Saru Lock : The Movie | 猿ロック : The Movie (film)

Il aura fallu les attendre un sacré moment, mais, ça y est, les sous-titres de Saru Lock : The Movie sont désormais disponibles depuis quelque temps. Comme son intitulé l’indique plus qu’explicitement, le billet de ce jour est consacré au film suivant la série télévisée Saru Lock, elle-même adaptée du manga du même nom. Réalisé par Maeda Tetsu, il est sorti dans les salles nippones le 27 février 2010 et dure 112 minutes. Il n’est pas du tout nécessaire d’avoir regardé le j-drama pour démarrer ce long-métrage, bien que ce soit évidemment préférable. Aucun spoiler.

Lorsque la jolie Mayumi demande à Sarumaru de l’aider à ouvrir un coffre-fort qui, soi-disant, lui appartient, le serrurier au grand cœur et aux hormones en ébullition ne peut refuser. Comme d’habitude, il se lance la tête baissée dans cette entreprise et finit par s’en mordre les doigts tant la situation sort de son contrôle. Néanmoins, en étant confronté à moult malfrats, ne va-t-il pas tomber amoureux et atteindre son but ultime ?

 

En dépit d’une approche pouvant à juste titre effrayer les réfractaires aux blagues potaches et à l’humour grivois, le renzoku Saru Lock se révèle plutôt rafraîchissant grâce à ses protagonistes truculents et foncièrement attachants, mais également compte tenu de ton décomplexé et ridiculement drôle. Forcément, si l’on a quelque peu apprécié l’univers, l’idée d’un film a de quoi être séduisante si ce n’est qu’il est légitime de se montrer perplexe pour plusieurs raisons. La première est liée à la crainte d’un émoussement du rythme. Effectivement, passer du format d’épisodes d’une petite vingtaine de minutes à une fiction de presque deux heures ne se réalise pas aussi aisément que ce que l’on pourrait croire. Par ailleurs, quel est l’intérêt d’un long-métrage ? Les Japonais ont beaucoup trop l’habitude de sortir des dérivés de séries ayant plutôt bien fonctionné, avec un résultat trop régulièrement correct, sans plus. En d’autres termes, ces à-côtés viennent parfois gâcher l’impression positive que l’on avait d’une production, ce qui est dommage. Alors, qu’en est-il de ce Saru Lock : The Movie ? Malheureusement, les craintes initiales sont fondées même si le film parvient à garder la tête haute. Si les dialogues rapides sont de nouveau de la partie, ou encore que la réalisation et la musique s’amusent avec les clichés, l’ensemble tire sensiblement en longueur et peine à retrouver l’efficacité de la série. Contre toute attente, alors que le temps le permet justement, des personnages tels que Ritsuko sont presque aux abonnés absents. Le long-métrage préfère se focaliser sur son héros, les autres servant surtout de faire-valoir. Sinon, les excès ont toujours symbolisé Saru Lock, mais plusieurs méchants jouent un peu trop la carte de l’ennemi caricatural en en faisant des tonnes. En résumé, les défauts et qualités de la fiction sont de la partie et, encore une fois, la profonde amitié et les aventures irréalistes de l’équipe atténuent suffisamment ces fameux écueils pour ne pas irriter, surtout que des petits détails sont distillés afin d’apporter un minimum de densité à Saru.

