Neko Zamurai | 猫侍 (saison 1)

Par , le 15 mars 2017
Neko Zamurai (saison 1)

Malgré ce que je serine, comme quoi je me contente des séries japonaises traînant dans mes dossiers depuis trop longtemps, j’avoue en avoir récupéré quelques-unes en douce. Neko Zamurai fait partie du lot. Cette fiction comporte deux saisons télévisées, chacune étant suivie d’un film. Pour l’heure, discutons uniquement de la première, constituée de douze épisodes de vingt minutes diffusés entre octobre et décembre 2013 sur STV. À noter que neko signifie chat en japonais. Aucun spoiler. Avec sa mine sinistre, Madarame Kyûtarô effraye tout le monde, ce qui s’avère finalement souhaitable compte tenu de son statut de samouraï. Pour autant, il n’est plus qu’un rônin, un de ces guerriers sans maître cherchant vainement une nouvelle maison à laquelle se rattacher. En attendant, il accepte par désespoir les rares contrats susceptibles de lui être proposés, quitte à blesser son amour-propre. Sa mission du jour consiste cette fois à tuer le chat d’un puissant seigneur qui, aux dires de son fidèle serviteur, serait démoniaque et aurait corrompu l’esprit de son employeur. Bien que cette tâche répugne Kyûtarô, il se laisse attirer par son aspect financier. Sauf que le soir du supposé crime, il préfère maquiller la scène et prendre l’animal sous son aile. Ce choix totalement impulsif et surprenant de sa part annonce maints changements dans l’existence de cet individu au demeurant fort rigide. Comment pouvais-je ne pas craquer devant cette histoire totalement farfelue ? Un jidaigeki avec un chat ? Franchement ! Une fois de plus, la créativité des scénaristes japonais transpire à travers […]

En lire plus...

Manatsu no Hôteishiki | 真夏の方程式 (film)

Par , le 1 mars 2017
Manatsu no Hôteishiki (film, Galileo)

Pour l’instant, l’univers de Galileo semble avoir refermé ses portes, ce qui ne serait pas un mal vu le nombre de séries, épisodes spéciaux et maintes productions apparentées. La dernière en date n’est autre qu’un deuxième film intitulé Manatsu no Hôteishiki. Il adapte un énième roman de Higashino Keigo, disponible en France sous le titre L’équation de plein été. Ce long-métrage est sorti dans les salles nippones le 29 juin 2013 et dure presque cent trente minutes. Il s’inscrit après la deuxième saison, mais peut être regardé indépendamment du reste sans en perdre sa saveur. Aucun spoiler. Invité à assister à une suite de conférences, le physicien Yukawa Manabu part en direction de la petite ville portuaire de Harigaura. À peine est-il arrivé qu’un client de l’auberge dans lequel il réside est retrouvé mort, sur des rochers. Ce décès paraît immédiatement assez curieux et non accidentel surtout que le défunt était un policier à la retraite enquêtant sur un dossier le hantant depuis plusieurs années. Les inspecteurs Kusanagi et Kishitani sont chargés de cette affaire sûrement criminelle et savent pouvoir compter sur l’aide du cartésien, toujours prêt à découvrir la vérité. Pendant ce temps, plusieurs locaux se battent pour préserver les riches fonds marins, dont la jeune et passionnée Narumi, la fille du couple d’hôteliers. Mystères et secrets semblent étouffer cette famille au demeurant affable. À l’instar du solide Yôgisha X no Kenshin, le premier film de Galileo, le second se détache assez nettement de la série à proprement parler. […]

En lire plus...

Shûkan Maki Yôko | 週刊真木よう子

Par , le 15 février 2017
Shûkan Maki Yôko

Aussi incroyable que cela puisse paraître au vu de mes propos répétitifs ces dernières années, j’approche vraiment du bout des séries japonaises traînant dans mes dossiers depuis trop longtemps. Effectivement, sans compter celle d’aujourd’hui, il ne me faut désormais plus qu’une seule main pour toutes les énumérer. Comme souvent, il m’arrive de ne plus savoir pour quelle raison telle fiction figure dans les parages. Avec son concept assez curieux, Shûkan Maki Yôko ne me donnait pas spécialement envie, je l’avoue. Il s’agit d’une collaboration avec les éditions Shinchôsha et leur mook mensuel Gekkan, un hybride entre magazine et livre mettant en avant diverses célébrités. Le travail nous concernant se compose de treize épisodes de vingt-trois minutes chacun qui furent diffusés sur TV Tokyo entre avril et juin 2008. Aucun spoiler. Son titre l’indique explicitement, chaque semaine illustre l’actrice Maki Yôko (Saikô no Rikon) dans un univers radicalement différent. Durant douze épisodes, elle endosse le costume d’une ancienne prostituée, d’une droguée fuyant un gangster, de la compagne d’un yakuza ou encore d’une lycéenne amatrice de flipper. Ces courtes vignettes scénaristiques se suivent et malgré leurs dissemblances à de nombreux points de vue, elles partagent quelques points communs. Le premier d’entre eux est bien sûr leur vedette. Si d’aucuns doutent des talents de Maki Yôko, cette production ambitieuse détient de solides arguments pour réviser son jugement. À l’instar d’Ueno Juri dans Ueno Juri to Itsutsu no Kaban, série assez similaire sur la forme, la comédienne profite de ce matériel très dense pour […]

En lire plus...

Page 2 sur 12612341020Dernière page »