Saikô no Rikon

//Saikô no Rikon

Saikô no Rikon | 最高の離婚

Par , le 8 novembre 2017

Deux cents. Voilà la deux centième série hebdomadaire japonaise à apparaître sur Luminophore depuis 2007. Déjà ! Je me souviens encore comme si c’était hier de mes débuts dans ce nouvel univers. Ce n’est qu’après avoir terminé Saikô no Rikon, soit le meilleur divorce en français, que j’ai réalisé sa place particulière et je suis bien contente d’être tombée sur elle pour marquer cette occasion. Scénarisée par Sakamoto Yûji (Mother) que l’on ne présente plus, elle se compose de onze épisodes diffusés sur Fuji TV entre janvier et mars 2013 ; le premier et le dernier disposent d’une douzaine de minutes additionnelles. Le bonus datant de 2014 sera traité plus tard. Aucun spoiler. Mitsuo et Yuka se sont mariés il y a presque deux ans, mais depuis, ils passent leurs journées à se disputer, souvent pour des broutilles. Sur un coup de tête, ils décident un soir d’imprimer les papiers de divorce et de les signer. Voilà, ils sont libres. Du moins, en apparence, car en vérité, ce n’est que le début d’un long parcours. Ils sont pour un temps obligés de cohabiter et de mentir à leur propre famille. Et quand s’y ajoute l’irruption d’une ancienne camarade de classe pour qui Mitsuo semble avoir un faible et de son époux, la situation devient encore plus explosive… Grâce à Saikô no Rikon, Sakamoto Yûji montre une fois de plus son appétence pour les sujets un peu controversés allant à contre-courant d’une société toujours trop patriarcale et misogyne. En évoquant le meilleur divorce, […]

En lire plus...