The Loop (saison 1) – Your not one of those « trans-operatives » are you ? Like my son’s friend « Seth Beth » ?

Par , le 26 octobre 2007

Il y a quelques semaines alors que j’étais en train de regarder les filmographies des acteurs de l’excellente série Get Real (La Famille Green en VF. Ah ce que j’aimerais qu’elle repasse un jour… c’est beau de rêver), j’ai remarqué qu’Eric Christian Olsen jouait dans une série de Fox : The Loop. (Il y a quelques années il avait aussi participé à quelques épisodes de Tru Calling.)
Les quelques photos promos de la série ainsi que le synopsis m’ayant bien plu je décide de regarder la saison 1. Après tout, 7 épisodes de 20 minutes ce n’est pas la mort même si c’est pourri. Aucun spoiler.

Alors que l’on a juste vingt ans et que l’on doit faire face aux plus importants défis de la vie, il y en a qui décident de s’embarquer dans la vie professionnelle sans plus attendre et d’autres qui préfèrent continuer à s’amuser avec leurs copains sans se soucier de leur vie future. Mais il existe aussi certaines personnes qui décident, avec plus ou moins de succès, de combiner les deux !
The Loop dont l’histoire se déroule à Chicago suit le parcours de Sam (Bret Harrison), le plus jeune cadre dans le siège social d’une importante compagnie aérienne, et le premier parmi son groupe d’amis à avoir un métier. Il doit trouver un moyen de gérer à la fois sa carrière mais aussi sa vie sociale, notamment avec ses colocataires. Le premier, Sully (Eric Christian Olsen), est le frère aîné de Sam, qui ne pense qu’aux femmes et qui enchaine par là même les petits boulots sans réelle perspective de carrière. L’autre colocataire de Sam est Piper, une étudiante en médecine, pour qui Sam a depuis longtemps le béguin…
Au travail, Sam se bat pour répondre aux incéssantes demandes de son boss, Russ (Philp Baker Hall), mais aussi aux avances de sa collège, Meryl (Mimi Rogers).

Les informations concernant The Loop ne se bousculent pas au portillon sur le net. En fait je n’ai vu personne en parler, il n’y a aucun site web, bref rien de rien. Je crois que la série est annulée mais je ne suis pas sûre du tout… Tout ce que je sais c’est que la saison 1 diffusée durant l’été 2006 comporte 7 épisodes et la seconde saison est composée de 10 épisodes et est passée aux Etats-Unis cet été.
Alors que je cherchais des informations, je suis tombée sur cette photo promo de la saison 1. Au premier abord je me suis dit que le personnage de Lizzy a donc été recasté et en regardant de plus près je me rendue compte qu’en fait la brune de gauche n’est autre que Becki Newton (Amanda dans Ugly Betty) !! Je ne pense pas me tromper mais vu que je ne vois cette information nulle part sur internet, je ne suis pas sûre de moi…

The Loop est une sitcom délirante avec un humour assez similaire à celui de Scrubs. C’est assez débile par moment, sans être une accumulation de blagues potaches ou de scènes graveleuses, et c’est tout à fait le genre qui me plaît personnellement. Le fait que les épisodes ne durent que 20 minutes permet de ne pas avoir de longueur. Le temps passe très vite et tout du long on rigole à s’en décrocher la mâchoire.
Une nouveauté est qu’il arrive régulièrement qu’on ait le droit à un sous-titre en dessous d’une situation ou d’un personnage et un arrêt de l’image de quelques secondes. Sous-titre qui ajoute tout le temps une très grande dose d’humour !
Je ne regarde que très peu de sitcoms donc je ne peux pas trop dire si elle est différente des autres mais une chose est sûre c’est que les scenarii sont très bien écrits et plutôt intelligents. Le héros, Sam, surnommé Thesis par son boss, est vraiment très très sympa. Toute la série se déroule à travers ses yeux et on le suit avec délice dans ses déboires. Tout se termine toujours très bien mais les situations sont tellement rocambolesques, sans être pour autant irréalistes, que l’on est forcément admiratif devant tant de malchance heureuse ^^;
Tous les personnages, que ce soit le frère de Sam avec des idées de job hallucinantes, Lizzy la barmaid délurée, Darcy la secrétaire pince-sans-rire, Russ le patron très caustique ou encore Meryl la collègue avec ses avances très piquantes, sont différents et offrent la plupart du temps des scènes palpitantes et humoristiques. L’écriture de la série y est pour quelque chose mais le casting joue beaucoup à cette parfaite osmose. Je dois dire que ce fut un plaisir de voir Mimi Rogers :)
Si vous aimez les guest stars, vous serez ravis d’apprendre qu’Adam Brody (Seth de The O.C.) y fait une apparition extrêmement agréable ainsi que le chanteur des Dandy Warhols. Par ailleurs, on y voit aussi Masi Oka (Hiro dans Heroes) jouant un interprète chinois ;D Sauf qu’à cette époque, le japonais n’avait pas du tout la renommée qu’il a actuellement.

Bref une saison 1 très prometteuse et qui rempli bien ce que le télespectateur attend de ce genre de programme. Si vous aimez Scrubs je pense que The Loop devrait vous plaire. Dans tous les cas, cette série est à conseiller aux amateurs de franche rigolade !

