(Blog) Ouverture de Luminophore

Par , le 14 juin 2007

La création d’un endroit dédié à tous mes commentaires sur les séries télévisées me trottait depuis un petit moment dans la tête. Effectivement, je me doute bien que certains ne lisent pas mon LJ pour ce que j’ai à dire concernant le monde de la télé donc à chaque fois j’essayais de me limiter. Or, j’ai souvent envie de parler de séries tv mais je mets un frein et ce n’est pas marrant. Avec Luminophore je pourrai faire ce que je veux et ceux qui seront intéressés auront de la lecture ^.^

Je ne transfère que mon dernier message d’Île de Glace sur les séries, pour le reste il faut aller voir là-bas. Tout ou presque y est visible sans être ajouté à ma friends list.

Pourquoi ce nom, Luminophore ? Comme d’habitude j’ai eu un peu de mal à trouver un joli titre qui me convienne. Je voulais qu’il fasse référence à la télévision sans être pour autant d’une banalité affligeante.

Luminophores : Pastilles de substances fluorescentes déposées sur la face interne de l’écran d’un tube cathodique en couleurs.

Prison Break (saison 1) – Welcome to Prisneyland, fish !

Par , le 27 août 2006

Article (un peu enflammé, presque deux ans plus tard je n’aurais pas trop le même avis ^^;;;) du 27 août 2006, écrit ailleurs que sur ce blog à l’origine. Ajouté sur Luminophore le 13 février 2008.

Cela fait maintenant un sacré petit moment que je bassine tout le monde avec certaines séries tv. Prison Break est l’une d’entre elles. Je me décide donc enfin à écrire un article là-dessus parce qu’elle arrive sur M6 dès jeudi prochain à raison de trois épisodes par soirée. Je ne suis pas du tout friande de ce gavage vu qu’on perd un petit peu en suspense je trouve, mais au moins ça aura le mérite de lancer rapidement l’affaire.

La saison une de 22 épisodes s’est terminée il y a plusieurs mois et la seconde vient de commencer cette semaine aux États-Unis. Les audiences sont bonnes ce qui fait que l’on peut espérer une saison trois. Cela dit, ne brûlons pas les étapes. Étant donné que Prison Break commence seulement dans quelques jours dans notre pays, tout ce qui concerne la saison deux est considéré comme spoilers.

De quoi ça parle ?
Michael Scofield est convaincu que son frère, Lincoln Burrows, est innocent. Il est accusé du meurtre du vice-président des États-Unis. Michael est bien décidé à le faire sortir de prison mais d’une manière bien peu banale… et cela avant l’exécution de Lincoln qui a lieu dans trois semaines. Bref, le temps presse et il serait temps que Michael trouve une bonne solution. Toute l’originalité de la série repose justement dans cette solution bien particulière et la grande ingéniosité du héros.
La série ne se base pas seulement sur l’histoire de Michael et son frère mais aussi sur Veronica Donovan, avocate et ex petite-amie de Lincoln. Elle va tenter d’éclaircir un petit peu ce dossier mais il y a aura quelques complications…

Pourquoi c’est bien ?
Parce que c’est stressant !! Je n’ai jamais regardé 24 et il paraît que Prison Break lui ressemble du point de vue du rythme. Je dois dire qu’à chaque épisode ma tension monte comme jamais. Alors oui on s’énerve, on trépigne d’impatience, on s’angoisse mais c’est trop bien xD. Il y a beaucoup d’action, de suspense et les situations sont suffisamment variées pour ne pas tomber dans la monotonie. De plus, comme il y a plusieurs scènes dans la prison, mais aussi à l’extérieur, ça nous permet de voir différents personnages et univers.
L’ambiance de la série est plus que digne d’intérêt. En bref c’est très sombre voire même oppressant par moment.
La mise en place et l’évolution du plan de Michael est plus qu’ingénieuse et dès qu’il y a un élément perturbateur on se demande comment il va régler ces problèmes. On remarque qu’il a toujours un train d’avance sur tout le monde.

Les acteurs sont convaincants. J’en connaissais déjà une bonne partie avant de débuter la série, à commencer par Wentworth Miller qui a joué dans Buffy ou encore Dinotopia. Il y aussi Dominic Purcell alias le John Doe le plus connu de la Terre, sans oublier le formidable Stacy Keach. Les personnages sont eux aussi intéressants. A vrai dire tous me plaisent. Même s’il y a certains qui m’ont fichu une frousse du tonnerre. Oui je parle bien de toi T-Bag ^^;;

Vu que la solution de Michael est un spoiler de la fin de l’épisode 1×01 je ne peux pas trop expliquer en détail ce qui fait que c’est bien sans tout dévoiler. Zut alors ;___;

Mais il y a quand même des défauts non ?
Bah oui… Étant donné que la série ne devait durer que treize épisodes au début, on sent qu’il y a un ventre mou au milieu de la saison. L’histoire a été délayée afin de faire 22 épisodes. Toutefois ça ne m’a pas trop dérangée personnellement. Vers l’épisode 17 ou 18, la cadence repart à un rythme infernal et nous, on est littéralement en train de s’accrocher à notre canapé parce qu’on ne tient plus en place.

