Drive, Bionic Woman, Californication – En vrac.

Par , le 31 août 2007

Quelques blablas sur diverses séries qui ne méritent pas d’entrée entièrement dédiée à leur cause. Mais peut-être que ça viendra par la suite. C’est que j’ai du retard dans tout ce que je veux dire sur les séries et si je ne mets pas le turbo, je parlerai toujours des séries un mois après leur diffusion x.x.

Drive : Les deux derniers épisodes ont été diffusés début août je crois, je ne sais plus trop. Enfin bon, ils ne clôturent en rien la série puisqu’elle a été annulée, mais je tenais à avoir un aperçu de ce qu’elle aurait pu être. Je suis assez déçue, j’aurais bien aimé voir la suite… A la base j’aime bien les trucs de ce genre : les voitures qui foncent avec de la musique bruyante en fond sonore. Ben quoi ? J’assume XD. Mais voir ça étalé sur plusieurs épisodes ce n’était pas gagné. Drive n’était assurément pas la série du siècle mais elle mettait un petit peu de tension et de piquant, avait un casting agréable (Nathan Fillion et Amy Acker entre autres), des dialogues plutôt bien écrits. Je suis assez étonnée qu’elle n’ait pas fonctionné aux Etats-Unis. Tant pis quoi.

Bionic Woman : Je n’ai regardé que le pilote puisque la série n’a pas encore commencé. Je parle évidemment du remake, pas de la version des années 70-80. Eh bien je ne sais pas si je vais la visionner dès octobre. L’actrice principale est fade et manque cruellement de punch. Et puis franchement, j’ai comme l’impression que la série se veut un hommage au girl power mais ce n’est pas du tout crédible. La fille, Jaimie, ne peut pas faire un pas sans son copain qui certes, lui a sauvé la vie mais qui l’a aussi transformée en machine de combat. Les effets spéciaux sont très moyens, ce qui pour une série de ce genre n’est pas génial… Trop convenu, trop plat, pas assez profond. Les critiques négatives ne manquent pas. Je suis juste contente d’avoir vu Katee Sackhoff en méchante avec une classe assez folle sous la pluie. Si jamais je regarde la suite, ce sera sûrement pour elle et pour une partie du cast de Battlestar Galactica qui va intégrer la série en cours de route.

Californication : Après des années de vide, David Duchovny revient dans le monde des séries et c’est pour notre plus grand plaisir. Pour le mien en tout cas. Californication est une série au format 30 minutes de Showtime. Elle raconte l’histoire d’un écrivain à la vie plutôt houleuse (sexe, drogue, alcool…). Pour le moment j’ai vu les deux premiers épisodes et j’en tirerai un bilan plutôt positif. Néanmoins il est clair que si on a du mal avec les scènes de sexe et la vulgarité ce n’est pas une série très adaptée !! Donc oui c’est très trash. Personnellement j’aime assez ce genre de choses tant que ça ne tombe pas dans le ridicule et pour le moment ce n’est pas le cas. Il y a moyen de faire quelque chose d’assez intéressant vu que tous les personnages offrent des personnalités et des univers assez différents. Assez jouissif donc mais est-ce que ça va pouvoir durer de cette manière c’est à voir ! Si vous appréciez David Duchovny, n’hésitez pas à y jeter un oeil. D’autant plus qu’on le voit nu XD.

ER | Urgences (saison 13) – Avant c’était mieux.

Par , le 31 août 2007

Il y a des séries que l’on regarde depuis de nombreuses années et pour lesquelles on ne peut pas s’arrêter en cours de route parce qu’après tout ce temps passé, on se dit que ce serait bien de voir la fin. Même si la qualité n’est plus forcément au rendez-vous on reste un petit peu nostalgique de la belle époque. C’est un petit peu ce qui m’arrive avec Urgences / ER. J’ai commencé la série à ses tous débuts sur France 2 je crois. Ah j’étais jeune ;__;. J’en étais vraiment fan du temps des Mark Green, Peter Benton (mon chouchou ♥), Doug Ross, Carol Hathaway mais maintenant j’ai plus de mal. La saison 13 s’est terminée en France il y a un petit peu moins de deux semaines et j’en tire un bilan assez mitigé.