 

Plusieurs mois se sont écoulés depuis la fin de la série, mais les choses n’ont pas vraiment bougé depuis. Sarumaru et Yamamoto sont encore des obsédés prêts à tout pour conclure et passent leur temps à courir d’un endroit à un autre, dans l’espoir de voir quelques dessous affriolants. Ritsuko n’en rate pas une pour se moquer d’eux et continue dans son coin son petit bonhomme de chemin. Le seul à avoir sensiblement progressé est Yamada, car il a quitté la police de quartier pour travailler en tant que véritable inspecteur. Sous les ordres de la superbe mais froide Mizuki Eiko (Konishi Manami – Ashita no Kita Yoshio), il cherche en vain à récupérer un coffre-fort ayant disparu d’une banque, volé par des criminels sacrément organisés. Le monde étant définitivement minuscule, Sarumaru se retrouve également lié à cette enquête aux multiples ramifications en raison d’une de ses clientes, l’ambiguë Mayumi (Higa Manami – Marumo no Okite). C’est ainsi que le serrurier et ses amis s’embarquent dans une affaire où tous les coups sont permis. Entre courses-poursuites automobiles, plongeon dans l’eau, films imaginaires – et cruel retour à la réalité – de Saru, salles de sport, drogues, serrures à crocheter et la quête du grand amour, les rebondissements sont pléthores et il va de soi que certains n’en sortiront pas tout à fait indemnes. C’est l’occasion de voir plusieurs visages connus, dont notamment Kunimura Jun (Soratobu Tire), Mitsuishi Ken (BOSS) et Wada Soko (Tsugunai).

Au final, Saru Lock : The Movie est dans la lignée de la série télévisée qu’il suit. Présentant des situations invraisemblables où l’humour cocasse côtoie les blagues légèrement licencieuses, il fait rire et détend en bonne compagnie. La galerie de personnages a toujours beau être parfaitement ridicule, elle regorge de telles figures attachantes qu’il s’avère difficile de ne pas avoir le cœur semblable à un marshmallow. S’il est indiscutable que le rythme connaît quelques faiblesses, que l’intrigue aurait mérité d’être condensée et que l’interprétation abuse du cabotinage, le visionnage demeure dans l’ensemble satisfaisant. Qui plus est, sous cette apparence de frivolité superficielle, ce long-métrage parvient parfois à toucher la corde sensible et à continuer de développer des éléments liés à la caractérisation de son héros. Pour un univers ne se prenant aucunement la tête, le résultat est en définitive étonnamment efficace – à condition, bien sûr, d’adhérer à cette atmosphère particulière et au surjeu permanent.

Par |2017-05-01T13:58:56+02:00septembre 25th, 2014|Films, Saru Lock, Séries japonaises|2 Commentaires

Saru Lock | 猿ロック

Pour terminer l’année 2012, j’ai eu envie de le faire dans la bonne humeur et j’ai donc décidé de me lancer dans une comédie japonaise. Mon choix s’est ainsi porté sur Saru Lock, l’adaptation télévisée du seinen manga du même nom de Serizawa Naoki. Composé de 22 tomes publiés entre 2003 et 2009, ce dernier est disponible en intégralité en France chez Pika. Quant au j-drama, il comporte treize épisodes de trente minutes diffusés entre juillet et octobre 2009 sur YTV. Le scénario a été écrit par Fukuda Yûichi, également à l’origine de Tôkyô DOGS ou encore de Yûsha Yoshihiko to Maô no Shiro. Il existe sinon un film datant de 2010 clôturant les aventures truculentes des personnages mais, malheureusement, les sous-titres ne semblent pas réussir à venir jusqu’à nous. Aucun spoiler.

Sarumaru est un jeune serrurier à qui les verrous et autres serrures ne résistent pas. Attirant toujours les mystères, il se retrouve régulièrement confronté à de multiples dangers. Enfin, lorsqu’il ne passe pas son temps à fantasmer sur toutes les femmes et rêver à l’idée de perdre sa virginité.

