[TV Meme] Jour 17 ~ Votre mini-série préférée

Par , le 3 janvier 2011

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, effectivement, j’aime beaucoup les mini-séries. C’est un format qui a toujours eu mes faveurs au gré des époques, que je sois partisane du « plus c’est long mieux c’est » ou du « plus c’est court et mieux je me porte ». Je ne saurais trop expliquer pourquoi. Il faut savoir qu’avant de m’intéresser aux séries télévisées, je suis d’abord devenue une grande passionnée de cinéma. Malheureusement, les films sont parfois un peu frustrants car ils ne permettent pas toujours le développement que l’on pourrait espérer. À l’inverse, les séries tv sont parfois agaçantes car une fin n’est pas écrite dès le départ et en plus, nous ne sommes pas sûrs de l’avoir/la voir un jour. C’est possiblement dans ce contexte que ma grande sympathie envers les mini-séries est née. Avec, on a plusieurs épisodes, donc normalement du développement, et en plus il y a une fin. Ce qui ne gâche rien est que certaines mini-séries ont un budget assez conséquent et parfois bien utilisé.

Alors, quelle mini-série je préfère ? Hmm. J’exclus volontairement celles qui sont issues d’une série en tant que telle.
Je suis une très grande amatrice de The 10th Kingdom (Le 10ème Royaume). Puisqu’elle commence à dater et que je l’ai vue il y a, pfiou, longtemps, je n’ai jamais écrit grand chose à son sujet ici. J’ai eu l’occasion de la revisionner il y a quatre-cinq ans et le constat fut exactement le même. J’adore. C’est drôle, féérique, magnifique, frais et les acteurs sont très bons. Quelque peu dans le même genre, j’aime beaucoup Dinotopia.
Il y a quelques années, j’ai eu un gros coup de cœur pour Ring of the Nibelungs (L’anneau sacré) qui, sans être parfaite, retrace la légende nordique de la valkyrie Brünhild et Siegfried.
Dans le rayon science-fiction, la première mini-série de V est un chef-d’œuvre que je ne me lasse pas de regarder.

Il existe d’autres mini-séries qui ont mes faveurs mais je pense que peu peuvent dépasser cette passion que j’ai pour North & South de la BBC. Il s’agit d’une adaptation du roman éponyme d’Elizabeth Gaskell. Composée de quatre épisodes, elle raconte la rencontre de deux personnes venant de deux mondes différents et qui ne semblent n’avoir pas grand chose en commun. Sous fond d’analyse sociale, il est question d’une superbe histoire d’amour qui ne laisse clairement pas indifférent. Esthétiquement parlant, la mini-série est tout aussi réussie et il est difficile de s’en détacher tant il en ressort une certaine poésie.

(Bilan) Mon année sériephile 2010

Par , le 2 janvier 2011

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaite à tous les lecteurs de Luminophore une excellente année 2011, avec tout ce qui est de circonstance.

Comme c’est de coutume, le blog n’y échappe pas et il est donc le temps du bilan de l’année qui vient de s’écouler. À l’instar des articles analogues, il n’est pas du tout question de l’année 2010 des séries, mais de mon année 2010 des séries. Hop, on est partis !

En lire plus…

[TV Meme] Jour 16 ~ Votre série « guilty pleasure »

Par , le 1 janvier 2011

Il y a presque deux ans, j’ai écrit un article sur la notion de guilty pleasure. A l’époque, je disais que l’expression était galvaudée et que dans mon cas, elle n’avait pas lieu d’être. Je n’ai effectivement aucunement honte de regarder les séries qui passent par mon écran. Il est vrai qu’elles ne sont pas toutes intelligentes, qu’avec certaines je n’en ressors pas particulièrement grandie mais je pars du principe que les séries télé sont avant tout là pour divertir. Comme il faut bien répondre quelque chose, je vais le faire mais sachez que je n’ai pas de guilty pleasure.

Forcément, celle qui correspond le mieux à cette catégorie est Smallville. Le moins que l’on puisse dire est que beaucoup lui cassent du sucre sur le dos. Il est vrai qu’elle n’est pas parfaite mais elle s’est améliorée avec le temps. Elle est même parvenue à proposer des saisons on ne peut plus correctes et n’ayant pas à rougir face à la concurrence. Je pense tout particulièrement aux saisons six et huit. Peu de séries peuvent tout de même se vanter d’avoir tenu dix ans à l’antenne. Cela ne signifie pas que l’on se trouve forcément en face de qualité mais dans le cas de Smallville, il lui arrive d’avoir des éclairs de génie. Pour ma part, je m’amuse généralement énormément en la regardant. La distribution actuelle est pile poil comme j’aime, les personnages ont pour la plupart évolué alors que pour certains, c’était pas gagné, et contrairement aux idées reçues, non ce n’est pas niais. Pas toujours en tout cas. Bref, moi j’aime beaucoup, même si je sais que pour certains c’est « haaan la honte tu regardes Smallville ! ». Et ?