Autant les saisons 10 et 11 (et peut-être 9, je ne me rappelle plus) m’ont profondément ennuyée, autant j’ai un regain d’intérêt pour la série avec les saisons 12 et 13. Les personnages sont plus intéressants et plus développés, même si comme d’habitude on en privilégie trop certains et pas assez d’autres (Kerry reviens -___-). Les relations entre eux commencent enfin à durer et gagnent en maturité. Et ça fait du bien d’approfondir quelque chose plutôt que de faire du superficiel.

Un des points forts d’Urgences est le traitement des malades, ici pas de cas extrêmement bizarroïdes et rarissimes comme dans House MD ou Grey’s Anatomy et c’est appréciable. Il est vrai qu’il y a quelques trucs qui sont exagérés mais on reste dans la limite du raisonnable. Il n’y a pas non plus de surenchère de sentiments. Certains malades sont touchants mais les scénaristes ne tirent pas de trop sur la corde sensible pour faire pleurer dans les chaumières. On s’attache à eux et parfois on est tout simplement horrifié par l’attitude de certains.

La saison 13 était donc pas mal mais pas exceptionnelle non plus. Je suis un petit peu déçue par l’intégration à l’histoire de Forest Whitaker, guest star de choix. Dur de s’attacher à lui et à ses problèmes, et ce n’était pas beaucoup mieux du côté de Luka que j’ai difficilement du mal à apprécier. Le nouveau personnage régulier, Tony, est une tête à claques narcissique donc il m’a vite tapé sur les nerfs. Par contre, grande révélation pour Morris et Hope qui à eux deux ont apporté une très grande fraîcheur à la saison. Qui aurait cru cela possible de la part de Morris ? L’arrivée du docteur Moretti m’a quelque peu embêtée au début parce que j’avais l’impression de voir un Romano bis. Sauf que non… On en saura plus sur ce fameux nouveau chef dans la saison prochaine.
Certains arcs comme l’histoire de Sam au début (et son fils à jeter à la poubelle) sont absolument nuls mais d’autres sont mieux mis en scène comme Pratt et ce qu’il lui arrive : son frère et ses problèmes de pharmacie.

Bref comme à l’accoutumée, pas grand chose à dire sur Urgences si ce n’est que je rempilerai évidemment pour la saison 14 et sûrement dernière. Par habitude.

Farscape (saison 2) – Hey, I was lips, you were tongue !

Par , le 22 août 2007

Luminophore a été délaissé dernièrement à cause de mon attelle au bras ce qui fait que j’ai pas mal de séries dont je veux vous parler. Il va falloir mettre le turbo car la nouvelle saison télévisuelle ne va pas tarder à commencer ! Aujourd’hui c’est au tour de la saison 2 de Farscape de passer à la moulinette.
J’ai regardé la saison 1 l’été dernier et les trois premiers épisodes de la saison 2 cet hiver. J’avais donc laissé un petit peu tomber jusqu’à cette semaine puisque j’avais énormément de séries qui prenaient de la poussière dans mon ordi. Et comme j’ai déjà gravé Farscape, ça attendait. Sauf que cet été j’ai enfin fini par rattraper une grande partie de mon retard ce qui fait que j’ai repris la saison 2 de Farscape cette semaine. Je l’ai terminée hier. Déjà. Il faut savoir que je suis du genre à tenter de savourer quelque chose que j’aime mais là je n’ai pas pu… c’est tellement bon ♥. Aucun spoiler.

John Crichton, scientifique et astronaute se retrouve, lors d’un vol expérimental dangereux, attiré par un champ magnétique qui l’emmène dans une autre galaxie. Alors qu’il a perdu connaissance, il se remet de ses émotions et se retrouve en plein dans une bataille stellaire. Des prisonniers ont volé un vaisseau carcéral, Moya, et sont poursuivis par une organisation militaire, Les Pacificateurs. Son vaisseau est attiré par une attraction à bord du Moya et il va venir en aide aux fugitifs. Il va alors tuer involontairement un des membres de l’organisation des Pacificateurs, le frère de Crais, haut responsable des Pacificateurs. Il devient alors lui même un fugitif. Il va alors, avec ses nouveaux amis, tout faire pour que chacun retrouve son monde.
Source : SériesLive

J’avais bien aimé la saison 1 même si le début est un petit peu kitsch par moment. Il faut dire que le budget de cette série américano-australienne n’était pas conséquent au début (après je ne sais pas mais ça a dû s’améliorer). Dès le milieu de la saison 1 et lorsque Scorpius fait son apparition, ça change. La série prend ses marques et nous fait plonger dans son univers si absurde par moment mais diaboliquement crédible.
La saison 2 est 50 crans au-dessus. On m’a dit que pourtant elle était bien au-dessous de ce que sont les saisons 3 et 4 et là j’avoue que je suis très très curieuse de voir cela…

