Atlantis (saison 2)

Par , le 8 septembre 2015
Atlantis (saison 2)

La mythologie n’a décidément pas la cote à la télévision ; en effet, les séries sont rapidement annulées, voire ne voient même pas le jour comme Hieroglyph, tuée dans l’œuf. Atlantis est une énième victime puisque la BBC l’a rangée au placard au terme de sa seconde saison. Celle-ci comporte douze épisodes – dont le dernier est double – et fut diffusée en deux temps sur BBC One : de novembre à décembre 2014, puis en avril et mai 2015. Le couperet fatidique étant tombé en janvier, la fin n’a pas été préparée en amont et reste très ouverte. Aucun spoiler. Sans être foncièrement mauvaise, la première année d’Atlantis avait pour principale tare de se montrer familiale et de se contenter d’un format schématique où ses protagonistes résolvaient un problème à la fois. Son arrangement avec les légendes grecques laissait plus que perplexe tant elle partait dans tous les sens. C’est donc moyennement motivée que j’ai commencé cette suite, m’attendant à me retrouver devant un divertissement très calibré accumulant les poncifs du genre et autres facilités. Comme quoi, l’obstination a de temps en temps du bon, car cette saison inédite se veut nettement supérieure à la précédente et réussit à combler plusieurs de ses lacunes. Non, le héros, Jason, ne devient pas subitement exaltant. Le personnage représente d’ailleurs le maillon le plus faible de la série. Incolore et manquant singulièrement de charisme, il ne parvient jamais à réellement intéresser. Au moins, l’écriture cherche quelque peu à le faire descendre de son piédestal et ne l’illustre pas […]

En lire plus...

Terry Pratchett’s Going Postal | Timbré (mini-série)

Par , le 1 septembre 2015
Terry Pratchett's Going Postal

Au risque d’enfoncer comme souvent des portes ouvertes, j’ai bien envie de commencer ce billet en rédigeant que le temps passe drôlement vite. Effectivement, je constate que les années ont beau défiler à toute vitesse, je suis toujours aussi peu avancée dans les Annales du Disque-monde de Terry Pratchett. Pourtant, ce n’est pas faute d’y adhérer, mais il y a tellement d’ouvrages à me tendre les bras… Bref, ceci pour en partie expliquer pourquoi je ne me suis pas penchée plus tôt sur l’adaptation la plus récente d’une œuvre de l’écrivain décédé en mars dernier. J’espérais la lire auparavant, mais je me suis fait la réflexion que cela n’arrivera pas avant un sacré moment – je rappelle que je suis l’ordre chronologique de parution par souci de maniaquerie, bien que cela ne soit pas du tout nécessaire – et qu’il devenait sûrement opportun de se bouger les fesses. En d’autres termes, discutons donc de Terry Pratchett’s Going Postal, la transposition à l’écran de la trentième Annale du même nom, éditée en français sous le titre Timbré. À l’instar de Terry Pratchett’s Hogfather et Terry Pratchett’s The Colour of Magic, il s’agit ici d’une mini-série britannique constituée de deux parties d’une heure et demie chacune. Elle fut diffusée sur Sky One les 21 et 28 novembre 2011 et existe également dans nos vertes contrées en DVD/Blu-ray. Aucun spoiler. Moite von Lipwig est un escroc s’apprêtant à vivre ses ultimes jours puisqu’il vient d’être condamné à la pendaison. Cependant, suite à certaines […]

En lire plus...

Doctor Who – The Time of the Doctor (Christmas Special 2013)

Par , le 14 juillet 2015
Doctor Who ~ Christmas Special 2013

Comme le titre du billet de ce jour l’indique plus ou moins explicitement, il est l’heure de faire ses adieux au Docteur, ou plutôt, à l’un de ses visages. À peine quatre ans après avoir endossé le costume du héros coloré de Doctor Who, Matt Smith s’en est allé au cours de cette aventure de Noël diffusée le 25 décembre 2013 sur BBC One. The Time of the Doctor dure une heure et représente également le huit centième épisode de la série. Aucun spoiler. La dernière fois que le public a dit au revoir à une régénération de ce voyageur atypique, c’était avec le superbe duo The End of Time, qui marquait aussi la fin de l’ère Russel T Davies. Depuis, Steven Moffat a donc pris les commandes, mais si son protagoniste phare quitte le navire, ce n’est pas son cas à lui, malheureusement. J’avoue que j’aurais vraiment, vraiment aimé voir Eleven sous la houlette de l’ancien showrunner, mais bon, ça n’aura jamais été possible. Tant pis. Il n’empêche que ces épisodes symbolisant la conclusion d’une certaine époque gardent une tonalité particulière et sont davantage attendus que ceux s’insérant dans la trame routinière. En outre, il s’agit ici d’une histoire passée à la période de Noël, donc elle se doit également de disposer d’une atmosphère propice aux fêtes. Après une septième saison bancale, le défi semble par conséquent assez compliqué à relever. Tristement, ce n’est pas encore cette fois que l’on rangera ses critiques habituelles au placard, car l’unitaire en […]

En lire plus...