GARO: Asura | 牙狼: 阿修羅

Par , le 21 décembre 2016
GARO: Asura

Toujours dans l’optique de célébrer les dix ans de la franchise GARO, les producteurs ont visiblement décidé de voir les choses en grand. Après la série Makai Retsuden faisant vibrer la corde nostalgique, un court épisode spécial a été commandé. Cet unitaire intitulé GARO: Asura se présente comme une sorte de bonus et a été mis en chantier avec la collaboration de la New Japan Pro Wrestling, une fédération majeure de catch japonaise. Il fut diffusé sur TV Tokyo le 2 juillet 2016 et dure un peu plus de vingt minutes. Comme une grande partie des fictions de cet univers, il peut être regardé assez indépendamment du reste d’autant plus qu’il s’inscrit à une très lointaine période. Le terme asura se rapporte à des êtres démoniaques de la mythologie hindouiste. Aucun spoiler. Avant de dormir, Kaoru raconte une histoire à son petit garçon, Raiga. Comme d’habitude, il est question du fameux chevalier doré, costume qu’arbore le père de l’enfant et qui le fascine. Mais pour l’obtenir quand il sera plus âgé, il devra batailler dur. Pour appuyer ses propos et expliquer pour quelles raisons ce combattant Makai diffère de ses confrères, la sympathique maman décide d’évoquer le récit de Gôki évoluant à une époque reculée où les Horrors n’existent pas encore sous leur forme habituelle. Makai Retsuden n’ayant que peu favorisé les Saejima, c’est un vrai plaisir que d’en retrouver deux en démarrant cet épisode. Si les faits narrés par Kaoru se passent dans l’ancien temps, elle et son fils se […]

En lire plus...

GARO: Makai Retsuden | 牙狼: 魔戒烈伝

Par , le 7 décembre 2016
GARO: Makai Retsuden

Quand y en a plus, y en a encore ! Cela devrait être l’adage de GARO tant cette franchise paraît désormais impossible à arrêter. Pour fêter ses dix ans d’existence, elle a proposé quelques petits cadeaux comme cette série intitulée Makai Retsuden jouant la carte nostalgique. Celle-ci se compose de douze épisodes de vingt-trois minutes diffusés sur TV Tokyo entre avril et juin 2016 et peut se regarder séparément du reste. Cependant, compte tenu de son caractère commémoratif, il s’avère préférable d’être au fait de l’univers pour l’apprécier à sa juste valeur. Aucun spoiler. Ce cher majordome Gonza endosse un costume de narrateur et décide de relater à sa manière quelques histoires concernant des figures évoluant dans le microcosme Makai. GARO: Makai Retsuden s’apparente à une suite de courtes vignettes indépendantes les unes des autres dont le but est clairement de rappeler de bons souvenirs aux téléspectateurs. L’idée est d’éclairer des personnages parfois laissés sur le bord de la route et n’ayant pas eu l’opportunité de rayonner, d’expliciter des situations peu majeures, bien qu’intéressantes, etc. Avec de nombreux clins d’œil et références à la presque totalité de ce monde tentaculaire, cette approche peu subtile, mais efficace, parvient sans mal à atteindre son objectif. Les épisodes ne se valent pas, qualitativement parlant, et n’approfondissent pas plus que de raison la production dans son ensemble si ce n’est que ce cadeau possède quelques atouts pour ravir les fans de la première heure comme de la plus récente. Se succèdent ainsi des évènements de […]

En lire plus...

Slow Dance | スローダンス

Par , le 23 novembre 2016
Slow Dance

Si l’on tenait des statistiques, je suis prête à parier que la grande majorité des getsuku, ces séries japonaises passant sur Fuji TV dans l’illustre case du lundi à 21 heures, seraient des comédies romantiques. Sans aucune surprise, c’est le cas de Slow Dance. Cette création originale d’Etô Rin (Nodame Cantabile, Tôkyô Friends) se compose de onze épisodes de quarante-cinq minutes chacun qui furent diffusés sur la chaîne entre juillet et septembre 2005. Aucun spoiler. Serizawa Riichi est un vingtenaire incapable de prendre des risques et de s’engager. Il a rangé au placard son rêve de devenir réalisateur et se contente d’une place de moniteur d’auto-école. Une de ses élèves, Makino Isaki, a la trentaine et espère développer sa carrière dans la vente. Malheureusement, elle cumule les désillusions à la fois professionnelles comme personnelles. Tous deux s’entendent comme chien et chat et se raillent constamment tant leur vision de la vie diffère. Ils passent pourtant leurs moments libres ensemble, avec plusieurs de leurs amis essayant eux aussi de se construire un présent, voire un futur satisfaisant. Ce n’est pas un secret, les comédies romantiques ne m’attirent pas particulièrement. C’est d’ailleurs probablement en partie pour cette raison que celle-ci est restée longtemps traîner dans mes dossiers, surtout que j’avais en tête qu’elle était médiocre. Or, je suis immédiatement tombée sous son charme et si la conclusion traîne un peu en longueur et que quelques éléments l’empêchent de se révéler indispensable, elle dispose de solides atouts pour offrir un sympathique et chaleureux […]

En lire plus...