L’automne 2016 des j-dramas

Par , le 12 octobre 2016
L’automne 2016 des j-dramas

Vous devez dorénavant connaître le principe de ces billets, à savoir que les productions m’intéressant le plus – pour des raisons parfois hautement discutables – disposent d’une petite étoile (★) à la fin de leur description. Comme d’habitude, seuls les renzoku sont abordés, les tanpatsu étant volontairement mis de côté. (Si l’affiche, le lien vers le site officiel ou la page Drama Wiki ne sont pas indiqués ici, c’est qu’ils ne sont pas encore disponibles ; je les ajouterai dès que possible. Il en va de même en ce qui concerne le synopsis de certaines séries.) Aibô (saison 15) Chaîne : TV Asahi Début : 12 octobre 2016 Site officiel – Fiche Drama Wiki Comme tous les ans à cette même période, cette fameuse série japonaise revient sur le devant de la scène. Naturellement, les enquêtes policières s’y enchaînent, menées par un duo vraisemblablement efficace. Il n’y a donc rien de nouveau sous le soleil. La saison est toutefois rallongée puisqu’elle s’installera aussi au courant de l’hiver 2017.

En lire plus...

Bikû: Yamigiri no Chi | 媚空-ビクウ-: ヤミギリノチ (film)

Par , le 28 septembre 2016
Bikû: Yamigiri no Chi (film)

Afin de fêter les dix ans de la franchise GARO, son créateur, Amemiya Keita, n’a pas lésiné sur les moyens. Les détracteurs rétorqueront qu’il n’a pas besoin d’un anniversaire pour étendre à l’infini les ramifications de son histoire désormais tentaculaire. Le film Bikû: Yamigiri no Chi se trouve au programme des réjouissances. Il est sorti dans les salles nippones le 14 novembre 2015 et dure seulement soixante-dix-huit minutes. Tout comme pour GARO Gaiden: Tôgen no Fue, Ôhashi Akira s’est en grande partie chargé de la réalisation. Le récit s’avère totalement indépendant du reste donc il n’est ni nécessaire d’avoir déjà regardé un seul épisode de la série ni d’être à jour. D’un point de vue chronologique, ce long-métrage s’inscrit vraisemblablement après Makai no Hana. Pour la petite information, je rappelle l’existence de ce billet s’apparentant à un fil d’Ariane bienvenu pour découvrir cet univers. Aucun spoiler. La chasseuse Bikû continue de poursuivre sans relâche les combattants Makai ayant embrassé les ténèbres. Sa mission du jour consiste à traquer et éradiquer le prêtre Usami, sauf qu’elle constate rapidement qu’il n’est qu’un pantin. Il abrite effectivement en son corps un individu aux ambitions démesurées prêt à tout pour atteindre son objectif. La jeune femme se lance alors dans une bataille difficile, mais elle peut compter sur des soutiens inattendus, dont celui d’un ancien mentor. Les productions se déroulant dans le monde de GARO ont beau se succéder au fil des années, elles finissent par toutes se ressembler. Forcément, Bikû: Yamigiri no Chi ne […]

En lire plus...

Saiyûki (2006) | 西遊記 (film)

Par , le 14 septembre 2016
Saiyûki 2006 (film)

Malgré le succès très relatif de l’adaptation japonaise de Saiyûki datant de 2006, un film portant le même nom a vu le jour le 14 juillet 2007. Ce long-métrage dure approximativement deux heures et contre toute attente, il ne s’inscrit pas après la fin de la série télévisée, car il s’insère sûrement à mi-parcours. Il peut aussi se regarder indépendamment du reste, mais comme d’habitude, ce serait se passer de plusieurs références. L’équipe créative est la même que pour les épisodes précédents et Sakamoto Yûji s’est donc encore une fois chargé du scénario. Aucun spoiler. Toujours sur la route de Tenjiku, la prêtresse Sanzô Hôshi et ses trois compagnons yôkai rencontrent la princesse d’une région devenue désertique suite aux actes malveillants de créatures surnaturelles. Le quatuor n’a aucune envie de s’attarder dans les environs tant leur voyage s’annonce interminable, mais ils finissent par accepter d’aider cette jeune femme désespérée. Il semblerait toutefois qu’elle ait un peu arrangé la réalité et que les apparences soient plutôt trompeuses… Compte tenu de la conclusion logique de la série télévisée, il s’avère presque normal que ce film ne propose pas une continuation en bonne et due forme. Il s’apparente plus à une aventure supplémentaire et n’apporte pas grand-chose de plus à ce que l’on connaît de l’univers. Seul le budget plus important change la donne, ce qui permet d’offrir de jolis plans, paysages et décors sortis tout droit de la culture chinoise. Le générique d’ouverture, avec ses dessins stylisés, se veut aussi assez agréable. […]

En lire plus...