Namae wo Nakushita Megami | 名前をなくした女神

Par , le 3 août 2016
Namae wo Nakushita Megami

Quelques-uns d’entre vous se souviennent peut-être qu’il y a presque cinq ans, dans le cadre d’un billet pour Critictoo, je me suis occupée de regarder toutes les séries japonaises sorties au printemps 2011. Malheureusement, l’absence de sous-titres fut rédhibitoire pour la plupart, mais cela ne m’a pas empêchée d’en récupérer plusieurs, dans l’attente de les visionner une fois traduites en intégralité. Namae wo Nakushita Megami fait partie des retardataires et, j’avoue, j’aurais pu m’y mettre bien avant 2016. D’ailleurs, j’envisage encore de tester les autres productions de cette période. Celle nous concernant aujourd’hui, scénarisée par Watanabe Chiho (Papa to Musume no Nanokakan, Akai Ito), se constitue de onze épisodes diffusés sur Fuji TV entre avril et juin 2011 ; comme souvent, le premier dispose de quinze minutes supplémentaires. Son intitulé signifie approximativement la déesse ayant perdu son nom. Aucun spoiler. Suite à leur déménagement dans un quartier assez aisé, les Akiyama essayent de se créer de nouvelles habitudes et connaissances. Yûko profite d’envoyer quotidiennement son fils à l’école pour intégrer un groupe de quatre mamans à première vue très affables. Avec leur sourire éclatant et leurs discours bienveillants, elles pourraient toutes devenir ses amies. Or, les apparences sont trompeuses, car ces femmes cachent derrière ce masque des secrets et de sérieux problèmes, voire une fieffée malveillance… Honnêtement, sans l’objectif de regarder toutes les séries de cette saison télévisuelle, je n’aurais jamais jeté un œil sur Namae wo Nakushita Megami. Elle ne me tentait absolument pas et je craignais les crêpages de chignon […]

En lire plus...

Mop Girl | モップガール

Par , le 20 juillet 2016
Mop Girl

À force d’entendre parler en bien de la comédie nippone Mop Girl, il fallait bien que je la récupère il y a de ça un bon paquet d’années. Toujours dans ma quête de tri par le vide de mes dossiers, je lui ai enfin donné sa chance. Elle s’inspire d’une suite de romans du même nom de Katô Miaki et comporte dix épisodes de quarante-cinq minutes chacun qui furent diffusés sur TV Asahi entre octobre et décembre 2007. Aucun spoiler. Suite à une énième étourderie de sa part, Hasegawa Momoko est transférée à Little Angels, une compagnie de son entreprise s’occupant de services funéraires assez divers. Forcément, comme elle rêve d’organiser des mariages, la douche s’avère froide, mais elle est bien obligée de s’atteler à sa nouvelle tâche. La situation se corse drôlement, car elle possède un curieux pouvoir la forçant à remonter le temps quand elle touche une affaire appartenant à un défunt ayant pour lui une importance significative. Et vu son emploi actuel, elle ne peut guère y échapper ! La jeune femme choisit alors d’essayer de sauver de la mort ses clients ayant déjà un pied dans la tombe. Malgré des critiques plutôt élogieuses et une distribution alléchante, j’admets que ce Mop Girl ne me disait rien qui vaille. Enfin, non, ce n’est pas tout à fait ça. Je suis persuadée qu’il y a plusieurs années, j’aurais sauté dessus et l’enthousiasme m’aurait envahie. Or, de l’eau a depuis coulé sous les ponts et je suis devenue extrêmement exigeante. […]

En lire plus...

L’été 2016 des j-dramas

Par , le 6 juillet 2016
L’été 2016 des j-dramas

Vous devez dorénavant connaître le principe de ces billets, à savoir que les productions m’intéressant le plus – pour des raisons parfois hautement discutables – disposent d’une petite étoile (★) à la fin de leur description. Comme d’habitude, seuls les renzoku sont abordés, les tanpatsu étant volontairement mis de côté. (Si l’affiche, le lien vers le site officiel ou la page Drama Wiki ne sont pas indiqués ici, c’est qu’ils ne sont pas encore disponibles ; je les ajouterai dès que possible. Il en va de même en ce qui concerne le synopsis de certaines séries.) Aogeba Tôtôshi Chaîne : TBS Début : 17 juillet 2016 Site officiel – Fiche Drama Wiki Après un accident, un ancien joueur de saxophone (Terao Akira) décide de tourner le dos à la musique, mais pas trop tout de même puisqu’il travaille désormais dans un lycée où il s’occupe d’un brass band. Ce nouveau professeur essaye tant bien que mal de pousser ses élèves en marge de la société vers le haut. Cette série transposant les œuvres d’Ishikawa Takako intitulées Brass Band Kids Rhapsody et Brass Band Kids Odyssey semble répondre au cahier des charges habituel de ce type de fiction. En d’autres termes, chaque épisode devrait s’attarder sur un problème et progressivement, à force d’aider son prochain, le héros retrouvera goût en sa passion. Bref, sur le papier tout sonne réchauffé et seul change le cadre orchestral. Reste à voir si l’écriture favorise le naturel et si l’ensemble bénéficie d’une solide bande-son. Notons la présence de Tabe […]

En lire plus...