Edit : La série est bien annulée au bout de deux saisons. De plus, Becki Newton a été recastée, elle incarnait donc au départ Lizzy.

Farscape (saison 4) – This is John Crichton paging the head Cylon. Pick up the phone, Imperious Leader.

Par , le 12 octobre 2007

Farscape, saison 4. Une vraie bombe. En commençant la série je n’aurais jamais imaginé que j’en serais aussi dingue. En quatre saisons elle est rentrée dans mon top 5, celui qui est supposé être immuable. La saison 4 est dans la même continuité que la 3 c’est-à-dire tout aussi excellente. J’étais, et je le suis toujours d’ailleurs, effarée de savoir que les dirigeants de Sci-Fi aient décidé de l’annuler alors que le season finale se terminait sur un A suivre et par voie de conséquence un cliffhanger de très grand malade. Lorsqu’on possède une série de cette qualité, avec un très grand nombre de fans déchaînés (le pouvoir des geeks ^^;), on ne l’arrête pas en plein milieu parce qu’elle n’engrange pas assez d’argent. Ce qui me fait sourire c’est que la série a été annulée pour renforcer Stargate SG-1. A l’époque j’aimais beaucoup cette dernière et Farscape ne me disait rien de bon. Ah… j’étais jeune et naïve. D’ailleurs, Stargate SG-1 a pas mal pompé d’idées à Farscape. Sans parler d’autres fandoms évidemment, comme Star Wars par exemple. Et puis au moins dans Farscape ils ont réglé des problèmes comme les langues ! Oui parce que tout l’univers ne parle pas anglais que je sache. Bref. Ne nous acharnons pas sur la franchise Stargate. Non non. Parlons de ce petit bijou de saison 4. Aucun spoiler.

Le season premiere, Crichton Kicks, est probablement le meilleur début de saison de la série. La dépression du héros débute, sa paranoïa ne fait qu’augmenter et il se laisse aller. On ne le comprend que trop et sa déchéance est terrible. Cela dit, il reste toujours le même, c’est-à-dire très ironique sur son sort ce qui apporte une petite touche d’espoir mêlé à du cynisme. Le Crichton frais et dispo sera bien de retour un jour, croisons les doigts !
Concernant les épisodes à proprement parler, les trois épisodes centrés sur une certaine planète (ou comment évitez les spoilers) sont très réussis. Je ne pensais pas que John et ses amis iraient un jour sur cette « vraie » planète mais ce fut le cas. Encore une fois les scénaristes font de l’excellent boulot, les sentiments antithétiques de John sont bien mis en évidence et interprétés avec grand justesse par un Ben Browder au summum de son art.
Comme d’habitude, quelques épisodes sont plus drôles que les autres (par exemple le 4.07, John Quixote) mais la plaisanterie a toujours un sens caché voire plusieurs. J’ai déjà pu le dire mais j’apprécie réellement cette double voire triple lecture que l’on peut faire de Farscape. Une scène limite débile, comme beaucoup des moments John / Harvey par exemple, n’est pas à prendre pour argent comptant. Bon on peut le faire évidemment mais ce serait louper une très grande partie de la série. Qui a dit que les séries et films SF étaient des trucs débiles pour des gens débiles ? -__-
Le series finale, qui n’aurait dû n’être qu’un season finale, ne conclut en rien la série. Au contraire. Les dernières scènes sont fantastiques et une pure merveille du point de vue de la réalisation. Comme à l’accoutumée, la série est sadique avec les fans car elle nous laisse sur un cliffhanger insupportable. Heureusement que The Peacekeeper Wars est passée derrière…

Qui dit nouvelle saison, dit arrivée de nouveaux personnages et disparition d’autres. Sikozu fait ainsi son entrée. J’ai eu beaucoup de mal avec elle et son évolution ne m’a en aucun cas troublée. Dès le départ on sent qu’il se passe un truc avec un autre personnage et évidemment, tout finit par se passer comme on s’en doutait. C’est un vrai serpent. Je n’irai pas dire que je la déteste mais elle est trop imprévisible et manipulatrice pour être réellement appréciée. Elle a de bons côtés, cependant avec ce genre de personne il faut toujours être sur ses gardes. Le départ de la rousse volcanique m’a un petit peu attristée mais on aura la chance de la revoir de temps en temps et ça c’est chouette !
Je me suis déjà longuement étendue sur les personnages donc je ne vais pas trop revenir sur le sujet. J’ajouterai seulement, enfin je répéterai, que Farscape offre une très belle brochette de personnages hauts en couleurs et qui évoluent tous énormément au fur et à mesure des épisodes. Et quand je dis tous, c’est tous. Par ailleurs, ils sont tous passés au peigne fin, leur histoire personnelle est mise en avant de manière à mieux les comprendre.
La saison 4 est essentiellement centrée sur le fabuleux couple Aeryn / John qui est certainement un des couples les mieux écrits de toute l’histoire des séries tv. L’un ne va pas sans l’autre. Leur romance est magnifique et terrible à la fois.

Je parlerai ici de la mini-série The Peacekeeper Wars, tout aussi extra, très bientôt. Et ainsi se fermera le chapitre Farscape. Néanmoins, il reste les webisodes qui arriveront en 2008 a priori. J’espère de tout coeur que les acteurs principaux seront de la partie.