Les scènes extérieures sont elles aussi moins bonnes que dans la prison. C’est un petit peu trop tiré par les cheveux et on se croirait par moment dans The X-Files avec cette histoire de conspiration. Mais comme je vais pouvoir le répéter, on passe outre du fait des autres qualités de la série.

VO versus VF
Vu que j’ai visionné la série en même temps que les États-Unis, je l’ai regardée en VO donc j’imagine que je vais détester la VF. Déjà, quand je vois le casting des comédiens de doublage je frissonne d’horreur. Toutefois ce qui me choque le plus c’est que le générique a été modifié pour la France. Mais c’est un choix de la Fox pour mieux intégrer la série à notre pays. En VO nous avons le droit à une très belle musique. En France vous entendrez une chanson rap. Je l’ai écoutée. A la base ce style de musique n’est pas mon genre donc ça ne sert à rien que je m’acharne sur ce pauvre Faf la rage xD.

Bon je m’arrête là avant de commencer à en divulguer plus que je ne le devrais !
Donc vous savez ce que vous avez à faire jeudi prochain : regardez les trois premiers épisodes de Prison Break !

Battlestar Galactica (saisons 1 & 2) – Yeah, they do bleed good, though. You gotta like that.

Par , le 10 mars 2006

Article (un peu bordélique je vous l’accorde) du 10 mars 2006 écrit pour Île de Glace à la base. Ajouté sur Luminophore le 13 février 2008. Il traite globalement de la série Battlestar Galactica.

Petit topo sur la série avant de commencer véritablement. C’est un peu le bordel pour la personne qui débute. En effet, la série dont je vous parle est un remake de la série du même nom, Battlestar Galactica mais de 1978. L’idée de départ a été reprise, certains personnages aussi je crois mais des modifications ont été établies. Par exemple je sais que Starbuck était un homme dans l’originale. Le BSG dont je vous parle date de 2003. Tout a d’abord commencé par la mini-série en deux parties qui est en réalité le pilote. Il a été diffusé à la fin de l’année 2005 sur M6. Ce n’est que parce que les audiences furent au rendez-vous aux Etats-Unis qu’une première saison de 13 épisodes fut commandée. La seconde saison fait 20 épisodes et se termine donc ce soir comme je l’ai déjà écrit plus haut.
Certains disent qu’on peut zapper le pilote. Moi je crie non ! Ce serait totalement stupide de commencer au 1×01. On perd beaucoup du scénario et des références ont souvent lieu au cours de la série. Il faut réellement regarder auparavant la mini-série.
Vous voulez regarder BSG ? La série est en cours de diffusion sur Sci-Fi France. Enfin là elle est en pause puisque le doublage de la deuxième partie de la saison 2 n’est pas encore tout à fait terminé mais ça ne saurait tarder. Il y a des rumeurs comme quoi la saison 1 arriverait sur M6 en octobre mais bon, on ne peut pas être sûr.

Bref. De quoi ça parle ? Dans un autre univers, les êtres humains ont créé des machines (des toasteurs comme ils le disent si bien en VO ^^) pour faire les travaux qui sont usants à réaliser. Sauf qu’un jour ces machines se rebellent contre leurs créateurs. S’en suivent de terribles batailles sans réellement parvenir à une trêve. 1000 ans après le début de la guerre, alors qu’on commence à croire que ces machines appelées Cylons ont laissé tranquille les Humains, elles réapparaissent et anéantissent pratiquement notre race. Pour éviter la destruction totale de notre espèce, le commandant du Galactica, Bill Adama, demande aux survivants de suivre son vaisseau. Mais vers quelle destination puisque les 12 colonies ont été détruites ? Eh bien vers la mythique 13ème, portant le doux nom de Terre ; le problème est qu’on ne sait pas si elle existe. Evidemment vous vous doutez que les Cylons n’en restent pas là, ils pourchassent la flotte par tous les moyens possibles.
Je ne vais pas rentrer davantage dans les détails vu que ce serait trop compliqué ou alors je serai encore là demain x.x Le mieux est de regarder de toute manière ^^.