 

Aussi étrange que ça puisse paraître, je n’avais aucune idée de quoi Saru Lock parlait – à part de serrures, évidemment – avant de le commencer. Si j’avais lu un quelconque synopsis, je ne sais honnêtement pas si j’aurais osé le tester. Au premier abord, l’ambiance pourrait effectivement faire très peur et rappeler l’humour vulgaire extrêmement lourd des films américains comme American Pie. En fait, d’une certaine manière ce renzoku ressemble sur certains points à Stand Up!! qui, lui aussi, traite de jeunes cherchant à gagner en supposée virilité. Dans tous les cas, n’ayant pas lu le manga et ne comptant absolument pas m’y mettre, je serai incapable de comparer les deux ; il semblerait toutefois que la série télévisée se détache nettement de la version papier. Avec un format plutôt court, le rythme de Saru Lock se permet d’être enlevé, ce qui est d’autant plus maximisé par l’action omniprésente et les dialogues rapides. Alors que l’on pouvait imaginer un format schématique avec treize mini-intrigues n’ayant pas foncièrement de rapport entre elles, le j-drama fait sensiblement preuve de continuité. Il existe effectivement des arcs s’étalant généralement sur deux ou trois épisodes. À chaque fois, Saru et ses amis se retrouvent dans des situations abracadabrantesques et doivent employer de grands moyens pour se sortir du pétrin dans lequel ils se sont fichus bien malgré eux : des yakuzas spécialisés dans les sous-vêtements usagés veulent leur casser la tête, un fils à papa n’hésite pas à aller jusqu’à kidnapper et faire poser des bombes, ou encore un voleur sévit dans les parages et risque bien de mettre Sarumaru dans l’embarras. Attendez, comment Saru pouvait-il refuser de ne pas aider une jolie jeune fille dans le besoin ? Le côté répétitif est facilement atténué par l’atmosphère délirante et le fait qu’en définitive, la série soit très courte.

Fondamentalement, il ne se passe pas grand-chose dans Saru Lock. Les quelques rares pistes de développement comme le père de Saru ne sont pas du tout explorées ; la fin n’en est même pas une. Le héros aux cheveux gris, Sarumaru Yatarô, appelé par tout le monde Saru, est un as de la serrurerie. Vivant seul dans son commerce, il fait toujours preuve de bonne humeur et accepte tous les travaux susceptibles de mettre à l’épreuve ses talents qu’il a hérités de son père. Il est surtout corruptible dès qu’il a l’infime chance de passer à l’acte et/ou de voir une petite culotte. Toujours vêtu d’une combinaison de couleur (bleue, rose, rouge…) et d’un bandana, il circule sur son scooter et n’en rate jamais une pour se ridiculiser ou faire des bêtises. Bien qu’il ait la vingtaine, il est encore puceau et cette situation commence sérieusement à le frustrer. Sans grande surprise, il possède une incroyable collection de vidéos pornographiques et de poupées gonflables de manière à satisfaire ses pulsions sexuelles. Il peut en plus compter sur son meilleur ami, l’amateur de bretelles Yamamoto Kenji, se trouvant dans une galère d’inexpérimenté du même acabit. Avec une histoire pareille, la série avait tous les risques d’être poussive et insupportable. Cependant, ce n’est pas du tout le cas. Quand bien même on ne soit pas client en règle générale de ce genre d’humour porté sur l’érotisme, la recette fonctionne très bien grâce aux personnages décalés et aux situations franchement décomplexées. Par exemple, c’est avec surprise que l’on voit, l’air de rien, Kenji devant la télé, en train de se masturber. Pour un j-drama, l’écriture ne fait clairement pas dans de la pudibonderie. Ce n’est pas étonnant que les épisodes soient passés tard dans la nuit ! Bien que le ton soit quelque peu potache, il n’est pas pour autant graveleux. Les deux compères maladroits sont accompagnés dans leurs délires par le policier de quartier réservé et timide, Yamada Junsa, ayant une grande estime pour sa profession. Si l’ensemble devient aussi fun et divertissant, les acteurs y sont pour beaucoup. Ichihara Hayato (Wild Life) est effectivement un excellent Saru ; grâce à sa manière de parler très particulière et son surjeu apportant tout ce qu’il faut à l’ambiance, il réussit à devenir un héros attachant. D’ailleurs, c’est à se demander s’il n’a pas fait de l’aérophagie vu tout l’air qu’il inspire en hyperventilant de cette manière ! Le constat est aussi satisfaisant pour Yamamoto, incarné par un Watabe Gôta à mille lieues de son rôle dans QP, et pour Takaoka Sôsuke en homme de loi pétri de bonne volonté. Amis depuis l’enfance, ces trois zigotos presque idiots font tout ensemble et il en ressort un sympathique esprit de camaraderie et de pêche perpétuelle. Heureusement pour eux, ils sont régulièrement ramenés sur Terre grâce aux paroles plus sensées de Mizuhara Ritsuko qu’ils connaissent aussi depuis le bac à sable. Jouée par Ashina Sei (Bloody Monday, Stand Up!!), Ritsuko supporte les âneries en tous genres de Saru et des autres mais n’hésite aucunement à les secouer fréquemment. Les voir saigner du nez et s’exciter devant des poitrines ne lui fait clairement ni chaud ni froid.

