Clara Sheller (saison 2)

Il aura fallu attendre plus de deux ans pour que Clara Sheller revienne sur Luminophore. C’est que je ne peux pas dire avoir été très pressée, même si la saison une n’avait pas été un désagréable moment. Place donc à la seconde et dernière saison de la série française qui fut diffusée sur France 2 entre novembre et décembre 2008. À l’instar de la première saison, elle est également composée de six épisodes d’environ 52 minutes. Aucun spoiler.

Plus de trois ans se sont écoulés entre le passage du premier épisode de Clara Sheller et le début de cette seconde saison. Pourquoi ce laps de temps ? Dur de dire. L’écriture du scénario a demandé une longue période de gestation, ça c’est sûr. Si les séries françaises n’ont pas la même régularité que les nord-américaines, il va de soi que l’attente fut particulièrement longue pour les amateurs. C’est entre autres pour cette raison que les acteurs de l’époque n’ont pu réinvestir leur rôle. Si je me souviens bien, toute cette histoire avait fait couler de l’encre à l’époque. Au revoir Mélanie Doutey, Frédéric Diefenthal et Thierry Neuvic. Bonjour Zoé Félix, Patrick Mille et François Vincentelli, soit trois acteurs totalement inconnus pour ma part ; au contraire de l’ancienne distribution. Quand bien même j’apprécie beaucoup les anciens visages de Clara Sheller, les nouveaux ne dépareillent pas trop et dans certains cas, JP par exemple, le résultat est même plus probant. Quelques acteurs français plutôt réputés sont encore une fois de la partie. On retrouve ainsi Bernard le Coq, Charlotte de Turckheim, Annie Duperey, Patrick Bouchitey ou encore Marie-France Pisier dans des rôles secondaires souvent truculents et apportant de la profondeur à la série.

Pour nous, trois ans se sont réellement passés entre la fin de la première saison et le début de celle-ci, et c’est aussi le cas du côté de Clara et de son entourage. On l’avait quittée alors qu’elle et Gilles formaient un couple uni et amoureux. On les retrouve et tout semble parfait… enfin, en apparence car Clara n’a pas changé et ne veut toujours pas grandir. Si cela était supportable jusque là, ce n’est plus le cas. Elle n’évolue pas d’un pouce, ment à tout le monde et agit de manière totalement immature. C’est un cercle sans fin puisqu’elle semble ne jamais pouvoir s’arrêter. Bien sûr que le personnage est dynamique et plutôt rafraîchissant mais il est au final assez caricatural. Il faut attendre le tout dernier épisode pour espérer voir des changements mais est-ce reculer pour mieux sauter ? Il n’est donc pas étonnant que tout le monde la lâche et qu’elle se retrouve seule. À vrai dire, ce n’est pas forcément son envie de ne pas grandir qui est irritante mais plus le fait qu’elle manipule et qu’elle le fasse sans même s’en rendre toujours compte. Les intrigues sont répétitives car on en a revient à chaque fois à la même chose. Par conséquent, difficile de s’attacher à elle, même si certaines thématiques peuvent faire écho à son mode de vie ou à sa propre philosophie.

A contrario, le personnage de JP est plus fin et vraiment intéressant. Célibataire, il cherche LE grand amour et que cela soit réciproque. Il veut tout ce que Clara possède mais qu’elle ne désire pas. Grâce à lui, les boîtes de nuit gay sont fréquentées et si l’on n’échappe pas à certains clichés, l’ensemble convainc et est assez amusant. Le petit jeune qui veut tester du vieux est quand même bien drôle car totalement allumé. JP est sans conteste le personnage le plus attachant de Clara Sheller et on ne peut qu’espérer le meilleur pour lui, surtout lorsque l’on voit sa meilleure amie à côté…
Quant à Gilles, il n’est pas particulièrement passionnant. Et si François Vincentelli ne fait pas du mauvais travail, le tout manque un tant soit peu de charisme.

Quoiqu’il en soit, si les histoires sont vues et revues, si l’on un arrière-goût de paresse scénaristique par moment et si l’héroïne est épuisante, les dialogues et l’aspect moderne et libéré font toujours mouche. Il n’y aura jamais de saison trois puisque France 2 a annulé la série quelque temps après la diffusion de cette saison. Apparemment, le grand public aurait trouvé ça bien trop inconvenant. Forcément, des gays partout et qui s’embrassent voire plus, c’est mal et c’est sale. Ça fait toujours un peu bizarre en regardant la série de se dire qu’elle est passée sur une chaîne publique et ce, en première partie de soirée. Pourtant, je ne pense pas, si le monde tournait rond, que l’on devrait trouver cela étonnant. Malheureusement, il faut généralement se contenter de séries plus consensuelles. Rien que pour cet aspect ouvert et faisant preuve d’audace pour le petit écran français, Clara Sheller vaut le coup d’œil. De plus, les dialogues sont assez ciselés et atteignent généralement leur but.

Au final, la seconde saison de Clara Sheller aurait pu être tout aussi bonne que la première car ce qui faisait son sel, à savoir les répliques piquantes et enlevées ainsi que les thématiques abordées, sont encore une fois de la partie. Certains personnages gagnent en épaisseur et la saison offre une belle galerie de protagonistes secondaires. Malheureusement, d’autres éléments plus nuancés entrent en ligne de compte. Ainsi, Clara est agaçante au possible et empêche de réellement profiter de ce que l’on a devant les yeux. Les intrigues finissent de plus par être répétitives et certains clichés / stéréotypes sont assez ennuyants. Il est tout de même dommage que la série ait eu un tel traitement car si elle n’est pas parfaite, elle n’en demeure pas moins divertissante et plutôt innovante.

Par |2017-05-01T14:01:02+02:00avril 10th, 2011|Clara Sheller, Séries françaises|0 commentaire

(Bilan) Mon année sériephile 2010

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaite à tous les lecteurs de Luminophore une excellente année 2011, avec tout ce qui est de circonstance.

Comme c’est de coutume, le blog n’y échappe pas et il est donc le temps du bilan de l’année qui vient de s’écouler. À l’instar des articles analogues, il n’est pas du tout question de l’année 2010 des séries, mais de mon année 2010 des séries. Hop, on est partis !

(suite…)

Par |2020-01-08T20:46:27+01:00janvier 2nd, 2011|Bilans de l'année|11 Commentaires