Pourquoi est-ce si bien ? Il faut déjà savoir que c’est de la science-fiction. Si vous êtes totalement réfractaires à ce genre, je me doute que ça ne vous intéressera guère mais sait-on jamais… Par ailleurs, si vous ne connaissez que Stargate -les séries-, je tiens à préciser que BSG est à des années lumières de la franchise Stargate. Cette dernière joue quand même beaucoup sur la comédie et assez peu sur la mythologie en fin de compte.
Le scénario, plutôt complexe et très recherché, ne donne absolument pas dans la facilité. Les thèmes abordés sont divers et variés et nous poussent forcément à réfléchir et parfois même à changer notre jugement : la politique, la légitimité d’une nation, la torture, le pouvoir, la notion de liberté, l’éthique etc. J’aime ce mélange de croyances anciennes avec les nouvelles.
Les effets spéciaux sont ha-llu-ci-nants. Pour une série TV c’est tout simplement dingue d’arriver à un tel résultat. Les scènes de bataille spatiale sont très bien filmées. George Lucas peut partir se rhabiller. Ce qui est encore plus fou c’est que la qualité est sur du long terme. On voit régulièrement, voire à tous les épisodes et plusieurs fois durant, des scènes dans l’espace et à chaque fois c’est réussi. Et pourtant je ne crois pas que la série ait un budget si importants que ça… Nan mais vraiment, à chaque fois je suis bluffée.

Le casting est génial. Pas un seul acteur ne dépareille dans le lot. Je ne peux pas tous les passer en détail vu qu’ils sont très nombreux. Généralement lorsqu’il y en a beaucoup, peu ont la part belle. Pas dans BSG, un grand nombre a déjà vu sa psychologie détaillée et analysée. On les comprend mieux. Aucun manichéisme. Tout le monde fait des erreurs, il n’y a que des nuances de gris. Même le personnage qui semble le plus lisse (oui je fais allusion à toi Lee-Saint-Adama) va grandement changer au cours de ces deux saisons pour prendre plus de profondeur. Les personnages doutent et tentent de reconstruire un semblant de vie alors qu’ils ont tout perdu : famille, amis, maison. A quoi peuvent-ils donc s’accrocher ? Comme je suis en plein dans les personnages je suis obligée de parler de Kara Thrace, alias Starbuck. Je l’aime, je l’adore. Elle est sensationnelle. C’est une grande gueule, lorsque que quelque chose la dérange, elle le dit et bien fort en plus. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et prend un malin plaisir à répondre sur le ton qui lui plaît à qui elle veut. Elle adore tourner en bourrique Lee, entre autre. Starbuck est le meilleur pilote de Viper et elle le sait ! Il est évident qu’elle a un côté plus sombre, comme tout personnage de BSG qui se respecte, mais je n’ai pas envie de spoiler non plus donc je vais m’arrêter là. Ca fait longtemps que je n’avais pas autant flashé sur un personnage.
Gaius Baltar, monsieur le scientifique imbu de sa personne, est sensationnel aussi. L’acteur qui l’interprète est parfait dans ce rôle et ah, ce petit accent anglais me fait fondre. Tout comme celui de Lee, fils du commandant Adama, d’ailleurs.
Les amateurs du girl power seront ravis vu que les femmes ont souvent un sacré pouvoir : Laura Roslin, Kara Thrace, Six, Sharon Valerii alias Boomer etc.
Ah et les Cylons… Ce qui est fou, c’est alors qu’ils ont anéanti notre espèce, on finit par les comprendre voire par en apprécier certains et vouloir qu’ils parviennent à faire ce qu’ils désirent. Vu que l’identité des Cylons humains est hyper spoilerisante, je ne peux pas m’attarder au cas où certains se décident à regarder.
Une autre chose qui contribue à faire de cette série un petit chef d’oeuvre est sa musique. Elle alterne parfaitement entre les passages plus calmes, les scènes dans l’espace, les attaques des Cylons… Une perle à elle toute seule.

Les défauts que certains ont pu relever font surtout référence à la lenteur de la série. Ce n’est pas quelque chose qui m’a marquée donc je ne peux trop m’étendre là-dessus. Ceci dit, c’était surtout valable pour la mini-série je crois. Là je prendrai la défense de BSG en indiquant que c’était le pilote, donc un épisode de présentation. Le but était de poser les bases solides de la série et présenter tous les personnages, chose pas forcément évidente. Donc si vous trouvez tout ça lent, continuez au moins jusqu’aux premiers épisodes de la saison 1.

Mais comment donc ça va terminer ? On avait posé la question à Edward James Olmos, l’acteur qui interprète Bill Adama et voici sa petite version : « Ils trouvent la Terre. Ils atterrissent. Ils sortent du vaisseau. Et ils sont atomisés. Alors un des commandos se tournera vers le Président Bush et dira : « Les E.T. ont été vaincus. » ^^;;;

Bref pour faire court, BSG c’est le bien, mangez-en tous les jours !

Page 383 sur 383« Première page1020380381382383