Tous les épisodes jouent beaucoup sur l’aspect burlesque et cocasse, en insérant entre autres des séquences où l’imaginatif Saru se fait des films et où il a le beau rôle. Les lecteurs de shônen mangas quelque peu anciens retrouveront sans mal l’esprit gentiment indécent des héros de l’époque ; pour les connaisseurs, on plonge en plein ecchi. Ici, le singe (saru en japonais) se résume presque à une mascotte tant on voit son effigie partout et il devient amusant d’essayer d’en repérer le plus possible. Les sortes de codes QR disséminés d’ici et là sont, quant à eux, très intrigants. Sinon, les blagues fusent, les références et clins d’œil à la culture populaire se multiplient, les figures représentées sont extrêmement hautes en couleur et tout est destiné à faire rire et relaxer en bonne compagnie. À noter la galerie d’invités tels que Kikawada Masaya (My Boss, My Hero), Kabe Amon (Good Life), Morishita Yoshiyuki (LIAR GAME), Doi Yoshio (Densha Otoko), Kurokawa Tomoka (Shôkôjo Seira, Bloody Monday 2), Miura Yû (RH Plus), Takezai Terunosuke (TROUBLEMAN) et plusieurs gravure idols. De manière égale, la bande son composée par Yoshioka Shôji se place en actrice à part entière car elle aussi s’amuse des situations en exagérant certaines mélodies. Des scènes comme la montée contre le mur du lycée, avec l’envolée orchestrale, ou le saxophone pour les scènes plus langoureuses sont franchement extraordinaires dans leurs genres. C’est en plus rare d’entendre des resucées de chansons occidentales à autant de reprises dans une série japonaise. Autrement, Unlock de mihimaru GT, la chanson de fin dans le joli générique, se fond totalement dans l’univers débridé et mouvementé de Saru Lock.

En conclusion, Saru Lock est une série racontant les péripéties ridiculement rocambolesques d’une bande d’amis composée de trois obsédés par les jupes et décolletés, et d’une jeune femme autoritaire se moquant régulièrement d’eux. Bien qu’elle puisse à juste titre effrayer ceux évitant à tout prix les comédies stupides où tout le monde cabotine à outrance, celle-ci est loin d’être désagréable. Sans devenir pour autant indispensable, voire être conseillé à tout le monde, ce j-drama alerte séduit par son ton décalé et décomplexé ainsi que par sa forme rythmée, ses personnages truculents, sa bonne humeur perpétuelle et sa musique. Les épisodes sont alors parfaits pour coller un sourire niais et mettre dans d’excellentes dispositions. Certes, les histoires sont assez idiotes mais Saru Lock remplit amplement le cahier des charges et s’apparente à un divertissement sur fond d’amitié rafraichissant et presque, décoiffant.

Par |2017-05-25T11:37:01+02:00janvier 18th, 2013|Saru Lock, Séries japonaises|4 Commentaires