Shiroi Kyotô (2003) | 白い巨塔

Par , le 22 juin 2016

À force de lui tourner autour et de le laisser prendre de la poussière virtuelle dans mes dossiers, j’ai enfin donné sa chance à un mastodonte de la télévision nippone. Effectivement, j’ai souvent pour fâcheuse habitude d’hésiter avant de lancer de supposés classiques, probablement par crainte de finir déçue. Trêve de verbiage, discutons donc de l’une des adaptations de Shiroi Kyotô, un roman écrit en 1965 par Yamazaki Toyoko à qui l’on doit également Fumô Chitai et Karei Naru Ichizoku. Cette histoire a déjà été transposée à l’écran en 1978, mais aussi en 2007 en Corée du Sud à travers White Tower, appellation anglaise traduisant littéralement la japonaise. La version nous concernant aujourd’hui est celle scénarisée par Inoue Yumiko (Engine, Pandora), constituée de vingt-et-un épisodes diffusés sur Fuji TV entre octobre 2003 et mars 2004 ; le premier et le dernier durent presque une heure et, étonnamment, le onzième se dote de quatre-vingt-dix minutes. Il s’agit d’une production fêtant le quarante-cinquième anniversaire de la chaîne. Aucun spoiler. L’effervescence contamine l’hôpital universitaire Naniwa d’Ôsaka avec les élections à venir du nouveau chef de service de chirurgie. Pour beaucoup, le successeur du professeur […]

En lire plus...

Saiyûki (2006) | 西遊記

Par , le 8 juin 2016

S’il existe bien une histoire adaptée à maintes reprises en Asie, c’est celle du célèbre roman chinois du XVIè siècle Xī Yóujì, attribué à Wu Cheng’en et connu en français sous différentes appellations telles que La Pérégrination vers l’Ouest et Le Voyage en Occident. Les anglophones optent de leur côté pour Journey to the West ; et au Japon, il est question de Saiyûki. Plusieurs fictions nippones utilisent ce récit, la transposition la plus notoire étant probablement celle de 1978 avec Sakai Masaaki (Churasan) dans le rôle principal ; elle a même été doublée en anglais pour la BBC, preuve de sa renommée. En France, ce serait plutôt le manga Gensômaden Saiyûki de Minekura Kazuya, transformé ensuite en animé, qui demeurerait en mémoire. Étonnamment, aucune série récente ne s’est attaquée à la tâche, mais il faut admettre qu’outre la richesse et densité de cet univers, son concept mêlant fantastique, monstres divers et autres divinités pose certainement quelques problèmes de budget. Cela n’a visiblement pas freiné le scénariste Sakamoto Yûji (Soredemo, Ikite Yuku, Last Christmas) puisqu’il s’est occupé de cette version japonaise constituée de onze épisodes diffusés sur Fuji TV entre janvier et […]

En lire plus...

GARO: Gold Storm Shô | 牙狼: GOLDSTORM 翔

Par , le 25 mai 2016

Non, vous n’avez pas la berlue, le titre de ce nouveau billet ressemble étrangement à celui-ci. Aurais-je des troubles mnésiques et tendrais-je à radoter ? Peut-être bien, mais en tout cas, ici je n’ai pas commis d’erreur. Effectivement, comme déjà précisé, la franchise GARO ne cherche pas toujours l’originalité et plutôt que proposer différents intitulés pour ses productions, certaines portent le même nom. Je rappelle que ce récapitulatif pourrait aider à se retrouver dans cet univers maintenant tentaculaire. Après avoir donc discuté du film GARO: Gold Storm Shô, place à la série télévisée GARO: Gold Storm Shô s’inscrivant bien sûr à la suite du long-métrage. Elle comporte vingt-trois épisodes diffusés sur TV Tokyo entre avril et septembre 2015. Aucun spoiler. Après ses premières aventures dans Yami wo Terasu Mono, le chevalier Makai Dôgai Ryûga marque son retour. Cette fois, il oublie ses deux congénères insipides, mais ne se sépare pas de la jolie et sympathique Rian. Tous deux travaillent désormais sous les ordres de la puissante prêtresse Ryume dans le but de protéger les habitants de Line City. Le film, au demeurant plus que passable, sert surtout d’introduction et n’est pas du […]

En lire plus...