Je ne vais pas cacher que si l’on n’est pas du tout fan des extraterrestres et toutes créatures un poil bizarre, on risque d’avoir du mal mais ce serait dommage de s’en priver pour cette raison. C’est de la science-fiction, bien plus prononcée que Battlestar Galactica par exemple. C’est plus dans la veine de Star Wars. Qui dit aliens dit forcément maquillage et là c’est plutôt réussi. Autant la saison 1 avait quelques soucis car certains personnages donnaient envie de les prendre comme peluche, autant la saison 2 passe ce cap. Cela dit, la série n’a jamais eu de problème du côté du maniement de certaines marionnettes comme celle de Rygel aka Sparky ^^; L’animation est fluide et on ne peut plus crédible. Donc comme je le disais les maquillages sont très bons, Zhaan, la delvienne toute bleue est beaucoup plus belle par exemple.
Les qualités de la série ne s’arrêtent évidemment pas au maquillage, les décors sont bien meilleurs aussi. Les vêtements restent les même et on ne peut qu’être ravis car John et Aeryn savent porter le cuir. Et même mieux que ça !! Que serait Farscape sans ses fameux vêtements en cuir ? XD
L’univers de la série est riche et profond, les personnages attachants, même ceux qui pourtant n’ont pas grand chose à offrir comme Rygel et il y a de l’émotion. Beaucoup beaucoup d’émotions. Heureusement que les acteurs sont fantastiques, il y a une réelle alchimie entre tous et on a l’impression qu’ils étaient tous heureux de tourner ensemble. Quant aux scénarios, ils sont incroyablement bien ficelés, il y a un fil rouge que l’on suit à travers les aventures de John dans les différentes galaxies. Fil qui pourrait porter le nom de Scorpius, un des méchants les plus charismatiques de l’histoire des séries tv. Déjà, il a de la gueule. Il va malmener en particulier John et ce ne sera pas de tout repos. Il est cruel et sadique mais a un petit côté très drôle. Le duo qu’il forme avec John est passionnant. J’ai rarement vu une série avec des idées aussi délirantes et absurdes mais enfonçant quand même les personnages dans la torture et le glauque. Heureusement qu’il y a de l’humour d’ailleurs, ça détend l’atmosphère.

Bref je m’égare. Venons en à la saison 2. Elle est excellente. Voilà j’ai tout dit ^.^ Le season finale, Die Me, Dichotomy en est le point d’orgue. Si l’on n’a pas réellement apprécié la série jusque là, on est forcément conquis. Tant de drame, de noirceur et d’intensité. Plusieurs fois dans cette saison je me suis demandée s’il fallait rire ou pleurer. Et je faisais les deux à la fois. On comprend ce qu’il se passe mais c’est mis en scène de telle manière que l’on ne sait plus du tout où l’on est et j’aime les séries qui nous torturent tout autant que les personnages. C’est délicieux. Et diabolique en même temps parce qu’on en redemande encore et encore. Farscape bouscule tout ce que l’on sait des séries, franchit des frontières et nous offre une série absolument unique. Les personnages évoluent au fur et à mesure des épisodes, tout comme les relations entre eux. Et comme dans la vraie vie, il n’y a jamais rien d’acquis et tout est en constante évolution. A ce propos, l’univers est en perpétuelle évolution et on commence enfin à comprendre un petit peu comment ce nouveau monde est régit.

Une perle, un petit bijou que j’ai envie de chérir et d’essayer de mettre un frein pour ne pas regarder les saisons 3 et 4 ainsi que la mini-série The Peacekeeper Wars qui clôture cette série intelligente en quelques jours. La série est terminée depuis 2003 mais une annonce a été faite il y a quelques semaines car il semblerait qu’il y aurait bientôt des webisodes. Je pourrais en parler encore, je n’ai même pas évoqué la relation John / Aeryn qui a elle seule mérite un article, les musiques ou comment j’aime Scorpius, etc.
Pour en remettre une couche, j’ajouterai que si la qualité est aussi constante il est évident que la série fera partie de mon top 5… Eh oui, rien que ça ! Tout à fait le genre de série qui me rappelle que je suis une vraie fan de science-fiction.