonctionnant pourtant que peu, il travaille à mi-temps en tant que journaliste où il se fait régulièrement rabrouer par son supérieur et un de ses collègues. Kôtarô est souvent égoïste et a été marqué par l’attitude de sa sœur, star du cinéma sur le déclin, lors du décès de leurs parents. C’est Hayami Mokomichi qui lui offre ses traits et si j’apprécie assez l’acteur depuis Zettai Kareshi, il faut avouer que son interprétation est plutôt fluctuante. Dans les scènes de colère ou nécessitant une forme émotion, il n’est pas des plus performants ce qui tend à gâcher ces moments délicats. Cela n’empêche pas que son personnage soit relativement sympathique. Il a en plus le mérite d’évoluer progressivement car au contact d’An, il gagne en maturité et finit enfin par revoir ses priorités. Il doit donc cela à sa chipie de nièce de six ans, An. Très capricieuse, elle est une actrice connue et profite de son statut atypique de toutes les manières possibles. Le principal risque avec les enfants est que leur rôle soit moyennement joué. Dans Oh! My Girl!!, il n’y a heureusement pas de souci de ce genre car Yoshida Riko est presque excellente. En tout cas, elle fait clairement de l’ombre à ses collègues adultes dans cette série. Difficile de dire de quelle manière elle va évoluer mais en tout cas, elle semble avoir toutes les cartes en main. An, sous ses airs de petite fille désagréable, est en réalité une enfant ne voulant tout simplement qu’un peu d’attention et l’amour de sa maman, Ôzora Hinako. Or, ce sont des choses qu’elle a bien du mal à avoir tant celle-ci est frivole et peu impliquée. C’est en ça que la série est touchante car elle montre notamment les désillusions de quelqu’un qui ne devrait pas en avoir, ou tout du moins, pas de ce ressort. Et si elle a, théoriquement parlant, tout ce qu’elle veut puisqu’elle est riche, il lui manque le plus important. En revanche, dommage que cette mère portant les traits de YOU soit aussi détestable.

Compte tenu de la teneur du scénario, il est évident que les épisodes se suivent et se ressemblent quelque peu car ils ne mettent en avant que la vie de leurs protagonistes. An et Kôtarô sont obligés de cohabiter et même s’ils se disputent beaucoup au départ, ils finissent par s’apprécier et inévitablement, on se doute tous de la fin où ils ne peuvent plus se séparer l’un de l’autre. Il est vrai que la série fait preuve d’une certaine naïveté bienheureuse mais comme la série sait rester humble et émouvante, on passe outre d’autant plus que les bons sentiments et la morale si chers aux Japonais ne sont pas trop présents pour ce genre de production. Oh! My Girl!! repose quasi exclusivement sur le développement de la relation entre Kôtarô et An, eux qui comprennent progressivement que lorsque l’on est à deux, on est bien plus forts pour affronter les difficultés qu’en solo. Les autres éléments du scénario aident justement ces personnages à approfondir leur lien bien qu’ils permettent aussi d’y insuffler une dose humoristique. Ainsi, Kôtarô se retrouve affublé du jour au lendemain d’une nièce mais doit aussi composer avec Fuji Mineko, la manager de celle-ci jouée par Katô Rôsa (Jotei). Que tous ceux qui espèrent voir un rapprochement romantique entre les deux jeunes adultes passent leur tour car il n’y a presque à rien. Il est fort probable que si la série avait duré davantage, elle se serait aventurée sur ce terrain mais ce n’est pas le cas. Néanmoins, Mineko et Kôtarô joue souvent au jeu du chat et de la souris et il en ressort quelques moments plutôt cocasses.

Sinon, Oh! My Girl!! possède d’autres figures plus ou moins importantes ne se s’avérant toutefois pas foncièrement intéressantes. Que ce soit la gentille collègue de Kôtarô (Tomosaka Rie – Kimi ga Oshiete Kureta Koto, Tôkyô DOGS), son autre collègue (Okada Yoshinori – Kisarazu Cat’s Eye, Atashinchi no Danshi, Waraeru Koi wa Shitakunai) qui au contraire a une dent contre lui, son patron (Furuta Arata – Kisarazu Cat’s Eye, Yume wo Kanaeru Zô), le directeur de l’agence d’An ayant bien des choses à cacher ou encore les voisins (Takahashi Hitomi – Zettai Kareshi ; Irie Jingi – Zettai Kareshi, Meitantei no Okite) passant plus de temps à espionner An qu’à s’occuper de leurs propres affaires, il n’y a pas grand-chose à en retirer. Ils ont pour principales qualités de ne pas être agaçants mais servent uniquement à faire avancer les deux héros.

Sur la forme, la série ne sort pas spécialement des sentiers battus et joue dans la cour des j-dramas habituels. La bande-originale composée par Haketa Takefumi effectue de son côté correctement son travail et sait se montrer assez discrète afin de ne pas surcharger les moments plus riches en émotions. Enfin, la chanson que l’on entend régulièrement, Toki no Ashioto de Kobukuro, correspond bien à l’atmosphère car elle fait preuve de douceur et d’une certaine tristesse sans être pour autant dénuée de rythme.

En conclusion, Oh! My Girl!! est une série familiale mettant en avant deux personnes liées par le sang ne se connaissant pas mais devant s’apprivoiser. S’il est indubitable que les situations sont classiques et manquent parfois d’originalité, les épisodes réussissent généralement à divertir de manière plus que convenable. Même si l’humour est présent, le ton est résolument doux-amer car en dépit de la joie et de la bonne humeur de façade des protagonistes, ils sont souvent blessés et tentent de cacher leurs tourments. Avec son rythme lent, le j-drama est parfois un tout petit peu ennuyant et peut d’ailleurs dérouter ceux espérant quelque chose de plus humoristique. En d’autres termes, Oh! My Girl!! se laisse regarder sans déplaisir car elle est souvent mignonne mais n’est clairement pas indispensable tant l’ensemble aurait peut-être mérité un peu plus d’entrain.